Aller à…
RSS Feed

25 février 2021

«Chavez va influencer la politique du Venezuela pendant près de 50 ans»


AdTech Ad

«Chavez va influencer la politique du Venezuela pendant près de 50 ans»

Amérique latine

Ignacio Ramonet publie un livre d’entretiens avec l’ancien président du Venezuela. Il le présente ce jeudi soir à Genève. Interview

Hugo Chavez (ici en 2009) a bouleversé l’histoire de son pays, explique le journaliste Ignacio Ramonet.

Hugo Chavez (ici en 2009) a bouleversé l’histoire de son pays, explique le journaliste Ignacio Ramonet. Image: AP

Ancien directeur du Monde diplomatique et fondateur d’Attac, Ignacio Ramonet donne aujourd’hui une conférence à l’Université ouvrière de Genève. Il y présentera, à 19 h, son dernier livre, «Hugo Chavez, ma première vie», un ouvrage d’entretiens avec l’ancien président du Venezuela, décédé le 5 mars 2013. Interview.

Quelle empreinte a laissé Hugo Chavez en Amérique latine?

Il a changé l’histoire du continent. Car il a initié un cycle de gouvernements démocratiques et profondément réformateurs. Le dernier président élu qui a entrepris des réformes de cette envergure, avant lui, a été Salvador Allende, au Chili, qui a été renversé en 1973. De cette date à 1999, quand Hugo Chavez a été élu pour la première fois président au Venezuela, l’Amérique latine a vécu des dictatures militaires, des luttes armées, puis des démocraties avec des programmes néolibéraux. Après son élection, Lula a été élu au Brésil, Kirchner en Argentine, Evo Morales en Bolivie, Tabaré Vazquez en Uruguay et Rafael Correa en Equateur. Ces gouvernements progressistes ont changé l’Amérique latine.

N’observons-nous pas actuellement une «fin de cycle»?

On peut se poser la question. Nicolas Maduro, le successeur de Chavez au Venezuela, traverse une situation compliquée due à une forte offensive conservatrice. Dilma Rousseff, au Brésil, est secouée par les affaires autour de Petrobras. Cristina Kirchner termine son mandat et n’a pas de successeur désigné. Quant à Morales et Correa, ils ont été bien reconduits à la présidence, mais ont subi d’importantes défaites locales dernièrement. Il est en tout cas clair que les forces conservatrices avancent au Venezuela, en Argentine et au Brésil.

Quelle empreinte a laissé Chavez au Venezuela?

Hugo Chavez a bouleversé l’histoire de son pays. Il a initié des avancées sociales et une distribution des richesses fondamentales, tout en renforçant le concept de souveraineté nationale. Sa présidence va influencer le Venezuela pendant près de cinquante ans. On voit ainsi le leader de l’opposition Henrique Capriles faire du «chavisme d’opposition». Il promet de garder tout ce qu’a fait Chavez, mais en étant plus efficace, en luttant contre la corruption, en intégrant le secteur privé, etc. Le chavisme est aujourd’hui une donnée sociologique au Venezuela, pas seulement un courant politique.

Nicolas Maduro est-il de taille à succéder à Chavez?

Chavez est mort trop tôt, c’est sûr. C’était un créateur politique. On ne peut pas vraiment le remplacer. Nicolas Maduro est un homme intelligent, intègre et honnête. Mais il se retrouve à diriger un pays en difficulté avec des adversaires politiques qui ne lui laissent pas un jour de répit.

Le Venezuela connaît bien de graves problèmes d’inflation et de pénuries, non?

Les pénuries sont dues à de nombreuses causes, notamment structurelles. Avant l’arrivé de Chavez, il y avait plus de deux tiers de pauvres au Venezuela. Avec le plein-emploi et un salaire minimum élevé, c’est aujourd’hui la totalité des Vénézuéliens qui consomment. La demande est constamment en hausse. A tel point que les importations augmentent de 10 à 15% chaque année.

