Aller à…
RSS Feed

25 novembre 2020

le petit journal de Karim



Objet : mes vœux collectifs pour 2015

exit 2014… avec ses nombreuses peines et ses quelques moments de joie…
 
Pour 2015:
A ceux qui bataillent pour un meilleur avenir pour l’Humanité, je présente tous mes vœux d’espoir renouvelé et de luttes victorieuses.
 
A ceux qui perdent leur temps en se regardant le nombril ou leur compte en banque, à ceux qui se mentent et nous mentent effrontément, je souhaite que le cul leur pèle et qu’ils s’assoient à cru dans un panier d’oursins…
 
Hugh! j’ai dit…


Le patriote russe et les saltimbanques français: leçon de Vladimir Poutine à Marine Le Pen, Zemmour https://www.youtube.com/watch?v=jIFf-0asUFg

   
Mercredi 31 Décembre 2014

Le patriote russe et les saltimbanques français: leçon de Vladimir Poutine à Marine Le Pen, Zemmour
Par Sayed 7asan (http://sayed7asan.blogspot.com)

Dans cet extrait de son adresse à l’Assemblée Fédérale daté du 4 décembre 2014 (http://sayed7asan.blogspot.com.es/201…), Vladimir Poutine condamne, indirectement, l’idéologie du Front français dit « National » et sa stratégie d’isolation et de « bouc émissaire » à l’encontre des immigrés en général et de l’Islam en particulier. En patriote authentique, Vladimir Poutine, défenseur de la souveraineté nationale, de la diversité de la Russie et du monde et des valeurs traditionnelles, qu’il considère comme une véritable richesse, s’inscrit radicalement contre la vision sclérosée de stigmatisation, de xénophobie et de haine du Front National, notamment portée en France par la harpie Marine Le Pen, le faquin Aymeric Chauprade et le charlatan encrassé d’inculture et de malhonnêteté intellectuelle Eric Zemmour. Le Président russe prône, au contraire, une politique d’ouverture, de coopération et d’intégration nationale (cf. le miracle Kadyrov en Tchétchénie – http://sayed7asan.blogspot.com.es/201…), régionale (cf. l’Union Eurasienne) et mondiale (cf. les BRICS, etc.).

S’il s’inscrivait dans une démarche authentique d’unité et de revivification de l’esprit national, le Front National considèrerait la présence en France de millions de Français d’origine étrangère non seulement comme un fait sur lequel il n’est pas envisageable de revenir (les prétentions d’interdiction rétroactive de la double nationalité, exclusivement à destination des pays d’Afrique, de déchéance de la nationalité ou de « déportation », avouée ou à demi-mot, sont tout simplement anticonstitutionnelles), mais bien comme une chance pour la France : non seulement de renouer avec des valeurs traditionnelles aujourd’hui bafouées (notamment chrétiennes), et donc avec une véritable identité nationale dont ces populations sont pleinement constitutives, mais également comme une opportunité géopolitique qui saurait exploiter les liens (historiques, géographiques, économiques, etc.) entre la France, les binationaux et leur pays d’origine.

Voir également :
Le choc des civilisations selon Vladimir Poutine : nihilisme vs valeurs traditionnelles (http://sayed7asan.blogspot.com/2014/1…)
Hassan Nasrallah : « L’Amérique est la mère du terrorisme » (http://sayed7asan.blogspot.com/2014/0…) & L’Etat Islamique est la plus grande distorsion de l’Islam dans l’Histoire (http://sayed7asan.blogspot.com/2014/1…)
Série d’articles sur « La Russie et l’Islam » (http://sayed7asan.blogspot.com.es/201…)
« Les Américains jouent au poker, les Russes jouent aux échecs – et les Français jouent aux Monopoly… » (http://sayed7asan.blogspot.com/2014/0…)
Un djihadiste Afghan dans le Donbass aux côtés de Novorossia (http://sayed7asan.blogspot.com/2014/0…)

En espérant que la voix de la Russie (francophone) pourra y prendre de la graine!!!

