Aller à…
RSS Feed

21 avril 2018

Matthew Hoh : « le militarisme est l’une des vraies religions des États-Unis »


Interview

Mohsen Abdelmoumen

Matthew Hoh. DR

Lundi 27 novembre 2017

 

Mohsen Abdelmoumen : Vous êtes membre du Center for International Policy. Pouvez-vous nous parler des missions de cet organisme et quel est son impact dans la vie politique américain ?

Matthew Hoh : Le Centre pour la politique internationale (CIP) est un groupe de réflexion situé à Washington, DC, qui a été créé à la fin des années 1970 principalement pour s’opposer aux politiques militaires américaines en Amérique centrale. Nous maintenons toujours ce but originel de s’opposer au militarisme américain, mais nous travaillons également sur des questions impliquant l’Amérique du Sud, le Moyen-Orient, l’Asie centrale et l’Asie de l’Est. Nous nous concentrons également beaucoup sur les dépenses militaires américaines et le militarisme qui englobe tous les aspects de la politique, de la culture et de la société américaines. Nous sommes fiers de dire que notre mission est de «faire avancer un monde viable, juste et pacifique».

Une des choses qui distingue le CIP de la plupart des autres groupes de réflexion à Washington et dans le reste des États-Unis, c’est que nous sommes vraiment non partisans, en ce sens que nous ne sommes affiliés à aucun parti politique. De plus, la majeure partie de l’argent que nous collectons et que nous produisons ne provient pas de sociétés, mais plutôt d’individus et de fondations qui croient en notre mission de résistance au militarisme américain et de soutien aux droits de l’homme.

Nous travaillons avec les membres du Congrès sur une base cohérente, et nous apparaissons dans les médias afin d’avoir un effet sur la politique américaine. Un grand nombre de nos membres mènent également des recherches sur les questions de militarisme, de droits de la personne et de justice sociale afin d’aider à éduquer et à informer le public et les législateurs.

Vous étiez également haut fonctionnaire au Département d’État en tant que directeur du Groupe d’étude sur l’Afghanistan et vous fournissiez des rapports qui allaient directement au Secrétaire d’État des États-Unis. En tant qu’expert, comment voyez-vous l’évolution du processus politique en Afghanistan ?

Le groupe d’études sur l’Afghanistan faisait partie du CIP et ne faisait pas partie du Département d’État. J’étais, cependant, un fonctionnaire du Département d’État stationné en Afghanistan en 2009.

Malheureusement, je n’ai vu aucune évolution ou changement positif dans le système ou le processus politique en Afghanistan depuis 2009. Ce que nous avons vu, ce sont trois élections nationales qui ont été jugées illégitimes et frauduleuses par des observateurs extérieurs mais qui ont été validées et soutenues par le gouvernement américain à travers la présence de dizaines de milliers de soldats et la dépense de dizaines de milliards de dollars.

Nous avons vu la création de postes extraconstitutionnels dans le gouvernement, comme le poste de Directeur général occupé par Abdullah Abdullah, qui a été fait à la demande du gouvernement américain. En outre, les négociations et les compromis négociés par le gouvernement américain pour tenter de créer un gouvernement plus inclusif, réduire la corruption et réparer les fractures au sein du bloc politique qui a soutenu Hamid Karzaï et la présence américaine ont échoué. La corruption est toujours la caractéristique dominante du gouvernement afghan et le soutien politique à la gouvernance de Kaboul s’est détérioré et s’est fragmenté sous l’effet de la corruption et des machinations des gouvernements Karzaï et maintenant Ghani.

Plus important encore, le processus politique en étant si corrompu, en mettant en place des gouvernements successifs qui ont gagné par la fraude et en privant les diverses communautés politiques, a aliéné beaucoup d’Afghans, et pas seulement les Pachtounes qui s’allient aux Talibans à Kaboul. Cela a permis de renforcer le soutien aux commandants de milice et aux seigneurs de la guerre en dehors de Kaboul, ainsi que les Talibans, et a permis à la guerre de progresser sans véritable espoir de réconciliation, de négociations ou de cessez-le-feu dans un proche avenir. (En soutenant et en développant une kleptocratie, un système d’avoir et de ne pas avoir, ce système a, par sa nature et sa nécessité, produit chaque année plus de gens hors du système que les gens dans le système. Cela provoque du ressentiment, des griefs et un désir de partager les butins et les cadeaux de l’occupation américaine qui mènent à une plus grande violence, plus de chaos politique et un manque d’espoir pour l’avenir).

