Aller à…
RSS Feed

17 décembre 2017

Les grosses orchades, les amples thalamèges.. Littératures vagabondes – états d’âme à La Thalamège


15/09/2017

L’EUROPE ALLEMANDE

1. Horribles cruautes des Huguenots en France 16e s.JPG

Horribles cruautez des Huguenots en France (gravure du XVIe siècle)

 

Autre interruption de nos vacances ± forcées…

2. titre_manuel.GIF

3. Manuel de Diéguez.JPG

 

L’Europe allemande

 

L’Occident qualifié de rationnel n’a aucune connaissance rationnelle de la nature et du poids des langues et des religions sur la mentalité des peuples et des nations.

 

4. Europe allemande.JPG

 

Tout laisse présager que l’Allemagne de demain voudra se présenter en moteur politique de l’Europe au détriment des intérêts à long terme de la France. Cependant, l’emprise, un demi-siècle durant, de Bonn la catholique sur l’histoire des Germains a occulté l’évidence que l’Europe en marche sera protestante. L’exemple le plus frappant est celui des conséquences en France et en Europe de la séparation entre l’Église et l’État en 1905. Un siècle plus tard, les deux tiers des Français ont cessé de croire en l’existence de l’un ou de l’autre des trois dieux uniques et réputé exercer un droit de vie et de mort sur leurs fidèles – Jahvé, Allah et le dieu des chrétiens censé se composer de trois « personnes ».

Mais rien de tel ne s’est produit dans le reste du continent : tout au contraire, l’Europe du Nord a basculé dans la forme spécifique du christianisme propre au protestantisme, qui scelle un pacte national et inébranlable entre l’État et le mythe chrétien d’un salut universel. C’est que les religions se définissent à l’école de leurs doctrines, mais se manifestent à l’écoute des tempéraments des peuples, donc au gré de l’étendue territoriale des nations, de la masse de leur population, de leur situation géographique, de leurs mœurs et de leur climat. Le protestantisme est la seule forme du christianisme censée progresser parallèlement aux victoires de la raison scientifique et philosophique de l’humanité.

En vérité, la psychologie protestante de l’Allemagne est partagée par ses satellites mentaux. Cette mentalité nous rappelle que la Hollande, la Norvège, la Suède, le Danemark, la Finlande, participent de l’esprit germanique et renforcent la puissance politique de l’Allemagne. C’est tout ce groupe d’États qui donne sa puissance économique à l’Europe allemande d’aujourd’hui. Leur esprit se révèle également le fondement de l’alliance du politique avec les technologies d’avant-garde. Il ne s’appuie plus sur l’affichage d’une empreinte doctrinale et catéchétique mais sur un esprit public compénétré d’une foi adossée au culte des identités nationales.

Aussi la première démarche exigée du comte de Montpezat à la suite de son mariage avec la reine du Danemark, fut-elle de se convertir au luthéranisme. Cette forme de christianisme est entièrement étrangère au centralisme sacerdotal de l’Église catholique romaine. Plus la catéchèse proprement dite devient floue et informulée, plus le sceau du nationalisme scelle le pacte entre l’identité nationale et le rite cultuel encore dominant.

Il est donc essentiel de tenter de comprendre la nature profonde de l’enracinement allemand et protestant que le luthéranisme imposera à l’Europe de demain.

En premier lieu, une vision stratégique plus étendue des vrais enjeux d’une politique européenne

Prenons l’exemple de la construction de deux grands travaux entrepris afin de relier la Suisse à l’Italie : le creusement du tunnel du Simplon dans le Valais et celui du Saint-Gothard à partir de Zurich. On y voit clairement la différence entre l’esprit catholique et l’esprit protestant : le canton catholique du Valais avait choisi un microscopique village, celui de Brigue, pour percer un modeste tunnel de dix-neuf kilomètres, qui aboutirait dans la petite ville italienne de Domodossola. Les travaux commencés en 1898 avec dix-huit ans de retard, ne s’étaient achevés qu’en 1921 avec la fin du percement du deuxième tube. Les quatre mille ouvriers du côté suisse et les dix mille du côté italien, avaient travaillé dans des conditions très dures, avec des piques et des pioches.