Choisy-le-Roi : Une femme voilée agressée à la sortie du bus
Article publiée le : 27-12-2014,

Choisy-le-Roi : Une femme voilée agressée à la sortie du bus

Le journal Le Parisien rapporte l’agression d’une femme voilée dans la ville de Choisy-le-Roi (Val de Marne). La jeune femme de 22 ans aurait été agressée à la sortie d’un bus.

Une femme voilée âgée de 22 ans aurait été frappée alors qu’elle descendait du bus (ligne 183) à Choisy-le-Roi. A l’arrêt « Verdun-Hoche », le quotidien explique que “l’homme l’aurait attrapée par la nuque avant de lui donner un coup de genou dans le ventre. Il l’aurait fait chuter au sol et lui aurait frappé la tête contre le bitume, puis donné des coups de poing dans le ventre, avant de prendre la fuite”.

La victime, habillée d’un jilbab, a porté plainte au poste de police en indiquant que l’agresseur l’avait insultée par deux fois de “sale musulmane”. Aucune autre information n’a circulé pour l’instant sur cette affaire.

Les agressions à répétitions contre les femmes voilée ne font que traduire dans la rue la banalisation de l’islamophobie dans les médias, sur Internet ou encore dans le discours des politiques.La communauté musulmane attend toujours des mesures concrètes de la part des autorités pour enrayer ce fléau.http://www.ouvalalgerie.com/monde/134-Choisy-le-Roi-:-Une-femme-voil%C3%A9e-agress%C3%A9e-%C3%A0-la-sortie-du-bus.html

En banlieue parisienne, une mairie contrainte de déboulonner une plaque en l’honneur d’un prisonnier palestinien  30/12/2014

En banlieue parisienne, une mairie contrainte de déboulonner une plaque en l'honneur d'un prisonnier palestinien

La mairie de Bezons (Val-d’Oise, banlieue parisienne) a déboulonné mardi une plaque commémorative installée près de l’hôtel de ville en l’honneur d’un prisonnier palestinien, après une décision de la justice administrative, saisie par une association juive et le préfet, a annoncé le maire à l’AFP.

Cette municipalité au nord de Paris s’était vu enjoindre mi-décembre par le tribunal administratif de Cergy-Pontoise de retirer la plaque installée en l’honneur de Majdi Ihrima Al-Rimawi. Les juges avaient également annulé sa décision de faire citoyen d’honneur ce prisonnier palestinien condamné par Israël.
Dans ce jugement, consulté par l’AFP, le tribunal considère que l’élévation de ce Palestinien au rang de citoyen d’honneur pour militer en faveur de sa libération « traduit l’expression directe d’une prise de position politique dans le domaine de la politique étrangère », ce qui est « de la compétence exclusive de l’État ». Le tribunal invoque également le risque de trouble « à l’ordre public » pour réclamer le retrait de la plaque commémorative.
« Nous n’allons pas faire appel, mais nous réfléchissons à déclarer symboliquement citoyen d’honneur les milliers de prisonniers palestiniens » en Israël, dans les semaines qui viennent, a déclaré le maire communiste, Dominique Lesparre.
Il avait été attaqué en justice par le préfet et le Bureau national de vigilance contre l’antisémitisme, une association qui dénonce régulièrement l’élévation au rang de citoyens d’honneur de Palestiniens qu’elle considère comme « terroristes ».
Bezons avait fait citoyen d’honneur en février 2013 M. Al-Rimawi, condamné à 80 ans de prison pour sa participation à l’assassinat d’un ministre en 2001 à Jérusalem. La commune, jumelée avec West-Bani-Zaïd, en Palestine, avait expliqué son choix par un souci de « solidarité » avec les habitants de la ville, dont l’ancienne maire est l’épouse de M. Ihrima Al-Rimawi.

http://www.lorientlejour.com/article/903306/en-banlieue-parisienne-une-mairie-contrainte-de-deboulonner-une-plaque-en-lhonneur-dun-prisonnier-palestinien.html

Le Conseil de sécurité de l’ONU vote contre la résolution palestinienne  31/12/2014 https://www.youtube.com/watch?v=34w9QjpUtFI

Le Conseil de sécurité de l'ONU vote contre la résolution palestinienne

© Photo: AP/Jason DeCrow. Archives

Le Conseil de sécurité des Nations unies a rejeté la résolution palestinienne portant sur un accord de paix avec Israël par 8 voix pour, deux contre et cinq abstentions, alors que le texte devait réunir 9 voix pour être adopté.

