Aller à…
RSS Feed

23 novembre 2017

Les grosses orchades, les amples thalamèges.. Littératures vagabondes – états d’âme à La Thalamège


 

27/08/2017

DE QUELQUES IDÉES REÇUES – I.

1. Historia tragica Da ilva.jpg

De quelques idées reçues

sur les différences entre les sexes dans la vraie vie et en littérature

I.

 

Pythagore et Platon furent leurs élèves. Ils apprirent la métaphysique aux Grecs, la sorcellerie aux Persans., l’aruspicine aux Étrusques – et aux Romains, l’étamage du cuivre et le commerce des jambons. Mais de ce peuple qui dominait l’ancien monde, il ne reste que des pierres, soit toutes seules, ou par groupes de trois, ou disposées en galeries, ou formant des enceintes.

2. Asuka.jpg

Flaubert, Bouvard et Pécuchet

 

La descente aux enfers de l’Amérique du Nord, qui risque de nous entraîner dans sa chute mais ne le fera que si nous le voulons bien et dans ce cas tant pis pour nous, commence à nous asphyxier. En d’autres mots, nous saturons.

C’est pourquoi nous laissons un peu l’actualité s’écouler sur le côté, comme une rivière qu’on longe en marchant sans trop la regarder.

Aujourd’hui, à partir d’un fait récent, bulle éclatée à la surface du chaudron de sorcières US – l’incident Google –, il nous a pris l’envie de nous pencher sur quelques idées reçues, à notre avis aussi funestes que fausses, et de partager nos réflexions avec vous, si tant est qu’elles vous intéressent. Dans le cas contraire, vous pouvez sans scrupule sauter les quelques posts à venir et nous retrouver dans pas longtemps aux prises avec la glauque réalité de tous les jours. Nous prenons des vacances tardives en somme.

3. Silhouette boat on wave.gif

Guerre des sexes chez l’oncle Sam

I. Au sein de Google

 

Un nouveau Martin Luther ?

(Un conservateur russe sur James Damore)

Egor Kholmogorov – The Unz Review 9 août 2017

4. Luther pinning.jpg

 

[ Qu’on nous permette d’abord de préciser, pour les djeunes, élevés au crack en batteries, que Martin Luther fut un moine et professeur de théologie allemand qui se considéra comme décidément trop opprimé par sa Sainte Mère l’Église et qui, un jour d’octobre 1517 (bientôt 500 ans !) cloua sur les portes de l’église de la Toussaint de Wittemberg ce qu’il appela ses 95 thèses, où il condamnait violemment le commerce des indulgences de l’Église catholique en particulier et le comportement de son haut clergé en général. Il fut excommunié, fonda le protestantisme et mit ainsi à feu une guerre civile européenne qui devait durer jusqu’au XVIIIe siècle et fut d’une atrocité difficile à imaginer même aujourd’hui qu’on a Daech. Juste ce qui pend au nez des musulmans… Si cela peut les consoler : c’est de l’épuisement et de l’écoeurement causés par ces « guerres de religion » que sont sorties les Lumières. Egor Kholmogorov compare ici le « mémo » de James Damore aux 95 thèses de Martin Luther.]

N.B. L’auteur donne au mot mot « gauche » une signification qui n’est pas la nôtre. Nous le disons une fois pour toutes afin de ne pas truffer son texte de guillemets envahissants.

 

[Ceux qui ne sont pas au courant de l’affaire Damore-Google peuvent se reporter à l’article « FAKE NEWS – De Google au Goolag », d’Eric Werner, sur notre post du 13 août 2017. LGO]

 

– Vous persécutez vos employés pour leurs opinions et vous violez les droits des hommes blancs, des centristes et des conservateurs.

– Non, nous ne faisons rien de tel. Vous êtes viré.

 

C’est une conversation très semblable à celle-là qui s’est déroulée récemment dans le bureau d’un des monstres du marché de l’information, la société Google.

Google sait à peu près tout sur nous, y compris le contenu de nos e-mails et nos adresses, elle a des échantillons de notre voix (OK Google) et sait tout de nos préférences y compris sexuelles. Google a été très près de regarder le monde littéralement à travers nos propres yeux avec Google Glass, mais ce projet semble postposé, temporairement sans doute. Cependant, la menace de manipulation de l’opinion publique au moyen des algorithmes d’un moteur de recherche est à l’ordre du jour en Occident depuis longtemps déjà, au point d’être devenue l’intrigue d’un épisode de House of Cards.

À l’inverse, nous ne savons à peu près rien de Google. Mais voilà que, grâce à un scandale idéologique qui vient de secouer la compagnie, il nous est permis de jeter un coup d’oeil en direct sur les valeurs et les convictions dont elle a fait son catéchisme, pour nous influencer autant qu’il lui est possible et influencer plus encore la perception américaine du monde. Google s’est soudain révélée être un système imprégné d’idéologie, baignant jusqu’au cou dans des valeurs de gauche et agressivement féministes. [Kholmogorov et les Étatsuniens donnent au mot « gauche » une signification qui n’est pas la nôtre. Nous le disons une fois pour toutes, afin de ne pas truffer ce texte de guillemets envahissants, ndt.]