Il est aussi vrai que la centralisation des importations a impliqué une augmentation de la bureaucratie, qui n’est pas assez souple pour s’adapter à la demande. Mais il faut également savoir que des secteurs d’opposition s’organisent pour aggraver le problème de pénurie sur certains produits symboliques, comme le papier toilette.

Quant à l’inflation, elle est très importante en effet, entre 70% et 80% par an. C’est en partie dû à un système de contrôle des changes très complexe et qui manque de clarté. De plus, depuis six mois, le gouvernement fait face à une baisse des recettes provenant du pétrole.

L’arrestation de plusieurs opposants est vivement dénoncée. Qu’en pensez-vous?

C’est une source de débat légitime. Même au sein du chavisme, les avis sont partagés. Il s’agit pourtant de décisions judiciaires, pas politiques. La justice est autonome au Venezuela. Accuser Nicolas Maduro de dictateur, comme le font certains, démontre une méconnaissance du président vénézuélien. Il a longtemps été syndicaliste, puis ministre des Affaires étrangères et président de l’assemblée. Tous ces postes demandent des talents d’écoute et de négociation. On ne retrouve d’autoritarisme ni dans sa nature ni dans son parcours.

Les Etats-Unis ont dernièrement entamé un dégel avec Cuba mais ont pris des sanctions contre des responsables vénézuéliens. Comment l’analysez-vous? Cela me semble totalement incohérent. L’administration Obama a commis une erreur en déclarant le Venezuela «menace pour la sécurité des États-Unis». Je pense qu’ils ont fait ça pour atténuer l’opposition des républicains à l’avancée de la normalisation des relations avec Cuba. Mais ça rend la politique de Washington illisible. Obama a d’ailleurs dû redoubler d’efforts au Sommet de Panama pour dire que le Venezuela n’est pas vraiment une menace. Car Caracas a obtenu la solidarité de l’ensemble de l’Amérique du Sud face à cette situation.

Comment expliquez-vous la volonté de rapprochement d’Obama avec l’Amérique latine?

Les Etats-Unis sont très préoccupés de leur confrontation commerciale avec la Chine. Ils veulent donc couper l’herbe sous le pied de Pékin. En avançant avec des traités commerciaux avec l’Europe et avec des pays d’Asie. Mais aussi en reprenant de l’influence en Amérique latine, où la Chine est le premier investisseur et le premier importateur.

Les Etats-Unis devraient ainsi augmenter les échanges commerciaux et leurs investissements dans de nombreux domaines, comme dans l’éducation ou la science et les technologies par exemple. (TDG)

(Créé: 15.04.2015, 22h48)

AdTech ad
L’ancien directeur du Monde diplomatique et fondateur d’Attac, Ignacio Ramonet donne aujourd’hui une conférence à l’Université ouvrière de Genève. Il y présentera, à 19 h, son dernier livre, Hugo Chavez, ma première vie, un ouvrage d’entretiens avec l’ancien président du Venezuela, décédé le 5 mars 2013. (Image: EPA)

Articles en relation

La fuite des cerveaux s’accélère au Venezuela

Crise L’ancienne terre promise se mue en repoussoir. Cette année, les exilés atteindront un million Plus…

«Les Etats-Unis mènent une guerre contre nous»

Monde – Genève internationale L’ambassadeur du Venezuela à l’ONU accuse. La crise entre les deux pays connait des prolongements jusqu’à Genève où se tient en ce moment une session du Conseil des droits de l’homme. Plus…

Les partisans de Maduro occupent la place des Nations

Vénézuela Une cinquantaine de manifestants ont affirmé leur soutien au président Vénézuélien, dont l’ancien ambassadeur de Suisse à Caracas. Entretien Plus…

«Faites libérer mon neveu emprisonné au Venezuela!»

Genève La tante suisse du dissident Leopoldo Lopez monte au créneau. Plus…

Jean Ziegler: «Le décès de Chavez est tragique pour toute l’Amérique latine»

Réaction Le sociologue genevois a rencontré à de nombreuses reprises le président vénézuélien. Plus…

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,