Aller à…
RSS Feed

24 mars 2019

Les entreprises les plus riches du monde


 

Les entreprises les plus capitalisées du monde

par Robert Bibeau

Traduit de l’anglais par Robert Bibeau. Éditeur http://www.les7duquebec.com

Les entreprises les plus riches du monde

Comment une entreprise devient-elle l’une des plus riches du monde ? Le fait d’être une banque est un bon début, mais être une banque qui appartient au gouvernement chinois est encore plus avantageux. En effet, pour l’année 2018, ce sont des banques chinoises qui ont décroché les deux premiers rangs de la liste des 2 000 entreprises les plus riches selon le magazine Forbes (et plusieurs autres se retrouvent plus bas sur la liste). Par ailleurs, neuf des dix entreprises les plus riches du monde sont des banques, ce qui montre que l’industrie financière s’est plutôt bien rétablie de la crise de 2008.

Parmi les géants de ce monde, on trouve aussi des entreprises des secteurs des technologies et de l’énergie, des compagnies d’assurance et des fabricants automobiles.


 

Les géants de la technologie tels que Apple AAPL + 0,03%, Samsung et Google GOOG -2,5% (Alphabet GOOGL -2,5%) se placent derrière les plus grandes banques de Chine et des États-Unis. Ces méga-rouages ​​dans le flux monétaire mondial sont enracinés en tant que leaders du Forbes Global 2000 à  2018.

 

Parmi les dix premières entreprises figurant sur la liste cette année (2018), sept sont des banques et une seule, Apple, est une institution non financière. Le message?  À une époque marquée par les changements technologiques et les bouleversements du secteur, la croissance incessante des services financiers sur les marchés émergents et développés fait de la banque l’activité la plus stable au monde. (Nous n’accréditons évidemment pas cette assertion – Les banques dominent parce que le mode de production capitaliste a accédé à une étape de son développement où le reflet monétaire de ses opérations s’est totalement détaché de la réalité concrète et la machine capitaliste brasse du capital « argent » n’ayant aucune commune mesure avec la production réelle de biens et de services et l’échange de marchandises NDLT).

 

Les banques industrielles et commerciales de Chine et China Construction Bank conservent leurs meilleures places lors du Forbes Global 2018, organisé l’année dernière. L’année dernière, ces sociétés ont réalisé des bénéfices cumulés de 80 milliards de dollars et réuni près de 8 billions de dollars d’actifs.  Les entreprises les plus lourdes que nous suivons, car elles prêtent et acceptent des dépôts sur le marché le plus vaste et le plus protégé du monde. Cela ne veut pas dire que les États-Unis sont à la traîne. Il compte trois banques parmi les cinq premières mondiales du secteurJPMorgan Chase JPM -0,05% occupe la 3e position du Forbes Global 2000, supplantant le conglomérat financier de Warren Buffett, Berkshire Hathaway BRK.B + 0%, qui n’est pas considéré comme une banque. Néanmoins, les investissements Berkshire Bank of America BAC -0,17% et Wells Fargo WFC -0,1% occupent respectivement les 6 e et 7 e rangs et complètent le top 5 des banques mondiales. « Vous allez avoir un âge d’or des banques », a récemment lancé Jamie Dimon, PDG de JPMorgan, lors d’une conférence d’investisseurs. Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Ces trois prêteurs ont enregistré des bénéfices combinés de 68,5 milliards de dollars en 2018, renforcés par la hausse des taux d’intérêt et la croissance du produit intérieur brut aux États-Unis. Ensemble, ils détiennent près de 7 billions de dollars d’actifs et une valeur de marché combinée de près de 1 billion de dollars. (Cette année, nous avons exclu les sociétés de courtage Morgan Stanley et Goldman Sachs de notre liste bancaire, en plus des conglomérats comme Berkshire.)  (En réalité ce qu’il faut entendre c’est que dans l’atmosphère de fin d’époque dans laquelle les banques prospères à brasser du fric de pacotille – la montée sera vertigineuse et la chute catastrophique quand tout cet argent inflationniste hyper-surévalué s’effondrera comme au Venezuela et son hyperinflation de un million de pour-cent. NDLT)

 