L’histoire est la suivante. Au début du mois d’août, un manifeste anonyme intitulé La chambre d’écho idéologique de Google a circulé sur le réseau local de Google. L’auteur y fustigeait le climat idéologique régnant dans la compagnie et en particulier sa politique de soi-disant diversité. Cette politique a été adoptée par la quasi-totalité des sociétés US et Google est allée jusqu’à nommer un « chef de la diversité ». Le but de cette politique est de réduire le nombre des employés blancs de sexe masculin, d’engager au contraire autant de membres de minorités et de femmes que possible et de leur accorder des promotions anormalement rapides qui leur donnent un avantage injuste non basé sur les réalités du marché.

L’auteur y soutient que cette politique de gauche et de « diversité » a créé une chambre d’écho à l’intérieur de la compagnie, où chaque individu ne parle qu’à ceux qui partagent ses opinions et ne fait ainsi que renforcer la conviction que leurs croyances communes sont les seules qui importent. Cette « chambre d’écho », dit-il, rétrécit l’horizon intellectuel ,de chacun  et sape l’efficacité du travail, dans la mesure où « suivre la ligne du parti » prend la précédence sur toute productivité réelle.

Contrairement à ses mots d’ordre « vision » et « innovation », l’auteur affirme que la compagnie a perdu complètement la vue, aveuglée par le bandeau qu’elle s’applique à elle-même, et qu’elle est embourbée dans un véritable marais.

Comme Google emploie des intellectuels, prétend-il, et que la plupart des intellectuels occidentaux sont de gauche, cela aboutit à créer une clique fermée de gauchistes à l’intérieur de la compagnie. Si la droite rejette tout ce qui est contraire à Dieu>nature humaine>hiérarchie, la gauche affirme que toutes les différences naturelles entre humains sont inexistantes ou le résultat de structures sociales*.

L’idée centrale de la gauche est la lutte des classes, et, étant donné que la lutte du prolétariat contre la bourgeoisie est maintenant hors de propos [tongue-out], l’atmosphère de lutte a été reportée sur les relations de genre et de race. Les Noirs opprimés se battent contre les Blancs oppresseurs, les femmes opprimées contestent les mâles oppresseurs. Et la direction de la compagnie (ainsi que, jusqu’à récemment, la présidence US) est chargée de faire advenir la « dictature du prolétariat » en imposant une politique de « diversité ».

Le critique auteur du mémo prétend que la chasse aux sorcières dont font l’objet les centristes et les conservateurs, qui sont forcés de cacher leurs préférences politiques ou de démissionner, n’est pas le seul effet de la tyrannie de gauche. La politique de gauche conduit aussi à l’inefficacité, dans la mesure où un emploi convoité n’est pas attribué au meilleur candidat mais à « la meilleure femme de couleur » candidate. De multiples programmes éducationnels ou de motivation ne sont accessibles qu’aux femmes ou aux minorités. Le résultat est une efficacité en chute libre, une démotivation des Blancs (mâles) à se donner du mal dans leur travail et un climat de nervosité sinon de sabotage. Au lieu de sortir de nouveaux produits révolutionnaires à la chaîne, affirme le critique, Google gâche trop d’efforts à jeter de l’huile sur le feu de la lutte des classes.

Quelle solution propose-t-il ?

 

Que l’on cesse de diviser les gens en « oppresseurs » et « opprimés » et d’ainsi opprimer par force les prétendus oppresseurs. Que l’on cesse de marquer au fer le moindre dissident sous l’inculpation d’immoralité, de racisme, etc.

Le droit à la diversité d’opinion doit s’appliquer à chacun. La compagnie doit arrêter de s’aliéner les conservateurs qui sont – pour appeler un chat un chat – une minorité dont il faut que les droits soient respectés. En outre, ceux qui inclinent au conservatisme ne sont pas sans présenter des avantages, tels qu’une conception ciblée et méthodique de leur travail.

Que l’on combatte toutes les sortes de préjugés, et pas seulement ceux considérés comme dignes de l’être par l’Amérique politiquement correcte.

Que l’on mette fin aux programmes de diversité discriminatoires envers les Blancs (mâles) et qu’on les remplace par des programmes non discriminatoires.

Que l’on évalue de façon non biaisée les prix de revient et l’efficacité des programmes de diversité, qui ne sont pas seulement coûteux mais qui dressent aussi une partie des employés de la compagnie contre l’autre.

Au lieu de se focaliser sur les différences de genre et de race, que l’on se concentre sur la sécurité psychologique à l’intérieur de l’entreprise. Au lieu d’exiger que l’on « ressente la doulezur des autres », que l’on discute les faits. Au lieu de cultiver la sensiblerie et la peau douce, que l’on analyse les questions réelles.

Que l’on admette que toutes les différences, de race comme de genre, ne sont pas le résultat de structures sociales ou des produits de l’oppression. Que l’on s’ouvre davantage à l’étude de la nature humaine.

 

Ce dernier point s’est avéré le plus vulnérable, parce que l’auteur du manifeste a continué d’y formuler ses idées sur ce qui différencie les mâles des femelles, idées que la société Google devrait accepter comme des faits si elle veut améliorer ses performances.

