Aller à…
RSS Feed

24 octobre 2020

Le Petit Journal de Karim


ENTRE-NOUS…

Karim Mansouri

2/10/2014

SARKOSY REVIENThttp://www.youtube.com/watch?v=euen0zdfgU8

L’ex-avocate de Mohamed Merah :‘’C’était un agent des services français, ils l’ont éliminé’’ (Vidéo)

Riad

Mardi 30 Septembre 2014

L’ex-avocate de Mohamed Merah : ‘’C'était un agent des services français, ils l'ont éliminé’’ (Video)
L’ex-avocate de Mohamed Merah : ‘’C’était un agent des services français, ils l’ont éliminé’’ (Video)

Maitre Isabelle Coutant-Peyre, avocate du père de Mohamed Merah, dans une déclaration à la chaine 5 française, mise en ligne cette semaine sur le site internet et la page facebook, a confirmé que Mohamed Merah, était un agent des services français , et il a été abattu pour protéger les intérêts français. Selon elle, il a même été sollicité de changer de nom et de quitter le pays avant d’être éliminé. http://www.reflexiondz.net/L-ex-avocate-de-Mohamed-Merah-C-etait-un-agent-des-services-francais-ils-l-ont-elimine-Video_a31425.html

Date : 1 octobre 2014 19:32
Objet   » Droits des Chibanis : la préférence nationale en contrebande »

JUSTICE CHIBANIS

Bonjour
Si le contenu vous semble intéressant merci de le diffuser
Said Bouamama

 

De : Fondation Frantz Omar Fanon <[email protected]>
Date : Lundi 29 septembre 2014 7h34
Objet :  Barbarie disent-ils en boucle …
les héritiers des enfumades veulent nous enfumer …

Barbarie disent-ils…

lundi 29 septembre 2014

Les décapitations filmées d’otages occidentaux en Irak et d’un randonneur français en Algérie suscitent légitimement un sentiment d’horreur et une condamnation unanime et sans appel. Ces assassinats insensés ne peuvent être le fait que de criminels pervers au service d’une idéologie déviante. Ces mises en scène macabres viennent à la suite d’images tout aussi insoutenables montrant des exécutions de masse d’hommes désarmés. L’émotion produite par ce théâtre de la cruauté est cependant froidement manipulée par des médias et des relais politiques en Occident. La qualification sans cesse reprise de « barbaries », perpétrées par des « barbares », répond à la volonté de déshumaniser les auteurs de ces atrocités. Hors du limès de la Civilisation, ils ne relèvent plus du droit commun et ne sont plus passibles des lois ordinaires. Il s’agit pour la propagande blanche, conforme à ses usages établis et ses traditions éprouvées, de dénoncer l’irréductible barbarie de « l’autre » présenté comme totalité indistincte pour mieux soumettre ou exterminer, au-delà des criminels, toute une société. Ou comme dans les cas de l’Irak et de la Syrie de détruire des États.

Ces assassinats médiatiques sont représentés par les organes de propagande comme des actes irrationnels d’une radicale altérité, quasiment non-humaine. Mais bien davantage, des échelles du Levant à celles de Barbarie, ces atrocités seraient inhérentes à une sphère ethnico-religieuse, l’Islam, qui malgré des nuances langagières, reste intrinsèquement dangereuse, quasi-incompréhensible et systématiquement opposée à un Occident dont, par essence et définition, les valeurs humanistes sont définitivement supérieures à toutes les autres.

Dans un amalgame éhonté mais clairement assumé, les musulmans d’ici et d’ailleurs, suspectés de connivence « culturelle » avec les assassins, sont sommés par des policiers de la pensée de se désolidariser publiquement de ces crimes. Il leur est enjoint d’approuver la nouvelle guerre moyen-orientale de l’Occident et les bombardements « vengeurs » décidés par la Civilisation.

Ces arguments d’une propagande essentialiste visant à diaboliser des communautés toutes entières sont odieux et totalement ineptes. Cette propagande de stigmatisation et de culpabilisation est d’autant plus inacceptable que ces journalistes-procureurs seraient particulièrement bien placés, s’ils faisaient leur métier, pour évoquer, en spécialistes, la sauvagerie systématique et des exactions d’une ampleur sanguinaire inouïe de ceux dont les armes se tournent contre les populations arabo-musulmanes depuis des décennies.

Ces journalistes, qui martèlent le mot de barbarie, qu’ont-ils écrit sur les centaines de milliers de morts civiles en Irak, sur le recours au phosphore blanc et aux munitions à l’uranium appauvri contre des populations civiles ? Qui parmi ces parangons de la Civilisation a évoqué le sort de ces dizaines d’enfants mal formés à Falloujah et ailleurs du fait de l’utilisation d’armes interdites ?

A-t-on entendu des cris d’indignation de la part de cette presse au garde-à-vous, lorsque la très civilisée Madeleine Albright, ancienne secrétaire d’état américaine, justifiait la mort de cinq cent mille enfants irakiens ? Qui de cette presse ou de ces chaines de télévision s’est insurgé devant le fait que dans ce pays des droits de l’homme des criminels au moins aussi sadiques que ceux de l’Etat Islamique puissent mourir dans leurs lits grâce aux amnisties et à l’amnésie d’Etat ?

Mais il n’est nul besoin de remonter aux guerres coloniales au nom des « Lumières » de la génération précédente pour reconnaitre une même sauvagerie contemporaine, tout aussi indécente, qui se drape des valeurs de la Démocratie et des Droits de l’Homme. Barack Obama, prix Nobel de la paix, peut ainsi mener sept guerres depuis qu’il a reçu cette distinction qui a définitivement perdu toute signification morale. Qui parmi ces médias évoque les dizaines de milliers de victimes innocentes des frappes de drones à travers le monde ? La mort, sous les missiles guidés et les bombes « intelligentes », de cinq cent enfants de Ghaza n’est -elle pas une « barbarie » ? Tout comme les bombardements d’écoles gérées par les Nations Unies seraient tout au plus les dégâts collatéraux de frappes chirurgicales. Il est vrai que sans images et ensevelis sous la mystification et le silence complice des journalistes de l’infotainment, les dizaines de milliers de morts des guerres asymétriques n’existent pas. Pures statistiques, les cadavres déchiquetés de pauvres et de désarmés ne suscitent aucune émotion.

Il n’est donc nul besoin d’effectuer de minutieuses recherches pour découvrir que la réalité de la « barbarie » est fort différente de ce que cette presse en battle-dress veut faire accroire. On ne tentera pas non plus d’établir ici la généalogie politique de l’Islamisme fanatique fabriqué par les monarchies du Golfe et armé par l’Occident. Qui se souvient des missiles français Milan, des armes anglaises et américaines généreusement fournis aux « moudjahidine » afghans, hier freedom-fighters et aujourd’hui talibans extrémistes ?

Les mises en scène d’assassinats abjects dans des circonstances horribles par des psychopathes apolitiques ne peuvent, en aucun cas, servir de prétexte à des manipulations haineuses. Le discours sur la barbarie asséné par les relais de propagande, destiné à désigner de faux ennemis intérieurs, vise à faire taire ceux parmi les musulmans en Europe qui dénoncent les aventures guerrières au Moyen-Orient. A faire oublier ceux commis par les alliés de l’Occident. Et également, en jouant sur la peur à jeter en pâture des minorités visibles « d’apparence musulmane » à une opinion matraquée que l’on cherche à conditionner depuis des années. Ces gesticulations autour d’une soi-disant barbarie musulmane ne parviennent pas à masquer la vérité sanglante d’un Occident colonialiste hier, impérialiste aujourd’hui, qui assume sans discontinuer depuis le dix-neuvième siècle ses guerres éminemment civilisées et très sanguinaires dans le monde arabo-musulman. Les criminels de l’Etat Islamique ont été à bonne école.

Dans le dispositif éprouvé de préparation psychologique, la barbarie de l’autre est la justification ultime de la guerre. Or, les « guerres » éternelles contre le terrorisme, engagées depuis des dizaines d’années, loin d’avoir endigué le phénomène, l’ont généralisé et complexifié. Il ne fait guère de doute, à la lumière de l’expérience, que le refus d’approches politiques et la fascination pour la guerre manifestée par les dirigeants occidentaux, outre une dangereuse régression du droit international, ne produira qu’un surcroit de subversion.

Les premiers et les pires barbares sont parmi nous.

FONDATION FRANTZ FANON
27 septembre 2014

Date : 30 septembre 2014

La découverte des « chambres à gaz » de Sobibor

Mardi 30 Septembre 2014
La découverte des « chambres à gaz » de Sobibor

Il y a quelques jours, la presse a bruyamment annoncé que l’emplacement des « chambres à gaz » du camp de Sobibor venait d’être découvert, après 8 années de recherches, par une équipe d’archéologues. Dans une vidéo, Vincent Reynouard explique pourquoi, en réalité, cette découverte ne change rien… Vidéo : Sobibor : la « découverte » des « chambres à gaz »https://www.youtube.com/watch?v=ZJeR1RTtzPA#t=58

Daeh est au service des intérêts géopolitiques des États-Unis…

mercredi, 01 octobre 2014
IRIB- La parole est à Jean-Michel Vernochet    http://french.irib.ir/analyses/table-ronde/item/342998-table-ronde

———- Message transféré ———-
De : Axe De La Resistance <[email protected]>
Date : 1 octobre 2014
Objet : sous un angle de vue différent de celui des médias mainstream.

