Aller à…
RSS Feed

17 novembre 2018

Armes nucléaires. Posture apocalyptique US


PRESS TV (IRAN)

Luc Michel

Samedi 9 février 2018

* PCN-TV/
PRESS TV (IRAN) DEBAT AVEC LUC MICHEL :
ARMES NUCLÉAIRES. POSTURE APOCALYPTIQUE US.
A PROPOS DE LA NOUVELLE DOCTRINE NUCLEAIRE DE LA PRESIDENCE TRUMP …
(9 FÉVRIER 2018)
sur https://vimeo.com/255171025

* Le commentaire de PRESS TV :

« Armes nucléaires : posture apocalyptique US.
Débat : la posture apocalyptique US concernant les armes nucléaires …
Le Pentagone a publié la semaine dernière sa nouvelle « Revue de la posture nucléaire » dans laquelle il se dit préoccupé par le développement des forces nucléaires russes. Parmi les autres menaces potentielles, sont citées la Corée du Nord et la Chine.
De nombreux pays ont fermement critiqué la nouvelle « Revue de la posture nucléaire » du Pentagone qui expose les ambitions nucléaires sous la présidence de Trump et détaille ce qu’il perçoit comme les menaces nucléaires pour les décennies à venir.
Ce projet n’a fait que rapprocher l’Iran, la Russie et la Chine, qui ont toujours été des partenaires anciens et importants sur la scène internationale pour défendre des intérêts communs. Ces pays se sont fermement opposés au rapport du Pentagone, d’autant plus que son objectif va à l’encontre du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires.
Luc Michel, géopoliticien, et Jean-Maxime Corneille, analyste politique, nous donnent plus de détails sur le sujet. »

* Comprendre les positions du débat :

On notera entre les débatteurs des oppositions tranchées, quoi qu’exprimées courtoisement, entre la vision géopolitique sans passion du Géopoliticien Luc MICHEL et les rêveries idéologiques sur le « bon peuple américain originel » opposé à un « mondialisme fantasmé ». Ce qui s’oppose aujourd’hui aux USA, ce sont deux fractions de l’Oligarchie américaine, celle de Trump (avec ses généraux) et celle de Sorös-Clinton-Obama (et leur « Purple Revolution ») …

CE QU’EN DIT LUC MICHEL :

Voir sur LUC MICHEL’S GEOPOLITICAL DAILY/
LA NOUVELLE DOCTRINE NUCLEAIRE DES USA QUI CIBLE DIRECTEMENT MOSCOU ET PEKIN
sur http://www.lucmichel.net/2018/02/03/luc-michels-geopolitical-daily-la-nouvelle-doctrine-nucleaire-des-usa-qui-cible-directement-moscou-et-pekin/

Et voir (en anglais) sur LUC MICHEL’S GEOPOLITICAL DAILY/
THE NEW NUCLEAR DOCTRINE OF THE USA (II):
WHAT DOES THE ‘US NUCLEAR POSTURE REVIEW’ REALLY SAY?
sur http://www.lucmichel.net/2018/02/05/luc-michels-geopolitical-daily-the-new-nuclear-doctrine-of-the-usa-ii-what-does-the-us-nuclear-posture-review-really-say/

CE QU’EN DIT LA PRESSE EUROPEENNE :

* Extrait 1 :
LE RISQUE DE CONFLAGRATION NUCLÉAIRE
Publié ce 4 février 2018 sur LE TEMPS (Genève)

« La nouvelle doctrine de l’administration Trump en matière nucléaire est préoccupante. Elle banalise l’usage de l’arme atomique. Elle risque de tuer le régime de contrôle des armements et de relancer la course à l’atome dans un monde beaucoup plus instable que durant la Guerre froide
Pendant 70 ans, la peur du cataclysme nucléaire a engendré ce qu’on a appelé l’équilibre de la terreur. Les bombes d’Hiroshima et de Nagasaki, la crise des missiles à Cuba et des Pershing américains en Europe avaient sensibilisé non seulement les populations, mais aussi les Etats au danger de l’arme atomique.
S’appuyant sur d’anciens théoriciens et faucons de la Guerre froide pour établir sa nouvelle «posture» nucléaire, l’administration américaine rompt avec le tabou de l’arme atomique. Elle juge envisageable d’utiliser des armes nucléaires moins puissantes pour riposter à des cyberattaques. Une manière de banaliser l’usage de l’arme la plus destructrice qu’ait connue l’humanité. Elle veut faire croire à l’absurde notion de bombes nucléaires «humanitaires», et à l’idée qu’un Etat attaqué par de telles armes à faible puissance ne riposterait pas avec des moyens similaires (…)
La volte-face de l’administration Trump intervient à un moment critique. Les puissances nucléaires s’éloignent de leur obligation de désarmer en vertu du traité de non-prolifération. La Corée du Nord voit dans la bombe le seul moyen de se faire respecter. Le Pakistan, avec une aide américaine bientôt réduite, est dangereusement instable. Et enfin, irrité par la volonté de l’administration Trump de saper pierre par pierre l’accord que Téhéran a conclu avec six autres puissances sur son programme nucléaire en 2015, l’Iran pourrait changer de cap et inspirer d’autres Etats du Moyen-Orient.
Il serait faux de croire qu’une telle course à l’atome puisse servir la dissuasion nucléaire. Au contexte de stabilité stratégique bipolaire de la Guerre froide a succédé une instabilité profonde et multipolaire. La marginalisation, voire la fin, des traités de contrôle des armements souhaitée par le président Trump et la possible multiplication du nombre des Etats détenteurs de la bombe constitueraient un cocktail explosif. »