Les différences invoquées par l’auteur sont les suivantes :

 

Les femmes s’intéressent davantage aux gens ; les hommes s’intéressent davantage aux choses.

Les femmes inclinent à la coopération, les hommes à la compétition. Trop souvent, les femmes sont incapables d’accepter les méthodes de la compétition considérées comme naturelles par les hommes.

Les femmes recherchent un équilibre entre leur travail et leur vie privée : les hommes sont obsédés par le prestige et la réussite sociale.

Le féminisme a joué un rôle majeur pour émanciper les femmes du rôle que leur réservait leur sexe, mais les hommes sont toujours très fortement lié au leur. Si la société cherche à « féminiser » les hommes, cela ne conduira qu’à leur faire abandonner STIM (science, technologie, ingénierie et mathématiques) pour s’adonner à des occupations de fifilles (ce qui affaiblira la société en fin de compte).

 

C’est ce morceau de rhétorique théorique sur les différences entre les hommes et les femmes qui a provoqué le plus de colère. L’auteur s’est aussitôt vu taxer de propagation de stéréotypes sexistes et la direction de Google est partie à la chasse au dissident, avec l’intention évidente de le flanquer à la porte.

 

6. Damore.jpeg

Le 8 août, l’hérétique a été identifié comme étant James Damore, un programmeur. Il a été licencié avec effet immédiat [une coutume bien ancrée dans les mœurs patronales US, ndt] parce que, ainsi que l’a déclaré le PDG de Google Sundar Pichai : « des parties de ce mémo violent notre Code de Conduite et franchissent la ligne de démarcation entre ce qui est autorisé et ce qui ne l’est pas en avançant des stéréotypes de genre sur notre lieu de travail ». Damore a annoncé qu’il envisageait une action en justice.

Nous vivons des temps post-Trump, raison pour laquelle la presse occidentale est loin d’énoncer un verdict unanime sur l’affaire Damore. Certains le traitent de « sexiste typique » ; pour d’autres, c’est un « martyr de la libre expression ». En congédiant Damore, Google a implicitement confirmé que toutes les plaintes quant à une chambre d’écho et à une intolérance agressive de gauche étaient bien au cœur du problème.

Julian Assange a pour sa part déjà tweeté : « La censure, c’est pour les perdants. Wikileaks offre un job à l’ingénieur James Damore viré par Google ».

Il est très plausible que le mémo Damore finisse par jouer le même rôle révolutionnaire pour mettre en cause les insanités du politiquement correct que l’ont fait en leur temps les dossiers Wikileaks et Snowden pour soumettre à discussion le linge sale des gouvernements et des services secrets. Si cela se produit, Damore fera l’histoire dans le rôle d’un nouveau Martin Luther défiant la « papauté » libérale.

Cependant, en dépit de son audace intellectuelle, il faut reconnaître que les vues de Damore lui-même sont vulnérables à la critique conservatrice. Malheureusement, comme le gros de la pensée occidentale, elles tombent dans le dilemme entre « constructivisme culturel » de gauche et naturalisme conservateur.

En théorie, il n’y a que deux points de vue possibles : soit les différences entre les races et les sexes sont biologiquement prédéterminées et donc immuables et par conséquent devraient toujours être prises en compte, soit ces différences ne sont que des constructions sociales et devraient être détruites comme arbitraires et injustes.

La base idéologique des deux points de vue est immédiatement évidente. Les deux identifient « biologique » à « naturel » et, de là, à « vrai », « social » à « artificiel » et, de là, à « faux ». Les deux côtés rejettent le « préjugé » en faveur de la « vision », mais les gens de gauche politiquement corrects ne rejettent qu’une partie du préjugé, tandis que leur critique préconise de tout jeter sans distinction.

En guise de réponse, Damore se prend une baffe : ses idées sont accusées de provenir d’un préjugé misogyne. La façon dont il conçoit les conservateurs est elle aussi hélas tout à fait superficielle. La caractéristique principale du conservatisme n’est pas de jeter tous ses efforts dans un travail de routine, elle est de tirer de la tradition une inspiration créative. Le principe du conservatisme est « innover grâce à la tradition ».

L’erreur-clé que commettent en commun les gauchistes de Google et leur critique est de voir dans des stéréotypes la distorsion de quelque vérité naturelle. Si les deux côtés voulaient se plonger dans une lecture en profondeur d’Edmund Burke, le « père du conservatisme », ils apprendraient qu’un préjugé est une colossale expérience historique, comprimée en une forme pré-logique, une conscience collective qui agit quand la raison individuelle fait défaut ou quand une analyse scrupuleuse est impossible. Dans ce genre de circonstances, suivre le préjugé est une stratégie plus valable que le contredire. Le préjugé, c’est la sténo du sens commun. Parfois il simplifie les choses à l’excès, mais il fonctionne quand même la plupart du temps. Et ce qui est plus important, c’est que toute tentative pour agir « en dépit des préjugés » mène presque toujours au désastre.

