Aller à…
RSS Feed

20 juin 2018

Emission : Le financement de la campagne électorale de Sarkozy par Kadhafi


La vérité se trouve toujours dans les réponses aux question non posées, en l’occurrence:

« Ou se trouvent les restes du corps d’un chef d’Etat reconnu par l’ONU pendant 42 ans ? ». Et basta ya.

Cette affaire de 50 millions d’euros (récurrente comme vous l’avez remarqué depuis que MeRdià part s’en est emparée) vise:

1-à distraire l’attention des masses de ce qu’est un gouvernement des masses pour les masses et par les masses: le Rêve quoi, particulièrement dans un pays africain et quant don sait que les Arabes et musulmans sont connus pour leurs réactions viscérales anticommunistes. Le Pr EDMOND JOUVE (Sorbonne) a dit publiquement: « Gaddafi nous a fait rêver d’un monde sans gouvernants et sans gouvernés ».

Et ce rêve s’est fait réalité. Il fallait avoir de l’audace et c’est ce qu’on ne pardonna pas à MUAMMAR AL-GADDAFI. BERNARD LEVY et ses complices bourgeois comparadores de Misrata eux-mêmes qualifièrent la Jamahiriya de « régime communiste ».

2-à rappeler que les méthodes des régimes capitalistes oxydantaux sont interdites aux « autres ». GADDAFI a ignoré ce diktat et s’est donc permis, lui l’Africain, le Luxe de financer une campagne électorale française. Encore une fois il fallait oser le faire. GADDAFI nous a encore fait rêver.

Le Pr ROBERT CHARVIN a dit quelque chose de semblable dans l’un de ses remarquables articles. Il pensait peut-être aussi au financement de groupes terroristes en Europe comme l’IRA, par exemple, jusqu’à ce que l’humaniste Gaddafi décide d’arrêter son soutien le jour où cette organisation a commis le premier attentat aveugle en plein Londres. Pour Gaddafi, c’était là du terrorisme et non pas de la résistance.

Plus d’histoires dedemocratie directe

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,