Un demi-siècle plus tard l’Allemagne protestante a étroitement piloté le creusement, à partir de Zurich, la capitale industrielle, commerciale et bancaire de l’Helvétie, du plus long tunnel du monde – certes dix-sept ans de travaux, mais cinquante sept kilomètres de long – afin de relier toute l’Europe du Nord, de l’Est et de l’Ouest avec le bassin méditerranéen à la vitesse des TGV actuels, qui franchissent cent kilomètres tous les quarts d’heure, c’est-à-dire cent soixante kilomètres de plus que les derniers avions à hélice de 1950.

La vision mondiale de l’avenir politique et économique du Vieux Monde témoigne d’un recul intellectuel et d’une distanciation anthropologique typiquement germaniques et protestantes. De plus, cette vision contraste avec le provincialisme de l’esprit romain dont l’universalisme se veut essentiellement doctrinal et sacerdotal. En revanche l’universalisme issu de la Réforme est branché sur des idéalités tantôt apaisantes, tantôt féroces et voraces : la Liberté, la Justice, le suffrage universel, le mythe démocratique dans son ensemble. Ces entités vocalisées sont destinées à devenir le moteur des nations et celui du combat contre les prêtrises à la fois locales et hyper divinisées.

On l’a compris encore tout récemment quand l’esprit protestant de l’Europe allemande a proclamé que le Président Trump avait « perdu la raison » à brandir bêtement l’apocalypse atomique face à une Corée du Nord qui avait suffisamment la tête sur les épaules pour simplement rappeler que Saddam Hussein et le colonel Khadafi seraient encore en vie s’ils s’étaient souvenu que la bombe atomique est fondée sur la dissuasion du faible au fort. Cette logique est plus rationnelle que celle de « l’équilibre de la terreur » entre les grandes puissances.

De toute façon, l’esprit de la Prusse d’aujourd’hui voit déjà clair comme le jour que l’Europe protestante est en marche depuis longtemps et que l’universalité politique de demain, qu’on le veuille ou non, se trouve entre les mains des Germains. L’adage « Lève-toi et marche » a changé de camp.

Puisse le recul anthropologique dont dispose le protestantisme allemand face à la politique et à l’histoire ne pas coûter trop cher aux Lettres et aux arts avec lesquels la religion catholique avait fini par faire alliance : Michel-Ange disputait la préséance au pape Jules II.

Le 15 septembre 2017

Source : http://aline.dedieguez.pagesperso-orange.fr/tstmagic/1024…

 

 

5. La Grabnde vague Hokusai Petit.JPG

 

IRMA

CUBA. Irma (Insurgente)

Sergio Serrano – Le Grand Soir 12 septembre

6. Irma 1.jpg

 

Cette femme en furie qui sème la dévastation sur son passage, nous donne une leçon de politique pratique.

Elle nous annonce qu’elle se dirige vers Cuba et, de là, comme tout vulgaire boat-people, qu’elle mettra le cap sur La Floride pour aller y découvrir le rêve américain. Mais, oh, surprise ! : voici que le « rêve américain » est un cri déchirant : « Irma arrive, sauve qui peut ! ». Et tous les gens se précipitent au supermarché et se battent pour se disputer les vivres jusqu’à ce que le supermarché soit totalement dévalisé. Et les gens, dans leurs automobiles, évacuent les lieux et provoquent, par conséquent, des embouteillages monstres et les routes sont totalement bouchées. Et une pensée obsédante ronge les gens : est-ce que je suis bien à jour des cotisations de mon assurance ?

Et les routes de l’Etat qui mènent vers le Nord de La Floride sont totalement bloquées.

La population de La Floride fuit Irma et, à cause de sa fuite, les pompes à essence sont à sec et les voies de communication sont bloquées par cette masse de véhicules. Et leur fuite, alimentée par un combustible d’origine fossile, garantit aux gens que d’autres ouragans viendront et qu’ils seront encore plus dévastateurs.

