Aller à…
RSS Feed

23 novembre 2017

Le général Khalifa Haftar et les tentatives de déstabilisation du Soudan


Publié par Gilles Munier sur 13 Septembre 2017,

Catégories : #Libye, #Politique arabe, #CIA

Le général libyen Khalifa Haftar

Le général libyen Khalifa Haftar

Revue de presse : adiac-congo.com (11/9/17)*

Les récents combats, ayant opposé au Darfour les Forces armées du Soudan aux combattants de deux groupes rebelles soudanais armés venus respectivement de la Libye et de la République du Soudan du Sud, ont permis de découvrir comment ces groupes rebelles résistent, d’où proviennent leurs soutiens et qui leur fournissent véhicules de combat, armes et munitions. La situation vécue par le Soudan serait la même pour certains autres États.

Les forces gouvernementales du Soudan ont récemment tué au Darfour plus de 17 rebelles soudanais (parmi lesquels quelques-uns de leurs leaders) de deux groupes armés venus de la Libye et du Soudan du Sud. Les troupes loyalistes ont également détruit et récupéré plusieurs véhicules de combat, des armes et munitions utilisées par ces rebelles et dont l’origine a été identifiée.

Des informations documentées par les autorités compétentes de la République du Soudan et parvenues à la presse, ont, en effet, indiqué que certains pays voisins du Soudan, dont la République du Soudan du Sud, et la branche armée du général libyen Khalifa ne cessent d’apporter leur soutien logistique, moral et matériel aux mouvements armés (SPLA-WA dirigé par le chef rebelle Abdel Wahid Mohamed Al Nur ; le SPLA-MM de Mini Minawi ; le Mouvement pour la justice et l’égalité (JEM) dirigé par Jibril Ibrahim et le SPLA-N dirigé par Malik Agar) hostiles au régime de Khartoum.

Plusieurs sortes d’assistance

Ces leaders des mouvements armés ennemis du Soudan, relèvent ces informations recoupées, bénéficient de plusieurs sortes d’assistance de la part des autorités du Soudan du Sud telles que les accommodations dans des hôtels et villas à Juba, la délivrance des passeports sud-soudanais leur permettant de se mouvoir partout, allant jusqu’à les aidant à établir des camps d’entraînement dans certains États du pays dont Bahr El Gazal et les États d’Unité et d’Équatoria où sont cantonnés leurs combattants en prévision d’éventuelles attaques contre la région occidentale du Soudan.

Les preuves du soutien logistique de la République du Soudan du Sud aux rebelles armés soudanais se sont confirmées davantage par les 70 véhicules militaires pour le transport des troupes, d’armes et des munitions récupérés par les Forces du soutien rapide (FSR) lors des affrontements du mois de mai 2017. Alors que ces sources notent que les ordres de mission des leaders de ces groupes rebelles sont toujours signés par le Général sud-soudanais Akol Majok et ses collaborateurs. Il est aujourd’hui clair que le Soudan du Sud et le général rebelle libyen, maréchal Khalifa Haftar sont les plus grands fournisseurs en armes et munitions ainsi que des véhicules blindés, comme l’a prouvé la récupération, au mois de mai dernier par les Forces armées soudanaises (FAS) aux mains des groupes armés au Darfour, des six chars de combats de fabrication égyptienne, lors de la récente agression contre le Darfour. …(…) …

*La suite sur : Afrique : certains pays cités dans la déstabilisation du Soudan (Adiac – Agence d’information d’Afrique centrale)

Plus d’histoires deCIA

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,