La France, la Chine et la Russie, tous trois membres permanents du Conseil, ont apporté leur soutien à la résolution. L’Australie et les Etats-Unis, proches alliés d’Israël, ont voté contre.

http://french.ruvr.ru/news/2014_12_31/Le-Conseil-de-securite-de-lONU-vote-contre-la-resolution-palestinienne-2072/

Déjà rejetée par Washington, une résolution palestinienne échoue à l’ONU
31-12-2014
Le Conseil de sécurité des Nations unies a comme prévu rejeté mardi une résolution palestinienne portant sur la reconnaissance d’un mini État palestinien, au sujet de laquelle les États-Unis avaient exprimé leur opposition bien avant le vote.

La résolution a recueilli 8 voix pour, deux voix contre et cinq abstentions, alors qu’elle devait réunir 9 voix, sur les 15 du Conseil, pour être adoptée.

La France, la Chine et la Russie, tous trois membres permanents du Conseil, ont apporté leur soutien à la résolution. L’Australie et les États-Unis, proches alliés d’Israël, ont voté contre.

Cinq pays, dont le Royaume-Uni, se sont abstenus.

L’Argentine, le Tchad, le Chili, la Jordanie, le Luxembourg ont rejoint la France, la Chine et la Russie en faveur de la résolution.

La Lituanie, la Corée du Sud et le Rwanda se sont abstenus, comme le Royaume-Uni.

Le Nigeria, qui devait soutenir la résolution, a changé d’avis à la dernière minute et s’est abstenu, selon des sources diplomatiques.

Le texte prévoyait notamment un « accord de paix » d’ici douze mois et le retrait israélien des Territoires occupés avant fin 2017.

Les Palestiniens avaient apporté lundi des modifications à leur projet qui prévoit Jérusalem-Est, occupée et annexée, comme capitale d’un Etat palestinien, le règlement de la question des prisonniers palestiniens, l’arrêt de la colonisation israélienne et rappelle le caractère illégal du mur de séparation.

« Cette résolution encourage les divisions »

« Cette résolution encourage les divisions et non un compromis », a prétendu l’ambassadrice américaine à l’ONU Samantha Power.

Elle a défendu la position américaine qui est de favoriser des pourparlers directs, estimant que « la paix viendra de choix et de compromis difficiles atteints à une table de négociations ».

Avant elle, lundi et mardi, Jeffrey Rathke, un porte-parole du département d’État, avait estimé que le calendrier fixé par le texte « posait des délais arbitraires » et souligné « l’inquiétude » des États-Unis au sujet de la sécurité d’ « Israël ».

Urgence d’une reprise des négociations, selon l’UE

Depuis Bruxelles, la chef de la diplomatie de l’Union européenne Federica Mogherini a estimé que le résultat du vote soulignait « une fois de plus l’urgence d’une reprise de véritables négociations entre les parties et la nécessité pour la communauté internationale de se concentrer sur des résultats concrets » pour parvenir à un accord final.

L’objectif commun est de parvenir à un accord de paix global basé sur deux États « vivant côte à côte en paix, en sécurité, et en se reconnaissant mutuellement », a-t-elle déclaré dans un communiqué.

Avant le vote, l’ambassadeur britannique Mark Lyall Grant avait pointé des « difficultés » dans « des termes sur les délais, des nouveaux termes sur les réfugiés ».

Tentant de rallier des pays à sa cause, le secrétaire d’État américain John Kerry avait téléphoné ces deux derniers jours aux responsables de 12 pays et au président palestinien Mahmoud Abbas.

On cherchera ailleurs l’obtention d’une reconnaissance de la Palestine

Le représentant palestinien à l’ONU Riyad Mansour a accusé le Conseil de n’avoir pas su prendre ses responsabilités et promis de chercher ailleurs l’obtention d’une reconnaissance de la Palestine.