“Darwinisme social ; seul survit celui qui possède

A Cuba, petite île victime d’un blocus, mais solidaire, aussitôt des brigades de travailleurs sont constituées ; c’est la forme que prend la défense organisée de l’autre, du voisin, du frère ou de cette autre personne non connue personnellement. Les uns mettent à l’abri les vivres et les médicaments qui seront utiles à tous, d’autres s’occupent d’assurer le bon état des égouts et autres canaux d’évacuation pour limiter au maximum les inondations ; d’autres élaguent les arbres pour que les branches ne deviennent pas autant de projectiles assassins ; d’autres se chargent de conduire des gens à l’abri, dans des refuges et des installations militaires sûres. Face au danger, le collectif et le pluriel sont la réponse. La colère d’Irma trouve face à elle un peuple par l’amour et par le devoir réuni.

Avant de mourir, Irma aura appris que vaine est sa furie lorsque existe une muraille de cœurs qui s’unissent.

Sergio Serrano

tw : @Cubanamera

Source : https://www.legrandsoir.info/cuba-irma-insurgente.html

Source d’origine :  http://insurgente.org/irma/

 

5. La Grabnde vague Hokusai Petit.JPG

Irma, la France et l’ALBA…

Romain MIGUS – Le Grand Soir 12 septembre 2017

8. Irma 2.jpg

 

L’ouragan Irma vient de passer sur les Antilles avec son cortège de tragédie, de vies humaines emportées, et de celles qui devront se reconstruire dans la douleur et dans les pertes matérielles. Comme réponse politique à cette catastrophe naturelle, le président du Venezuela, Nicolas Maduro, a ordonné, le 10 septembre 2017, l´envoi d’aide humanitaire à Cuba, à Antigua-et-Barbuda ainsi qu’aux habitants de Saint Martin. Le ministre de l’intérieur vénézuélien, Nestor Reverol, a annoncé, depuis l’aéroport de Caracas, que ce don de 10 tonnes de vêtements, de matelas, d’eau potable, et d’aliments non périssables à la collectivité d’outre mer française, s’inscrivait “dans le cadre du respect mais aussi de la solidarité avec le peuple de Saint Martin” (1). Il a précisé que l’aide humanitaire serait acheminée via “un avion des Forces Armées vénézuéliennes et que cette initiative faisait partie de la coopération internationale dans le cadre de l´Alliance Bolivarienne des Peuples de notre Amérique (ALBA) » (2).

Lire la suite…

Source : https://www.legrandsoir.info/irma-la-france-et-l-alba.html

 

5. La Grabnde vague Hokusai Petit.JPG

Du syndrome de Gilles de La Tourette aux vacances de M. Hulot

Théophraste R – Parlons (Inter) Net 12 septembre 2017

9. Irma 3.jpg

 

Le syndrome de Gilles de La Tourette se caractérise par des chapelets d’injures (« fainéant, illettré, alcoolique…  ») proférées sans raison et par des gestes involontaires, comme un mouvement méprisant de la main en disant « La France n’est pas réformable ».

Il ne doit pas être invoqué dans les cas d’un cri agacé non répétitif (« Casse-toi, pov’ con ») ou de l’abréviation populaire d’un mot (« matheux ») et surtout pas confondu avec le syndrome de Pinocchio qui affecte Nicolas Hulot, ministre de l’écologie et numéro 3 du gouvernement pour qui « L’État a fait tout ce qu’il pouvait faire » depuis que l’ouragan Irma a été annoncé.

Plaignons ensemble ce trop discret spécialiste du climat, victime d’une brutale crise d’aviophobie qui l’a empêché de s’envoler mardi 12 septembre vers l’île de Saint-Martin avec le président de la République et les indispensables ministres de l’Éducation et de la Santé.

Théophraste R. (Directeur de la thèse « Cynisme des gens qui ont réussi et extrémisme des gens qui ne sont rien »).

Source : https://www.legrandsoir.info/du-syndrome-de-gilles-de-la-…

5. La Grabnde vague Hokusai Petit.JPG

 

 

Tout va très bien Madame IRMA… Le capitalisme, Jupiter et la propagande feront le reste !

BELAIR Philippe – Le Grand Soir 13 septembre 2017

10. Irma 4.jpg

«  Quelle sorte de vie publique est celle où la communication c’est-à-dire la manipulation ou la propagande remplace la controverse ? «  Philippe MEYER

Nous aurons peine à les entendre jubiler en secret de l’arrivée de l’ouragan IRMA sur Saint-Martin et Saint-Barthélemy. Pilepoil pour faire oublier la grogne sociale qui monte contre l’arrogance et les prétentions de la classe possédante via des élus soumis. La plus grande victoire idéologique du néolibéralisme, jusqu’à nouvel ordre social, est d’avoir réussi à « déprogrammer » les expériences humaines pour les remplacer par le bourrage de crane permanent qu’est la propagande.

