Aller à…
RSS Feed

22 juillet 2017

Israël derrière la récente série d’attaques contre les chrétiens d’Égypte


P.A.S.

Yahia Gouasmi
« l’État Islamique » accroit sa présence dans la région du Sinaï

Dimanche 5 mars  2017

Voici plusieurs années que « l’État Islamique » accroit sa présence dans la région du Sinaï avec la volonté de déstabiliser l’Égypte mais aussi de protéger l’entité sioniste par une zone tampon à la frontière égyptienne avec Gaza.

En effet, celle -ci reste pour Israël la garantie d’un blocus efficace face à la résistance palestinienne et ses alliés.

Elle permet, dans un premier temps, d’empêcher la livraison de matériels dans la bande de Gaza, mais aussi de ne plus dépendre des changements politiques et du bon vouloir du gouvernement égyptien.

Hasard du calendrier, cette montée de Daesh au Sinaï a coïncidé avec la destitution du président Mohamed Morsi et l’arrivé du maréchal Al-Sissi au pouvoir.

Ainsi, des combats entre l’armée égyptienne et le groupe terroriste sont de plus en plus fréquents dans cette région : attentats et attaques contre des postes de contrôle et répliques de l’armée et la police égyptienne par des raids et des bombardements.

Mais, dernièrement, nous assistons à un changement de stratégie de la part du groupe « État Islamique au Sinaï » et ce sont les coptes qui sont spécifiquement visés.

En effet Daesh, à travers une vidéo diffusée le 19 février dernier, promet de s’en prendre spécifiquement aux chrétiens d’Égypte. De plus, l’enregistrement en question contient également une nouvelle revendication de l’attentat-suicide perpétré le 11 décembre 2016 dans une église copte du Caire, qui avait fait 29 morts, dont principalement des femmes et des enfants.

Depuis la diffusion de cette vidéo, on déplore plusieurs assassinats ciblés, et un climat de terreur s’est emparé de la communauté copte.

Les actes de barbaries dont sont accoutumés ces terroristes (décapitation, prisonniers brulés vifs, égorgements, etc..), ont eu raison de la communauté copte vivant dans la région, et on assiste ainsi depuis quelques jours à une désertion de ces familles du nord Sinaï.

Selon un responsable de l’Eglise copte cité par l’AFP, plusieurs familles chrétiennes sont arrivées le 25 février dernier dans la ville d’Ismaïlia, près du canal de Suez, où 250 de leurs coreligionnaires avaient déjà trouvé refuge la veille.

Plus de 200 étudiants inscrits à l’université d’Al-Arich, chef-lieu du nord Sinaï, sont également partis, selon Reuters.

Dans cette volonté d’alimenter le sentiment d’insécurité pour provoquer le chaos, tout en essayant de déstabiliser le pays en y attisant les tensions communautaires entre les différentes composantes de la société (chrétiens et musulmans), nous pouvons clairement voir la main de l’entité sioniste.

En effet, les liens entre Daesh et le régime criminel de Tel-Aviv ne sont plus à démontrer.

Ils ont d’ailleurs été évoqués dans un article publié par le site du Parti Anti Sioniste le 26 décembre 2016, intitulé « Quand Daesh sécurise Israël : du dôme de fer au dôme de chair », ainsi que dans plusieurs de nos articles et vidéos.

http://www.partiantisioniste.com/actualites/daesh-securise-israel-dome-de-fer-dome-de-chair.html 

Le Dr Hassan Nafea, professeur de sciences politiques à l’université du Caire, dans une interview au journal « Raï al-Youm », a ainsi déclaré :

« le Sinaï est dans le collimateur du régime israélien, qui œuvre à annexer une partie de ce territoire à la bande de Gaza, pour couper court à la question palestinienne. Ce qui veut dire qu’Israël ne cherche plus à « régler » le problème, mais à le « supprimer. Israël poursuit froidement ce projet, quitte à provoquer des troubles dans la région pour l’imposer à l’Égypte ».

Selon lui, la récente série d’attaques de Daesh contre les chrétiens d’Égypte est liée aux événements suivants :

  • La visite officielle du ministre égyptien des Affaires étrangères Sameh Choukri en Palestine occupée en été 2016 ;
  • Le développement de la coopération sécuritaire entre l’Égypte et Israël suite au regain des attaques terroristes au Sinaï ;
  • Les propos d’un ministre israélien sur le règlement de la crise palestinienne via la décomposition de la péninsule sinaïque et le rattachement d’une partie de ce territoire égyptien à la bande de Gaza ;
  • La conférence de presse conjointe de Donald Trump et Benjamin Netanyahu à la Maison-Blanche, au cours de laquelle le président américain a renoncé à la solution « à deux États » pour régler le conflit israélo-palestinien.

Il nous faut aussi rappeler qu’un plan sioniste pour la destruction de Gaza avait déjà été élaboré par les hautes sphères du gouvernement israélien.

En effet, en décembre 2014, un plan pour exterminer Gaza avait été proposé par Moshe Feiglin, à l’époque vice-président du parlement israélien et leader de « Manhigut Yehudt » (Leadership Juif). Ce plan avait été présenté dans une lettre ouverte adressée au Premier ministre et criminel de guerre Benyamin Netanyahou, qui décrivait une stratégie en vue de se débarrasser du peuple palestinien, qui résiste encore à l’entité sioniste, et de récupérer la bande de Gaza.

(Voir notre article http://www.partiantisioniste.com/actualites/plan-sioniste-exterminer-gaza.html )

Le Parti Anti Sioniste appelle donc le gouvernement, ainsi que le peuple égyptien, à la plus grande vigilance face au défi qui leur est imposé.

Il rappelle que l’unité et la fraternité du peuple égyptien contre le terrorisme, sont un rempart face au plan machiavélique de cette nébuleuse sioniste qui se cache derrière « l’état islamique ».

Yahia Gouasmi
Président du Parti Anti Sioniste

 

Le sommaire du P.A.S.
Le dossier Monde
Les dernières mises à jour

Plus d’histoires deEgypte

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,