* Extrait 2 :
L’AMERIQUE ACCROIT LES RISQUES D’UNE COURSE A L’ARME NUCLEAIRE
Publié ce 4 février 2018 sur LE TEMPS (Genève)

« Le nouveau traité Start est toutefois l’arbre qui cache la forêt. Vendredi, le Pentagone a présenté la nouvelle posture nucléaire américaine. Celle-ci suscite déjà des sueurs froides auprès des spécialistes du contrôle des armements. En fin de semaine, le magazine Time ne s’y méprenait pas, intitulant sa page de couverture «Making America Nuclear Again» («Refaire de l’Amérique une puissance nucléaire»): le coup de poker de Trump. Lors de son discours sur l’état de l’Union le 30 janvier, le président américain n’a pas fait mystère de ses intentions: «Nous devons moderniser et reconstruire notre arsenal nucléaire […] de manière à le rendre si puissant qu’il dissuadera tout acte d’agression.» La grande nouveauté dans la posture de Washington est la volonté de créer trois nouvelles armes nucléaires dites tactiques, moins puissantes (5 tonnes contre 20 tonnes pour la bombe d’Hiroshima).
La Russie et la Chine n’ont pas tardé à réagir. Pour Moscou, qui se sent directement visé, la nouvelle posture nucléaire américaine est «de caractère belliqueux et anti-russe». Les Russes promettent d’y répondre avec les «mesures nécessaires». Pékin dénonce les «supputations au hasard» faites dans le document: «Nous espérons que les Etats-Unis abandonneront cette mentalité de Guerre froide.» (…)
La nouvelle politique de l’administration Trump préoccupe vivement Andrew Weber, ex-conseiller principal du chef du Pentagone en matière d’armes de destruction massive: «C’est une rupture radicale avec le consensus en place à Washington depuis les années Reagan. C’est surtout très dangereux.» Les nouvelles ogives nucléaires envisagées seraient à «bas rendement». Fait inédit: elles pourraient servir non pas seulement en réaction à une autre attaque nucléaire, mais en cas de cyberattaque. Elles ne raseraient pas des villes entières comme une arme stratégique, tueraient moins de personnes. Elles pourraient être utilisées dans des théâtres de guerre limités. «C’est là tout le danger. On risque d’estomper complètement le seuil entre armes nucléaires et conventionnelles, s’inquiète Andrew Weber, qui a souvent négocié avec la Russie pour réduire la menace d’armes de destruction massive. De plus, il est naïf de croire que de telles armes ne sont pas susceptibles de provoquer une riposte nucléaire massive.» Nombre d’experts du domaine n’en font pas mystère: la notion de «guerre nucléaire limitée» est une illusion. L’ex-conseiller du Pentagone dénonce avec véhémence l’illusion propagée par l’administration Trump: celle de créer une «arme nucléaire humanitaire», deux termes incompatibles (…)
L’administration Trump brise un tabou vieux de 70 ans, remontant aux attaques d’Hiroshima et de Nagasaki: qu’il ne faut plus jamais recourir à l’arme nucléaire. A l’heure où le nouveau traité Start, que Russes et Américains ont négocié des mois durant à Genève au moment de la remise des compteurs à zéro (reset) entre Moscou et Washington en 2010, montre son efficacité, la présidence américaine émet un message très différent. «Pour moi, il y a deux risques, poursuit l’ex-secrétaire adjoint à la Défense Andrew Weber. Le premier, c’est celui d’une erreur de calcul. De telles armes tactiques peuvent être utilisées à partir de bombardiers furtifs et rendre quasiment impossible pour l’adversaire de savoir si ces avions transportent des armes atomiques ou conventionnelles. Le second est tout aussi inquiétant. Cette nouvelle posture risque de déclencher une nouvelle course aux armes nucléaires, mais globale cette fois-ci » (…) »

 

# PCN-TV
https://vimeo.com/pcntv
# PCN-TV sur les Réseaux sociaux :
* FaceBook : Allez ‘liker’ la Page officielle de PCN-TV !
https://www.facebook.com/PCN.NCP.TV
* YouTube :
https://www.youtube.com/user/PCNTVnetwork

# GROUPE OFFICIEL ‘PCN-NCP-НОП –
LA CAUSE DES PEUPLES – THE PEOPLES’ CAUSE’
https://www.facebook.com/groups/LCDP.TPC.PCN.NCP/

 

 

Le sommaire de Luc Michel
Le dossier Monde
Les dernières mises à jour

Source : Luc Michel

Plus d’histoires deChine

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,