Mais d’abord et avant d’aller plus loin posons nous la question : A qui veut-on faire croire que les populations des Caraïbes ne connaissent pas ce qu’est un ouragan ? Il fût une époque où, tout comme les populations de l’hémisphère nord avant l’hiver, celles des Caraïbes savaient se préparer dès le mois de juin à ce que nous appelons l’hivernage – la saison des pluies qui est aussi celle des cyclones devenus ouragans depuis peu.

Le terme Ouragan est plus « globish » que cyclone puisqu’il dérive de l’anglais « Hurricane » qui lui même est un emprunt à la langue des Calinago, ces anciens habitants éliminés par la « découverte » des Amériques, « Ou Ri Can » qui était une divinité sensée nettoyer la terre de ses impuretés… Drôle de coïncidence dirait l’observateur.

Lire la suite…

Suite : https://www.legrandsoir.info/tout-va-tres-bien-madame-irm…

 

5. La Grabnde vague Hokusai Petit.JPG

 

Triple peine pour un peuple héroïque

Michel TAUPIN ­ – Le Grand Soir – 12 septembre 2017

11. Irma 5.jpg

En plus d’un blocus économique et financier criminel qu’ils combattent avec courage et détermination depuis le triomphe de la Révolution, Cuba et son peuple doivent faire face chaque année au déchainement destructeur des éléments qui, depuis quelques années, en raison du réchauffement de la planète (dont les pays riches sont en grande partie responsables), s’accentue et s’accélère. Si nous y ajoutons le scandale du black-out insupportable de la part des médias occidentaux et singulièrement français, sur les attaques du cyclone et les ravages qu’il a provoqués dans la presque totalité de l’Île, le triptyque est complet.

Ce petit pays volontaire et audacieux doit affronter les trois calamités à la fois. Il lui faut donc d’excellentes raisons et de solides convictions pour leur résister et les combattre victorieusement, tout en construisant, solitaire, une société socialiste où l’être humain est la priorité nationale.

Le peuple cubain qui, à l’exemple de Fidel, le charismatique commandant en chef de la Révolution, dont « la confiance absolue dans la victoire et la volonté de fer » étaient vissées au corps, sait « qu’il n’y a rien d’impossible ». « Dans ces heures particulièrement difficiles » vient de proclamer l’autre héros de la Révolution, le chef de l’État Raoul Castro Ruz, « son héritage nous rend plus fort et nous unit ». En effet, seul un peuple uni et déterminé, cultivé et solidaire, peut résister à une adversité aussi puissante et cruelle et la mettre en échec.

C’est pourquoi, alors que Cuba vient de subir pendant près de 72h, de Baracoa à Cardenas, les attaques destructrices d’un cyclone d’une violence inouïe, alors que son peuple est blessé dans sa chair (10 victimes recensées à ce jour), alors qu’il ne peut compter que sur lui-même pour relever le défi de la reconstruction, alors que son économie et son développement sont étranglés par un blocus étasunien génocidaire, je suis terriblement choqué que la plupart des médias organisent un silence assourdissant et consternant sur les souffrance que le peuple cubain endure. Ils ne s’apitoient, les misérables, que sur les malheurs des milliardaires de Floride ou de St Barth. Cuba n’existe pas ! Entre Key West et St Martin, la plus grande île des Caraïbes a été engloutie.

Lire la suite…

Source : https://www.legrandsoir.info/triple-peine-pour-un-peuple-…

5. La Grabnde vague Hokusai Petit.JPG

 

 

Et celui qui avait été le premier à réagir :

« Le cas Saint-Martin. Si tout s’effondre, vous serez seul. Désespérément seul ! »

L’édito de Charles SANNAT – 11 septembre 2017

12. Irma 6.JPG

 

Mes chères impertinentes, mes chers impertinents,

Vous avez sous les yeux l’incurie française, de ses “élites”, de ses “dirigeants”. Selon nos mamamouchis, il faut “vivre avec le terrorisme”, il faut aussi “vivre avec les cyclones”, il faut vivre avec tout ce qui ne va pas.