Vous avez été le plus haut fonctionnaire à démissionner de vos fonctions au Département d’État. Pouvez-vous nous expliquer en quoi consistait le désaccord qui vous a poussé à démissionner ?

Je suis allé deux fois en Irak avant mon séjour en Afghanistan, et je travaillais sur les problèmes de la guerre depuis 2002 quand j’étais au Pentagone en tant qu’officier du Corps des Marines. Je ne pouvais plus supporter le massacre de la guerre, et les mensonges qui soutenaient ce meurtre. J’ai vu dans le gouvernement afghan les pires excès que j’avais vus au gouvernement irakien et je savais que le gouvernement afghan à Kaboul n’avait aucun intérêt véritable ou réel à conclure une paix avec les Talibans et ceux de l’insurrection afghane.

J’ai également vu que l’administration de Barack Obama ne se souciait que de la valeur politique de l’Afghanistan en termes de politique américaine et n’avait aucun intérêt réel pour le bien-être du peuple afghan. Je savais aussi combien d’argent les sociétés américaines tiraient de la guerre et comment cela influençait la politique américaine et l’escalade de la guerre. Enfin, je savais aussi que les généraux américains et les civils chargés de superviser la guerre étaient plus intéressés par la préservation de l’empire américain, de leur propre carrière et de leurs héritages, que par la paix ou la fin des souffrances du peuple afghan.

En plus d’être un diplomate, vous avez été militaire et vous avez servi en Irak en tant que commandant dans le corps des Marines. D’après vous, l’intervention américaine en Irak en 2003 était-elle justifiée ?

Non, la guerre en Irak n’était pas justifiée. Il y avait beaucoup de raisons pour l’invasion et l’occupation de l’Irak en 2003, mais aucune d’elles n’était moralement valide, internationalement légale ou avait à voir avec la sûreté et la sécurité du peuple américain, ou le bien-être du peuple irakien. Les raisons étaient nombreuses et incluaient bien sûr le désir du président Bush de gagner une guerre pour emporter la réélection aux États-Unis en 2004, les gens du gouvernement et de la communauté de la politique étrangère qui croyaient en l’élimination de Saddam Hussein pour « démocratiser et américaniser » le Moyen-Orient pour des raisons impérialistes et d’hégémonie américaine, l’influence de la politique et de la pensée israéliennes sur la politique américaine, les vastes réserves de pétrole irakiennes et l’influence de l’Arabie saoudite et des autres nations du Golfe.

À votre avis, l’administration Bush doit-elle rendre des comptes notamment devant un tribunal pour les crimes qu’elle a commis en Irak ?

Oui. Sans élaborer, des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité ont été commis par l’administration Bush et les responsables devraient en être tenus responsables. C’est aussi simple que ça.

Vous êtes un témoin privilégié en tant que diplomate et en tant qu’officier supérieur de la guerre en Irak. Vous qualifiez ce qui s’est passé lors de l’intervention en Irak de vaste racket. Pouvez-vous nous dire pourquoi ?

