Aller à…
RSS Feed

16 février 2019

Comment Israël compte créer un Darfour au sud de l’Algérie en quatre étapes


 

France-Irak Actualité : actualités sur l’Irak, le Proche-Orient, du Golfe à l’Atlantique

Analyses, informations et revue de presse sur la situation en Irak, au Proche-Orient, du Golfe à l’Atlantique. Traduction d’articles parus dans la presse arabe ou anglo-saxonne, enquêtes et informations exclusives.

Publié par Gilles Munier sur 13 Février 2019,

Catégories : #Algérie, #Sahel, #Libye, #Mali, #Niger, #Macron

Par Karim B. (revue de presse : Algérie patriotique – 6/2/19)*

Dans l’étude confidentielle des services libyens sur le secret de l’offensive israélienne en Afrique subsaharienne et au Maghreb, un point important est évoqué. Il concerne les Touareg.

Selon le rapport, Tel-Aviv a mis en place un plan en quatre phases pour aboutir au morcellement des pays qui constituent cette région jusqu’à en faire un «second Darfour». Les éléments qui permettent cette analyse, notent les services de renseignement libyens, sont l’intérêt soutenu que portent les autorités israéliennes à cette communauté répartie entre l’Algérie, la Libye, le Niger, le Mali, la Mauritanie et le Burkina Faso.

Un intérêt démontré par une «présence sécuritaire israélienne massive» dans le Sahara central où des «centres ont été créés pour suivre les mouvements des groupes armés affiliés à Al-Qaïda au Mali, au Niger, en Algérie et en Mauritanie», note le document qui révèle que l’ancien attaché militaire israélien à Nouakchott avait élaboré un «rapport exhaustif sur les Touareg» et «organisé plusieurs rencontres avec des dignitaires de cette communauté qui appellent à la création d’un Etat indépendant».

Israël, explique le rapport libyen, entend procéder par étapes. La première consistant à «nouer des liens avec les dirigeants touareg rebelles et à négocier avec eux secrètement». L’entité sioniste compte, dans une deuxième phase, mener une vaste campagne à travers les médias occidentaux dominants pour faire accroire à une répression de cette «minorité» qui sera comparée aux populations du Darfour où un conflit sanglant était présenté comme opposant les tribus arabes constituées des Janjawids et les tribus noires-africaines non-arabophones. Les médias évoquaient alors une «épuration ethnique» tandis que l’ONU intervenait pour «assurer la protection des civils».

Le plan ourdi par Israël vise, dans ce sillage, à rameuter les ONG européennes et américaines de «défense des droits de l’Homme» pour voler au secours des «minorités opprimées» et appeler à l’intervention de la communauté internationale pour «sauver un peuple en péril».

Quatrième et dernière étape, l’implication officielle des capitales occidentales qui exigeraient le «droit à l’autodétermination» et, donc, la création d’un Etat indépendant. On assisterait alors à la même politique de morcellement qui a failli être concrétisée dans le Nord syrien, n’eurent été l’intervention de la Russie et la réaction hostile de la Turquie, qui a fini par comprendre le «jeu» machiavélique des Américains.

*Source : Algérie patriotique

Laisser un commentaire

Plus d’histoires deAFRIQUE

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,