Malheur à ceux qui oseront dire que le service après-vente est nul quand on achète un produit “État français”.

Oui, l’État est déficient, et ce que vous voyez à Saint-Martin n’est pas exclusivement le fait de ce gouvernement fut-il celui en exercice. Ce qui se passe est la conséquence d’années de laxisme dans la totalité des domaines.

La sous-préfète en dessous de tout et dans tous ses états… de choc !

Alors tout part à vau-l’eau sur l’île de Saint-Martin, y compris la sous-préfète, exfiltrée selon certaines rumeurs, et officiellement en état de choc, car la “pauvrette” s’est un peu trouvée à l’étroit dans une pièce sombre de la Préfecture en pleine tourmente. Elle a mal digéré l’ouragan, ce que l’on peut comprendre, mais la “pauvrette” n’est pas la seule. Ils sont 35 000 Français à avoir eu de peur à très peur et en passant par toute la palette des couleurs de la trouille.

Lire la suite

Source : https://insolentiae.com/le-cas-saint-martin-si-tout-seffo…

5. La Grabnde vague Hokusai Petit.JPG

 

13. The Great Wave of Kanagawa by Tomoko Nagao.jpg

« La Grande vague de Kanagawa » de Hokusai, revisitée par Tomoko Nagao

 

 

5. La Grabnde vague Hokusai Petit.JPG

 

Cyclones non naturels ailleurs

Campagnes d’alertes aux attentats en Russie

RusRéinfo 13 septembre 2017

14. Alertes 1.jpg

 

Depuis plusieurs jours des alertes à la bombe sont faites aux 4 coins de Russie. Aujourd’hui une vingtaine d’alertes à Moscou ont entrainé l’évacuation de plus de 50.000 personnes de gares et centres commerciaux.

Deux hypothèses principales sont étudiées:

1- L’État Islamique, qui a récemment appelé à des attentats en Russie suite à sa débâcle en Syrie, veut submerger les forces de sécurité de fausses alertes en espérant qu’à la longue elles n’évacueront plus les cibles désignées « pour rien », puis frapperont réellement, espérant qu’une part des responsabilités concernant les victimes sera alors rejetée sur les forces de sécurité.

2- Ces campagnes sont faites pour déstabiliser le pays: Les évacuations provoquent des mécontentements, des retards dans les transports, et créent des problèmes de circulation en particulier a Moscou, ville totalement anarchique sur le plan de la circulation. Désorganiser le pays et faire monter le mécontentement des citoyens peut être un prélude à des opérations plus agressives :  manifestations, émeutes etc. Dans l’optique de la période électorale pour l’élection au Kremlin, ceci ne doit pas être négligé. Il est notoire que certains pays étrangers vont tout faire pour éviter un nouveau mandat de Vladimir Poutine.

Quel que soit le but de ces fausses alertes, elles mettent en cause des personnes dans plusieurs régions de Russie. Ce ne sont donc pas le fait de quelques crétins voulant simplement plaisanter, mais plutôt d’une organisation solidement implantée.

Selon un commentaire d’un membre des services spéciaux de la ville de Chelyabinsk sous couvert d’anonymat, les alertes à la bombe sont « toutes organisées à l’étranger ».

Villes concernées : Omsk Ryazan Chelyabinsk Ufa Stavropol Kopeisk Perm Novosibirsk Yekaterinburg Irkutsk Yakutsk Petropavlovsk-Kamchatsky Saratov Moscou etc

 

Places évacuées à Moscou: 50.000 personnes au total

 

15. Alertes 2.jpg

 

Mise à jour 14-09 midi (Moscou) : Hier à Moscou 70 places ont été évacuées, total 100.000 personnes.

Les appels sont faits par Internet, une adresse IP en Ukraine a été observée plusieurs fois (Mais il peut s’agir d’un proxy, donc aucune déduction pour le moment ne peut être faite).

Source : https://rusreinfo.ru/fr/2017/09/campagnes-dalertes-aux-at…

5. La Grabnde vague Hokusai Petit.JPG

 

 

IRAK – SYRIE

Les soldats irakiens ont salué les civils de Mosoul avec des tortures – Les soldats syriens ont salué Deir-ez-Zor libérée les bras ouverts et avec compassion

Le programme politique baasiste non exclusif a aidé à sauver la Syrie du sort de l’Irak.