Bonsoir.
Voici la seconde vidéo de la série Sunnite / Chiite, qui aborde la lutte confessionnelle entre musulmans sous un angle de vue différent de celui des médias mainstream.

Chiite / Sunnite – EIIL & Front Al-Nosra contre chiites sectaires : l’islam américain (Ali Khamenei)

Voir la note de Roger Colombier sur son blog.

Contribution de Résistance à Algeriepatriotique :

 Les financiers du terrorisme se réunissent à Paris(*)

Les pays qui se sont réunis à Paris sont ceux qui financent, protègent et dirigent les terroristes à qui ils prétendent faire la guerre.

Yvan Blot : «C’est l’allié américain qui pousse la France à la guerre»

Article | 26. septembre 2014 – 13:04
Yvan Blot (à gauche) lors des assises «La France en danger» organisées en 2012. D. R.

Yvan Blot (à gauche) lors des assises «La France en danger» organisées en 2012. D. R.

Algeriepatriotique : Dans votre livre L’Europe colonisée, vous dressez un constat d’une Europe «colonisée» par une immigration incontrôlée et une dictature européenne totalement soumise à l’impérialisme américain. Quelles sont les raisons qui ont mené à cette Europe que vous décrivez aujourd’hui ?
Yvan Blot :
Le général de Gaulle a vécu cela lors de la Libération. Il a empêché les Américains de mettre en place un gouvernement provisoire avec une monnaie provisoire américaine en créant la France libre. L’Europe était ruinée et craignait l’Union soviétique. A cette époque, les États-Unis étaient sans doute indispensables. Après 1958, de Gaulle a essayé de créer une Europe européenne en s’appuyant sur l’Allemagne et en empêchant le Royaume-Uni d’adhérer à la Communauté européenne de l’époque. Mais les Allemands voulaient la réunification de leur pays et pensaient que seuls les Américains pourraient les aider. Toutefois, de Gaulle a fait sortir la France de l’organisation intégrée de l’Otan et a fait construire une force nucléaire totalement indépendante. Depuis lors, les gaullistes ont perdu de l’importance politique. Il reste une droite atlantiste avec des personnalités comme Alain Juppé. A gauche, les communistes ont presque disparu et les socialistes sont pro-américains, car les États-Unis les ont financés dans l’après-guerre pour lutter contre les communistes. Lorsque l’Union soviétique s’est effondrée, c’était le moment pour échapper à la tutelle américaine, mais cela a été le contraire. Les États-Unis sont devenus la seule puissance mondiale sans contrepoids. Ces contrepoids commencent à émerger avec notamment la Russie et la Chine.
Vous proposez quelques éléments de réflexion qui devraient, selon vous, aider le Vieux Continent à retrouver sa souveraineté d’antan. Croyez-vous cela possible alors que l’Europe est de plus en plus soumise au diktat américain ?
Je pense que la classe politique est soumise aux États-Unis mais pas nécessairement les peuples. C’est pourquoi je préconise une réforme de la Constitution pour introduire le référendum d’initiative populaire, comme en Suisse. Par ailleurs, il faudrait diversifier la classe politique : il y a trop de fonctionnaires civils. Il faudrait des médecins, des avocats, des chefs d’entreprise et des militaires, notamment, qui apporteraient d’autres vertus dans le monde politique. Poutine a redressé la Russie grâce à ses vertus d’officier, comme de Gaulle l’avait fait pour la France.
On évalue le nombre des think tanks au sein de l’Union européenne à près de 2 000. A quel point ces «réservoirs d’idées pour décideurs de ce monde» qui établissent les règles sur lesquelles seront définis les projets politiques de demain sont-ils réellement influents ?
Ils n’apportent en général pas d’idées nouvelles. Un collectif ne remplacera jamais un grand penseur ou des philosophes comme Pascal ou Heidegger. Beaucoup de think tanks relaient la pensée dominante sans plus. En France, l’administration définit les règles et impose ses idées au politique : c’est la «technocratie». Contre cette déviation antidémocratique, il faut, comme vient de le dire Nicolas Sarkozy, recourir aux référendums.
Quelle est leur responsabilité dans la complexité de la crise financière, sociétale et politique en Europe ?
Ce sont moins les think tanks que les dirigeants des grandes banques et les hauts fonctionnaires qui sont responsables. Ce sont souvent des matérialistes qui ne voient que le gain à très court terme. Je fais plutôt confiance aux chefs d’entreprises familiales, aux vrais propriétaires qui ne jouent pas avec l’argent des autres et qui n’ignorent pas le long terme.
Quel rôle ont-ils joué dans la destruction programmée de certains pays arabes, selon vous ?
Je crois que les think tanks dont vous parlez sont des tentacules de la pieuvre américaine qui a voulu détruire tous les États arabes laïcs. C’est un mauvais calcul, car cela laisse la place à un islamisme radical destructeur pour tout le monde, musulmans, chrétiens et laïcs.
La situation sociale et économique en France n’a jamais été aussi grave que ces dernières années. Que se passe-t-il en France exactement ?
La France est exploitée par sa propre administration qui prélève plus de 50% de la richesse nationale et qui étouffe les chefs d’entreprise par trop de réglementations. On n’arrive pas à réformer l’État, car la pression des syndicats et des fonctionnaires est trop forte. Il faut des référendums.
La politique étrangère française semble incohérente, voire hasardeuse : interventions armées dans des pays souverains, ingérence, soutien (indirect) aux groupes terroristes en Syrie, etc. Comment expliquez-vous ces choix extrêmes ?
La France actuelle n’est plus celle du général de Gaulle. Elle est très soumise à l’allié américain qui pousse à la guerre. Je montre cela dans mon livre L’Europe colonisée. Il faut retrouver notre indépendance en politique étrangère. Ce sera difficile avec les socialistes qui après la Seconde Guerre mondiale ont été financés par les Américains pour affaiblir le parti communiste. Celui-ci a presque disparu, mais les habitudes demeurent.
Interview réalisée par Mohamed El-Ghazi

———- Message transféré ———-
De : Charles Espié <[email protected]>
Date : 29 septembre 2014 09:54
Objet :  Des pays de l’Union Européenne achètent du pétrole aux islamistes

Des pays de l’Union européenne achètent du pétrole aux barbares (EIIL) par José Fort

dimanche 28 septembre 2014, par Comité Valmy

Des pays de l’Union européenne achètent du pétrole aux barbares (EIIL)

Les barbares qui sèment la terreur en Irak et en Syrie sous le sigle EIIL ne sont pas si barbares que cela pour plusieurs pays membres de l’Union européenne. Les bandes EIIL sont riches à milliards de dollars fruit des pillages, notamment la réserve irakienne, de financements « privés » en provenance des monarchies régionales et… de la vente à bas prix de pétrole.

L’ambassadrice de l’Union européenne en Irak, Mme Jana Hyboskova, a déclaré devant une commission que « plusieurs membres de l’UE ont acheté du pétrole non-raffiné à l’EIIL. » Elle a refusé de nommer les noms des pays incriminés. Depuis, le silence total est observé sur ce scandale à Bruxelles et dans toutes les capitales européennes, notamment à Paris.

On ne peut à la fois vouloir combattre la barbarie et financer les monstres. Voilà pourquoi, alors que la France s’engage dans un conflit aux prolongements longs et dangereux, la clarté doit être faite et une réponse nette et rapide doit être exigée à la Commission de Bruxelles : qui sont les pays membres de l’Union européenne acheteurs du pétrole à l’EIIL ? http://www.comite-valmy.org/spip.php?article5087

José Fort
24 septembre 2014

 

Dimanche 28 Septembre 2014
La tête d’Al Baghdadi vaut 100 millions de dollars

Autoproclamé ‘’Calife’’ du nouvel État Islamique en Irak et au Levant (EIIL) semant la terreur un peu partout dans les régions de certains pays arabes en proie encore à des troubles politico-sécuritaires, et regroupant autour de lui de nombreux groupuscules se revendiquant de l’État Islamique comme avant eux, des terroristes portaient allégeance à Al-Qaïda.

