Aller à…
RSS Feed

17 octobre 2017

Référendum d’indépendance : La démocratie en Irak Vs la répression en Espagne !


Publié par Gilles Munier sur 3 Octobre 2017,

Catégories : #Kurdistan, #Tunisie, #Palestine

Référendum d’indépendance en Catalogne

Référendum d’indépendance en Catalogne

Revue de presse : GlobalNet – Tunisie (2/10/17)* 

La démocratie espagnole a basculé hier et a dévié de sa droite ligne. Les actes de violence ayant marqué le référendum d’indépendance en Catalogne sont un précédent extrêmement grave, dans le Vieux continent qui se dit être berceau de la démocratie et des droits de l’homme. 

Même si ce référendum d’autodétermination est déclaré anticonstitutionnel par le pouvoir central, et même si les visées séparatistes catalanes sont largement rejetées en Espagne et en Europe, qui craint que cela ne fasse tâche d’huile à travers le continent, les scènes de  violence policière sont inouïes et fort choquantes, dans cette Europe qui se dit être soucieuse des libertés individuelles et collectives et de la souveraineté des peuples. Celle qui prône le débat démocratique et contradictoire pour le règlement des conflits, un mode suspendu hier en Espagne pour donner lieu à des heurts violents, et une répression d’une rare intensité dans le Nord.

Résultat des dérives policières, un cafouillage marque ce lundi les résultats du référendum, qui selon le gouvernement catalan, s’est soldé par la victoire du oui à 90 % des voix. Confrontée à une crise inextricable, le pouvoir de Madrid annonce qu’il va tout faire pour empêcher une déclaration d’indépendance.

Il y a tout juste une semaine, lundi 25 septembre, un référendum d’indépendance a été organisé au Kurdistan irakien. Largement rejeté par le pouvoir central de Bagdad, le scrutin s’est pourtant déroulé normalement, et les kurdes ont pu voter sans que le gouvernement irakien n’intervienne et ne les empêche par la force.

Ce n’est qu’après que des représailles ont été annoncées, et que des mesures de rétorsion  mises à exécution pour dissuader les kurdes tant en Irak, que dans les pays de la région, de se séparer des autorités centrales, et de provoquer ainsi la partition des pays de la région en cantons.

Certes, ces velléités indépendantistes qui s’expriment un peu partout, sont le reflet d’une profonde crise identitaire, que les difficultés socio-économiques et la précarité rampante ne font qu’exacerber.

Mais, ce n’est pas tant du fond du problème dont il s’agit, soit les conséquences désastreuses de tels scrutins séparatistes dans le morcellement et l’effritement des nations, mais c’est de la manière de les gérer : à la hussarde dans un pays démocratique et pacifique, membre de l’Union européenne, et par les moyens démocratiques et constitutionnels dans un pays en guerre, objet de successifs plans destructeurs.

Situé au cœur d’un Moyen-Orient bouillonnant, l’ancienne Mésopotamie a été la cible de guerres dévastatrices, qui lui ont ôté tous les signes de grandeur et de civilisation, dont elle s’est prévalue tout au long de son histoire. C’est de l’Irak qu’a commencé le processus d’affaiblissent et de déstabilisation de la région arabo-musulmane dans son ensemble, en y attisant les conflits tribaux, ethniques, et confessionnels, et en la plongeant dans des guerres sans fin, de manière à la maintenir ad-vitam aeternam  sous la coupe de l’hégémonie sioniste et occidentale.

Source : GlobalNet

Laisser un commentaire

Plus d’histoires deEUROPE

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,