Adam Garrie – TheDuran 13 septembre 2017

 

16. assad_al_manar.jpg

 

Tandis que l’Armée Arabe Syrienne, flanquée des Forces Aériennes Russes et de spécialistes militaires continue à libérer Deir-ez-Zor, un des développements les plus intéressants de la situation est ce qui ne s’est pas produit.

Un peu plus tôt dans l’année, quand les forces irakiennes et celles des USA ont repris la ville de Mosoul à l’ISIS, ce qui s’ensuivit pour les innocents civils de la ville irakienne qui venait de connaître un long siège fut moins une libération que le remplacement du monstrueux ISIS par la brutalité des forces irakiennes.

 

Lors de la libération de Mosoul de l’occupation par l’ISIS, beaucoup de soldats irakiens ont été accusés d’avoir torturé des civils et même d’en avoir tué de sang-froid.

 

Quoiqu’il ne puisse y avoir aucune excuse pour un comportement qui viole toutes les lois internationales, ce à quoi on assiste en réalité, c’est qu’après des années de violences entre chi’ites et sunnites irakiens fomentées par l’occupation anglo-américaine du pays, la stratégie du « diviser pour régner » des envahisseurs a infligé une blessure profonde et durable à un pays qui, sous la règle baasiste avait été paisible et où on avait pu voir des chi’ites, des sunnites et des chrétiens participer ensemble au gouvernement et aux fonctions publiques.

Le gouvernement baasiste de Syrie fonctionne toujours selon ce principe d’ouverture. En Syrie, grâce à la direction très ferme du parti Baas socialiste arabe, les gens se pensent Syriens plutôt que membres d’une secte religieuse politiquement  chargée.

En Irak, ce n’est plus le cas. Après des années de brutales occupations politiques étrangères, qui ont vu marginaliser et abandonner les ex-baasistes sunnites, les régions à majorité sunnite de l’Irak sont devenues terrain fertile pour l’idéologie salafiste et pour Al-Qaeda, plus tard métamorphosé en ISIS.

Parce qu’ils avaient été ainsi marginalisés après 2003, certains sunnites se sont tournés vers Al-Qaeda comme vers le seul espoir d’améliorer leurs conditions de vie extrêmement mauvaises. Pourtant, les sunnites irakiens se sont dans leur majorité opposés à A-Qaeda, comme l’Irak l’avait fait sous la direction de son parti baasiste socialiste arabe. Ces civils innocents sont devenus des hommes, des femmes et des enfants sans patrie à l’intérieur de leur propre pays.

Ces gens se sont retrouvés entre l’enclume d’un gouvernement chi’ite à Bagdad et le marteau des seigneurs de guerre wahhabites extrémistes  dans leurs villes et leurs régions.

Ceci ne veut pas dire que le gouvernement irakien, qui compte en son sein beaucoup de nobles individus, soit en rien comparable à l’ISIS. ISIS est unique dans sa malfaisance, mais la marginalisation des sunnites dans les régions tenues par l’ISIS a été « récompensée » avec une perversité massive par les soldats irakiens, qui ont fait payer à la population sunnite tout entière le fléau de l’ISIS.

Le résultat est que les sunnites, qui ont d’abord souffert aux mains des Américains puis à celles de l’ISIS, ont souffert une troisième fois aux mains de leurs compatriotes irakiens.

Comme je l’avais dit précédemment dans TheDuran :

 

« L’invasion illégale de l’Irak par l’Amérique et  la Grande Bretagne et leur occupation du pays en 2003 furent des désastres dont l’Irak ne s’est pas remis. Après que les envahisseurs impérialistes aient eu illégalement déposé le gouvernement légitime de l’Irak, les occupants ont conspiré pour priver de toute espèce de droit quiconque était par eux considéré comme lié à ce gouvernement, même lorsque, en réalité, ils n’étaient pas liés au gouvernement du tout.

Cela s’est rapidement mué en une technique du « diviser pour régner », au moyen de laquelle les impérialistes ont tenté de dresser sunnites et chi’ites les uns contre les autres, dans un pays où avaient toujours subsisté quelques tenions latentes, mais où les efforts souvent couronnés de succès du parti baasiste pour les minimiser avaient été couronnés de succès parce que le baasisme est une idéologie explicitement anti-sectaire tant en théorie qu’en pratique.