 Ainsi ce personnage atypique du monde apocalyptique du terrorisme initia une fulgurante ascension. De l’obscurité totale, Ibrahim Awad El Bakri allait se retrouver en un temps record à la tête de la plus puissante organisation armée qui a réussi à s’emparer de grands territoires de la Syrie et de l’Irak. Une ascension fulgurante pour cet ex prisonnier de la prison de Bucca en Irak qui a été miraculeusement libéré par les Américains qui le jugeaient comme un « soldat sans importance d’Al Qaida ». Un petit soldat, qui deviendra au centre d’un grand complot international qui le mettra bien devant le reclus chef d’Al Qaida Aymane el Zawahiri, qui coupé du monde dans les montagnes de l’Afghanistan, n’avait plus aucune incidence directe sur les événements et ne pouvait plus contrôler ses hommes et son organisation défaits sur tous les plans. Al Baghdadi était devenu l’attraction des nouveaux djihadistes qui le rejoignaient par dizaines pour grossir encore et encore les rangs de sa puissante organisation l’EIIL sous l’œil bienveillant des Américains qui laissaient faire leur petit soldat qui a réussi bien des coups d’éclat en Syrie, même s’il na pas réussi à renverser le régime de Bashar el Assad et créer le chaos tant étudié et espéré. Après l’invasion américaine de l’Irak, le jeune militant [Al Baghdadi] prend un nom de guerre, ‘’Abou Dua’a’’, et crée, à l’Est de Bagdad (Irak), un groupe armé appelé Jaiche al-Sunna wal Jamaa, qui ne jouera jamais un rôle de premier plan dans l’insurrection anti-américaine.

La tête d’Al Baghdadi  mise à prix à 100 millions de dollars

D’après les leaks d’Edward Snowden, réfugié en Russie, font état du fait que Baghdadi a été détenu à Guantanamo entre 2004 et 2009. Il aurait alors été recruté par l’agence de renseignement américaine en concertation avec le Mossad. La nature de l’EIIL correspond à une vieille stratégie britannique baptisée « nid de frelon » et visant à agglomérer au sein d’une même entité, tous les fanatiques religieux au moyen orient en les retournant contre les « ennemis d’Israël ». Il est à noter que la stratégie suivi par l’EIIL suit ce plan à la lettre puisque l’organisation préfère s’en prendre aux « mauvais musulmans » plutôt qu’à l’entité sioniste. Elle se distingue par son idéologie takfiriste qui verse systématiquement dans la guerre intra confessionnelle. Mais la nouveauté est que des informations circulent sur le web et font état d’une chasse implacable de la CIA en vue de ‘’liquider’’ physiquement le présumé ‘’Calif’’ de l’Irak, et même d’autres sources telles la radio ‘’Voix de l’Irak’’, a diffusé ce vendredi, un rapport sous l’intitulé : « Aboubakr al-Baghdadi serait-il mort? », où elle évoque les rumeurs de plus en plus persistantes, sur l’élimination du chef de Daesh. En effet, deux jours après la diffusion d’une vidéo où Daesh a mis en scène la décapitation d’un second journaliste américain, les chasseurs US ont bombardé les positions de Daesh, au centre de Mossoul. Selon les renseignements parvenus, trois des hauts commandants de Daesh, dont Abou Hajar al-Syrie, bras droit de Baghdadi, aurait été tués, au cours de ces bombardements. Pour le moment, les informations liées à la mort de Baghdadi n’ont pas été confirmées, mais le site d’information saoudien, Ilaf, citant plusieurs officiers de l’ex-armée de Saddam, affirme que Baghdadi aurait été tué, en Syrie! « Il a été blessé, à Mossoul, au cours du raid des avions de combat américains et irakiens. Une fois transféré, en Syrie, il y aurait succombé à ses blessures ». Quoi qu’il en soit actuellement, les Américains veulent la mort et rapidement de ce djihadiste aguerri qui menace de plus en plus les États-Unis et leurs intérêts dans le monde.

http://www.reflexiondz.net/La-tete-d-Al-Baghdadi-vaut-100-millions-de-dollars_a31401.html

A.S.M

———- Message transféré ———-
De : Bruno DRWESKI <[email protected]>
Date : 1 octobre 2014 09:24
Objet : QATAR • Le Club Med des terroristes

D’un côté ils nous écrivent ici cela mais d’un autre il faut savoir que le Qatar est occupé par l’armée US et que la totalité de l’argent qatariote est déposé à …Londres suite au traité « d’indépendance » du Qatar …alors Doha, Londres, Washington …et Tel Aviv, ce sont les deux faces d’une même médaille.

C’est bien l’OTAN qui est derrière Daech via Qatar et Turquie-OTAN, elle aussi occupée par l’armée US (« bases ») interposés. Daech, c’est « l’opposition (terroriste) de sa gracieuse majesté.

En revanche, Mechaal lui, n’a qu’un statut « d’invité » d’Al Jazeera car on le veut « sous contrôle » mais pas réellement libre. Lui il est un prisonnier doré qui s’est laissé enfermé …et apparemment envisage, mais le pourra-t-il de fuir soit vers le Soudan, soit vers l’Iran …mais le Soudan vient d’être bombardé par Israël, histoire de lui rappeler son passé récent. Et l’Iran pour Mechaal, ce serait reconnaître son erreur stratégique envers la Syrie.

QATAR Le Club Med des terroristes

Alors que le Qatar affirme combattre l’extrémisme et a rejoint la coalition contre l’État islamique, différents rapports sur le terrorisme du département d’Etat américain montrent que des Qataris financent, avec l’aval de l’émirat, le mouvement djihadiste en Irak et en Syrie.

The Daily Telegraph Andrew Gilliga 30 Septembre 2014

Doha, le 25 juin 2014 – AFP / AL-WATAN DOHA / Karim JAAFAR

Alors que le Royaume-Uni va intervenir en Irak, Alastair Campbell, le grand manitou de la communication de la précédente guerre en Irak [et ancien directeur de la communication de Tony Blair], s’est trouvé un nouveau boulot. Lui et son fils Rory écrivent désormais pour un blog sur le football, The Pressing Game, qui se targue d’être « vraiment indépendant » mais qui passe la majeure partie de son temps à réfuter les critiques concernant l’organisation par le Qatar de la prochaine Coupe du monde.

Malheureusement, comme Channel 4 l’a révélé le 26 septembre, The Pressing Game est un fait financé en secret par des lobbys qui travaillent pour le gouvernement qatari. Ce n’est pas la première fois que le minuscule royaume du Golf fait preuve d’un tel manque de transparence.

La semaine dernière par exemple, le cheikh Tamim ben Hamad Al-Thani, émir du Qatar, a donné sa première interview depuis son accession au trône en 2013. « Nous ne finançons pas les extrémistes, a-t-il déclaré sur CNN. « Si vous voulez parler de certains mouvements, notamment en Syrie et en Irak, sachez que nous les considérons tous comme des mouvements terroristes. » Le Qatar, qui accueille une importante base aérienne américaine, a d’ailleurs rejoint la coalition internationale contre l’État islamique (EI).

Les preuves de l’action du Qatar :http://www.courrierinternational.com/article/2014/09/30/le-club-med-des-terroristes?page=all

Date: 2014-09-29 21:49 GMT+02:00
Subject : Attention, un rafale peut en cacher un autre !

On bombarde la richesse nationale?

http://www.dailymotion.com/video/x26vyo0_bassam-tahhan-attention-un-rafale-peut-en-cacher-un-autre_news?start=2

salamat

Syrie: La coalition bombarde la raffinerie de Hassaka…

lundi, 29 septembre 2014
IRIB- sans que cette zone soit contrôlée par Daech!!! les sites pétroliers
de Al Houl et de Rajam al Toughchi ont été violemment bombardés ce lundi par l’aviation US … les analystes politiques soulignent que les sites en question sont bombardés dans le stricte objectif de dépouiller la Syrie de ses capacités d’exportation. par ailleurs ces bombardements visent souvent des régions où l’armée syrienne avait le dessus sur les terroristes avant les frappes !!

L’impact des frappes de la coalition en Syrie sur Daesh est nul !

Par Agence | 01/10/2014 | 22:19

1679881_a1-14607061-114607061_800x400Une semaine au début des frappes de la coalition internationale et arabe sur les repaires de Daesh en Irak et en Syrie, ce groupe terroriste n’a été nullement affecté. Les avions de la coalition n’ont pas asséné des frappes dures et d’envergure contre ce groupe qui garde toujours le contrôle sur ses régions et les dirige comme si de rien n’était.

Pis encore, Daesh avance sur des fronts très sensibles surtout à Ain arabe dans la province d’Alep et Rass el-Ain dans la province de Hassakeh, alors que le nombre des miliciens augmente de plus en plus et affluent des quatre coins du monde.

Tous ces faits suscitent des interrogations sur l’efficacité des bombardements en cours et leurs objectifs réels, surtout à l’approche de l’hiver.[..] http://www.algerie1.com/international-2/limpact-des-frappes-de-la-coalition-en-syrie-sur-daesh-est-nul/

Syrie: malgré les raids US, Daesh s’approche de Aïn alArab

02-10-2014

Importantes avancée de l’armée syrienne à Lattaquié et à Hama. 41 enfants tués, nouveau bilan du double attentat contre l’école Akrama à Homs (Vidéo et photos poignantes).

