Aller à…
RSS Feed

17 décembre 2017

Pourquoi la coalition US a besoin des attaques chimiques en Syrie?


Russie politics

Karine Bechet-Golovko

Mercredi 5 juillet 2017

Alors que les pourparlers de paix en Syrie ont repris hier et qu’une rencontre Trump / Poutine se profile, le fantôme des attaques chimiques plane à nouveau sur la Syrie. Quelle coïncidence …

Les « experts » de l’ONU l’ont affirmé: c’est bien du gaz sarin qui a été employé en Syrie en avril et il l’a été par Assad. Ces experts sont particulièrement doués puisque, rappelons-le, ils ne se sont pas rendus sur place, qu’ils n’ont pas pris eux-mêmes les échantillons. Ils se basent sur les affirmations de personnes dont ils n’ont pu/voulu vérifier la véracité des dires et d’échantillons dont la provenance n’est pas certifiée. Evidemment, Damas conteste le fondement de ces conclusions, qui tombent finalement très bien. Et permettent à la France, le 30 juin, de soutenir totalement les Etats Unis dans le combat contre Assad, à Macron de changer radicalement de position tout en gardant bonne conscience:

La porte-parole du Ministère des affaires étrangères russe avait prévenu qu’une machine médiatique se mettait en marche autour de ces attaques chimiques en Syrie, utilisant les ONG financées par l’Occident, ces très compromis Casques blancs et Observatoire syrien à Londres, ainsi que les médias plus que conciliants pour diffuser de manière virale ce qui est nécessaire.

De son côté, l’Armée syrienne libre, soutenue et financée par l’Occident, qui a le grand mérite de lutter contre Assad, et dont les armes et autres livraisons « fuient » vers Daesh, se lance, dans un anglais digne des formulations du Conseil de sécurité, dans une accusation du régime syrien. Ce 1er juillet, comme par hasard, l’armée syrienne aurait à nouveau bombardé avec des substances chimiques sa population:

L’information évidemment se diffuse:

Le ministère des affaires étrangères russe affirme qu’il s’agit d’un fake.. La vidéo semble préparée et peu probable, quant au montage il est de piètre qualité. Mais elle permet de convaincre les convaincus et de faire pleurer dans les chaumières.

De son côté, le Front Sud de l’armée syrienne libre déclare que participer aux pourparlers de paix n’a aucun sens puisque les attaques chimiques se poursuivent. Ce but intermédiaire étant de discréditer ces pourparlers qui font entrer dans le champs politique des structures qui ne sont pas radicalement opposées à Assad.

Toute cette préparation permet d’arriver au point central: la possible intervention de la coalition US, et de ses Etats satellites comme la France, en Syrie. Sans quoi, il sera difficile de trouver un motif pour violer la souveraineté d’un Etat et renverser un Président légitimement élu pour le remplacer par des islamistes, certes « pro-occidentaux », mais islamistes quand même. Cette manipulation de l’opinion publique est dénoncée par Damas:

Et effectivement, il y a des raisons pour s’inquiéter lorsque l’on lit sur le site du Conseil européen des relations internationales que l’une des réponses possibles de la Grande Bretagne à ces attaques chimiques devrait être de soutenir une résolution visant à légitimer une intervention militaire en Syrie. La voix de la France est déjà acquise. Rappelons-nous qu’en avril dernier, Macron prônait déjà une intervention internationale en Syrie … contre Assad. Et justement, le rapport de l’ONU tombe à pic.

Les rouages de cette machine de propagande sont assez simples, voire primitifs. Le but à court terme l’est aussi: préparer l’opinion internationale à une opération militaire en Syrie, avec sous sans décision du Conseil de sécurité, puisque la Russie « soutient » Assad, sa voix peut donc être dépassée. Surtout qu’il y a urgence, l’armée syrienne continue à regagner du terrain, un demi-million de réfugiers syriens internes du coup rentrent chez eux. Et cela selon les données de l’ONU. Ils n’ont donc pas peur du grand méchant Assad, ils ne vont pas se cacher dans les territoires tenus par cette mythique opposition « modéréremment islamiste ». Il faut agir avant que les extrémistes ne soient plus suffisamment forts.

Mais à long terme, quel est le but? Remplacer Assad par des islamistes? S’approprier des parts dans l’exploitation du pétrole dans la région? A moins, qu’il n’y ait pas de politique à long terme.

S’imaginer qu’il n’y aura aucun revers de manche pour l’Europe et les Etats Unis eux-mêmes est absurde. Ces gens – nos dirigeants – qui nous conduisent en grande pompe au sacrifice étant tout sauf naïfs et stupides, ils poursuivent donc un autre but. Ils le poursuivent avec fanatisme, sans aucune considération pour nos sociétés, nos cultures et nos vies, qui tombent de plus en plus souvent sous le coup des actes terroristes en Europe. 

 

 

Le sommaire de Karine Bechet-Golovko
Le dossier Syrie
Les dernières mises à jour

Source : Russie Politics
http://russiepolitics.blogspot.fr/…

Plus d’histoires deEUROPE

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,