Aller à…
RSS Feed

16 octobre 2019

La Turquie est-elle responsable du bain de sang à Bruxelles ?



Sur la première page du journal turc Star, qui est contrôlé directement par Erdogan, on peut lire : «Belgique, État terroriste»


Par Savvas Kalenteridis – Le 24 mars 2016 – Source infognomonpolitics

 

Si quelqu’un a un doute à ce sujet, voir ci-contre l’édition du 22 mars 2016, juste avant les explosions à Bruxelles.

Quand une organisation terroriste choisit une cible, elle veut envoyer un message à travers son acte.

En outre, la plupart du temps, le message est la chose la plus importante dans ces actions terroristes – encore plus importante que les dommages réels.

Ceci parce que les terroristes croient généralement qu’ils sont exclus de la presse traditionnelle, et ainsi, par le biais d’une attaque terroriste, à travers un message à la presse et l’agitation qu’ils créent, ils ont l’occasion d’entrer sous le feu des projecteurs et d’attirer l’attention de leur public cible.

Dans le cas des attentats jumeaux de Bruxelles, il peut y avoir des messages concernant l’existence même de l’Union européenne, mais le message principal était celui que le gouvernement belge a refusé de prendre en compte, même après les protestations et les avertissements nombreux et répétés du gouvernement turc et des organisations non gouvernementales contrôlées, comme les journaux turcs.

Le jour du sommet des dirigeants de l’UE, M. Erdogan lui-même, ainsi que le Premier ministre turc, Ahmet Davutoglu, ont lancé une forte attaque contre l’Union européenne, en raison de sa tolérance et de son soutien à des organisations du Mouvement pour la liberté kurde.

Le journal Star, sous le contrôle absolu d’Erdogan, a publié le 22 mars 2016, jour des attentats à Bruxelles, à la une en gros titre : «Belgique, État terroriste», en accompagnant la photo de Kurdes brandissant des drapeaux du Rojava, qui est le nom de l’État autonome kurde, fondé en Syrie du Nord, ce qui constitue une menace directe contre la Turquie. Dans le même numéro du journal, il y avait des menaces proférées par Erdogan contre la Belgique, et il y avait bien sûr de nombreux articles en rapport dans le journal.

Aujourd’hui, dans le cas où le peuple belge ne recevrait pas le message derrière les attaques terroristes, le Star a également publié une couverture sur la Belgique, avec le titre: Le serpent qui se développait dans le sein de la Belgique a tourné la tête et mordu le pays, avec de nombreuses et claires références à la présence de membres du Mouvement pour la liberté kurde et à la sécurité dont ils jouissent en Belgique.

Par ailleurs, sur la première page d’aujourd’hui, le journal turc islamique AKIT, l’une des organisations dirigeantes non officielles du Parti de la justice et du développement [l’AKP, le parti d’Erdogan, NdT], partage le même titre que le Star, et dans la photo d’accompagnement –  au cas où la Belgique n’aurait pas compris le message – il évoque l’ancien politicien kurde, M. Zübeyir Aydar, un membre dirigeant du Mouvement de libération kurde, et Mme Fehriye Erdal, qui est accusée pour le meurtre de Sabancı – tous deux résidant en Belgique. Dans leur couverture de l’histoire, le titre se présente ainsi : La Belgique, supporter des terroristes.

Aujourd’hui, Hadi Ozisik a écrit un article pour le journal en ligne Internet Haber, contrôlé par Erdogan, sous le titre : Celui qui couche avec le terrorisme est aussi obligé de se réveiller à côté de lui. Il y mentionne :

Le gouvernement qui dirige ce pays [la Belgique], malgré les protestations et les objections de la Turquie, donne la permission au PKK d’opérer sa propagande. Ils ne disaient jamais un mot lorsque le PKK s’installait et organisait des rassemblements avec ses partisans. D’autre part, le gouvernement belge, en soutenant le mouvement des Forces de défense publique 1 (YPG), qui est considéré comme le plus grand ennemi d’État islamique en Irak et en Syrie, a essentiellement envoyé un message aux djihadistes: «Venez chez nous commettre des attentats».

Il existe des preuves supplémentaires pour ce cas, comme il y a des éléments de preuve concernant les attaques en France, qui ont également été conçues comme un message à Hollande, parce que ce dernier a osé accueillir les dirigeants du YPG, dans leurs uniformes militaires, au Palais présidentiel à Paris.
Il n’y a pas besoin de chercher les noms des terroristes ni des organisations derrière eux.

La Turquie est un allié stratégique d’ISIS et a le pouvoir de faire des arrangements directement avec la direction d’ISIS et, à partir de là, il n’y a plus qu’à attendre la prochaine attaque terroriste.

Je souhaite que le Premier ministre et son gouvernement iront et analyseront les informations ci-dessus, les mêmes dirigeants qui, par leurs actions, ont transformé la Grèce en otage à la merci de la Turquie, et s’ils ne se réveillent pas, ils vont bientôt se retrouver face à une évolution qu’ils ne peuvent même pas imaginer.

Savvas Kalenteridis

Lire aussi sur Voltaire.org La Turquie revendique le bain de sang de Bruxelles

Traduit et édité par jj, relu par nadine pour le Saker Francophone

  1. Forces de défense publique (YPG), est l’armée qui a été formée sur ordre d’Abdullah Ocalan dans le Rojava (nord de la Syrie), a vaincu les jihadistes et a libéré tous les territoires habités par des Kurdes en Syrie. Il est considéré comme un ennemi et une menace directe pour la Turquie en raison de son alliance avec les USA, et il est la force motrice derrière la fondation du deuxième état kurde dans la région.


Une réflexion au sujet de « La Turquie est-elle responsable du bain de sang à Bruxelles ? »

Plus d’histoires deEUROPE

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,