———- Message transféré ———-
De : Allain Jules <[email protected]>
Date : 1 octobre 2014 23:41
Objet : LÂCHETÉ. Syrie: Au moins 41 enfants innocents, tués par les amis de François Hollande by Allain Jules

françoisAu moins 41 enfants syriens ont péri mercredi dans un double attentat contre leur école dans un quartier loyaliste de Homs (centre). Il font du « bon travail » dira le ministre français des Affaires étrangères, DJ Fabulous aka Laurent Fabius dont le discours dégoulinant de sang ne viendra jamais condamner cet acte macabre...Lire la suite

mercredi, 01 octobre 2014

Syrie/Kobani: vers la fin de la Turquie?!

IRIB- l’un des membres actifs du PKK vient de mettre en garde :

si les troupes turques font irruption dans les régions kurdes de la Syrie, le PKK mettra à feu et à sang l’ensemble du territoire turc. Erdogan ne peut dévier le peuple kurde de son vrai chemin, en lui donnant une fausse adresse »  » nous disposons des preuves solides et irréfutables selon lesquelles le renseignement turc MIT et les chefs de Daech se sont rencontrés des dizaines de fois dans des régions du nord de la Syrie et que les deux parties sont parvenus même à conclure des accords contre les kurdes syriens et turcs. l’une de ces clauses prévoit l’épuration ethnique des régions kurdes de Syrie, l’exode des kurdes et leur massacre » pour cet activiste, l’enlèvement des ressortissants turcs par Daech à Mossoul n’a été que du pur spectacle :  » comme se fait-il que Daech exécute invariablement les ressortissants de tous les pays du monde mais que les otages turcs ont été, eux libérés, sans la moindre égratignure et ce au bout de plusieurs mois de détention ». pour cet activiste, l’enlèvement avant hier des soldats turcs, gardiens de la tombe du sultan Suleiman à Alep relève, là aussi, de la blague :  » cela fait des mois que Daech tolère la présence des soldats turcs dans le nord d’Alep près de ce tombeau. et curieusement, il se met à enlever ces soldats juste au moment où la Turquie cherche à intervenir militairement dans le nord de la Syrie”! L’activiste a lancé ensuite un avertissement à Barzani, président du Kurdistan irakien à qui il dit être vigilent vis à vis d’un Ankara à qui on ne peut faire confiance.  » Erdogan est inconscient du danger qui guette la Turquie . en se tournant vers Daech, il a prêté allégeance aux gens qui viennent de l’extérieur et il s’est tourné le dos à une grande partie de la population turque, deux tiers de la Turquie sont des alaouites et kurdes. plus de 45 millions kurdes et alaouites s’opposent aux politiques d’Erdogan et ils peuvent très bien descendre dans les rues et lui faire signifier leur désapprobation. il semble que Erdogan et Davoutoglu ne comprennent pas l’ampleur du risque . les kurdes que Daech décapite sont nos frères et si la Turquie envoie son armée en Syrie, c’est toute la Turquie qui s’embrasera »

mardi, 30 septembre 2014 11:08

Syrie : l’Iran s’apprête-t-il à l’ultime bataille?!!

IRIB- Ce n’est pas à n’importe qui que l’Iran a accordé la charge ô combien sensible
de  mobiliser  » les troupes de la Résistance » en vue de la grande bataille que les États Unis sont sur le point de livrer pour prendre la Syrie à l’axe de la Résistance. Le contre Amiral Chamkhani, secrétaire du Conseil suprême de la sécurité national iranien et représentant du Guide suprême est arrivé lundi à Beyrouth pour des entretiens avec les responsables libanais. Mais ce n’est pas tout : après s’être entretenu avec le président du parlement Nabi Berry, Chamkhani a rencontré le secrétaire général du Hezbollah : la sécurité et la stabilité du Liban, la lutte contre le terrorisme, la Syrie , ..ont bien entendu figuré au menu des discussions . le général a rendu un hommage appuyé à l’approche stratégique du Hezb , à ses méthodes de gestion des crises avant d’affirmer :  » la confiance que manifestent les libanais à l’encontre du Hezbollah est le plus grand capital que possède le mouvement et qui garantit le rôle et le fonctionnement du Hezb à titre d’un facteur de rééquilibrage au sein de la société libanaise. Nasrallah, lui , est revenu de son côté sur la menace  » sans précédente et complexe » que fait peser à l’existence de tous les Etats de la région, le terrorisme takfiri.  » la priorité du Hezbollah à ce stade consiste à faire face à cette menace takfiri, à empêcher l’effet de contagion, à assurer la stabilité du Liban ».  Pour Nasrallah, « la lutte contre Daech demande beaucoup plus que des actes -spectacles , des politiques équivoques et ambiguës ». Au premier ministre Tamam Salam, Chamkhani a promis une aide, celle à l’Armée libanais et cette aide constitue sans doute le point culminant de sa visite : cela veut dire très clairement que l’armée libanaise agira, tout comme par le passé aux côtés du HWezbollah pour repousser des menaces sécuritaires contre le Liban. Erssal est cette abcès terroristes qu’il faudrait crever avant tout et c’est là que l’aide militaire iranienne va se manifester de préférence.  une armée libanaise armée par l’Iran sera  bien efficace dans la lutte contre les terroristes . Mais ce n’est pas au Liban que s’achève la mission de coordination du contre-Amiral iranien : d’ici quelques heures, il arrivera à Damas , soit le front de combat entre l’axe de la Résistance et l’Empire.  la haute délégation diplomatique et militaire qui accompagne Chamkhani prouve que l »Iran ne s’est pas laissé berné par le discours faussement anti Daech de la Maison Blanche et qu’il se prépare à la grande bataille qui risque d’éclater à tout moment, avec les premières frappes US contre les positions de l’armée arabe syrienne. Après tout, ce n’était pas plus tard que ce mardi que le président russe, autre membre de l’axe de la Résistance évoquait l’idée des exercices militaires conjoints irano -russe , entre autre, exercices à caractère d’intervention rapide…

L’Argentine victime d’un complot économique 

01-10-2014

Les opposants au gouvernement argentin crie à la « théorie du complot ».

Lundi, 29 septembre 2014 15:03

Christina Fernandez, le leader qui manque aux Arabes!!! par Abdul Bari Atwan

IRIB- Dans son récent article, publié dans l’édition électronique du quotidien al-Ray al-Youm,

le célèbre journaliste et spécialiste du monde arabe, Abdul Bari Atwan, s’est en pris, vivement, aux positions des pays arabes, et a loué l’intervention anti-US de la Présidente argentine à la tribune de l’Assemblée générale de l’ONU. « Ils ont interrompu la traduction et la diffusion des déclarations de la présidente argentine pour l’empêcher de faire entendre son voix au monde entier.«  Retenez-vous ce nom dans votre mémoire. Christina Fernandez Kirchner, Présidente argentine. J’ai rêvé et je rêve toujours que si cette date était le leader de toute l’oumma arabe ; car, alors que les dirigeants et les ministres des Affaires étrangères des pays arabes font la queue pour embrasser la main de Tzipi Livni, Ministre israélien de la Justice et l’une des coupables des deuxième et troisième attaque  contre la bande de Gaza ; et se sont, mêmes, peut-être, engagés dans une course pour exprimer des déclarations modérées et afficher leurs aspirations à la paix et à la normalisation des relations avec le régime sioniste et vont,  peut-être plus loin, pour le féliciter, lui et son armée, pour le massacre des habitants sans défense de la bande de Gaza, la Président argentine a, dans son intervention à la tribune de l’ONU, parlé des contractions qui caractérisent la politique états-unienne et dénoncé les mensonges des Etats-Unis » a souligné dans son article , Abdul Bari Atwan.   Et de poursuivre : Fernandez Kirchner s’est prise, explicitement et fermement, aux politiques hostiles des Etats-Unis, menées sous la couverture de la lutte contre Daesh et a dit : «  Vous disiez que vous soutenez les opposants qui sont révolutionnaires et aujourd’hui, nous nous réunis ici pour combattre ces révolutionnaires, mais il s’est avéré plus tard qu’ils des terroristes. Après l’évènement du 11 septembre, vous avez adopté une résolution appelant à combattre Al-Qaïda et vous avez mis à feu et à sang des milliers de citoyens innocents, sous ce même prétexte, en Irak et en Afghanistan, mais ces deux pays continuent de souffrir de la présence des terroristes ».La Présidente argentine est allée plus loin pour rappeler : «  Vous avez fermé les yeux sur l’ampleur de la tragédie commise par Israël ainsi que la mort des milliers de citoyens palestiniens et vous avez porté toute votre concentration sur des missiles qui étaient tirés sur eux, des missiles qui n’ont pas laissé des dégâts et dommages considérables pour les Israéliens. Aujourd’hui, nous nous réunis, ici, pour émettre une résolution internationale sur les délits et les crimes commis par l’EIIL, ce alors que Daesh est soutenu, financièrement et militairement, de part des pays que vous êtes parfaitement conscients. ».  Et Abdul Bari Atwan d’ajouter : «  Ils ont interrompu la traduction et la diffusion du discours de la Présidente argentine pour l’empêcher de faire entendre sa voix au monde entier, et ils justifient cet évènement unique dans son genre dans l’histoire de l’ONU, par une défaillance. Mais, en vérité, les Etats-Unis,  frère ainé d’Israël, ne sont pas tellement insatisfaits d’avoir recours de telle prétention du souci technique pour interrompre le discours de la Présidente argentine. Ce, alors que les interventions des dirigeants arabe à la tribune de l’ONU étaient ennuyants, et elles étaient pleines d’hypocrisie et de mensonges pour les Etats-Unis. Ils se sont contentés d’agrandir la menace du terrorisme de Daesh et de  «  l’islam radical ». Sauf un nombre infime d’entre eux, aucune mention n’a été faite au terrorisme d’Etat d’Israël.  «  La Présidente argentine a été reprochée, réprimandée, pour s’être rangé sur le front des martyrs, des blessés et des orphelins de la bande de Gaza ; car elle est une présidente élue, et respecte son peuple et plus important encore, elle est attachée à la valeur de la justice, des droits de l’homme et de la dignité, dans le monde entier et qu’elle n’a pas peur des Etats-Unis. Oui, les Etats-Unis ont rallié avec eux plus de 40 pays du monde et ont mis à leur service leurs avions, et les pilotes arabes en sont fiers, ce alors que les dirigeants et les ministres des Affaires étrangères des pays arabes se mettent à la table pour diner avec Tzipi Livni et consolider et normaliser les relations avec Israël et louer la politique d’Israël en matière de destruction de la bande de Gaza.  Et Abdul Bari Atwan de conclure : «  Je remercie, Mme Christina Fernandez Kirchner, qui est mille fois plus courageuse que les hommes qui sont imbibés de leur personne.  Je la remercie pour avoir dit la vérité, sans avoir peur des États-Unis, et de leurs avions, de leurs missiles et de leurs porte-avions ».