Les sommes d’argent qui ont été réalisées sur la guerre en Irak par des sociétés et des particuliers américains étaient énormes. En termes de dépenses directes sur les guerres en Irak et en Afghanistan (les deux sont inséparables à bien des égards, y compris dans la façon dont le financement et l’argent ont été réalisés), les coûts directs des guerres s’élèvent à près de 1.800 milliards de dollars. Maintenant, ce ne sont que des coûts directs. En ajoutant les coûts indirects de la guerre, comme les soins de santé pour les anciens combattants et les paiements d’intérêts sur la dette, nous voyons que les coûts à long terme de la guerre peuvent atteindre 6 billions de dollars. Encore une fois, c’est juste pour les guerres directement. Dans le même temps, le budget du Pentagone pour l’année à venir sera de 700 milliards de dollars, soit 10 fois plus que la Russie et 3 fois plus que la Chine dépensent pour leurs forces armées, et ces 700 milliards de dollars ne comprennent pas l’argent que nous dépensons pour nos agences de renseignement, les soins de santé pour les anciens combattants, la sécurité intérieure ou les paiements d’intérêts pour la dette passée et la dette de guerre (l’année prochaine, les États-Unis dépenseront environ 115 milliards de dollars seulement en paiements d’intérêts et de dettes pour les guerres passées et les dépenses militaires).

Cet argent va principalement aux sociétés américaines qui investissent dans le financement des politiciens au Congrès, ainsi qu’au financement de think tanks et d’universités qui aident à promouvoir les politiques qui favorisent et soutiennent les guerres américaines dans le monde musulman et le budget militaire massif des États-Unis. Ce processus de financement est cyclique et l’instabilité et la violence que le militarisme, l’intervention et l’occupation US entretiennent et soutiennent sont utilisées comme une justification continue par les politiciens et les généraux américains pour plus de dépenses militaires.

À un autre niveau, ce que j’ai vu de ma présence en Irak et en Afghanistan est que les sommes d’argent massives qui sont injectées dans ces zones de guerre alimentent la corruption et que les montants massifs d’argent reçus par ceux qui sont fidèles ou collaborent avec les forces américaines n’incitent pas les Afghans ou les Irakiens travaillant avec les Américains à chercher la paix, la réconciliation ou un cessez-le-feu avec leurs adversaires. Tant que les Américains les maintiennent au pouvoir et les enrichissent, il n’y a aucun sens à chercher une fin au conflit, une fin à l’occupation américaine.

Vous êtes membre du Conseil d’administration du Council for a Livable World et membre du Conseil consultatif d’ExposeFacts. Pouvez-vous expliquer à notre lectorat quelles sont les missions de ces organismes ?

Je suis désolé, mais vous devez avoir vu une biographie plus ancienne de moi, car je ne suis plus avec le Council for a Livable World.

Je suis toutefois membre du conseil consultatif des Veterans For Peace, Expose Facts, World Beyond War et du North Carolina Committee to Investigate Torture. Je suis également membre associé de Veteran Intelligence Professionals for Sanity. Toutes ces organisations cherchent à encourager la paix et la fin des guerres américaines à l’étranger ainsi que la fin des guerres que nous avons aux États-Unis, en particulier l’oppression des personnes de couleur aux États-Unis.

Veterans For Peace est une organisation internationale dédiée à informer les gens sur les coûts réels et les réalités de la guerre.

Expose Facts est une organisation composée de nombreux anciens fonctionnaires qui encouragent les lanceurs d’alerte et les membres du gouvernement, les militaires et les entreprises qui sont témoins d’actes répréhensibles à signaler ces actes répréhensibles au public.

World Beyond War est une organisation internationale qui se consacre à restructurer la façon dont notre monde est façonné et à amener les gens à croire et à comprendre qu’un monde pacifique est possible.

North Carolina Committee to Investigate Torture est la seule organisation de ce type aux États-Unis. C’est la seule organisation qui se consacre entièrement à rechercher, documenter et publier le rôle de l’État de Caroline du Nord dans les pratiques américaines de torture sous le président Bush. Le désir est de tenir les gens responsables de la torture qui a été menée.

Vétéran Intelligence Professionals for Sanity (VIPS) est une organisation d’anciens membres du gouvernement et de l’armée qui étaient soit des agents du renseignement, soit utilisés par les renseignements dans leur carrière (membres associés). Le but du VIPS est de fournir d’autres recommandations et points de vue au président des États-Unis et aux médias, qu’ils ne reçoivent pas des services de renseignement américains.

Alors que les lanceurs d’alerte éclairent les opinions publiques sur divers dossiers en prenant des risques majeurs, ne pensez-vous qu’il est plus que nécessaire de lancer des initiatives voire même de créer un programme spécifique à l’échelle mondiale pour protéger les lanceurs d’alerte ?

