Aller à…
RSS Feed

18 décembre 2018

Enquête sur le financement libyen


Mathaba Media revient vers vous afin de vous donner une information importante du Comité Révolutionnaire International en date du 5 Septembre 2018 !

Des échanges entre Nicolas Sarkozy, Alexandre Djouhri et Claude Géant ont bien eu lieu et la justice française en ont les preuves maintenant.

Enquête sur le financement libyen : les 14 visites d’Alexandre Djouhri à Nicolas Sarkozy

Afficher la suite

Aucun texte alternatif disponible.
L’image contient peut-être : 1 personne, barbe
Commentaires

Mathaba Media revient sur l’Affaire libyenne ou deux jours avant les accusations d’un des meilleurs amis, Patrick Balkany, les nouvelles dispositions prises par l’un des avocats de Nicolas Sarkozy !

L’avocat de Sarkozy réclame les pièces manquantes !

L’avocat de Nicolas Sarkozy, Thierry Herzog, a réécrit au procureur de Paris, François Molins, le 28 juin à propos de trois documents qui n’ont pas été versés au dossier de l’enquête sur le prétendu financement de Sarkozy par le régime de Kadhafi.

Un mois de recherches n’a pas suffi : il y a toujours des pièces manquantes dans le dossier de l’affaire libyenne qui met en cause Nicolas Sarkozy. Dans un courrier daté du 20 juin, le parquet de Paris admet que trois dépositions susceptibles de renforcer la défense de l’ancien président sont introuvables. Ces documents sont les comptes rendus des auditions de deux anciens dirigeants libyens et l’attestation écrite d’un troisième, qui auraient tous affirmé que le document à l’origine de toute l’affaire, publié en 2012 par le site Mediapart, était en réalité un faux.

Le parquet de Paris dit ne pas en avoir « été rendu destinataire »
L’existence des documents est mentionnée dans un rapport du procureur général de Tripoli adressé aux juges français le 5 octobre 2017. Il s’agit des déclarations de deux anciens proches de Kadhafi, Abdallah Senoussi (beau-frère du dictateur et chef des services secrets) et de Baghdadi Al-Mahmoudi (Premier ministre), ainsi que de la déposition manuscrite de Mostafa Abdeljalil, chef du gouvernement de transition après la chute du tyran, en 2011. Le parquet de Paris dit ne pas en avoir « été rendu destinataire ». L’avocat de Nicolas Sarkozy, Thierry Herzog, a réécrit au procureur de Paris, François Molins, le 28 juin pour exiger « toutes mesures utiles » afin de retrouver les dépositions disparues.

Article édité par M.G.

L’image contient peut-être : 1 personne, barbe
Aucun texte alternatif disponible.
L’image contient peut-être : texte

Plus d’histoires deDroit de l'Homme

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,