Liebermann : la sécurité d’Abbas et l’AP est liée à l’aide d’Israël 29/09/2014

Liebermann : la sécurité d'Abbas et l'AP est liée à l'aide d'Israël
Le ministre israélien des Affaires étrangères, Avigdor Liebermann, a déclaré que le président de l’AP, Mahmoud Abbas, n’est pas un partenaire d’Israël, et que sa sécurité et la sécurité de l’AP sont liées aux aides de la sécurité israélienne.

Liebermann a déclaré dimanche matin lors d’un entretien avec la radio publique, qu’Abbas a fini ses fonctions comme un président, prétendant que son discours devant l’Assemblée générale des Nations Unies a déçu la communauté internationale et son peuple, et a convenu le monde qu’il n’y a pas de raison de perdre plus de temps sur la cause palestinienne.

Dans sa réponse à une question sur sa visite dans la capitale autrichienne, il y a deux semaines, il a affirmé qu’elle était liée à un effort diplomatique pour éviter une décision contre Israël à l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA).

http://www.palestine-info.cc/fr/default.aspx?xyz=U6Qq7k%2bcOd87MDI46m9rUxJEpMO%2bi1s7n6dTVX3buik2iQBZwkyLKkGpCCE%2fyw2N4OItOw2dKU%2b%2bA2PLYdF66wSmZZVwKJlZnThlII1%2fUXwbmCCrbLStD7ztZ7Jj7sO9lwDVWBWd3P0%3d

ONU: les Palestiniens accusent Netanyahu de « manipulation grossière »
30-09-2014
Une dirigeante de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) a accusé lundi soir le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu de « manipulation grossière des faits » dans son discours à l’ONU durant lequel il a comparé le Hamas, l’organisation État islamique et à l’Iran.

Avec ce discours, « M. Netanyahu a tenté de tromper l’audience en recourant au langage de la haine, à la calomnie et aux faux-fuyants », a affirmé Hanane Achraoui, alors que depuis plusieurs semaines, M. Netanyahu s’est employé à assimiler l’organisation extrémiste État islamique (EI), qui sévit en Irak et en Syrie, et le Hamas qui contrôle la bande de Gaza comme différentes branches « du même arbre vénéneux », dans son effort pour justifier l’offensive de l’été contre l’enclave palestinienne.

Mme Achraoui a encore estimé que M. Netanyahu avait « perdu le sens de la réalité en refusant de reconnaître l’occupation, ses massacres et ses crimes de guerre », alors que les Palestiniens ont lancé une campagne diplomatique à l’ONU pour obtenir une résolution fixant la fin de l’occupation israélienne et un État de Palestine dans les frontières de 1967.

« Le combat contre l’islam militant est indivisible (…) C’est pour cela que le combat d’Israël contre le Hamas n’est pas seulement notre combat. Il est votre combat », a notamment lancé lundi soir M. Netanyahu à la tribune de l’ONU.

Un porte-parole du Hamas à Gaza, Sami Abou Zouhri, a de son côté estimé dans un communiqué qu' »en affirmant que le Hamas et l’EI sont les deux faces d’une même pièce, M. Netanyahu tente de tout mélanger alors que le Hamas est un mouvement de libération national palestinien tandis que l’occupant (israélien) est la source du mal et du terrorisme dans le monde ».

Le Hamas a également qualifié de « mensonge » les accusations de M. Netanyahu qui assure que le Hamas s’est servi des Gazaouis
comme de boucliers humains durant la guerre à Gaza.

Vendredi, à la même tribune, le président palestinien Mahmoud Abbas avait dénoncé un « génocide » et une politique israélienne d' »apartheid » à l’encontre des Palestiniens.

« L’État hébreu est diabolisé, on lui accole l’étiquette de l’apartheid et on l’accuse de génocide », a déploré M. Netanyahu. « Dans quel univers moral un génocide inclut-il le fait de prévenir la population civile ennemie de s’éloigner du danger? », s’est-il interrogé.

Durant les 50 jours de conflit, l’armée israélienne a répété qu’elle avait lancé depuis ses avions des tracts, envoyé des messages sur les téléphones ou lancé des bombes assourdissantes quelques minutes avant de bombarder des immeubles. Mais les Gazaouis, sous blocus israélien depuis 2006, ne peuvent franchir les frontières hermétiques de la petite enclave coincée entre la Méditerranée, l’Égypte et « Israël », dévastée par les bombardements aériens et l’incursion terrestre.

Source: AFP

La Palestine refuse de poursuivre les négociations avec Israël 27/09/2014

La Palestine refuse de poursuivre les négociations avec Israël

Le président palestinien Mahmoud Abbas a déclaré vendredi que son pays ne négocierait plus avec Israël tant que la fin de l’occupation de la Palestine ne serait pas soumise à un calendrier appuyé par la communauté internationale.

« Il est impossible, je le répète, impossible, de reprendre une ronde de négociations qui n’est pas parvenue à aborder le fond du problème et les questions fondamentales », a-t-il déclaré lors du Débat général annuel de l’Assemblée générale des Nations Unies.

« Il n’y a aucune crédibilité ni sérieux dans des négociations dans lesquelles les résultats sont prédéterminés par les activités de colonisation et la brutalité de l’occupation d’Israël ».

« Il n’y a aucun sens ni valeur dans des négociations dans lesquelles l’objectif convenu ne met pas fin à l’occupation israélienne et ne permet pas à l’État de Palestine d’accéder à l’indépendance avec Jérusalem-Est comme capitale de l’ensemble du territoire palestinien occupé depuis la guerre de 1967 », a déclaré M. Abbas.

« Il est grand temps de mettre fin à l’occupation », a-t-il poursuivi.

http://french.cri.cn/621/2014/09/27/702s403338.htm

Washington estime offensant, le discours d’Abbas sur un État palestinien 27/09/2014

Washington estime offensant, le discours d’Abbas sur un Etat palestinien
Les États-Unis ont fustigé vendredi le discours prononcé à la tribune de l’ONU par le président palestinien Mahmoud Abbas réclamant la fin de l’occupation israélienne et « l’indépendance de l’Etat de Palestine ».

Il y avait dans « le discours du président Abbas aujourd’hui des descriptions offensantes qui sont profondément décevantes et que nous rejetons », a dénoncé la porte-parole du département d’Etat Jennifer Psaki, parlant encore de « déclarations provocatrices » de la part du dirigeant palestinien.

Le président palestinien Mahmoud Abbas a réclamé vendredi à la tribune de l’ONU la fin de l’occupation israélienne et « l’indépendance de l’Etat de Palestine ».

Il a aussi accusé Israël d’avoir mené « une nouvelle guerre de génocide » à Gaza, promettant de tout faire pour châtier les coupables.

M. Abbas n’a cependant pas fixé, contrairement à ce qu’il avait annoncé lundi, de nouveau calendrier précis pour des négociations de paix, se contentant de demander une résolution au Conseil de sécurité qui n’a aucune chance d’être adoptée.

L’entourage du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a qualifié ce discours devant l’Assemblée générale de l’ONU « d’incitation à la haine truffé de mensonges ». « Ce n’est pas comme ça que parle un homme de paix », a déclaré à l’AFP une source dans l’entourage de M. Netanyahu.

