Aller à…
RSS Feed

15 décembre 2018

Libye : une vidéo d’enfants mimant une exécution collective suscite l’émotion


Libye : une vidéo d'enfants mimant une exécution collective suscite l'émotion© Ed JONES Source: AFP
Image d’illustration

Une vidéo montrant des enfants libyens mimant une exécution collective est devenue virale sur internet. Activistes et internautes dénoncent l’exposition des enfants à la violence dans une Libye déchirée par la guerre civile.

Un pistolet factice à la main, un jeune garçon libyen joue le rôle de Mahmoud Al-Werfalli, officier appartenant aux forces dirigées par le maréchal Khalifa Haftar qui aurait lui-même récemment exécuté des djihadistes de l’Etat islamique, ordonne à six autres enfants de mettre leurs mains derrière la tête. Avant de mimer la scène macabre, le jeune garçon déclare : «Nous devons tuer ces chiens et tyrans.»

Qu’attendez-vous des enfants qui ont grandi dans une société de sang et de violation des libertés ?

Selon le site de la chaîne saoudienne d’information Al-Arabiya, la vidéo a suscité la controverse en Libye. Certains internautes ont pointé du doigt l’influence néfaste que peuvent avoir les images violentes sur les enfants, d’autres ont mis en garde contre la fascination croissante des enfants pour la violence dans ce pays toujours gangrené par la guerre. «L’innocence de l’enfance est aujourd’hui volée et mutilée en Libye à cause des scènes répétées d’effusion de sang dans les rues au quotidien», a estimé un activiste politique libyen du nom de Faraj Farkash, d’après Al-Arabiya. «Cela suscitera la peur, l’agressivité et la violence dans une génération qui a grandi en étant témoin de ces événements», a-t-il ajouté.

De son côté, le blogueur Ahmed Altwaijri n’a pas semblé surpris par les actions des enfants. «Qu’attendez-vous d’enfants qui ont grandi dans une société de sang et de violation des libertés ?», a-t-il déclaré, selon la chaîne saoudienne, avant de mettre en garde contre l’apparition d’une nouvelle génération de terroristes.

Le commandant Mahmoud Al-Werfalli fait l’objet depuis le 15 août 2017 d’un mandat d’arrêt de la Cour pénale internationale (CPI) qui l’accuse d’avoir perpétré des crimes de guerre en Libye. En 2016 et 2017, il aurait tiré sur des civils ou encore exécuté lui-même des prisonniers djihadistes. Dans une vidéo sur son compte Facebook, l’officier a annoncé dans la nuit de 6 au 7 février s’être rendu à la police militaire de l’Armée nationale libyenne (ANL), aux ordres du général Khalifa Haftar, homme fort de l’est libyen.

Lire aussi : En Libye un attentat-suicide revendiqué par Daesh fait quatre morts et 39 blessés à Misrata

 

Plus d’histoires deCulture

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,