Cependant, l’ère moderne nous permet de diagnostiquer nos propres préjugés et de les rationaliser, de manière à pouvoir mieux les contrôler par opposition à l’obéissance ou au rejet aveugles. De plus, si la question d’un « entraînement psychologique » se pose un jour dans un pays aussi conservateur que la Russie, c’est un problème sur lequel il faudrait se concentrer : analyser les racines de nos préjugés et leur utilisation efficace.

On peut faire de même pour les relations entre les sexes [il dit « genres », dans ce cas, il y en a trois, ndt]. Damore oppose la « lutte des classes entre genres » de la gauche à un modèle technocratique de maximisation des profits à partir des « pour » et des « contre » de chaque genre. Ce fonctionnalisme parait logique à

sa manière, mais en fait il se base sur des a priori trop larges en prétendant que toutes les femmes sont inadaptées à la compétition, qu’elles aiment toutes les relations et les tâches ménagères et que tous les hommes obéissent à des impératifs de carrière et de statut social. Et, comme Damore revendique un fondement biologique à ses suppositions, toutes les options nue nous avons se réduisent à les accepter ou à le décréter horrible sexiste et chauviniste mâle.

Cependant, le fait que les rôles historiquement développés par les sexes aient une base biologique mais résultent en grande partie les réduire en charpie comme prétendent le faire les gens de gauche. C’est même le contraire : le déterminisme social, culturel et historique de ces rôles est une raison de plus de les conserver plus ou moins dans leur forme sans coups de force ou révolutions.

Pour commencer, la tradition est une accumulation d’expériences. Rejeter les traditions équivaut à une faillite sociale et il faut de très bonnes raisons pour justifier ce rejet. Deuxièmement, aucun changement dans les traditions ne se produit grâce à une « révolution des sexes » qui ne peut aboutir qu’à leur inversion parodique. Mettre les hommes en talons hauts, en minijupe et en soutien,-gorge et les faire partir en guerre contre les urinoirs dans les toilettes publiques ne fait que renverser la polarité sans créer une égalité réelle.

 

7. Urinoir.jpg

Peut-être est-ce la faute à Marcel Duchamp, tout ça…

 

La conscience publique continue à voir le « mâle » comme « supérieur » [!?!] et la rétrogradation de la « masculinité » en « féminité » comme une dégradation du « supérieur ». Rien de bon ne peut en sortir, de même qu’aucun bien n’est sorti de l’humiliation de la richesse et de la noblesse par la révolution communiste en Russie. Ce qui se produit aujourd’hui, ce ne sont pas des droits égaux pour les femmes, mais le triomphe du bolchevisme des genres.

L’erreur de Damore, par conséquent, consiste à abandonner le domaine du social et de l’historique à l’ennemi et de limiter la sphère d’influence du conservatisme à la nature, au domaine biologique.

Le but final de la solution conservatrice dans le domaine des genres ne devrait pas se limiter à une fonctionnalisation rationaliste de la société. Il devrait conduire à la découverte d’une cohésion sociale où adhérer aux comportements et aux stéréotypes traditionnels mâle et femelle (ne les appelons pas des rôles, le monde n’est pas une scène de théâtre et les hommes et les femmes ne sont pas des acteurs) ne devrait pas empêcher les mâles et les femelles de s’exprimer dans d’autres domaines que les leurs, à condition qu’ils en aient la vraie vocation et les talents.

L’art de la guerre n’est pas typiquement féminin, pourtant, des femmes guerrières comme Jeanne d’Arc ont laissé le plus grand impact dans la mémoire historique. L’art de gouverner est vu comme principalement mâle, il y a eu pourtant de grands gouvernants femelles, qui ont marqué les esprits non par une utilité fonctionnelle mais par un véritable charisme** d’autant plus mémorable. La famille est le modèle stéréotypé de la femme, ce qui conduit à éprouver une plus grande révérence pour les pères qui ont mis leur cœur et leur âme dans leur famille.

La cohésion sociale, dont une partie intégrante est l’harmonie entre les hommes et les femmes dans le temple de la famille, est l’idéal à poursuivre par notre société russe, orthodoxe, conservatrice. C’est l’effondrement de la famille qui a fait, des relations entre les sexes une question si énorme en Occident : les hommes et les femmes n’y sont plus réunis dans un effort de solidarité mais dressés les uns contre les autres comme les membres de classes antagonistes. Et cette lutte, comme le démontre le mémo Damore, est déjà en train de bloquer la machine à faire des affaires des compagnies occidentales. Eh bien… étant donné l’hostilité de nos relations actuelles, c’est probablement tant mieux.

­­­­­­­­­­________________  

* Rappelons quand même que la définition de l’égalité selon la vraie gauche est que tous les humains sont égaux en droits et que (la République) ne reconnaît d’autres inégalités que celles « des vertus et des talents ».

** Nous trompons-nous en comprenant que Catherine II s’est maintenue si longtemps et si fort au pouvoir non parce qu’elle savait gouverner mais parce qu’elle avait du charisme ?