Dans un communiqué, le ministre israélien des Affaires étrangères Avigdor Lieberman a accusé M. Abbas de « terrorisme diplomatique ». « Mahmoud Abbas ne veut pas et ne peut pas être un partenaire pour un règlement politique du conflit », a-t-il ajouté. « Tant que Mahmoud Abbas sera président de l’Autorité palestinienne, le conflit continuera ».

« Il est grand temps de mettre fin à cette occupation (israélienne) accompagnée de colonisation, dès maintenant », a martelé le président palestinien. « L’occupation doit cesser maintenant (…), l’heure de l’indépendance de l’État de Palestine est arrivée ».

Affirmant que la récente offensive israélienne à Gaza était « la troisième guerre en cinq ans menée par l’État raciste occupant », il a ajouté: « La différence cette fois-ci est l’ampleur plus grande de ce crime génocidaire ».

« Au nom de la Palestine et de son peuple, j’affirme que nous n’oublierons pas, que nous ne pardonnerons pas et que nous ne laisserons pas des criminels de guerre échapper au châtiment », a-t-il affirmé.

Il n’a cependant pas fait allusion à une saisine de la Cour pénale internationale (CPI), une menace souvent brandie par des responsables palestiniens. La Palestine peut adhérer à la CPI depuis qu’elle a obtenu en 2012 le statut de pays observateur non membre à l’ONU, et donc porter plainte contre Israël auprès de la Cour. Celle-ci juge les crimes de guerre, crimes contre l’humanité et actes de génocide.

La guerre à Gaza en juillet et août a fait plus de 2.100 morts palestiniens, pour la plupart des civils, et plus de 70 côté israélien, dont 66 soldats.

M. Abbas a réclamé une nouvelle fois la levée du blocus israélien sur Gaza, qui « a étranglé la bande de Gaza et en a fait la plus grande prison du monde pour deux millions de citoyens palestiniens ». Israéliens et Palestiniens doivent reprendre fin octobre des discussions pour établir une trêve durable à Gaza après un cessez-le-feu fin août.

Il a réclamé une résolution du Conseil de sécurité de l’ONU qui viserait à « parvenir à la paix en se fixant comme objectifs la fin de l’occupation israélienne et une solution à deux Etats », Israël et un Etat palestinien, « avec un calendrier spécifique pour la réalisation de ces objectifs ».
Il n’a pas précisé ce calendrier, alors que des responsables palestiniens avaient évoqué un délai de trois ans. M. Abbas lui-même avait annoncé lundi qu’il allait présenter « un nouveau calendrier pour des négociations de paix ».

Une telle résolution à l’ONU permettrait de « reprendre immédiatement les négociations afin de parvenir à un « traité de paix », a ajouté M. Abbas.

Mais une telle résolution serait immédiatement contrée par les États-Unis, qui disposent d’un droit de veto au Conseil et l’ont systématiquement utilisé pour protéger les intérêts d’Israël, selon des diplomates à l’ONU.

Le chef de la diplomatie française Laurent Fabius a reconnu vendredi que « les choses n’avaient pas beaucoup avancé » entre Israéliens et Palestiniens.

« Le conflit israélo-palestinien n’a pas été absent de cette session (de l’Assemblée générale) mais il a été moins présent que certains pouvaient imaginer », a constaté M. Fabius.

Les membres permanents du Conseil de sécurité travaillent depuis des semaines sur un projet de résolution consacré à Gaza (trêve, reconstruction, levée du blocus, démilitarisation). Mais les Palestiniens sont opposés à une résolution ne traitant que de Gaza, et la résolution a peu de chances de voir le jour, selon un diplomate.

http://www.gnet.tn/revue-de-presse-internationale/washington-estime-offensant-le-discours-dabbas-a-lonu-sur-un-etat-palestinien/id-menu-957.html

Yaalon : Pas de retrait de la Cisjordanie occupée 30/09/2014

Yaalon : Pas de retrait de la Cisjordanie occupée

Le ministre israélien de la guerre, Moshé Yaalon, a déclaré qu’il ne pouvait pas parler du retrait israélien de la Cisjordanie occupée, alors que le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a proposé un partenariat avec certains pays arabes pour parvenir à une paix avec les Palestiniens.

Dans son discours lors d’un colloque organisé mardi par l’Institut d’études de la sécurité nationale à Tel-Aviv, et diffusé par la rédio hébreu, Yaalon a déclaré qu’il ne pouvait pas parler de la sortie d’Israël de la Cisjordanie occupée, car il ne peut pas permettre l’émergence d’entités terroristes dans cette région comme cela est arrivé dans la Bande de Gaza.

Yaalon a ajouté : « Nous ne pouvons pas accepter une situation dans laquelle des obus de mortier sont tirés à partir de la Cisjordanie vers l’aéroport international de Ben-Gourion ou qui entrave la capacité des avions de l’armée de l’air de décoller de l’aéroport de Ramat David.

A cet égard, il a déclaré que l’horizon politique de parvenir à un accord de paix avec les Palestiniens réside dans les changements au Moyen-Orient, et pas dans les vieux concepts effondrés encore et encore durant plus de 20 ans.

Ofir Gendelman, porte-parole de Netanyahu, a déclaré à la radio mardi que le Premier ministre cherchera dans sa réunion prévue mercredi avec le président américain, Barack Obama, à la Maison Blanche, à proposer une nouvelle position sur la base de la nécessité de saisir l’occasion des grands changements dans le Moyen-Orient pour coopérer avec des pays arabes modérés face aux défis et menaces que confronte la région. http://www.palestine-info.cc

Irak : Les Turkmènes appellent au secours 27/09/2014

Gilles Munier
Catégories : #Irak

Irak : Les Turkmènes appellent au secours Intervention d’Arshad al-Salihi à Ankara (Revue de presse: Worldbulletin.net – 25/9/14)*
Arshad al-Salihi, président du Front Turkmène Irakien a demandé aux puissances occidentales de lui fournir des armes.
Au cours d’une réunion, à Ankara, de la Fondation Turque pour la Recherche en Politique Économique, dédiée aux derniers développements en Irak et ceux auxquels sont confrontés les Turkmènes, il s’est adressé aux puissances occidentales pour demander « l’Occident doit soutenir les Turkmènes en fournissant les armes dont ils ont besoin ». « La vie et le territoire des Turkmènes », a-t-il ajouté, « sont en danger et une « zone de sécurité » doit être mise sur pied pour protéger la minorité menacée ». « Tous les Turkmènes, chiites ou sunnites, ont été exposés à l’État islamique d’Irak et aux attaques de ses militants du Levant » précisant que les Turkmènes ont été les principales cibles des militants dans la province du nord de l’Irak, la province de Mossoul.
« Trois de nos députés sont encore entre les mains du Daash et vont être, selon nos informations, décapités ». « Les Turkmènes sont les cibles principales et on nous ignore».
Parlant des attaques, depuis Juin, sur Tel Afar, il a chiffré à 300 000 les Turkmènes qui ont dû fuir de chez eux pour aller s’installer dans le sud de l’Irak d’où ils ne reviendront certainement pas. Les Turkmènes n’ont reçu aucune aide humanitaire contrairement aux autres minorités, tels que les Chrétiens, Kurdes et Yézidis. « La seule aide qui nous parvienne vient de la Turquie ». « Nous avons distribué à tous, Chiites, Kurdes ou Yézidis l’aide que nous avons reçue mais aujourd’hui, nous avons besoins d’une aide similaire de l’Occident ».
Selon Arshad al-Salihi, le nouveau gouvernement n’a rien fait pour les Turkmènes irakiens. Un député turkmène au Parlement irakien, Nahla Sallamah, estime à 350 000 les réfugiés menacés par la famine parce que le gouvernement ne les a pas aidés financièrement.
Le chaos créé par les militants du Daash a déplacé plus d’un million d’Irakiens. Ils ont principalement pris pour cible les Chiites, les Yézidis et les Turkmèmes. L’armée irakienne a échoué à stopper l’offensive du Daash en juin dernier ce qui a permis au groupe de mettre la main de larges portions du territoire dont la province de Mossoul.
Photo : Arshad al-Salihi, président du Front Turkmène Irakien
Traduction et synthèse : Xavière Jardez
*Source:
Iraqi turkmen leader calls for support, et European-Turkmen Friendships