Récemment, les prêteurs américains ont gagné des parts de marché sur leurs homologues chinois et européens, bien qu’ils n’aient pas encore supplanté les deux superpuissances bancaires chinoises. La Banque de Chine (n ° 5), la Banque des communications (n ​​° 11), la Banque d’épargne postale de Chine (n ° 15), la Banque industrielle (n ° 17) et la Banque de développement de Shanghai Pudong (n ° 18) figurent parmi les 25 plus grandes banques mondiales.), en soulignant pourquoi la puissance asiatique émergente est un marché aussi attrayant pour le secteur bancaire.Dans les années à venir, l’approfondissement des marchés des capitaux dans la région et la perspective de nouveaux traités commerciaux et la volonté apparente du président Xi Jinping de contrôler des entités financières en Chine pourraient modifier l’équilibre des forces. D’autres tendances deviennent évidentes.

 

En Europe, un changement de sentiment est en train d’émerger. La lente reprise de la crise financière de 2008 et ses répercussions, telles que la crise de la dette souveraine, signifient que les prêteurs jadis en difficulté de l’Europe ne font que progresser. Les champions nationaux européens HSBC (n ° 7), BNP Paribas (n ° 8) et Banco Santander (n ° 9) ont fermement réintégré le top 10 des banques mondiales. Malgré une reprise encore fragile et des taux d’intérêt très bas, ces trois entreprises ont réalisé un bénéfice collectif de 27,2 milliards de dollars en 2017.

 

Pensant qu’elles ont des revenus inférieurs à ceux de leurs homologues américaines et qu’elles détiennent moins de la moitié de la valeur marchande des trois plus grandes banques des États-Unis, ces trois banques sont sur un pied d’équilibre en ce qui concerne leurs bilans et possèdent quelque 6700 milliards d’actifs. Des prêteurs tels que Paribas et Santander pourraient être à la hausse pendant des années, mais une fracture de l’Europe reste un risque majeur. Et la place des banques européennes dans Forbes Global 2000 montre à quel point le secteur reste fragile.

 

Ailing Barclays est passé du n ° 122 au n ° 480 sur la liste cette année, bloqué par une perte entraînant des amendes et une restructuration opérationnelle. Le Credit Suisse se situe au 482 e rang et le géant allemand Deutsche Bank, qui a maintenant changé de nouveau de direction, a continué de baisser, tombant au rang 495. Dans le monde bancaire, ces champions nationaux européens ont collectivement perdu 4,5 milliards de dollars en 2017 et devançaient de peu les sociétés américaines, KeyCorp KEY + 0,79% # 527 et Regions Financial RF + 0% # 557, qui rapportaient près de 3 milliards $ de bénéfices. L’Australie, le Canada et le Japon restent les piliers du top 25 des banques, avec huit places en tout. Forbes Global 2000 est un classement annuel des sociétés publiques les plus puissantes et les plus puissantes au monde, basé sur des mesures à pondération égale des revenus, des bénéfices, des actifs et de la valeur marchande. Dans la liste de cette année, il y avait 14 banques chinoises, dont sept parmi les 25 premières du secteur bancaire. Ensemble, elles détenaient plus de 17 000 milliards de dollars d’actifs et réalisaient des bénéfices d’environ 155 milliards de dollars.

 

Onze banques américaines ont été classées Global 2000 et quatre se sont classées parmi les 25 premières du secteur. Alors que ces banques n’avaient que 10 000 milliards de dollars d’actifs, à l’exclusion des charges fiscales non récurrentes liées à la loi fiscale de 2017, ces banques avaient réalisé des bénéfices bien supérieurs à 100 milliards de dollars. Cette année, aucune banque des marchés émergents du Brésil et de la Russie n’a participé au Forbes Global 2000, tandis qu’une banque chacune venait d’Afrique du Sud, de la Grèce, du Danemark, du Chili, de l’Autriche et du Portugal. La capitale thaïlandaise, Thanachart, et l’Espagne, Unicaja Banco, ont été ajoutés à la liste de cette année. Parmi les 25 plus grandes banques du monde, trois venaient d’Australie, du Canada et du Japon, deux du Royaume-Uni et une de France, d’Espagne et des Pays-Bas.

 

https://www.forbes.com/sites/antoinegara/2018/06/06/forbes-global-2000-the-worlds-largest-banks/#52a6e02c75a9

Robert Bibeau | 7 février 2019 à 9 09 39 02392 | URL : http://www.les7duquebec.com/?p=237051

Plus d’histoires deChine

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,