Oui, l’une des choses que j’aimerais voir créer est un fonds pour aider les lanceurs d’alerte à payer les coûts très élevés qu’ils encourent en devenant des dénonciateurs. Les lanceurs d’alerte perdent leur emploi, ont des frais juridiques élevés et peuvent passer des années sans avoir l’argent nécessaire pour subvenir aux besoins de leur famille et payer leurs factures. C’est une tactique utilisée par le gouvernement et les entreprises pour intimider les gens afin qu’ils ne deviennent des lanceurs d’alerte. J’aimerais qu’un fonds soit créé pour aider les lanceurs d’alerte à payer ces dépenses et à ne pas être contraints à la faillite et à l’insolvabilité parce qu’ils ont suivi leur conscience et signalé des actes répréhensibles.

Vous êtes également un homme engagé pour la cause du peuple Palestinien, vous avez participé à un voyage en Palestine avec Veteran for Peace pour voir les conditions dans lesquelles vivent les Palestiniens. Pouvez-vous nous parler de cette action ?

Ce fut un voyage très important pour moi car passer 18 jours avec le peuple palestinien et la résistance populaire à l’occupation israélienne était extrêmement émouvant et puissant. Vous pouvez lire des essais et des livres ou regarder des documentaires et des films sur la souffrance du peuple palestinien, mais tant que vous ne serez pas avec eux, vous ne comprenez pas vraiment l’horreur et la tragédie de l’occupation israélienne. En tant qu’Américain, il était très important pour moi d’être solidaire de mes frères et sœurs palestiniens, d’autant que mon pays est souvent le seul défenseur d’Israël et donne à l’armée israélienne près de 11 millions de dollars d’aide quotidienne.

Les États-Unis sont un soutien inconditionnel d’Israël. Comment expliquez-vous cela ?

La principale raison à cela est le système politique perverti et corrompu aux États-Unis qui permet à l’argent d’influencer la politique si fortement. Les États-Unis ne seraient pas un partisan inconditionnel d’Israël s’il n’y avait pas l’influence de l’argent fourni aux politiciens américains, principalement par l’intermédiaire de l’American Israel Public Affairs Committee (AIPAC) mais aussi par d’autres sources. Sans cet achat massif de politiciens, je ne crois pas qu’Israël recevrait le soutien des États-Unis et je ne pense pas qu’Israël pourrait continuer son occupation du peuple palestinien et les crimes commis contre eux.

D’après vous, quel est l’apport des vétérans comme vous, notamment à travers Veteran for Peace, pour soutenir la résistance à l’impérialisme US à travers le monde ?

Les choses les plus importantes que les anciens combattants américains peuvent faire sont de parler ouvertement de ce qu’ils ont vu pendant leur carrière militaire, de ce qu’ils ont pris part aux guerres et de ce qu’ils croient vraiment des objectifs des guerres et de l’armée américaine. Il est difficile en Amérique de parler contre l’armée et les guerres, parce que nous avons une culture qui célèbre la guerre, la violence et l’armée, mais les anciens combattants doivent trouver le courage de le faire parce que, par leur témoignage, les gens peuvent comprendre les réalités et les vérités des guerres, de l’empire et de l’impérialisme américains.

