Aller à…
RSS Feed

24 mai 2019

La Françafrique 2.0 de Macron en action (I) : à l’assaut de la Corne de l’Afrique


PANAFRICOM-TV/

Luc Michel

Samedi 16 mars 2019

* Voir la video sur PANAFRICOM-TV/
LA FRANCAFRIQUE 2.0 DE MACRON EN ACTION (I) :
A L’ASSAUT DE LA CORNE DE L’AFRIQUE
(ZOOM AFRIQUE SUR PRESS TV, IRAN, 13 MARS 2019)
sur https://vimeo.com/323670567

* La présentation de PRESS TV :
TOTAL, LA FRANCE, LE SUD SOUDAN ET LE SOMMET TRIPARTITE ENTRE L’ÉTHIOPIE, L’ÉRYTHRÉE ET LE KENYA

« En dépit de toutes les pressions, et suite au sommet tripartite entre l’Éthiopie, l’Érythrée et le Kenya, le Soudan d­­u Sud lance sa production de pétrole. Suite à l’échec des pourparlers de Kampala avec Total E&P, la britannique Tullow Oil PLC et la koweïtienne Foreign Petroleum Exploration Company (KUFPEC), le gouvernement du Soudan du Sud a déclaré l’ouverture des négociations directes pour les sites concernés (blocs B1 et B2).
Le différend avec la société française relèverait de « certaines différences irréconciliables » concernant la période de prospection proposée et le plafond de recouvrement des coûts. Les négociations visaient à parvenir à un accord de partage du prospect et de la production (EPSA) pour les blocs concernés. Bien évidemment, c’est ce que le groupe Total a toujours refusé. « Après de longues discussions avec les représentants de la société Total­, nous avons décidé qu’il était dans l’intérêt du Soudan du Sud d’ouvrir l’opportunité à d’autres investisseurs potentiels », a déclaré Ezekiel Lol Gatkuoth, ministre du Pétrole du Soudan du Sud. « Nous avions espéré une issue favorable mais nous considérons que ces vastes blocs très prometteurs nécessitent un programme de développement rapide et ambitieux pour atteindre leur plein potentiel. Les blocs B1 et B2 sont ­désormais ouverts aux négociations directes. » Le Soudan du Sud veut le lancement de sa production mais pas au profit de n’importe qui et surtout pas à n’importe quel prix. »

« Le sommet tripartite Éthiopie, Érythrée et Kenya, ressemblait à un sommet qui consistait à affaiblir le Soudan. L’une des volontés de ces 3 pays de la Corne de l’Afrique était de relancer l’économie du Soudan du Sud. Ce qui pourrait affaiblir rapidement Khartoum. Mais la volonté de Paris ne s’arrête pas là. En effet, le fait de prendre le contrôle des blocs B1 et B2 bénéficierait énormément l’intéressé. Et pour cause, les blocs B1 et B2 faisaient autrefois partie d’une région de 120 000 kilomètres carrés, autrefois appelée « bloc B », qui fut divisée en trois exploitations en 2012. La région est très riche en gisements d’hydrocarbures, mais a connu une exploration très limitée
En mars 2017, la société indépendante panafricaine Oranto Petroleum Limited a signé un accord de partage du prospect et de la production (EPSA) avec le gouvernement du Soudan du Sud pour le bloc B3. La zone couvre 25 150 kilomètres carrés et comprend des réserves estimées à plus de 3 milliards de barils.
Le gouvernement du Soudan du Sud a adopté une position très favorable aux affaires afin d’inciter les investissements dans le secteur pétrolier et de stimuler l’économie. En 2017, le Ministère du pétrole a annoncé qu’il avait l’intention de doubler sa production totale de pétrole avant la fin de l’année prochaine. Le Soudan du Sud produit actuellement 130 000 barils par jour, mais pourrait produire près de 500 000 barils par jour. La position de Paris en Afrique est menacée. En effet, avec la montée de la Chine et aussi de la Russie et le manque de soutien des États-Unis, la France se retrouve seule pour sauver sa position en Afrique. Mais l’affaire du Soudan et du Soudan du Sud reste beaucoup plus complexe que cela. La question ne serait pas seulement de monopoliser les blocs au Soudan du Sud. L’opération consisterait à affaiblir économiquement Khartoum. Ce qui fait que pour diminuer les exportations de pétrole de Karthoum, il faut relancer celles du Soudan du Sud. Cela dit, vu le refus de Juba de laisser la compagnie française prendre le contrôle des blocs B1 et B2 au Soudan du Sud, montrerait une volonté d’intégré la zone économique de la Corne de l’Afrique. En effet, un bloc économique est entrain de se mettre en place, afin de ne pas laisser les russes et les chinois gagner en influence. »

# COMPRENDRE L’ARRIERE-PLAN GEOPOLITIQUE DU DOSSIER :
LE REDEPLOIEMENT DE LA FRANCAFRIQUE 2.0 ET LA VASSALISATION DE  LA FRANCE AUX USA …

QUELLE EST LA THESE DE LUC MICHEL ?
LE PANAFRICANISME DOIT REGARDER VERS L’AVENIR. LA GEOPOLITIQUE AFRICAINE DE 2016 N’EST PLUS CELLE DES ANNEES 1960-2007 …

