Aller à…
RSS Feed

28 mai 2017

Le gaz israélien et l’espionnage des coups de fil de Flynn.


L’ennemi commun des peuples

Par Moon of Alabama

samedi 1er avril 2017, par Comité Valmy

 

Le gaz israélien
et l’espionnage des coups de fil de Flynn.

Ce qui se cache derrière la guerre intestine
de l’État profond étasunien.

Que se cache-t-il derrière les luttes intestines de l’État profond au sujet des élections aux États-Unis et l’« espionnage téléphonique » de la campagne Trump ? Pourquoi l’axe CIA-Neocons s’en prend-il autant à Trump ? Quels sont les intérêts étrangers et quel est l’argent impliqué dans cela ? Les réponses à ces questions sont en train d’émerger.

L’ancien directeur de la CIA sous la direction de Clinton, James Woolsey, s’est rendu au Wall Street Journal et a offert des informations (vraies et fausses) sur le général à la retraite Flynn et sur les entreprises de lobbying auxquelles il participait. Woolsey est un archi néoconservateur. Il a travaillé avec l’équipe de transition de Trump mais a été renvoyé pour cause de «  tensions croissantes avec la vision de Trump au sujet des agences de renseignement ». Flynn est l’ancien conseiller de sécurité nationale de Trump qui plus tard a également été congédié. Woolsey était un membre du conseil d’administration de l’ancienne société de lobbying de Flynn, FIG.

Woolsey déclare qu’en septembre 2016, il a participé à une réunion entre Flynn et des hauts responsables turcs, dont le ministre turc des Affaires étrangères et le ministre de l’Énergie, fils du président turc Erdogan. Lors de la réunion, prétend Woolsey, un brainstorming a eu lieu sur la façon dont le chef de culte turc Fethullah Gülen pourrait, probablement par des moyens illégaux, être enlevé aux États-Unis et remis à la Turquie.

Gülen est accusé par la mafia Erdogan d’avoir lancé une tentative de coup d’État contre elle. Les États-Unis affirment officiellement qu’il n’y a aucune preuve d’une telle accusation et que Gülen ne peut donc pas être livré à la Turquie. Gülen est un ancien atout de la CIA qui a aidé les États-Unis à contrôler la Turquie. Erdogan a divorcé de l’organisation de Gülen après qu’il est devenu inutile pour son projet néo-Ottoman.

Voici le rapport du Wall Street Journal (WSJ) sur les revendications Woolsey et un clip vidéo avec des parties de son interview au WSJ. Woolsey est également passé sur CNN où il a répété son histoire au WSJ.

Flynn a été accusé par la campagne anti-Trump d’avoir travaillé pour la Russie. Il a été payé plusieurs dizaines de milliers de dollars pour des discours qu’il a donnés à Moscou. Il a aussi, parfois, plaidé pour de meilleures relations américaines avec la Russie. Mais l’attitude pro-russe de Flynn était probablement honnête. (Ou les pots de vin impliqués étaient juste plus petits que ceux payés par d’autres.) La rémunération qu’il a reçue était assez faible pour un homme de sa position.

La corruption réelle de Flynn est une autre question. Après avoir été renvoyé de l’administration Trump, Flynn a été rétroactivement mis en examen en vertu de la Foreign Registration Act (FARA). Son cabinet de lobbying avait un contrat de plus de $530 000 pour travailler pour une entreprise proche du président turc Erdogan :

Dans sa déposition, la firme de M. Flynn a dit que son travail d’août à novembre «  pourrait être interprété comme ayant principalement bénéficié à la République de Turquie ». La déposition dit que les honoraires de son cabinet, $530 000, n’ont pas été payés par le gouvernement mais par Inovo BV, une entreprise hollandaise appartenant à un homme d’affaires turc, Ekim Alptekin.

Ce lobbying, et non pas la relation présumée Flynn–Poutine, est le véritable scandale et une partie de la cause des combats interne dans l’État profond représenté par l’opposition entre Trump et CIA / Clinton.

La réunion que Woolsey décrit relevait du «  contrat turc » de Flynn. L’homme d’affaires turc et propriétaire d’Inovo, Ekim Alptekin, est membre de la bande d’Erdogan. Mais, cachée tout à la fin de l’histoire du WSJ, se trouve la vraie clé de compréhension ce réseau de l’ombre.