Il est également important que les vétérans américains soient solidaires de ces mouvements de résistance à l’extérieur et à l’intérieur des États-Unis qui luttent contre le militarisme, l’occupation et l’intervention américains. Cela inclut se dresser contre les gouvernements clients des États-Unis comme Israël, la Corée du Sud et le Japon. Il est également nécessaire que les anciens combattants se tiennent aux côtés des communautés opprimées des États-Unis; avec les Amérindiens, les Latinos  américains et les Noirs américains. Toutes les personnes opprimées aux États-Unis sont victimes du militarisme américain et continuent d’être opprimées par un système qui offre des avantages économiques, civiques et sociétaux écrasants aux classes blanches riches tout en continuant à punir les personnes de couleur par l’incarcération de masse, la violence policière, la déportation, le désavantage économique, les soins de santé inadéquats, l’éducation médiocre, etc. Un tel traitement des personnes de couleur n’aurait pas été possible dans le passé sans l’armée américaine et les effets du militarisme sur le peuple blanc des États-Unis, et maintenant avec la police militarisée cela reste essentiel dans la poursuite de l’oppression. Une grande partie de cette oppression trouve sa praxis et sa mise en œuvre à travers la culture de la violence aux États-Unis qui est une conséquence directe du militarisme que tant d’Américains embrassent. Je crois que le militarisme est l’une des vraies religions des États-Unis. Ce militarisme conduit à cette culture de la violence qui accepte les solutions basées sur la violence comme n’étant pas la seule option, mais l’option nécessaire. C’est à travers de telles politiques de solutions basées sur la violence que l’Amérique a la plus grande population carcérale au monde, des épidémies de violence policière, des déportations massives de non-blancs, etc.

Comment évaluez-vous l’expérience des médias alternatifs ? Ne pensez-vous pas que pour contrer la manipulation et la propagande impérialiste, il faut nous appuyer sur des médias alternatifs très engagés et très efficaces pour gagner la bataille de l’information qui est stratégique ?

Oui, je ne pourrais pas être plus d’accord avec vous. Quand j’ai commencé à parler de la guerre, j’ai été autorisé à entrer dans les médias principaux. Je suis apparu sur les principaux réseaux d’information par câble et j’ai été publié dans les principaux journaux, mais au cours de la dernière décennie, les voix dissidentes, en particulier celles qui sont contre la guerre et l’impérialisme, ont été radicalement marginalisées. En 2014, alors que j’argumentais contre une présence américaine renouvelée en Irak, je n’ai pu apparaître que sur un réseau d’information par câble et aucun des grands journaux n’a demandé mon avis. La même chose s’est produite pour beaucoup de mes collègues. Là où nous avons réussi à apparaître sur les nouvelles de la télévision par câble, CNN dans mon cas, ou imprimées dans les principaux journaux et médias, nous étions 5, 10 ou 15 voix sur 1 en termes de voix et d’opinions favorables à la guerre. Par exemple, quand je suis apparu sur CNN à cette époque, j’ai été présenté comme « la colombe solitaire dans un champ de loups » par la présentatrice (Brooke Baldwin). Cette situation, cette chambre d’écho, des voix favorables à la guerre, à l’impérialisme et à la violence, n’a fait que se solidifier et je ne connais que quelques personnes qui ont pu se rendre sur les grands réseaux pour plaider contre la guerre, puis elles sont largement dépassées et souvent noyés par des voix favorables à la guerre et à l’Empire.

Sans les médias alternatifs, des voix comme la mienne n’auraient aucun débouché. Je pense cependant que le succès des médias alternatifs a poussé les médias traditionnels à resserrer et limiter leur dissidence, car la peur de la dissidence contre les guerres ayant un effet sur la population et la politique a provoqué l’intersection du militaire et du gouvernement, et poussé les médias et les entreprises à contrôler plus strictement les messages autorisés. Je pense que cela s’est vraiment accéléré en 2013 lorsque l’opinion publique et l’action publique envers le Congrès ont empêché l’administration Obama de lancer une guerre contre le gouvernement syrien. Le lien entre les échelons supérieurs du gouvernement et du militaire, les médias et les entreprises, est tout à fait réel et se renforce, et les conséquences en ont été la limitation et, dans certains cas, l’élimination de la dissidence des médias détenus par les entreprises.

Que pensez-vous du fait que l’administration Trump revient sur l’accord du nucléaire iranien et quelle est votre opinion sur l’escalade entre les États-Unis et la Corée du nord ? L’impérialisme US a-t-il toujours besoin d’un ennemi pour exister, à savoir l’URSS, le Vietnam, Cuba, l’Irak, la Chine, l’Iran, la Russie, la Corée du Nord, etc. ?