 

Source : http://www.unz.com/akarlin/kholmogorov-new-martin-luther/…

Traduction du russe : Fluctuarius Argenteus, pour The Unz Review

Traduction de l’anglais : c.l. pour Les Grosses Orchades

3. Silhouette boat on wave.gif

À notre humble avis :

Quiconque a œuvré, si peu que ce soit, depuis la dernière guerre, dans une filiale de boîte US, sait que le comportement de Google n’a rien de nouveau ni d’exceptionnel. En d’autres termes, les « corporates » US ont peut-être changé de crédo : elles n’ont pas changé de manières. Ni de fins. Et ni « la gauche » ni la guerre des sexes, même à l’Américaine, n’y sont pour rien.

L’effet d’abord produit sur nous par la lecture de son mémo est que Damore est un jeune sot plutôt borné, qui parle avec présomption de choses qu’il ne connaît pas, que tout cela concerne les Américains, qu’Einstein avait bien raison, et qu’ils se démerdent.

Mais les choses ne sont pas si simples, parce que James Damore se sent opprimé et qu’il l’est.

Évidemment, l’idée qu’il se fait d’une société idéale et du but qui devrait être le nôtre dans l’existence est idiote, mais à qui la faute ? Il est le produit tragiquement inabouti d’une société qui met depuis 500 ans l’idée présomptueuse de Martin Luther en pratique (tout le monde doit lire la Bible sans intermédiaire), ce qui fait que, depuis 500 ans, des crétins analphabètes mais surtout d’un infantilisme à pleurer prennent à la lettre (et imposent !) des métaphores poétiques d’il y a dix mille ans dont plus personne n’a la clé.

Pour sa part, Damore se fait le champion de la compétition et du conflit, en croyant faire ainsi preuve de virilité, parce qu’il ignore que quelques-uns des génies les plus virils au monde ont combattu ces recours infantiles au droit du plus simpliste (Lao Tseu, Tchouang Tseu, Henri-David Thoreau, Robert Graves, John Cowper Powys, pour nous en tenir à une pincée de Chinois et d’Anglo-Saxons). Cela ferait rire si ce n’était si triste. Si Damore avait lu ne fût-ce qu’un seul livre de son compatriote Robbins, il fermerait son clapet, trop occupé à lire le reste et à sortir de l’ignorance où le maintiennent les idées reçues, hélas toutes-puissantes et majoritaires dans son pays.

Donald Trump avait parlé, dans sa campagne, d’assécher le marais US… Hélas, il n’a rien pu assécher du tout. Le marais mouvant ne cesse d’enfler, d’aspirer et de digérer tout ce qui a le malheur de se trouver sur son chemin. Peut-être, dans un millénaire ou deux, quelqu’un finira-t-il par y arriver, mais le malheureux Damore ne sera plus là pour le voir.

 

Egor Kholmogorov est un cas un peu différent.

Qu’il se trompe aussi dans une certaine mesure ne fait aucun doute. (Mais pourquoi faut-il qu’à chaque génération, la jeunesse refuse l’expérience de ses prédécesseurs et tienne autant à faire ses propres conneries, de préférence à contre-courant ?). Son cas est moins grave parce qu’il ne manque pas, dans son pays, de gens capables de lui opposer des arguments qu’il lui faille accepter pour peu qu’il soit de bonne foi.

Pour ce qui est des différences entre les sexes, ses idées reçues sont peu ou prou les mêmes que celles de Damore.

Pour le reste, la politique par exemple, elles lui viennent en droite ligne des contre-révolutionnaires de l’époque Eltsine et de l’Occident le plus réactionnaire, Burke en tête (mais Burke n’a-t-il pas condamné une révolution admirée par les Bolchos ?). Retour, donc,  aux tsars et aux riches si maltraités par les affreux communistes. Le mot-clé, dans son discours est bien entendu « humiliation ». Toute humiliation est mauvaise, d’où qu’elle vienne et où qu’elle aille. Et sans doute les Bolcheviques ont-ils eu grand tort d’humilier la richesse et la noblesse en les empêchant de continuer à humilier tout ce qui n’était pas elles jusqu’à la fin des siècles…

Il doit être bien jeune aussi.

 

3. Silhouette boat on wave.gif

 

II. Dans l’US Army

Une conversation interdite aux mineurs sur les LGBTQ et les XX dans l’armée

Ilana MercerThe Unz Review 1er août 2017

 

8. LGBT US ARMY.jpg

 

Comme il était à prévoir, les Chefs d’État-Major ont déjà écarté d’un revers de main et ridiculisé la directive du président Trump du 26 juillet sur les LGBTQ, qui interdisait la production politisée de transsexuels sur le théâtre de la guerre.

Pourquoi « à prévoir » (prêchi-prêcha, aussi) ? Que cela plaise ou non aux Républicains, l’armée, c’est le gouvernement, elle fonctionne comme un gouvernement, elle est financée comme un gouvernement, et elle est affligée des tares inhérentes au gouvernement. Comme tous les autres ministères et départements dirigés par le gouvernement, l’armée US est menottée par le multiculturalisme, le féminisme et toutes sortes de politiques sexuelles outrancières, de discriminations positives et de politiquement correct capable de tuer.

Et qui a tué.

