Aller à…
RSS Feed

21 avril 2018

« Nous devons travailler pour abolir la guerre »


Interview

Kathy Kelly

Mohsen Abdelmoumen

Kathy Kelly. DR.

Samedi 27 janvier 2018

Kathy Kelly : « Nous devons travailler pour abolir la guerre »

English version here

Mohsen Abdelmoumen : D’après votre expérience d’activiste, quel est le moyen le plus efficace pour combattre les guerres impérialistes US ?

Kathy Kelly : Dans l’intensification du bombardement Shock and Wave de l’Irak en 2003,  le monde a été plus proche que jamais d’arrêter une guerre avant qu’elle ne commence. Un niveau croissant d’éducation, de sensibilisation, de désobéissance civile et de manifestations de rue massives s’est développé en même temps que les inspecteurs de l’ONU étaient sur le point de publier un rapport concluant sur le fait que l’Irak possédait ou non des armes de destruction massive. Le gouvernement du Royaume-Uni a dit au gouvernement américain qu’il serait extrêmement difficile de s’allier avec les États-Unis en attaquant l’Irak à la suite d’un rapport de l’ONU qui devait certifier que l’Irak n’avait pas d’armes de destruction massive. Si le mouvement de protestation massif était resté dans les rues, risquant des arrestations massives, il est possible que le mouvement de guerre américain ait été retardé. Tragiquement, la guerre a commencé et les répercussions des guerres militaires et économiques américaines contre l’Irak continuent d’affliger le peuple irakien. Néanmoins, je crois que des efforts vigoureux de sensibilisation et d’éducation, ainsi que des actions directes non violentes (par exemple, concernant l’Irak, l’organisation et la participation à des délégations pour rompre les sanctions économiques contre l’Irak) peuvent un jour être efficace pour stopper la dépendance américaine à la guerre.

Vous avez été un grand témoin des guerres qu’ont menées les USA et de leurs conséquences directes sur les peuples irakien et afghan. Comment avez-vous vécu les moments où vous étiez dans les zones de combat avec ces peuples ?

En Irak, vivant aux côtés de familles ordinaires tout au long des bombardements de Shock et Awe en 2003 et pendant les premières semaines de l’invasion et de l’occupation américaines, j’ai ressenti de la consternation et du chagrin. Les gens que nous avons appris à connaître en Irak ne représentaient aucun mal  pour les Américains. Des sanctions économiques paralysantes avaient gravement diminué leur capacité à effectuer un changement social sous la dictature brutale de Saddam Hussein. Et pourtant, les civils, en particulier les plus vulnérables, les pauvres, les personnes âgées et les enfants, ont été punis collectivement. Dans des millions de cas, ils ont été punis à mort. M’asseoir au chevet d’un enfant dont le corps a été déchiré par les bombes américaines, ou qui est devenu orphelin par les attaques des États-Unis, m’a persuadé, encore et encore, de travailler à l’abolition de toutes les guerres.

En Afghanistan, je suis très émue par les jeunes qui disent: «Le sang ne lavera pas le sang». Ils ont vécu le deuil, le déplacement, un traumatisme et une peur intense. Je vois leurs efforts pour former une communauté et étendre le lien d’amitié, à travers les frontières, et je me sens privilégiée d’être parmi eux.

Votre livre « Other Lands Have Dreams: from Baghdad to Pekin Prison » qui reflète votre témoignage poignant nous montre à la fois votre engagement et les conséquences de celui-ci car vous êtes souvent emprisonnée pour vos actions. Pour vous, la dénonciation suffit-elle ou doit-elle être accompagnée d’une action ?

Idéalement, l’action directe non-violente aide à susciter la curiosité et à soulever des questions qui inciteront les gens à se joindre à des actions futures. Quand j’ai été emprisonnée, j’ai essayé très difficilement de suivre la correspondance, mais c’est impossible. Des dizaines de personnes que je n’ai jamais rencontrées m’ont écrit chaque jour lors de ma dernière incarcération, exprimant souvent leur désir de devenir plus actives dans la construction d’un monde meilleur.

Je pense qu’il est important d’ajouter qu’il n’y a pas de hiérarchie d’actions qui évaluent certaines actions comme étant meilleures ou plus sérieuses que d’autres actions. Les activistes vivent des saisons, je pense, et quand une personne atteint une saison au cours de laquelle il semble préférable de ralentir ou de faire une pause, je recommande fortement une recharge créative.

Le fait d’avoir été incarcérée pour vos idées a-t-il renforcé votre conviction de lutter pour les causes justes ?

Pendant les périodes d’emprisonnement, je me suis sentie extrêmement consciente de la perception biaisée de notre société à l’égard des menaces et des comportements criminels effrayants. La plus grande terreur à laquelle nous sommes tous confrontés est la terreur de ce que nous faisons à notre propre environnement, générant des niveaux croissants de réchauffement climatique et provoquant des changements climatiques qui touchent déjà de grandes populations qui manquent d’eau et doivent abandonner leurs terres et leurs troupeaux à cause de la désertification. Les comportements criminels qui nous menacent le plus sont ceux des PDG des entrepreneurs militaires, des fabricants de pluies acides, du tabac et des armes à feu, ainsi que des personnes qui développent, entreposent, vendent et menacent d’utiliser des armes nucléaires. Je ne veux pas que ces dirigeants industriels soient emprisonnés, mais j’aimerais qu’ils soient rééduqués.