L’inepte soi-disant « processus de débaasification » entrepris par les occupants ne fut rien d’autre qu’un génocide des Irakiens sunnites. Pendant ce temps, les Irakiens chi’ites n’étaient pas moins enragés que les autres par la conquête éhontée de leur pays, même si c’était pour des raisons différentes. Pendant ce temps, les Irakiens chrétiens furent victimes d’un génocide total. Ceux qui réussirent à survivre s’enfuirent, très souvent vers la Syrie baasiste, où il furent accueillis sans hésitation par le gouvernement du président Bachar al-Assad. Même au cours des années de la présidence parfois pesante de Saddam Hussein, le gouvernement et la fonction publique d’Irak avaient vu des sunnites, des chi’ites et des chrétiens de toutes les principales obédiences occuper des postes d’importance et de distinction.

Les Irakiens sunnites furent en conséquence poussés vers toute idéologie, tout mouvement et finalement tout groupe susceptible de leur fournir l’un ou l’autre moyen de s’en sortir dans le nouvel Irak post-sunnite. Beaucoup de ces gens furent, pour la première fois de leur existence jadis laïque, poussés vers l’idéologie d’Al-Qaeda. Alors que les combattants d’Al-Qaeda inondaient un pays qui avait été, sous le parti Baas, un des endroits les plus hostiles à Al-Qaeda au monde, beaucoup de sunnites rejoignirent ses rangs, pour la triste raison que ses rangs étaient les seuls qui allaient encore vouloir d’eux.

Al-Qaeda en Irak était né. Plus tard, Al-Qaeda en Irak allait devenir l’État Islamique d’Irak. Peu de temps après, ses membres se sont mis à voir plus grand et ont tenté de devenir l’État Islamique d’Irak et du Levant. Celui-ci est devenu ensuite l’État Islamique d’Irak et de Syrie, et finalement, aujourd’hui, il s’appelle l’État Islamique tout court, bien qu’il continue à être désigné dans les pays anglophones par l’acronyme ISIS.

Le fait que les Irakiens sunnites soient toujours torturés, toujours associés à des terroristes même quand ils ne le sont pas au terrorisme et toujours considérés avec suspicion, signifie que le virus du « diviser pour régner » que les puissances impérialistes ont inoculé à une nation irakienne jadis unie, est toujours bien présent en Irak.

Aussi longtemps que les conditions qui ont permis à l’ISIS de prospérer seront présentes en Irak, la menace de l’ISIS, quel que soit le nom qu’il se donnera à l’avenir, continuera de hanter l’Irak.

La raison pour laquelle la situation syrienne est tellement plus encourageante, c’est que la situation en Syrie était très différente. En Syrie, le parti Baas est resté au pouvoir et a continué à unir la vaste majorité de la nation contre les sectarismes de toutes sortes. En Syrie, la majorité des combattants de l’ISIS et autres terroristes salafistes sont des combattants étrangers. En Irak, on pense que c’est aussi largement le cas, mais la différence est qu’en Irak, l’ISIS a bénéficié du fait que beaucoup de nationaux, au moins pendant un temps, ont cru qu’il était un moyen d’échapper à l’oppression tant des forces chi’ites militarisées que des forces barbares omniprésentes de l’impérialisme occidental.

En Irak, les citoyens sunnites ont eu beaucoup d’ennemis, ils ont été cernés de tous les côtés. L’ISIS a jeté de l’huile sur le feu des tensions à son propre pervers avantage. À l’opposé, en Syrie, l’identité syrienne de tous les citoyens n’a jamais pu leur être enlevée et le résultat est que le salafisme n’a jamais eu la moindre chance de sévir organiquement comme il l’a fait partiellement en Irak.

En Irak, l’ISIS a profité des cœurs brisés, des rêves brisés, des os brisés et des vies brisées. En Syrie, tout ce qu’il a pu faire, c’est profiter d’une frontière poreuse.