 

Islam über alles

Le cas de tueur politiquement correct le plus notoire de l’armée fut celui du major Nidal Malik Hasan. Après qu’il eût massacré 13 personnes, « le colonel commandant Steven Braveman, un collègue de Hasan au centre médical Darnall de Fort Hood, s’est porté garant de Hasan, disant qu’il avait toujours effectué son travail de manière efficace et n’avait manifesté aucun signe visible de dérangement. »

Il mentait ! Parce qu’il n’importait nullement aux pontes de l’armée que ce multi-meurtrier en gestation ait été un psychiatre infect et sadique, ni que le sujet des « conférences » médicales qu’il donnait fût le Jihad, non les anciens combattants ses patients, et que « Soldat d’Allah » fût embossé en relief sur ses cartes de visite. C’est pourquoi le haut commandement militaire avait très consciemment gardé le major Hasan en style.

Quels que fussent les vices professionnels et personnels de Hasan, ses chefs pensaient qu’il valait la peine qu’on prenne des risques en sa faveur, qu’il méritait son laisser-passer de sécurité top-secret, son grade et un salaire à six chiffres. C’est avec l’imprimatur de l’armée que Hasan se promenait d’un air dégagé par tout Fort Hood, dans ses robes à la Lawrence d’Arabie.

De la même manière, feu le lieutenant général Robert W. Cone, commandant le IIIe corps à Fort Hood se vantait de la politique « no guns » en vigueur à la base. Celle, précisément, qui a laissé les victimes impuissantes : « En pratique, nous ne portons pas d’armes ici, c’est notre foyer ». Un foyer funéraire pour certains !

 

LGBTQ comme ingénierie sociale

LGBTQ est un programme politique pourquoi ? Au centre du concept des « Lesbiennes, Gays, Bisexuels, Transsexuels, Allosexuels et En Questionnement » (« Lesbian, Gay, Bisexual, Transgender, Queer and Questioning »  dans l’armée, il y a l’idée d’un groupe dont les membres ont choisi de s’identifier non comme « soldat de IIe classe X » ou « soldat de IIe classe Y » mais comme membre d’une fraternité politique qui promet (et qui tient) une politique bruyamment agressive d’identité sexuelle.

Évangéliser pour la cause est implicite dans l’introduction de cette production politique dans l’armée. Implicite aussi est le paiement par l’armée de procédures médicales électives radicales et les traitements hormonaux qui s’ensuivent. En d’autres termes, LGBTQ dans l’armée n’est pas là pour améliorer une force de combat mais pour y introduire un Xième programme de réformes sous la houlette de l’État. L’accès égalitaire a pour but ici, par inadvertance (comme toujours), d’augmenter le pouvoir du gouvernement et en même temps de « ré-éduquer le pays ».

En outre, LGBTQ dans l’armée n’est qu’une autre « politique sociale draconienne (appliquée) sans faire preuve du moindre intérêt pour – et dans la plupart des cas en supprimant activement – l’information de bonne foi sur la manière dont ces politiques la jouent au ras du sol » selon les mots prémonitoires de Stephanie Gutman, auteur de The Kinder, Gentler Military: Can America’s Gender-Neutral Fighting Force Still Win Wars?[« L’armée plus aimable et plus douce : La force armée châtrée de l’Amérique peut-elle encore gagner des guerres ? »]

 

De la neutralité sexuelle à la fluidité sexuelle

Les filles : c’est contre leur présence dans l’armée que Gutman mettait en garde aux environs de l’année 2000, non pas contre celle des « Lesbiennes, Gays, Bisexuels, Transsexuels, Allosexuels et en Questionnement ». Si pionnière et innovatrice qu’ait été à l’époque l’enquête de Mad. Gutman sur la manière dont les femmes avaient transformé l’armée, son moral et sa combativité, jamais cet auteur n’aurait imaginé que, de la neutralité sexuelle, l’armée allait passer dans l’Encore Meilleur des Mondes de la fluidité sexuelle.

Gutman a mis tout cela sur le dos des présidents George Bush et Bill Clinton, des secrétaires à la Défense Richard Cheney, Les Aspin et William Cohen, des membres du Congrès qui avaient rédigé et passé les lois qu’ils ont signées, et la direction du Pentagone qui s’est contentée de sourire nerveusement et de rester assise sur ses mains pendant que tout cela se produisait.

À quelles suffisances fatales ont obéi ces dirigeants et leur législation ?

« Un des projets qui a le plus ensorcelé les huiles tout au long des années 1990 a été l’intégration des femmes. (…) Les années 1990 ont été une décennie au cours de laquelle les grands chefs ont livré leurs soldats à des planificateurs sociaux amoureux d’une utopie politiquement correcte – impraticable et dans beaucoup de sens indésirable – où hommes et femmes allaient besogner côte à côte, également adaptés aux mêmes tâches, interchangeables et, bien sûr, jamais distraits de rien par des pulsions sexuelles. »

« Il y a eu des femmes dans l’armée, depuis… eh bien… toujours » a observé Gutman. « Mais quelque chose de nouveau s’est produit dans les années 1990 par rapport à la manière dont l’armée traitait la “question des femmes”. Les buts poursuivis ont changé. Ils sont passés de “faire le meilleur usage possible du relativement petit nombre de femmes que l’armée avait attirées au fil du temps”, à réaliser ce que le président Clinton et le ministre des armées Togo West ont appelé « une force armée qui ressemble à l’Amérique” ».

