Aller à…
RSS Feed

23 octobre 2017

La Pornographie comme arme moderne de torture par les Pacifistes de Tunis


Ils ont fait passer Kadhafi pour le pire des dictateurs , un meurtrier, un assassin, un émule de Hitler… cela ne suffisant pas pour le démolir il fallait aussi y ajouter violeur, dragueur et surtout comparer les fameuses amazones (issues de l’armée des femmes militaires et souvent officiers) à des femmes de son harem. La conception occidentale de tout ce qui est arabe et africain et la maladie pornographique a fait le reste. Ce qui fait que lorsque nous, qui connaissions bien la Libye, nous avons été insultés, agressés, traités d’agents libyens…  ou de putains de Kadhafi , alors que nous voulions juste rétablir la vérité en ce qui concerne la Jamrihiya et son Guide.

Ginette Hess Skandrani

Je publie cette remise au point de nos amis Pacifistes Tunisiens afin de remettre quelques pendules à l’heure.

J’ai rencontré Kadhafi plusieurs fois. Il a toujours été très respectueux envers nous tous.

——————————————-

[LA PORNOGRAPHIE COMME ARME MODERNE DE TORTURE. ATTENTION : LES MOTS SONT IMPORTANTS !]

Bonjour. Toujours au sujet de la « correspondance anonyme » reçue par Allain Jules au sujet des Rats en Tunisie. nous avons posté le commentaire suivant:

LA PORNOGRAPHIE COMME ARME MODERNE DE TORTURE. ATTENTION : LES MOTS SONT IMPORTANTS !

Il y a une erreur linguistique très grave dans le texte. Il ne faut pas oublier que Gaddafi a souffert des interprétations les plus malhonnêtes de ses propos (notamment les traductions volontairement faussées) sans parler de son patronyme orthographié de mille et une façons.

Quant au supplice avilissant qui a été soit disant infligé au héros (et héraut : voyez comment les mots sont importants encore) de la résistance mondiale à l’impérialisme du 21ème siècle, ce n’est pas du tout l’« acte sexuel » qui est décrit par l’auteur(e) « anonyme » du texte sur la vie des Rats de l’OTAN en Tunisie. Cet acte renvoie à un épisode la Bible.

Non, le corps du soi-disant Gaddafi (il n’existe aucune source indépendante confirmant qu’il s’agit de son corps) a été (si les images sont encore réelles), empalé.

Nous, Pacifistes de Tunis, renvoyons celles et ceux qui emploient des mots déplacés au dictionnaire, de langue française en l’occurrence :

« Empaler », c’est « faire subir le supplice du pal (à quelqu’un) ». Ce supplice, apparemment ancien dans l’histoire (et qui n’a rien à voir avec des rapports sexuels ou amoureux en tout cas), est un acte de torture (sur des êtres vivants ou morts). Il consiste à « infliger le supplice du pal à (quelqu’un), en le transperçant d’un pieu introduit par l’anus ». Basta ya des relents pornographiques.

Le dictionnaire rappelle aussi de manière intéressante que ce supplice ancien serait « oriental », consistant « à asseoir le condamné sur l’extrémité pointue d’un pal qui s’enfonçait lentement dans son corps ». Voilà, nous y sommes. Voilà, n’en rajoutons pas et cessons de commenter la barbarie.

Tout cela relève de la pornographie comme arme moderne (y compris couplée aux accusations répétées de viol par Gaddafi et ses soldats). Et Dieu sait que ces obsédés de Ricains sont forts dans ce domaine. Il suffit de voir leurs exploits avec les femmes Sud-Américaines résistantes à l’impérialisme dans les années 70 et 80. Plus proches de nous, il y a leurs imitateurs, les soldats israéliens, faisant irruption dans les studios de la télévision à Ramallah (Palestine) et diffusant des « cassettes pornographiques » à l’antenne.

Enfin, et ce n’est pas la fin, la barbarie pornographique et criminelle dans (entre autres prisons et centres de tortures) la prison d’Abou Graib en Irak.

A LIRE : Wayne Madsen. America’s Death Pornography Culture: Celebrating brutal deaths of Qaddafi and Saddam. Global Research, November 2, 2011

http://www.globalresearch.ca/index.php?context=va&aid=27430

_____________

Les Pacifistes de Tunis

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,