La situation en Irak n’est pas prometteuse. Ce ne sont pas seulement les Kurdes irakiens qui vont se séparer presque à coup sûr du reste du pays de manière formelle en ce mois de septembre, mais la division entre sunnites et chi’ites dans le pays est encore bien réelle, comme elle n’a cessé de l’être depuis l’invasion de 2003. Et ce n’est pas de bon augure pour l’unité irakienne. Au contraire, les vrais Syriens n’ont jamais été et ne sont pas divisés de cette façon.

Les sunnites irakiens vont se retrouver une fois de plus les mains vides. Les chi’ites irakiens voient à présent l’Iran comme leur seule sauvegarde, leur seule chance de se débarrasser de l’influence vénéneuse de l’occident impérialiste

L’Irak n’est pratiquement plus une nation et ne l’a pas été depuis 2003. Je doute qu’il en redevienne jamais une. Tandis que l’Iran reste un facteur de stabilisation dans la région et que la Syrie semble maintenant avoir maîtrisé la tempête, l’Irak commence à gagner la guerre contre l’ISIS à court terme. Mais l’Irak a perdu la guerre contre l’ISIS à long terme, une guerre inséparable du conflit déclenché par l’Amérique et la Grande Bretagne. »

 

À Deir-ez-Zor, ville à majorité sunnite qui vient d’être pendant trois ans assiégée par l’ISIS, l’histoire ne pourrait pas être plus différente. Des compatriotes syriens ont embrassé les soldats de l’Armée Arabe Syrienne et la Syrie, au coude à coude avec la Russie, a fourni aux citoyens de Deir-ez-Zor les vivres et les médicaments dont ils avaient tellement besoin.

Les photos qui suivent, de civils de Deir-ez-Zor accueillant un retour à la normalité, ne pourraient pas être plus différentes qu’elles ne le sont des images de la « libération » de Mosoul par l’Irak.

 

17. Syrie 2.jpg

18. Syrie 3.jpg

19. Syrie 4.jpg

21. Syrie 1.jpg

22. Syrie 7.jpg

23. Syrie 8.jpg

24. Syrie 9.jpg

 

Ce qui ressort de tout ceci, c’est que pendant que l’occupation occidentale faisait sombrer l’Irak dans un marécage empoisonné de sectarisme, le parti Baas socialiste arabe de Syrie a maintenu un gouvernement et armé des forces qui sont aussi pluri-religieuses que pluri-ethniques. L’accent mis sur l’unité nationale, sur le nationalisme arabe opposé à l’extrémisme religieux ou au néo-colonialisme, ainsi qu’une définition constitutionnelle précise de l’égalité entre tous les hommes et toutes les femmes, a permis à tous les peuples de Syrie d’être d’abord et par dessus tout des Syriens.

En Irak, ce n’est plus le cas et bien que des progrès soient en cours, les tortures que les civils sunnites ont subies aux mains des militaires irakiens sont révélatrices du fait qu’il reste un énorme travail à faire pour arracher l’Irak aux oubliettes où il a sombré depuis 2003.

En 2003, l’armée irakienne n’a pas résisté à l’invasion des USA et du Royaume Uni, mais l’Armée Arabe Syrienne, elle, a résisté sur de multiples fronts à des envahisseurs par procuration, qui avaient fait allégeance à des pays aussi divers que les États-Unis, la Turquie, le Qatar, l’Arabie Saoudite, Israël, la Grande Bretagne, la France, la Belgique, la Hollande et l’Allemagne, tout comme elle a résisté aux militants séparatistes kurdes et aux extrémistes salafistes.

La Syrie a opposé à tout cela un front uni, guidée par l’idée implicite du baasisme.

Le baasisme a gagné parce que la Syrie a gagné, et de son côté la Syrie a gagné parce que le baasisme est resté le principe directeur du système politique et de la philosophie civique de la Syrie moderne.

Pour cette raison, s’il est sûr que la Syrie se remettra difficilement de ce conflit sur le plan matériel, elle a déjà, sur beaucoup d’autres plans, évité les écueils et les chausse-trapes qui sont la plaie de l’Irak depuis 2003.

Source : http://theduran.com/iraqi-soldiers-greeted-the-civilians-…

Traduction : c.l. pour Les Grosses Orchades

5. La Grabnde vague Hokusai Petit.JPG

25. Fête de l'Huma.JPG

Mis en ligne le 15 septembre 2017.

Plus d’histoires deCuba

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,