Le reste appartient à l’histoire. La « Nouvelle Armée », comme on la nomma ouvertement, était créée, la « culture martiale » oblitérée et remplacée par une sensibilité pleurarde. Ce qui scandalisa Mad. Gutman fut, une fois encore, le total désintérêt manifesté par « les importants » (et quelques importantes) pour « l’état d’esprit et tout ce que ressentirent des soldats, des marins, des Marines et des aviateurs de manières très diverses pendant la seconde moitié des années 1990. »

Cette indifférence crasse est toujours perceptible aujourd’hui et elle se manifeste dans la réaction de la clique dirigeante à l’élan que voulait donner le président Trump à sa politique sur le transsexualisme à l’armée. Quand le sénateur Orrin Hatch, et les dirigeants du GOP qui l’ont épaulé, ont enjoint au président Trump d’abandonner sa politique d’interdiction de la culture du transgenres à l’armée, ont-ils fait preuve du plus minime intérêt pour une « information de bonne foi » sur la manière dont le transsexualisme « la joue au ras du sol » ainsi que le disait Gutman dans son réquisitoire contre la direction politique et militaire de l’année 2000 ?

Ces hyper-planificateurs sociaux se soucient-ils le moins du monde de la manière dont les soldats en chair et en os réagissent, quand un  de leurs camarades de chambrée se met à avoir des seins qui poussent et à battre langoureusement des cils ?  Et comment ces dynamiques superposées affectent les situations de vie ou de mort ?

Cela dit, LGBTQ est sans importance à l’heure qu’il est, dans une armée au bout du rouleau, flinguée par une politique sexuelle punitive, entravée et démoralisée par les besoins des femmes tels qu’interprétés par la direction militaire-et-politique.

 

Quelques femmes de bien.

À la surprise des libéraux, quelques femmes de bien ont protesté. L’ex-membre des Forces Spéciales Catherine Aspy, par exemple. Son compte-rendu, publié par le Reader’s Digest en février 1999, a été cité par Fred Reed dans heretical.com. Aspy, qui « était sortie de Harvard en 1992 et s’était engagée dans l’armée en 1995 », disait ceci :

« J’étais sidérée. L’armée était une vaste garderie pleine de mères célibataires adolescentes, qui la considéraient comme un foyer social. Je prenais l’entraînement au sérieux et j’ai vraiment essayé de me maintenir au niveau des hommes. Je me suis aperçue que je ne pouvais pas. Je ne m’en approchais même pas. Je ne m’étais pas rendu compte que nos différences de capacités physiques étaient si énormes. Il y avait toujours des tas de femmes qui restaient assises pendant les exercices ou qui se déplaçaient avec des béquilles, suite à des blessures qu’elles s’étaient faites à l’entraînement.

« Ils (l’armée) avaient si peur du harcèlement sexuel que les femmes n’avaient pas le droit d’aller nulle part sans être accompagnées d’une autre femme. Ils les appelaient des “copines de combat”. C’était fou. J’avais 26 ans et je ne pouvais pas aller aux toilettes toute seule. »*

 

Châtrée depuis les années 1990

La reprogrammation biologique et le lavage de cerveau, grâce à Rome sur le Potomac, se voyaient déjà clairement dans une série télévisée patronnée par le Pentagone, que diffusa la chaîne VH1 : Military Diaries [« Journaux militaires »], dont j’ai moi-même rendu compte en 2002. Vendu comme « un puissant coup d’œil en direct sur nos héros, leurs histoires et la musique qui les fait vibrer », ce divertissement militaire [« militarytainment »] ne pouvait qu’affermir la résolution de l’ennemi.

Les téléspectateurs étaient accueillis par les balancements de bassin et les seins soubresautants d’une recrue nommée Charlie, qui chaloupait sur la musique, suivi de Laurie, Danielle, Paul, et Jimmie entre autres. Ces recrues du genre pin-up fofolles voulaient que les téléspectateurs sachent que leur « vrai devoir était de fournir une aide humanitaire aux Afghans » (c’est dans le Serment d’Engagement révisé apparemment). Ils tenaient à faire partager leur rêve d’être des « auteurs auto-édités ». Et ils ne faisaient pas mystère de la joie qui était la leur à la perspective de recruter de la main d’œuvre pour des jobs comme « Diversity Awareness Officers » et « Drug and Alcohol Counselors » (soit « agents de sensibilisation à la diversité » et « conseillers en matière de drogues et d’alcool »). Qu’il suffise de dire que le « visage humain » de nos co-étudiants hommes et femmes tenait davantage de la bouillie que du caractère. Les Military Diaries étaient des vidéos destinées à motiver nos ascétiques ennemis musulmans.

Au lieu d’avoir honte de ce credo du laisser-aller, ceux qui étaient au sommet de l’armée et du pays l’ont autorisé, aussi fier d’arborer leurs fantaisies émotionnelles que si on les avait décorés du Purple Heart.