Lourdes pertes parmi les miliciens à Aarsal, deux militaires battus à Tripoli
27-09-2014
L’armée libanaise a frappé les repaires des miliciens dans le jurd d’Aarsal par des obus d’artillerie, faisant de lourdes pertes dans leurs rangs.
Pendant ce temps, l’armée a achevé une campagne de perquisitions dans le village d’Aarsal, arrêtant 22 personnes accusées d’appartenir à des organisations terroristes ayant participé aux combats, et 36 autres pour être entrés au Liban d’une façon illégale.
De plus, l’armée a arrêté 4 militaires du front al-nosra pour appartenance à un groupe terroriste, enlèvement de militaires, possession d’armes et d’explosifs, et participation aux combats contre l’armée. Ils ont été traduits devant le juge d’instruction militaire.
État d’hystérie
Selon un membre « modéré » au comité des oulémas musulmans, cité par le journal libanais ad-Diyar, les dirigeants du front al-nosra et de Daesh dans les jurds d’Aarsal sont « dans un état nerveux dangereux » pour différentes raisons non liées exclusivement au siège. Cette source a affiché des craintes face à une action « folle » imprévue.
Vidéo sur les militaires enlevés
Entretemps, le front al-nosra a posté sur youtube une vidéo sous le titre : « Qui paiera le prix-2 : Le Liban, le prestige présumé ». Dans cette vidéo, le militaire Ali Bazzal est en train d’expliquer l’endroit qui a été bombardé et dans lequel ils étaient présents.
Des négociations nécessaires
Le Front Al-Nosra a pour sa part exigé des autorités libanaises de négocier la libération de dizaines de soldats retenus en otage, accusant de nouveau le Hezbollah de bloquer ces négociations, dans une vidéo.
 Le Hezbollah « fait échouer toutes les tentatives de négociation pour la libération des otages libanais », affirme la vidéo.
   En échange de la libération des soldats, Al-Nosra demande le retrait du Hezbollah de Syrie ainsi que la libération de prisonniers radicaux détenus au Liban, menaçant à plusieurs reprises d’exécuter des soldats.
Le gouvernement libanais dit refuser de céder au « chantage » des terroristes, alors que de nombreux responsables évoquent un possible échange de prisonniers.
Tripoli: deux éléments de sécurité libérés
Tout comme à Aarsal, Tripoli connait une dégradation de la sécurité quotidienne. Ce samedi, des miliciens armés ont kidnappé deux sergents aux forces de sécurité alors qu’ils menaient une patrouille dans le marché de légumes à Tabbaneh.
Après trois heures de détention et d’interrogatoire, les miliciens ont confisqué leur voiture et leurs armes.
Les deux sergents ont été transportés à l’hôpital Nini pour se faire soigner après avoir été fortement battus.
Un périmètre de sécurité
Le député du courant du Futur Mostapha Allouche  a fait état d’un périmètre de sécurité à Bab Tebbaneh, dans la ville de Tripoli dirigé par Chadi Mawlawi et Oussam Mansour. Sachant que ces derniers sont responsables de la détention des deux éléments de sécurité pendant des heures.
 Incidents à travers le pays
Au Sud Liban, notamment à Hasbayaa, les habitants se sont réveillés pour le deuxième jour consécutif et ont découvert des graffitis pro-Daesh inscrits aux murs de la plupart des maisons à l’entrée Ouest du village.
Alors que les autorités sécuritaires ont qualifié ces actes d’enfantins, elles ont affirmé être parvenues aux auteurs qui ont laissé leurs empreintes sur la boite de craie.
Suite à cet incident, l’armée a multiplié ses patrouilles et renforcé ses mesures de sécurité.
4 arrêtés à Rachaya 
 
Des sources sécuritaires libanaises ont souligné que les renseignements libanais ont tendu une embuscade aux entrées du village Beit Lahia dans la province de Rachaya dans la Békaa de l’Ouest et arrêté quatre Syriens à bord d’une voiture taxi, soupçonnés d’appartenir à des groupes extrémistes, et qui étaient entrés illégalement par Aarsal. Ces Syriens tentaient de prendre la fuite via des routes montagneuses sinueuses.
3 autres arrêtés à Jbeil  
A Jbeil, des membres des forces de sécurité ont arrêté deux Libanais et un Syrien pendant leur déplacement dans le souk de la ville. Accusés d’appartenance à un groupe extrémiste, des images d’armes de guerre ont été retrouvées sur leurs téléphones portables. Ils ont été remis au département des investigations pour poursuivre les enquêtes.
18 détenus à Dekwaneh 
Également, à l’Est de Beyrouth, à Dekwaneh, une force de l’armée a perquisitionné un bâtiment et arrêté 18 personnes de multiples nationalités arabes. Ils sont présents au Liban sans papiers d’identité alors qu’un Syrien est suspecté d’avoir commis des actes portant atteinte à la sécurité du pays.
———- Message transféré ———-
De : Hamid Cheriet <[email protected]>
Date : 30 septembre 2014
Objet :
«L’enlèvement de Hervé Gourdel relève de l’opportunisme et non d’une stratégie élaborée»

Ancien patron de la direction de surveillance du territoire (DST, contre-espionnage français), et membre de la commission parlementaire française de réforme des services secrets français, récemment installée, Yves Bonnet aborde, dans un entretien accordé au Temps d’Algérie, l’ignoble assassinat de l’otage Français Hervé Gourdel et évoque les circonstances de création de l’État islamique (EI, ou Daech) et la supposée installation de cette organisation terroriste en Algérie.

Le Temps d’Algérie : Comment avez-vous accueilli l’information se rapportant à l’enlèvement et assassinat, en Algérie, de Hervé Gourdel, ressortissant français, par une organisation terroriste affiliée à l’EI ou Daech ?
 
Yves Bonnet : http://www.letempsdz.com//content/view/131909/177/

Un des cinq accompagnateurs d’Hervé Gourdel fait des révélations sur leur enlèvement par le groupe terroriste

Un des cinq accompagnateurs d’Hervé Gourdel fait des révélations sur leur enlèvement par le groupe terroriste

Abbès Zineb 28-09-2014

Les cinq compagnons algériens de l’otage français décapité ont été retenus par le groupe jihadiste Jund al-Khilafa durant 14 heures avant d’être relâchés sans Hervé Gourdel, a déclaré…http://www.algerie1.com/actualite/un-des-cinq-accompagnateurs-dherve-gourdel-fait-des-revelations-sur-leur-enlevement-par-le-groupe-terroriste/

L’ASSASSINAT DE GOURDEL A ENTRAÎNÉ UNE VAGUE D’ISLAMOPHOBIE EN FRANCE

Le double choc des Algériens

Par Brahim TAKHEROUBT – Dimanche 28 Septembre 2014
Un acte condamné à l'unanimitéUn acte condamné à l’unanimité

Le parallèle est savamment entretenu par une artillerie médiatique à la solde d’une droite extrémiste.

Replongés dans les abysses de la décennie rouge des années 1990 par l’effroyable décapitation du ressortissant français, Hervé Gourdel, les Algériens subissent un autre choc. Si le premier était foudroyant, ce deuxième est cisaillant: il fait l’amalgame entre l’islam et le terrorisme. Le parallèle est savamment entretenu par une artillerie médiatique à la solde d’une droite extrémiste. Quel pays dans le monde musulman a-t-il payé une facture aussi lourde que l’Algérie: 200.000 morts en dix années de lutte sans merci contre le terrorisme aveugle. Autres temps, autres moeurs médiatiques. A cette époque, quand des centaines d’Algériens étaient passés au fil du couteau, en une seule nuit, à Rais ou à Bentalha, des femmes enceintes éventrées et des bébés brûlés vifs, cette même presse faisait un black-out total sur l’Algérie. Économiquement à terre, politiquement isolée, l’Algérie guettait le moindre frémissement de l’Hexagone pour lui prêter main forte face à l’hydre terroriste. C’est l’exact contraire qui s’est produit, tant que ça se passait «entre eux» (les Algériens, Ndlr). Une certaine presse française titrait sur cinq colonnes: la guerre civile en Algérie (sic).
C’est avec les attentats du RER en 1995 à Paris, que les autorités françaises prennent conscience du danger réel que représentent ces fous de Dieu. Et c’est avec les attentats du 11 septembre 2001 à New York que la France et le monde ont le doigt sur la couture du pantalon, suivi des pas cadencés des Américains vers la guerre contre le terrorisme. Enfin, le cri de l’Algérie a été entendu 10 ans plus tard… Le lâche et brutal assassinat d’Hervé Gourdel a été durement vécu en Algérie et plus particulièrement en Kabylie, mais contre toute attente il a entraîné une vague de d’islamophobie. Voulant choquer l’opinion, les médias français ont provoqué la haine de certains écervelés. On assiste même à certains appels à la vengeance de tout ce qui est musulman en France. Grave situation qui peut nuire grandement aux relations de la République française avec un grand nombre de pays musulmans. Le président François Hollande a bien pris le soin de différencier entre l’islam comme religion de paix et de tolérance avec le terrorisme barbare que secrètent tous les extrémismes. Le président Hollande a bien insisté sur l’unité nationale, car la stigmatisation des musulmans c’est aussi s’attaquer à une partie des Français et qui sont des millions à pratiquer cette religion. L’écho à la déclaration de M.Hollande a été donné hier, dans une lettre qu’a adressée à ses compatriotes l’ambassadeur de la France en Algérie, Bernard Emié. «Un tel drame touche aussi bien les Français que les Algériens, qui ont fait dans le passé la lourde expérience de la violence terroriste et que je tiens à cette occasion à remercier pour leurs nombreux témoignages de sympathie», souligne-t-il dans sa missive ajoutant qu’«il nous appartient de poursuivre nos efforts, afin de resserrer dans tous les domaines les liens entre la France et l’Algérie et de relever ensemble les défis communs auxquels nous sommes confrontés. C’est un enjeu de première importance, dont témoignent d’ailleurs la mobilisation massive et les marques de soutien que nous apportent les autorités et la population algériennes dans cette épreuve qui est aussi la leur».
Ce comportements anti-islam, a mobilisé des responsables politiques, des avocats, des universitaires en France qui appellent à une marche aujourd’hui, à Paris. Des intellectuels français ont également réagi à cette stigmatisation qu’ils ont qualifiée de dangereuse. Le président et cofondateur de Mediapart, Edwy Plenel, a affirmé dans un entretien au magazine Le Point que ceux qui disent que «les musulmans en bloc étaient contre notre civilisation. Ce sont des stupidités! Mais ce sont des stupidités dangereuses, car elles peuvent nous mettre en guerre contre nous-mêmes. Les musulmans de France sont français, comme vous et moi, ils sont musulmans et français, et je leur tends la main».http://www.lexpressiondz.com/actualite/202866-le-double-choc-des-algeriens.html