* Nous reprenons dans cette série, sur la Recolonisation de l’Afrique par les USA (la mainmise militaire de l’AFRICOM et de l’US Army sur le Continent noir) et le redéploiement de la « nouvelle Françafrique 2.0 » de Macron (qui veut lui donner une nouvelle vie), une sélection de « Flash info » de la Télévision francophone d’Etat iranienne PRESS TV, diffusés dans la quotidienne « Zoom Afrique ».
PRESS TV s’inspire directement des analyses du géopoliticien Luc MICHEL (patron des Réseaux panafricains PANAFRICOM) sur cette recolonisation de l’Afrique par les USA, sous prétexte du soi-disant « Printemps africain » (qui est la menace principale en Afrique aujourd’hui). Paris et la Françafrique étant devenus les auxilliaires militaires de l’AFRICOM (la nouvelle « infanterie sénégalaise du Pentagone » dit Luc MICHEL), « le nouveau sherif de l’Afrique » comme l’a dit le Général US Mattis, chef du Pentagone sous Trump en 2017-18, en avril 2017 sur la base française de Djibouti …
La « Nouvelle Politique Africaine » de Trump et de Bolton (neocon, hérité du Régime Bush II) radicalise et militarise encore plus cette recolonisation. Début 2019, Washington désigne comme cibles six pays africains, dont le Cameroun, la RDC et le Burundi …

IL Y A UN ARRIÈRE-PLAN GÉOPOLITIQUE AU SOI-DISANT « PRINTEMPS AFRICAIN » DE 2014-2018 …

La thèse de Luc MICHEL, c’est que cet arrière-plan a changé depuis 2007-2008, que 2007 et 2008 ont été des tournants géopolitiques en Afrique …
« Beaucoup de panafricanistes ont une vision du passé, un logiciel bloqué il y a 10, 20 ou 50 ans, nous dit-il. La haine justifiée de la Françafrique leur occulte la réalité de LA RECOLONISATION DE L’AFRIQUE PAR LES USA. Le retour de la France dans l’OTAN organisé par Sarkozy en 2007, la création de l’AFRICOM, le commandement unifié de l’US Army pour l’Afrique, par Bush II et Obama en 2007-2008, sont les marques de naissance d’une nouvelle donne géopolitique en Afrique.

Comme dans l’OTAN, la collaboration militaire et politique franco-américaine se double d’une « CONTRADICTION INTERNE » (caractéristique du Bloc américano-occidental) : l’allié militaire français est aussi le concurrent économique des USA, qu’il faut évincer des marchés africains (Alliés politico-militaires dans l’OTAN, les pays de l’UE sont opposés aux USA depuis les Années ’80 par la guerre économique USA vs UE et la guerre financière Dollar vs Euro). Autrement dit Paris tire les marrons du feu pour Washington en Afrique ! Mais Paris et ses multinationales, comme Total (ex Elf) pilier de la Françafrique depuis les Années 1960, a aussi son propre agenda, en particulier économique.

Lors du « sommet USA-African Leaders » de Washington début août 2014, Obama a annoncé une vague de changements de régime sur le continent, par les méthodes habituelles des USA (révolution de couleur ou soi-disant « printemps arabe » -sic-, cloné en « printemps africain » -resic-). De nombreux pays ont ensuite été secoués par les vents mauvais de ce « printemps africain » venu de Washington. De 15 à 20 pays sont concernés dès 2014. Notamment Le Brurundi, où la révolution de couleur a échoué et a fait place au terrorisme. La RDC qui est la cible principale (le « pivot géopolitique » de l’Afrique) et le Cameroun (qui est le pivot du Golfe de Guinée), où des scénarios de révolution de couleur rampantes sont en cours.

Depuis 2013, d’anciennes puissances coloniales sont de retour en Afrique aux côtés des USA : l’Allemagne (avec sa Bundeswehr et ses fondations) ou l’Italie (soi-disant « anti-système » mais en réalié pro Trump et pro OTAN). Habilement, jouant sur les nostalgies coloniales et géopolitique, Washington met les uns en concurrence contre les autres, en particulier contre la Françafrique sur le déclin.

# EN SAVOIR PLUS :

* La Françafrique c’est quoi :
Voir sur PCN-TV – YOUTUBE (I) :
Podcast de RADIO MOSCOU (2015)/
LUC MICHEL. FRANCAFRIQUE ET NÉOCOLONIALISME EN AFRIQUE
on https://www.youtube.com/watch?v=az6agXStSuM

* Voir sur LUC MICHEL’S GEOPOLITICAL DAILY/
LUC MICHEL DECRYPTE LA NOUVELLE FRANCAFRIQUE 2.0 :
MACRON, LA FRANCAFRIQUE ET LA NOUVELLE ARMEE FRANCAISE
Sur http://www.panafricom-tv.com/2018/09/13/luc-michels-geopolitical-daily-luc-michel-decrypte-la-nouvelle-francafrique-2-0-macron-la-francafrique-et-la-nouvelle-armee-francaise/

* Voir sur EODE-TV/
LUC MICHEL:
ANALYSE STRUCTURELLE ET GEOPOLITIQUE DE LA ‘NOUVELLE FRANCAFRIQUE 2.0’ (BILANS 2018)
on https://vimeo.com/309936061

# PANAFRICOM/
PANAFRIcan action and support COMmittees :
Le Parti d’action du Néopanafricanisme !

* Suivre Panafricom-Tv/
https://vimeo.com/panafricomtv
* Découvrir notre WebTv/
http://www.panafricom-tv.com/
* Voir notre Page Officielle Panafricom/
https://www.facebook.com/panafricom/
* Aborder notre Idéologie panafricaniste/
Panafricom II – Néopanafricanisme
https://www.facebook.com/Panafricom2/
* Panafricom sur Twitter/
@Panafricom
https://twitter.com/Panafricom
* Blog PANAFRICOM-NEWS/
https://www.scoop.it/t/panafricom

 

 

Le sommaire de Luc Michel
Le dossier politique étrangère
Les dernières mises à jour

Source : Luc Michel

Plus d’histoires deAfricom

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,