Aller à…
RSS Feed

20 juillet 2018

Danger : risque d’instauration d’un califat sioniste en France


Cercle d’Etudes Rabbiniques

Shmiel Mordche Borreman

Rabbin Birnbaum Nathan

Jeudi 30 novembre 2017

Avec l’aide du Tout-Puissant

Déclaration de Yechouroun-Judaïsme contre sionisme, Cercle d’Etudes Rabbiniques

Un groupement politique sioniste qui s’intitule CRIF et défend bec et ongles l’entité sioniste, menace de faire imposer une loi scélérate pour interdire l’antisionisme en France.

Ces Juifs paganisés sont la mauvaise foi même.

« C’est un Juif autrichien assimilé, Nathan BIRNBAUM (1864-1937), qui invente au début des années 1890 le terme « sionisme », s’inspirant du nom d’une commune de Jérusalem, Sion, qui dans le langage biblique, désigne symboliquement la Terre Sainte toute entière. BIRNBAUM présidera l’organisation sioniste mondiale créée en 1897 et jouera un rôle crucial dans la propagation du nationalisme Juif. Plus tard, il rejettera cependant l’idéologie sioniste et en deviendra un critique invétéré. »[1]

Immédiatement à la naissance du mouvement sioniste politique, les Rabbins ont condamné et rejeté celui-ci. Le premier congrès sioniste eut lieu à Bâle, justement parce que les Rabbins ont fait interdire la tenue de ce congrès d’impies en Allemagne.

Citons encore l’écrit du Rabbin Dr. Raphael BREUER avec le titre éloquent « Le Judaïsme national, un Judaïsme de chimère » 1903.

La tradition antisioniste au nom de la Thora a connu des aspects diversifiés, des hauts et des bas, mais est restée vivace et ininterrompue jusqu’à nos jours.

L’idée d’imposer à l’Etat français une interdiction de l’antisionisme en assimilant celui-ci à l’antisémitisme est absurde et criminelle. Elle peut seulement provenir de la part des sionistes les plus extrémistes parmi les Juifs paganisés[2] . De plus, elle est illogique, car on ne peut savoir si un jour, un d’eux comme jadis BIRNBAUM, faisait repentance, il aurait la loi inventée et imposée par lui et ses comparses contre lui.

Dans l’hypothèse où le législateur français cèderait à la pression du lobby sioniste, les Juifs antisionistes seraient obligés de par la force de la Thora à la désobéissance civile.

L’astuce est que les sionistes ont pensé avoir forgé une nouvelle arme en assimilant l’antisionisme à l’antisémitisme, disant que « l’antisionisme est une nouvelle forme d’antisémitisme », à D’ ne plaise ! Les quelques exemples que nous avons donnés suffisent à réfuter ce sophisme.

De plus, la solidarité avec les victimes qui résistent au sionisme n’a rien de d’antisémite, mais est un impératif moral. Le sionisme nuit gravement aux intérêts, non seulement des Juifs, mais aussi aux autres citoyens français et à toute l’humanité.

Nous appelons à la vigilance et à la Résistance à cette tentative d’imposer à la législation française l’amalgame entre antisionisme et Judéo-phobie. Contre cette dernière, les dispositions légales en vigueur sont satisfaisantes.

 

Shmiel Mordche BORREMAN

 

[1]Yakov RABKIN : Comprendre l’Etat d’Israël – Idéologie, religion et société 2014 p. 34. La meilleure documentation à jour en langue française.

[2] L’expression de ‘Juifs paganisés’ provient de N. BIRNBAUM, en Allemand « Heidenjuden ».

 

 

Le sommaire d’Hadassah Borreman
Les dernières mises à jour

Source : Hadassah Borreman

Plus d’histoires dePalestine

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,