Epson annule une conférence de presse suite à l’exécution de Gourdel

Article | 27. septembre 2014 – 18:41
Un antécédent qui risque de faire tache d’huile dans les milieux d’affaires français. D. R.

Un antécédent qui risque de faire tache d’huile dans les milieux d’affaires français. D. R.

Les responsables de la filiale française de l’entreprise japonaise d’électronique Epson viennent d’annoncer l’annulation d’une conférence de presse prévue ce lundi à Alger. Dans un communiqué adressé à la presse aujourd’hui samedi, la chargée de communication d’Epson Algérie évoque des «raisons de sécurité imposées» par «les derniers événements survenus en Algérie» pour justifier un «report» à une date ultérieure. La rencontre programmée pour demain prévoit plusieurs interventions de responsables et de consultants d’Epson France et d’Epson Algérie et une présentation de la dernière solution technologique de vidéo-projection destinée au secteur de l’éducation en Algérie. C’est la première fois qu’une entreprise ou filiale française annule ainsi ses activités depuis l’annonce de l’assassinat du ressortissant français, Hervé Gourdel, par un groupe terroriste en Algérie. Le communiqué ne dit pas si ce projet de vidéo-projection destiné aux écoles algériennes, et par là à ses autres activités, était toujours en vigueur. Cela dit, cette annonce du groupe Epson est venue contredire les assurances émises par l’ambassadeur français à Alger qui, dans un message adressé à ses compatriotes (voir article par ailleurs), exhortait les Français résidant ou en voyage en Algérie de garder leur sérénité : «Chacun, dit-il, doit continuer, avec calme et sérénité, à rester au quotidien très vigilant et à respecter strictement toutes les consignes de sécurité qui s’imposent, notamment à l’égard des zones considérées comme sensibles.» Il leur demande de ne pas céder au chantage des assassins «dont l’objectif est de semer l’effroi et d’attiser les peurs», ajoutant : «Il nous appartient de poursuivre nos efforts afin de resserrer dans tous les domaines les liens entre la France et l’Algérie et de relever ensemble les défis communs auxquels nous sommes confrontés.» Face au volontarisme de leur diplomatie, les Français préfèrent obéir à leur instinct de survie et organiser eux-mêmes leur propre séjour en Algérie. L’ambassade de France avait étendu la liste des zones «à risque» à une quarantaine de pays, depuis l’assassinat d’Hervé Gourdel en Algérie. Pour les observateurs, ces alertes sont susceptibles de réduire considérablement les déplacements des citoyens français et, par là aussi, l’activité des entreprises françaises dans ces pays. Ils craignent que cet antécédent fasse tache d’huile dans les milieux d’affaires français et provoque une débandade. Ils s’interrogent notamment sur le sort des 80 entreprises françaises pour la plupart des PME, qui étaient récemment engagées dans des partenariats en Algérie. Les prochains jours nous le diront. http://algeriepatriotique.com/article/epson-annule-une-conference-de-presse-suite-lexecution-de-gourdel
R. Mahmoudi

FACE AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES ACTUELS : L’Algérie menacée par une sécheresse globale

Dernièrement, le Directeur au Centre Climatologique National Monsieur Djamel Boucherf, a déclaré lors du forum du quotidien DK-News que « L’Algérie, de par sa situation géographique et ses caractéristiques environnementales, est fortement affectée par les changements et perturbations climatiques, comme la sécheresse, l’augmentation des températures, la désertification et les inondations ».

Dimanche 28 Septembre 2014

FACE AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES ACTUELS : L’Algérie menacée par une sécheresse globale
Le changement climatique est défini par l’ensemble des variabilités et perturbations des conditions météorologiques dans une région donnée, par rapport à une moyenne référentielle. Le climat englobe les paramètres suivants : température, humidité et pression. Parmi les conséquences des changements climatiques sur l’Algérie, le responsable a donné comme exemple l’élévation des températures automnales à 33 degrés Celsius, rappelant que la moyenne est de 26 degrés Celsius en cette saison. Au sujet du lien entre le climat et les séismes, le Directeur de Recherche du Centre de Recherche en Astrologie, Astrophysique et Géologie (CRAAG), Pr Hamou Djelit, a relevé qu’il n’y avait aucun rapport entre les deux phénomènes. Il a ajouté que l’effet des variations des températures est dérisoire relativement aux températures de la croûte et du noyau terrestre et que les tremblements de terre se produisaient aux profondeurs, et ne sont donc pas influencés pas les températures externes. Le même spécialiste a insisté sur les dangers des phénomènes extrêmes sur les écosystèmes, la santé des êtres humains, les catastrophes naturelles et le développement économique, soulignant l’importance de trouver des solutions efficaces à ce phénomène. L’Office National de la Météorologie (ONM) confirme que l’Algérie sera en proie à une crise hydraulique aiguë les prochains mois et d’après le Professeur émérite de Université de Versailles Saint Quentin en Yvelines  Marc BIED-CHARRETON la sécheresse « météorologique », la définit comme le ‘’temps écoulé entre deux pluies efficaces, c’est à dire capables d’apporter réellement de l’eau dans le sol’’. Cette acception de la sécheresse conduit à des définitions variables selon les zones. On parlera de « nombre de jours sans pluies ». L’autre aspect de la sécheresse « climatologique » qui est tout simplement un déficit pluviométrique prolongé. On s’accorde à dire que l’on est en condition de sécheresse quand la pluviométrie annuelle est en dessous de 20% de la normale. Le même spécialistes des questions climatologiques parle des effets de la sécheresse sur le milieu socio-économique, du risque de sécheresse et de la vulnérabilité à la sécheresse, qui est différente selon les situations des sociétés et des déficits prévisibles : en eau potable pour la population, en eau pour les troupeaux et les plantes cultivées; pour les activités industrielles et de service (tourisme). Actuellement la menace de la sécheresse plane sur l’Égypte et les pays de l’UMA (Mauritanie, Maroc, Algérie, Tunisie, Libye) : toutes les populations sont concernées, soit environ 150 millions de personnes ; les parties sud de ces pays peuvent être gravement affectées, surtout depuis quelques années en raison d’une sécheresse climatique persistante. Le danger est double: extension des zones désertiques proches, par exemple par déplacement des sables et des dunes, et augmentation de la dégradation des zones pastorales et agricoles actuelles.  En bref, selon d’autres experts économiques, la hausse des températures et la baisse des précipitations attendues risquent d’augmenter la fréquence des sécheresses, ce qui va exposer des millions de d’Algériens en zones d’insuffisance en eau à l’horizon 2025. Selon l’institution de Bretton Woods, ce stress hydrique est voué à s’aggraver au MENA: en 1950, le volume des ressources renouvelables en eau par personne était quatre fois plus élevé qu’aujourd’hui dans cette région, alors que les projections prévoient que les ressources naturelles en eau devraient y chuter encore davantage d’ici 2050, à un niveau 11 fois inférieur à la moyenne mondiale. Parmi les actions urgentes que l’Algérie doit mener est de renforcer la campagne de prévention et de sensibilisation à l’économie de l’eau, ce précieux liquide avec des gestes forts et tout au long de l’année à travers l’ensemble des moyens de communication. En 2011, M.Bekele Debele Negwo, expert à la Banque Mondiale, a désigné l’Algérie comme un pays exemple dans la région Moyen-Orient-Afrique du Nord  (Mena) en matière de mobilisation des ressources en eau.  Le bilan positif tiré par la Banque Mondiale, qui évoque une «politique équilibrée algérienne en matière de mobilisation et de diversification des ressources en eau, au moment où plusieurs pays de la région sont confrontés à de graves difficultés pour approvisionner leurs populations en eau potable» met en exergue les efforts consentis par les autorités pour éloigner le pays de sa situation de «pauvreté hydrique» est appelé à être encouragé.
AS. Mohsen
Samedi 27 Septembre 2014 –

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,