Aller à…
RSS Feed

17 décembre 2017

La Tunisie à l’unisson contre toute normalisation avec Israël


P.A.S.

Yahia Gouasmi

Samedi 29 juillet 2017

Alors que l’entité sioniste tente par tous les moyens d’ôter le soutien à la cause palestinienne du cœur des populations arabes et musulmanes, le peuple tunisien, ainsi que son gouvernement, viennent d’apporter la preuve que cette noble cause est ancrée dans la conscience collective de ce pays et de bien d’autres.

En effet, suite à la venue prochaine de l’humoriste franco-tunisien Michel Boujenah dans le cadre du festival international de Carthage au début du mois de juillet, une vive polémique a secoué la Tunisie, dont la majeure partie de la population s’oppose à la présence de l’artiste en raison de ses sympathies sionistes et pro-israéliennes.

Ainsi, les citoyens tunisiens sont scandalisés que ce dernier, qui soutient notoirement les criminels colons sionistes, massacreurs de leurs frères palestiniens, ose venir comme si de rien n’était se produire en spectacle à Tunis.

Forcé d’intervenir, le gouvernement tunisien a appelé au calme en rappelant le « soutien inconditionnel » de la Tunisie à la cause palestinienne. Et ce, à la veille de la venue du Mahmoud Abbas, président de l’Autorité palestinienne, à Tunis le 6 juillet.

Depuis la révolution tunisienne surtout, les langues se délient et les voix s’élèvent d’avantage contre Israël et le sionisme.

Plusieurs affaires ont ainsi marqué l’histoire récente tunisienne à ce sujet, dont le refus d’accueillir en novembre 2014 sur le sol national le philosophe ultra-sioniste BHL, dont la chemise blanche immaculée ne saurait faire oublier le sang du peuple libyen qui tache ses mains, ou plus récemment la censure du film américain « Wonder Woman », dont l’actrice principale israélienne a affiché un soutien enthousiaste à l’armée d’occupation sioniste lors des massacres de Gaza en 2014.

« La Tunisie soutient toujours la cause palestinienne», a précisé le chef de l’Etat Beji Caid Essebsi lors d’une conférence de presse conjointe avec le président palestinien Mahmoud Abbas le 6 juillet au palais de Carthage.

« La Tunisie suit avec grand intérêt l’évolution de la situation en Palestine qui progresse à pas sûrs, même s’ils sont lents, malgré la politique du leurre et du fait accompli de l’occupation israélienne», a-t-il déploré.

C’est la première fois que le président tunisien prend position de façon aussi détaillée sur ce dossier, dans une Tunisie connue pour avoir joué un rôle historique important dans ce conflit, avec l’accueil notamment de l’OLP en 1982, du temps où Essebsi était ministre des Affaires étrangères.

« La normalisation avec l’État sioniste ne concerne pas la Tunisie », a souligné par ailleurs le président tunisien.

Le Parti Anti Sioniste salue cette prise de position claire et nette du gouvernement tunisien contre toute normalisation avec l’entité sioniste criminelle et en faveur du peuple opprimé de Palestine occupée.

Une décision noble et juste, en parfaite adéquation avec l’opinion publique, et dont devrait s’inspirer les dirigeants arabes soumis à Tel-Aviv comme ceux de l’Arabie saoudite ou du Bahreïn.

Une décision également courageuse quand on connait le travail de propagande et de pression que fait subir le lobby sioniste sur les dirigeants arabes.

 
Yahia Gouasmi
Président du Parti Anti Sioniste
Yahia Gouasmi
Président du Parti Anti Sioniste

Le sommaire du P.A.S.
Le dossier Tunisie
Les dernières mises à jour

Source : Parti Anti Sioniste
http://www.partiantisioniste.com/…

Plus d’histoires dePalestine

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,