Aller à…
RSS Feed

19 mars 2019

Le pire cauchemar des officiels de l’État»: les Gilets-Jaunes espèrent déclencher une ruée bancaire par une manifestation financière


 Le pire cauchemar des officiels de l’État»: les Gilets-Jaunes espèrent déclencher une ruée bancaire par une manifestation financière

x

Editions Démocrite [email protected]

Le pire cauchemar des officiels de l’état»: les Gilets-Jaunes espèrent déclencher une ruée bancaire par une manifestation financièreLes manifestants des Gilets-Jaunes espèrent déclencher une ruée monétaire par le retrait coordonnée d’argent à l’échelle nationale. Les manifestants affirment qu’en menaçant le système financier, ils veulent forcer le gouvernement à adopter pacifiquement leurs réformes.«Si les banques faiblissent, l’Etat s’affaiblira immédiatement», a déclaré Tahz San, «sympathisant» de Gilets-Jaunes, sur Facebook. «C’est le pire cauchemar des élus.»Les manifestants prévoient de vider leurs comptes bancaires samedi, retirant le plus d’argent possible de manière à saper la capacité des banques françaises à honorer les demandes de retraits de leurs clients – ce qui pourrait même affecter l’Euro. Le plan consiste à «coincer légalement l’état sans violence», pour que le gouvernement adopte le Référendum d’initiative citoyenne revendiqué par le mouvement des Gilets-Jaunes, ce qui permettrait aux citoyens de proposer et de voter de nouvelles lois.«Nous allons récupérer notre pain … vous gagnez de l’argent avec notre pâte, et nous en avons marre», a déclaré le manifestant Maxime Nicolle dans un message vidéo partagé sur YouTube.Une action financière bien coordonnée pourrait potentiellement mettre le système bancaire français – et par extension l’euro – à genoux, car les banques, de manière permanente, ne détiennent qu’une fraction des fonds qui paraissent sur les comptes de leurs clients. La plupart des banques limitent les retraits aux Distributeurs automatiques à un montant relativement faible, ce qui signifie que les clients devront faire la queue à l’intérieur des banques pour retirer le reste de leur argent, ce qui laisserai à l’État suffisamment de temps pour imposer des restrictions aux retraits – et qui déclencherait, sans doute, d’autres protestations.La manifestation financière est un nouveau moyen de contourner la proposition de répression contre les «manifestations non autorisées» du Premier ministre Edouard Philippe annoncée plus tôt cette semaine après un week-end d’affrontements particulièrement violents avec la police anti-émeute armée, et notamment la surprenante détention provisoire en attente de comparution en justice, de l’ancien boxeur Christophe Dettinger. Le Premier ministre, Édouard Philippe a promis que 80.000 membres des forces de sécurité seraient déployés pour la prochaine manifestation.Pendant ce temps, il y a des tensions au sein du mouvement lui-même, certains anciens leaders de la manifestation réclamant une solution politique.Le gouvernement a demandé aux manifestants de faire entendre leur voix lors d’un débat national au lieu de manifester dans les rues comme ils le font depuis deux mois. Le débat, prévu pour la semaine prochaine, porterait sur les changements climatiques (Sic!), les «questions démocratiques» (Sic!), les impôts (Sic!), et les services publics (Sic!),

À Editions

Plus d’histoires dedemocratie directe

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,