Craig Murray est un diplomate britannique (ancien ambassadeur du Royaume Uni en Ousbékistan), un historien et un militant pour les droits humains.

Par 

Publié le 23 Jan, 2018  sous le titre Zionist Censorship on Facebook

Facebook a refusé de passer une annonce pour mon recueil d’anciens travaux Zionism is Bullshit [« Le sionisme, c’est des conneries »]. D’abord, ils ont refusé l’annonce pour cause de « blasphème ». J’ai alors enlevé le titre du livre de l’annonce (bien qu’on puisse le deviner sur une des deux petites photos ci-dessous en plissant les yeux), et j’ai soumis une nouvelle fois mon annonce, mais elle a de nouveau été refusée. J’ai fait appel de cette décision et, cette fois, elle a été refusée au prétexte qu’elle « dénigre les convictions religieuses d’autrui ». Le texte de l’annonce était une présentation de livre standard et ne faisait rien de tel.

 

Si je prétendais que je suis le propriétaire de ce que vous possédez parce que Dieu l’aurait donné à mes ancêtres il y a des milliers d’années, je m’attendrais à ce que vous dénigriez ma conviction. Refuser la critique du sionisme est ridicule.

Facebook vient d’annoncer qu’il a engagé 10.000 personnes supplémentaires pour les occuper à de la censure directe – soi-disant pour éliminer les « fake news », qui comprennent, cela va sans dire, les désaccords avec Israël. Le rôle principal de ces gens sera, bien sûr, de supprimer toute façon de voir qui ne serait pas en accord parfait avec la propagande néo-libérale crachée en permanence par les médias de grands groupes ou d’État.

Twitter ne vaut pas mieux. Comme cent mille autres, j’ai reçu un email de Twitter m’accusant absurdement de twitter de la propagande russe. J’ai été « ghost banned » [« invisiblement interdit »] par Twitter une partie de l’année dernière. Il y a ici un énorme péril. Ce site net reçoit 75% de sa correspondance via Twitter et Facebook. Le merveilleux élargissement du débat politique dû à l’accès des citoyens au nouveau média d’Internet va se trouver en réel danger avec Twitter et Facebook en Cerbères de l’ordre néolibéral. Ce site et ceux qui lui ressemblent peuvent tout simplement être privés de contacts par asphyxie.

Twitter et Facebook sont  évidemment de grands groupes mondialistes et entendent se comporter absolument comme tels, et peut-être même pire. J’ai été très heureusement surpris quand Amazon a accepté Zionism is Bullshit pour publication par son service « impression à la demande ». Facebook se montre ici plus restrictif qu’Amazon.

Développer des plateformes de médias sociaux non privatisés face à la médiatisation à outrance de Facebook et de Twitter est une tâche redoutable. Une espèce de révolte des consommateurs contre la censure, entamée par les clients déjà existants, pourrait s’avérer plus encourageante. Mais une action, quelle qu’elle soit, est essentielle, si on veut que les bénéfices engrangés ces dernières années par les médias sociaux ne soient pas perdus.

J’ai aussi sorti, sur Amazon, une édition nouvelle de Murder in Samarkand [« Meurtre à Samarcande »], puisque Random House l’a interrompue après son rachat par Mainstream Publishing. Je donne ici les liens-images parce que, pour je ne sais quelle raison, elles n’apparaissent pas quand on cherche Murder in Samarkand sur Amazon.

Par Craig Murray

Pour voir les réactions à cet article sur Facebook, cliquer sur 81

Article original en anglais: https://www.craigmurray.org.uk/archives/2018/01/zionist-censorship-facebook/

Traduction : c.l / lesgrossesorchadesles

Source: https://arretsurinfo.ch/censure-sioniste-sur-facebook/