Aller à…
RSS Feed

7 décembre 2019

« Curieux » déploiements militaires franco-américains!, par Pierre Dortiguier


lundi, 08 octobre 2012 14:35

« Curieux » déploiements militaires franco-américains!, par Pierre Dortiguier

IRIB- « Stratfor Global Intelligence » a reçu plusieurs rapports américains et français de mouvements militaires ..

…que nous aimerions porter à la connaissance de  nos lecteurs. Ces mouvements pourraient avoir des explications multiples et peuvent ne pas être liés. Mais étant donné les nombreuses crises en cours, spécifiquement, en Afrique du Nord et au Moyen-Orient, nous considérons que cette évolution mérite d’être suivie.

Analyse;  Selon un réseau mondial d’observateurs d’avions et de pisteurs, au moins une douzaine d’avions de transport militaires et  hélicoptères de combat MC-130H, HC-130N, HC 130P-AC-130U ont traversé l’océan Atlantique, le 13 septembre, vers l’Orient. Ces appareils sont généralement utilisés pour une variété de tâches spéciales, y compris, en coopération étroite avec des forces d’opérations spéciales. Le dernier arrêt rapporté de l’avion était la baie de Souda, en Crète. Il est difficile de savoir si l’avion a quitté la Crète, mais nous travaillons pour les traquer.

Occidentaux déploiements militaires
IAN HITCHCOCK / Getty Images

Une semaine et demie plus tard, le 24 septembre, le même réseau d’ avions  de chasse Hornet notés 12 US Marine Corps F/A-18 arrivent en deux vagues à la base aérienne de Moron en Espagne. On ne sait pas où l’escadre est à la tête, mais il pourrait être en route vers l’Afghanistan pour renforcer les éléments là-bas.L’escadron Harrier qui a subi de lourdes pertes le 14 septembre, sur Camp Bastion, a déjà été remplacé par une autre unité Harrier, il est donc peu probable que le déploiement de l’escadron est directement lié à cet événement. Il est également possible que les F/A-18 se dirigent vers la région du Conseil de Coopération du golfe Persique. Un certain nombre d’escadrons de supériorité aérienne, y compris, un escadron de F-22 Raptor, ont, déjà, été déployés, dans la région. Si tel est le cas, l’escadron est destiné, simplement, à des renforts ou  à des remplacements, pour les actifs, actuellement, déployés là-bas.

Ainsi,  le 24 septembre, le « New York Times » a publié un article affirmant que l’Irak et les États-Unis ont négocié un accord, qui pourrait entraîner le retour des petites unités de soldats américains, en Irak, sur des missions de formation. À la demande du gouvernement irakien, selon le général américain Robert Caslen, une unité de soldats de l’armée d’opérations spéciales a été récemment déployée, en Irak, pour donner des conseils sur la lutte anti-terroriste et pour aider au renseignement. Il est possible qu’au moins, une partie d’avions MC-130, mentionnés, précédemment, ait été la prestation de ces troupes spéciales des opérations, en Irak. Un autre rapport  du 24 septembre, par « Le Figaro »,  journal de langue française, a déclaré que quelques 100 troupes des opérations spéciales françaises avaient été déployées, dans la région sub-saharienne, pour lutter contre les militants, dans le Nord du Mali. « Le Figaro » a également signalé que des avions de patrouille maritime qui peuvent être utilisés, pour recueillir des renseignements, seront déployés, dans la région, et que les commandos de la marine française vont renforcer les troupes spéciales françaises opérationnelles.

Enfin, le journaliste italien Guido Olimpio a rapporté, en septembre, que les drones américains font actuellement la chasse aux activistes islamistes, en Cyrénaïque,  nom historique de l’ Est de la Libye.

Il a également de « sources fiables » confirmé que les forces spéciales américaines avaient l’intention de mener des opérations de renseignement qui pourraient être en préparation de frappes chirurgicales, en Afrique du Nord, y compris, en Libye et au Mali. Tous ces déploiements pourraient être initialement des  mouvements prévus, pour la formation ou partie des opérations en cours. Ils ne signifient pas, nécessairement, une mission  imminente.

Les États-Unis et la France pourraient simplement mettre en place des moyens militaires, dans une région qui est en proie à des conflits et qui peuvent, éventuellement, nécessiter une intervention militaire rapide. Quelle qu’en  soit l’intention, ces déploiements, pris ensemble, sont trop  sérieux pour  n’être pas remarqués.

Étant donnés les conflits fluides, en Afrique du Nord, en Syrie et en Afghanistan, ainsi que les tensions actuelles avec l’Iran, ces mouvements et ces rapports sont assez  graves pour qu’on en informe nos lecteurs.

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,