« Les Palestiniens et le monde ne peuvent plus attendre. Ce message, en dépit de l’issue regrettable d’aujourd’hui, est tout à fait clair », a-t-il déclaré devant le Conseil.

Les responsables palestiniens se réuniront mercredi pour décider de la suite à donner au vote, a précisé M. Mansour.

Les Palestiniens avaient dit qu’en cas de rejet de leur résolution ils chercheraient notamment à rejoindre la Cour pénale internationale afin d’y mettre « Israël » en accusation pour crimes de guerre à Gaza.

« Israël » exhorte à mettre fin à la marche palestinienne vers la folie

Le représentant d’ « Israël » a pour sa part exhorté à mettre fin à la démarche palestinienne.

« J’ai des informations pour les Palestiniens: vous ne pouvez pas vous diriger vers un État en vous agitant et en provoquant », a dit Israel Nitzan. « J’exhorte le Conseil à arrêter de se prêter au jeu des Palestiniens et à mettre fin à leur marche vers la folie ».

Pour le ministre israélien des Affaires étrangères, Avigdor Lieberman, « l’échec de la résolution doit apprendre aux Palestiniens que les provocations et les tentatives d’imposer des mesures unilatérales à Israël ne les mèneront nulle part ».

Pour un commentateur de la radio publique, « Israël a évité un fiasco, mais il ne s’agit que d’une victoire à court terme » car « les pressions internationales vont se poursuivre ».

Moscou évoque une erreur stratégique

De son côté, la Russie a regretté l’échec de la résolution palestinienne.

« La Fédération de Russie regrette que le Conseil de sécurité de l’ONU n’a pas réussi à adopter le projet de résolution », a déclaré l’ambassadeur russe à l’ONU, Vitali Tchourkine pendant la séance du Conseil, d’après des images diffusées par la chaîne de télévision russe Rossiya 24.

« Nous considérons qu’il s’agit d’une erreur stratégique », a-t-il ajouté.

L’ambassadeur russe a également accusé Washington de « monopoliser » les négociations israélo-palestiniennes et de les mener « dans une impasse ».

http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?eid=211517&cid=18&fromval=1&frid=18&seccatid=20&s1=1

ONU: le Hamas dénonce les concessions du président palestinien Abbas
31-12-2014
Le mouvement palestinien Hamas a dénoncé mercredi l’échec de Mahmoud Abbas après le rejet à l’ONU d’une résolution réclamant la fin de l’occupation israélienne et a accusé le président palestinien d’avoir accaparé le processus de décision.

« C’est un échec supplémentaire des choix qui ont été faits au nom d’une recherche de règlement entre l’Autorité palestinienne et l’occupant. C’est une décision unilatérale d’Abou Mazen (le surnom de Mahmoud Abbas, NDLR) qui a pris en otage le processus de décision palestinien », a dit à l’AFP le porte-parole du Hamas à Gaza, Fawzi Barhoum.

Selon lui, le projet de résolution rencontrait une forte opposition chez les Palestiniens « car il menaçait (leurs) droits » en faisant trop de concessions.

Cet échec à l’ONU — où le projet de résolution n’a obtenu que huit des neuf voix nécessaires à son adoption, dans tous les cas menacée par un veto américain — « souligne la nécessité de mettre en place une stratégie nationale avec l’ensemble des composantes du peuple palestinien », a-t-il ajouté.

Le Jihad islamique, autre force islamique palestinienne, a réaffirmé avoir « été contre ce projet depuis le début, de même que d’autres mouvements ».

L’ensemble des formations de gauche a condamné le texte ces dernières semaines.

« L’Autorité palestinienne et le président Abbas auraient dû faire marche arrière », a dit Ahmed al-Moudallal, porte-parole du Jihad islamique.http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?eid=211583&cid=18&fromval=1&frid=18&seccatid=20&s1=1

Axedelaresistance
Lors de la dernière parade du Hamardi, 30 décembre 2014

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,