Je pense que ce revirement de Trump sur l’accord nucléaire avec l’Iran devait arriver. Trump suit l’initiative de l’establishment de la politique étrangère aux États-Unis, qui est avant tout engagé dans l’hégémonie et la domination américaines. La préservation de l’Empire américain est la mission de la plupart des experts en politique étrangère aux États-Unis, qu’ils soient libéraux ou conservateurs, démocrates ou républicains. La coopération entre les nations, la démilitarisation et le respect des droits de l’homme dans le monde entier ne sont presque jamais une préoccupation pour l’establishment de la politique étrangère américaine. C’est pourquoi nous voyons le même bellicisme envers la Corée du Nord, et n’oublions pas que Barack Obama et Hillary Clinton ont tous deux menacé de détruire eux-mêmes la Corée du Nord.

Nous devons avoir un ennemi, pas seulement pour l’impérialisme, mais pour notre culture du militarisme, de la violence et de notre conception nationaliste de l’exceptionnalisme américain. Nous nous considérons comme Bons, donc il doit y avoir un Mauvais ou un Mal. L’exceptionnalisme américain et la violence qui en découle, censée être rédemptrice et basée sur la justice, est un cadre binaire manichéen, donc les Américains doivent avoir un adversaire ou un ennemi. C’est si triste et si tragique que tant de personnes aient souffert, soient mortes et se soient retrouvées sans abri dans le monde entier, au fil des décennies, pour une telle croyance absurde, ignorante, simpliste et fausse.

Vous avez reçu le Prix Ridenhour pour la vérité en 2010. Que pouvez-vous nous dire à propos de ce prix ?

Ce fut un très grand honneur. Les prix sont décernés au nom de Ron Ridenhour, le soldat qui a aidé à alerter les gens du massacre de My Lai pendant la guerre du Vietnam. C’est et ce fut une leçon d’humilité de faire partie d’un groupe aussi prestigieux d’hommes et de femmes qui ont suivi leur conscience, sont allés au-delà du risque et ont fait ce qui était juste.

Interview réalisée par Mohsen Abdelmoumen

 

Qui est Matthew Hoh ?

Matthew Hoh a près de douze ans d’expérience dans les guerres américaines à l’étranger avec le Corps des Marines des États-Unis, le Département de la Défense et le Département d’État. Il est Senior Fellow au Center for International Policy depuis 2010. En 2009, Matthew a démissionné de son poste en Afghanistan avec le département d’État en signe de protestation sur l’escalade américaine de la guerre. Avant son affectation en Afghanistan, Matthew a pris part à l’occupation américaine de l’Irak, d’abord en 2004-2005 dans la province de Salah ad Din avec une équipe de reconstruction et de gouvernance du Département d’État, puis en 2006-2007 dans la province d’Anbar en tant que commandant de compagnie du Corps des Marines. Lorsqu’il n’était pas déployé, de 2002 à 2008, Matthew a travaillé sur les questions de politique et d’opérations de guerre en Afghanistan et en Irak pour le Pentagone et le Département d’État. Les écrits de Matthew sont apparus dans des périodiques en ligne et imprimés tels qu’Atlanta Journal Constitution, Defense News, The Guardian, Huffington Post, USA Today, Wall Street Journal et Washington Post. Il a été invité dans de nombreux programmes d’information sur les réseaux de radio et de télévision, notamment la BBC, CBS, CNN, Fox, NBC, MSNBC, NPR, Pacifica et RT. Le Conseil en Relations Étrangères a cité la lettre de démission de Matthew de son poste en Afghanistan en tant que Document Essentiel. En 2010, Matthew a été nommé bénéficiaire du prix Ridenhour pour la Vérité. Matthew est un membre du conseil consultatif pour Expose Facts, les Veterans For Peace et World Beyond War, et est un membre associé des Veteran Intelligence Professionals for Sanity (VIPS). Il a été certifié par la Caroline du Nord en tant que spécialiste de Peer Support for Mental Health and Substance Use Disorder.

Son site officiel

 

 

Le sommaire de Mohsen Abdelmoumen
Les dernières mises à jour

Source : Mohsen Abdelmoumen
https://mohsenabdelmoumen.wordpress.com/…

Plus d’histoires deAfghanistan

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,