Sans tomber dans les conversations interdites aux mineurs, il me faut quand même dire que les XX dans l’armée ont été une vraie bénédiction pour… l’urologie. La « réforme politique », a vu paraître, depuis les années 1990, quantité de descriptions pittoresques dans les journaux médicaux à propos de l’incontinence et des infections des voies urinaires (IVUs) qui ont empoisonné la vie de nos jeunes femmes en armes dans leurs lieux de déploiement. En plus de leur force physique inférieure, de leur propension supérieure aux névroses et de leur parade sexuelle permanente. Les voies urinaires des femmes souffrent, paraît-il, « en environnements austères ». Les formations d’ISIS, faut-il le dire, ne souffrent, elles, pas du tout d’IVUs parce qu’elles ne s’encombrent pas de femmes.

Quoi qu’il en soit, LGBTQ est une feuille de vigne qui camoufle le fait que l’armée a été châtrée par le style de recrutement des nineties, où on ne s’est donné rien de moins comme but à atteindre qu’une représentation proportionnelle femmes-hommes sous les drapeaux. La position officielle est devenue alors quelque chose comme : « Nous voulons que vous (Mesdames) vous engagiez. Nous voulons que vous restiez parmi nous. Dites-nous ce que vous trouvez trop inconfortable, pour que nous le changions. »

Et ils l’ont fait.

Au bout du compte, l’idée que n’importe qui a le droit de servir dans les institutions du gouvernement va à l’encontre de la nécessité de contenir la croissance et la portée du gouvernement.  

_____________ 

* Ces Messieurs-Dames – Fred Reed surtout – n’ont jamais entendu parler de Jeanne d’Arc, ni des guerrilleras cubaines ou vietnamiennes… Il est vrai que le sujet est peut-être tabou chez les vaincus.

 

9. Ilana 2.jpeg

 

Ilana Mercer tient une chronique paléolibertaire depuis 1999 et elle est l’auteur de The Trump Revolution: The Donald’s Creative Destruction Deconstructed (Juin 2016) & Into the Cannibal’s Pot: Lessons for America From Post-Apartheid South Africa (2011). Suivez-la sur Twitter, Facebook,Gab & YouTube.

 

Source : http://www.unz.com/imercer/an-x-rated-conversation-about-…

Traduction : c.l. pour Les Grosses Orchades

 

3. Silhouette boat on wave.gif

 

Les commentaires, comme il arrive quelquefois sont encore plus importants que l’article en soi. Nous n’avons pas traduit les 191 générés par ce sujet. [Avis aux anglophones : ne ratez pas les interventions de Pissedoffalese.] On y apprend notamment que les troufions de la valeureuse armée aujourd’hui putschiste se conduisent envers les femmes comme on supposait, après deux dizaines de siècles d’expérience, qu’ils devaient le faire, y compris et même surtout à l’égard des femmes-soldats : comme de gros machos qui violent d’abord et qui demandent parfois votre nom après mais à vrai dire assez rarement. Et ce, de plus en plus désinvoltement à mesure qu’on monte dans la hiérarchie (quelqu’un est surpris ?), et cela, sans exception pour les Noirs. On leur a au moins accordé ça…

Qu’une femme ait été assez bête pour s’engager, soit parce qu’elle est au chômage et aux abois, soit parce qu’elle s’imagine que l’armée va lui servir de marche-pied pour trouver un job de sténo à l’ONU (son rêve) le cursus honorum americanum est toujours le même : couche-toi et ferme ta g…, le bétail femelle est fait pour qu’on s’en serve. Celles qui ne sont pas contentes n’avaient qu’à ne pas se trouver là.

L’article vous aura déjà appris que, dans un pays qui n’a pas les moyens de rembourser leurs aspirines aux pauvres (civils), l’Armée prend à la charge des contribuables les frais d’opération des GI’s qui veulent changer de sexe, et leur suivi psycho-chiatrique et hormonal après. Dans les deux sens. S’il n’y en a que deux.

 

_____________

Les bilingues peuvent voir aussi : https://www.nytimes.com/2017/07/27/opinion/trump-transgen…

Et : https://www.rt.com/uk/396132-ladies-gentlemen-gender-tube…

 

3. Silhouette boat on wave.gif

On est en vacances mais on fait une petite exception pour vous signaler deux articles récemment parus sur le site de notre amie Jo Busta Lally :

 

« AMERIGO » DOIT PARTIR

0. freccia nera piccola x.GIF

https://jbl1960blog.wordpress.com/2017/08/24/amerigo-doit…

3. Silhouette boat on wave.gif

Les vrais chiffres du chômage de juillet 2017 + les délires de Jupiter 1er

0. freccia nera piccola x.GIF

https://jbl1960blog.wordpress.com/2017/08/25/vrais-chiffr…

 

3. Silhouette boat on wave.gif

Mis en ligne le 27 août 2017.

Notre bateau d’aujourd’hui :

História trágica marítima, 1944, Maria Helena Vieira Da Silva

Plus d’histoires deCulture

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,