Inovo a engagé M. Flynn pour le compte d’une société israélienne qui souhaitait exporter du gaz naturel vers la Turquie, et M. Alptekin voulait des informations sur le climat politique entre les États-Unis et la Turquie pour informer la compagnie gazière sur ses investissements turcs.

C’est la compagnie de gaz israélienne, et non pas la succursale d’Alptekin, qui a soulevé la question.

Les champs de gaz du Leviathan (et de Tamar), situés le long de la côte israélienne, sont une ressource énorme d’énergie et de profit SI leur gaz peut être exporté vers l’Europe. Plusieurs entreprises sont impliquées dans l’exploration et toutes cherchent des moyens de relier les champs au réseau gazier européen. Il y a (vraisemblablement) des rumeurs selon lesquelles d’énormes pots de vin ont été versés en Israël, en Jordanie et ailleurs pour obtenir des contrats d’exploration et vendre le gaz. Les négociations entre Israël et la Turquie sur le gazoduc se sont poursuivies. Elles sont liées à un climat positif vis-à-vis d’Israël dans le gouvernement turc, qui dépend encore de la position politique souvent changeante du gang d’Erdogan.

L’image apparaissant ici (beaucoup de recherches et de sources) est la suivante :

Une entreprise israélienne (ou qui que ce soit derrière elle) veut un gazoduc pour la Turquie. Elle embauche Flynn et Alptekin pour organiser un climat positif pour le gazoduc Leviathan au sein du gouvernement turc. Elle offre à Flynn plus d’un demi-million pour un petit (4 mois) travail d’influence. Son travail est de créer une «  atmosphère amicale » pour l’affaire en utilisant son influence aux États-Unis pour accueillir Erdogan. Un point important qui est attendu de Flynn est d’organiser le transfert de Gülen, par quelque moyen que ce soit, des États-Unis à Erdogan.

Après avoir accepté le (lobbying) pots-de-vin, Flynn-la-putain abandonne subitement son ancienne position politique anti-turque, pro-russe, pro-kurde pour celle d’un pro-turc, neutre vis-à-vis de la Russie et anti-kurde. (Son cabinet de lobbying reçu également des petits paiements liés au scandale des serveurs de messagerie de Clinton, qui peut être lié aux liens entre la famille Clinton et l’empire scolaire de Gülen.) Il a eu une rencontre avec les responsables du gouvernement turc / Erdogan dont une partie a été consacrée au transfert de Gülen en Turquie. Il a rédigé un article pro-Erdogan, anti-Gülen, qui a été publié le jour de l’élection et il dénigre le plan du Pentagone de travailler avec les Kurdes en Syrie.

La NSA, la CIA et le FBI écoutent les conversations de Flynn avec les parties turques et israéliennes. (Pour la vieille et longue histoire de ces « écoutes téléphoniques » des appels turcs et israéliens et diverses affaires sales et criminelles qu’ils ont révélés lisez et demandez à Sibel Edmonds.)

Les projets auxquels Flynn participe, en particulier l’élimination de Gülen, sont contre les intérêts à long terme de la CIA (néoconservatrice). Des bandes sélectionnées de ses entretiens sont transcrites et distribuées dans le cadre de la campagne anti-Trump. C’est l’origine des « écoutes téléphoniques » de la Tour Trump dont le président américain s’est plaint. Les informations que la CIA a déterrées au sujet des affaires de Flynn étaient et sont encore utilisées contre Trump.

Woolsey est pris dans l’histoire car il travaillait pour la firme de lobbying de Flynn. (Son histoire néocon pro-sioniste suggère qu’il est le principal chien de garde israélien surveillant Flynn dans tout cela.) Il est maintenant engagé dans la phase de contrôle des dégâts, s’en sort bien et fait sélectivement fuiter son matériel anti-Flynn pour se justifier. (Il y a probablement aussi quelque chose de nouveau, mieux payé pour lui.)

Le pipeline israélo-turc et la lutte interne à l’État profond ne sont pas les seules raisons de la campagne contre Trump. Il y a aussi des intérêts britanniques et l’implication des renseignements britanniques en particulier dans les accusations de « piratage » du Comité national démocrate. Si et comment ceux-ci s’intègrent avec ce qui a été dit précédemment n’a pas encore été révélé.

Moon of Alabama

– Le 26 mars 2017.

Traduction le Saker Francophone

Plus d’histoires deCIA

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,