Aller à…
RSS Feed

20 juillet 2018

Hommage à Mouammar Kadhafi et soutien au CRI


Communiqué du 1er décembre 2017

Depuis l’assassinat horrible de Mouammar Kadhafi,  perpétré par des nervis du mondialisme (rebelles libyens du sinistre CNT, forces de l’OTAN, services spéciaux français, britanniques et qatari…)  sur ordre – comble de l’ingratitude et de la scélératesse ! – d’un individu aussi cupide que belliqueux dont le Guide Frère de la Révolution libyenne avait financé la campagne présidentielle, flanqué d’un écrivaillon sioniste haineux et infatué pour accomplir cette basse besogne de destruction d’une nation,  la Libye n’a cessé de s’enfoncer dans un chaos indescriptible.

Partout, dans un pays disloqué, au Fezzan, en Tripolitaine, en Cyrénaïque,  des milices islamiques criminelles, financées et armées d’abord par la France de Sarkozy puis par l’OTAN et d’autres officines mondialistes, composées d’une majorité d’étrangers et de droits communs libyens, font régner la terreur sans répit.

A la paix et l’ordre social que garantissait la Jamahiriya arabe libyenne, cette forme originale de démocratie directe, sociale et solidaire, instaurée par le colonel Kadhafi, a succédé un état de guerre civile perpétuelle, une épouvantable barbarie faite d’exactions de toutes sortes, de viols, de pillages, d’esclavagisme (La milice tribale et takfiriste de Misrata, notamment, avec la complicité et l’ingérence d’autorités italiennes inféodées au nouvel ordre mondial, massacre, torture, réduit en esclavage des milliers de travailleurs immigrés africains, qui vivaient en sécurité du temps du Guide !), de corruption tous azimuts, de mise sous contrôle par des compagnies américaines du pétrole et du gaz libyens, de détournement des matières premières (C’est près de la moitié du pétrole libyen qui est actuellement vendue en offshore ! ), d’attentats incessants, de contrebande d’armes et de drogues, de trafic de migrants d’Afrique subsaharienne…

Le MENS rappelle que Kadhafi avait fait de son pays, qui était l’un des plus pauvres du monde sous le règne de son prédécesseur, le Roi Idriss,  le plus prospère du continent africain. Oui, il faisait bon vivre dans la Libye de Kadhafi ! Elle était le pays le moins endetté du monde ; les soins y étaient gratuits, de même que l’eau et l’électricité à usage domestique ;  une politique éducative ambitieuse avait permis d’alphabétiser la population et de former en son sein un encadrement de qualité sans lequel n’eût pas été possible le miracle économique libyen.

Le gouvernement libyen allouait à chaque étudiant désirant poursuivre ses études à l’étranger une bourse de quelque 1600 euros par mois ! Quant à l’accès à la propriété foncière des citoyens libyens, il était facilité par l’absence d’imposition, notamment de TVA, par une aide de 300 euros par mois à chaque famille libyenne sur présentation d’un livret de famille et par des prêts sans intérêt accordés par les banques libyennes. En Libye, le prix d’un litre d’essence s’élevait à 8 centimes d’euro !  La manne pétrolière et gazière profitait non seulement au peuple libyen tout entier, mais aussi au continent africain, surtout à ses pays les plus pauvres dans les économies desquels Kadhafi, le généreux, investissait sans lésiner. Kadhafi aimait et aidait l’Afrique. Pour ce continent dont il arborait fièrement le contour brodé sur son poitrail, il nourrissait un projet grandiose, tout à la fois humanitaire, économique et politique. Il s’apprêtait à réaliser l’émancipation financière de l’Afrique et cela, la mafia mondialiste ne pouvait le souffrir.

Le Régime de Kadhafi, par ailleurs, était un rempart efficace face à l’émigration clandestine africaine vers le Vieux Continent. Kadhafi avait passé des accords financiers avec l’Union Européenne pour surveiller ses frontières. Mais depuis la chute de la Jamahiriya, l’anarchie est telle en Libye que les milices chargées par les autorités de transition du contrôle des  frontières s’adonnent elles-mêmes au trafic de « migrants » !

Le MENS dénonce les responsables de l’inacceptable déferlement de populations allogènes sur l’Europe proie, ceux-là même qui ont renversé Mouammar Kadhafi.

Le MENS rend un vibrant hommage au grand résistant contre l’impérialisme mondialiste que fut jusqu’à son dernier souffle Mouammar Kadhafi, le Guide Frère de la Révolution libyenne.

Le MENS soutient le Comité Révolutionnaire International dans son œuvre de libération du peuple libyen opprimé.

Gloire à Kadhafi ! Vive la Jamahiriya ! Vive la Libye libre et souveraine !

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,