Aller à…
RSS Feed

17 novembre 2018

Comment Pékin espionne les dirigeants africains


France-Irak Actualité : actualités sur l’Irak, le Proche-Orient, du Golfe à l’Atlantique

Publié par Gilles Munier sur 29 Janvier 2018,

Catégories : #Afrique, #Algérie, #Maroc, #Tunisie, #Libye, #Chine

Par Zine Cherfaoui (revue de presse : El Watan – 28/1/18)*

Quatre spécialistes algériens et des experts en cybersécurité éthiopiens ont inspecté les salles du siège de l’Union africaine et débusqué des micros placés sous les bureaux et dans les murs.

Il n’y a pas que les Occidentaux et les Israéliens qui espionnent l’Union africaine (UA) et ses dirigeants. Monde Afrique révèle, dans une enquête fouillée, publiée le 26 janvier 2018, que les services de renseignement chinois, probablement les 3e et 4e départements de l’état-major général de l’APL, ont «pompé» une masse impressionnante de données sensibles de l’organisation panafricaine, dont le siège se trouve à Addis-Abeba en Ethiopie.

Comment cela a-t-il pu se faire ? Le média français indique que Pékin a offert gracieusement à l’UA des systèmes informatiques clé en main comportant des failles volontairement laissées. Il s’agit de portes numériques dérobées (backdoors) qui donnent un accès discret à l’intégralité des échanges et des productions internes de l’organisation. Citant plusieurs sources au sein de l’institution, Monde Afrique soutient que «tous les contenus sensibles ont pu être espionnés par la Chine». «Une fuite de données spectaculaire, qui se serait étalée de janvier 2012 à janvier 2017», précise le média.

Monde Afrique mentionne que le pot aux roses a été découvert par les ingénieurs de la «petite cellule» de l’UA. «En janvier 2017, la petite cellule informatique de l’UA a découvert que ses serveurs étaient étrangement saturés entre minuit et 2h. Les bureaux étaient vides, l’activité en sommeil, mais les transferts de données atteignaient des sommets.

Un informaticien zélé s’est donc penché sur cette anomalie et s’est rendu compte que les données internes de l’UA étaient massivement détournées», raconte le quotidien français. Des sources internes à l’UA ont ainsi confié à l’auteur de l’enquête que «chaque nuit, les secrets de cette institution se sont retrouvés stockés à plus de 8000 km d’Addis-Abeba, sur des mystérieux serveurs hébergés quelque part à Shanghaï, la mégapole chinoise».

Ce n’est pas tout. Des responsables de l’UA ont révélé également à Monde Afrique qu’il a été découvert que le nouvel immeuble offert il y a six ans par Pékin à l’Union africaine et qui sert depuis de siège à l’organisation était également truffé de micros. «Quatre spécialistes venus d’Algérie, l’un des plus gros contributeurs financiers de l’institution, et des experts en cyber-sécurité éthiopiens ont inspecté les salles et débusqué des micros placés sous les bureaux et dans les murs», mentionne le journal français.

Pour stopper la saignée, la même source indique que l’UA a acquis ses propres serveurs et décliné l’offre de la Chine qui se proposait de les configurer. Désormais, toutes les communications électroniques sont également cryptées et ne passent plus par Ethio Telecom, l’opérateur public de l’Ethiopie, pays réputé pourtant pour ses capacités de cybersurveillance et d’espionnage électronique. Désormais, les plus hauts responsables de l’institution disposent de lignes téléphoniques étrangères et d’applications plus sécurisées. On ajoute qu’«une nouvelle architecture informatique, indépendante des Chinois, a également été déployée». Comme on dit, chat échaudé craint l’eau froide.

Source : El Watan

La Chine dément avoir espionné

le siège de l’Union africaine

Revue de presse : France 24 (19/1/18)**

Une enquête du quotidien Le Monde, publiée vendredi, affirme que la Chine a espionné l’Union africaine entre 2012 et 2017. Une « absurdité », s’est défendu, lundi, l’ambassadeur chinois à l’Union africaine.

L’ambassadeur de Chine à l’Union africaine (UA) a qualifié d' »absurdité », lundi 29 janvier, le résultat d’une enquête menée par le journal français Le Monde, selon laquelle Pékin a espionné, au moins de 2012 à 2017, le siège de l’UA dans la capitale éthiopienne Addis Abeba.

« Je pense qu’il s’agit d’une histoire sensationnelle, mais elle est aussi complètement fausse et absurde », a déclaré à France 24 l’ambassadeur chinois à l’UA, Kuang Weilin, en marge du sommet de l’organisation panafricaine qui se déroule dimanche et lundi 29 janvier. Selon lui, l’article en question, publié vendredi par La Monde, va « endommager l’image du journal », mais pas la relation entre la Chine et l’Afrique.

Citant plusieurs sources internes à l’Union africaine, Le Monde a assuré que les informaticiens de cette institution se sont rendus compte, il y a environ un an, que le contenu des serveurs de l’UA était transféré vers d’autres serveurs à Shangai, en Chine.

Des micros trouvés sous les bureaux et dans les murs

Les mêmes sources affirment que ces transferts auraient eu lieu depuis 2012, date à laquelle s’est achevée la construction du bâtiment flambant neuf de l’Union africaine, offert par la Chine. Les serveurs de l’UA ont été changés en 2017, lorsque cette faille du système a été découverte, et une nouvelle architecture informatique déployée.

Le Monde soutient enfin qu’après la découverte des transferts de données vers la Chine, des experts éthiopiens en cybersécurité ont inspecté les salles du bâtiment de l’UA, et débusqué des micros placés sous les bureaux et dans les murs.

Le président de la Commission de l’UA Moussa Faki a réagi à ces accusations en assurant à la presse n’avoir vu « aucune preuve d’espionnage dans ce bâtiment ».

D’autres, comme le Premier ministre éthiopien Hailemariam Desalegn, ont préféré insister sur l’importance de la relation « forte » et « stratégique » avec la Chine. Le pays est en effet le premier partenaire de l’Afrique avec notamment 149,2 milliards de dollars d’échanges commerciaux en 2016 (selon Pékin), et de nombreux dons et prêts à taux très bas sur le continent africain. « Il n’y a rien à espionner, je n’y crois pas », a déclaré Hailemariam Desalegn.

**Source : France 24 (avec AFP)

Plus d’histoires deAFRIQUE

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,