Israël bénéficie d’un soutien sans limite des États-Unis. Qu’est-ce qu’Israël offre aux États-Unis pour être soutenu de cette manière ? Que gagne le contribuable américain en donnant de l’argent pour aider l’effort de guerre de l’entité sioniste d’Israël contre le peuple palestinien ?

Je pense que les contribuables américains trouveraient une véritable sécurité dans la recherche de relations justes et équitables avec d’autres personnes. Imaginez si les Israéliens devaient construire des tunnels qui leur permettraient de transporter en Israël les armes qu’ils ont acquises auprès des États-Unis: les hélicoptères Apache, les bulldozers D-9, les bombardiers F-15 … ces tunnels seraient énormes et caverneux. Le flot des armes américaines n’est pas remis en question, et j’ai vécu à Gaza pendant les attaques aériennes israéliennes lorsqu’une bombe explosait toutes les onze minutes pendant la nuit. Les Gazaouis construisent des tunnels pour importer les biens nécessaires et les Israéliens détruisent périodiquement les maisons, les infrastructures et les routes de Gaza, affirmant qu’ils doivent bombarder Gaza par légitime défense. Les contribuables américains ont aidé à acheter un système cruellement injuste dirigé par des seigneurs de la guerre et des profiteurs de guerre en Israël.

Vous avez vécu à Gaza avec le peuple palestinien sous les bombardements israéliens pendant l’opération Plomb Durci en 2009 et vous avez fait partie de la Flottille pour la Liberté II en 2011, que pouvez-vous nous dire de ces expériences ?

En 2009, lorsqu’un cessez-le-feu a été décrété, les enfants de Gaza qui voulaient aider leurs parents ont commencé à ramasser du bois de chauffage, à le transporter sur des bâches, sachant que leurs parents avaient besoin de combustible pour cuisiner et chauffer leurs maisons. Les enfants brillaient de fierté en entassant des brindilles et des morceaux d’écorces de bois sur leurs bâches. Un homme âgé m’a approché. « Vous vous demandez probablement pourquoi je n’aide pas ces enfants », a-t-il dit. Il a pris un gros bâton. Puis il a levé les yeux. « Si les drones ci-dessus me voient ramasser ce bâton, ils pourraient penser que je tiens un pistolet. Ils pourraient nous attaquer ».

À l’hôpital Al Shifa, un chirurgien a mis sa tête entre ses mains : « Pendant 22 jours, le monde a regardé et aucun pays n’a essayé de nous aider », at-il dit.

Dans la salle d’urgence, j’ai rencontré un médecin palestinien, venu de Dubaï pour faire du bénévolat à Gaza. Il s’est avéré qu’il est né et a grandi dans un quartier très proche de chez moi à Chicago. Je lui ai demandé ce que je devrais dire aux gens à la maison. Il a commencé à parler des conséquences des brûlures au phosphore blanc et de l’utilisation des Dense Inert Metal Explosives (DIME), mais il a fait une pause et a dit : « Non, je me trompe complètement. Rentrez chez vous et dites aux gens que les contribuables américains ont payé pour ces armes ».

En écrivant « Searching for the truth in Jenin », vous avez voulu que le monde sache ce qui se passe à Jénine et comment le peuple palestinien est écrasé par l’entité sioniste d’Israël. Ne pensez-vous pas que l’entité sioniste d’Israël est un État criminel et voyou qui doit être mis au ban de la communauté internationale et sanctionné comme l’a été le régime de l’apartheid d’Afrique du Sud ?

À Jénine, je me souviens d’avoir attaché une taie d’oreiller à un balai, espérant que cet accessoire nous aiderait à franchir les points de contrôle. À notre grande surprise, au cours d’une marche de 13 milles, nous avons finalement réussi à persuader des soldats de laisser notre groupe de cinq activistes continuer dans le camp de Jénine qui était toujours attaqué. Nous avons eu de nombreuses conversations avec les forces de défense israéliennes et, de manière générale, nous avons pu établir un terrain d’entente. Le premier matin dans le camp de Jénine, nous avons rencontré une grand-mère paralysée qui souffrait d’une grave crise d’asthme. Sa famille nous a suppliés de l’emmener à la clinique voisine – c’était trop dangereux pour eux de quitter leur maison qui avait déjà été attaquée. Mes amis, Jeff et Eric, ne pouvaient pas porter la femme parce qu’elle était trop lourde. J’ai couru vers la clinique pour prendre un brancard. Cinq soldats israéliens sont venus vers moi en braquant leurs armes. « Posez ces armes à feu », ai-je dit, et ils l’ont fait. Je leur ai demandé de me diriger vers l’entrée de la clinique, et ils l’ont fait. Mais quand je suis revenue en courant, portant une civière sur la tête, j’ai vu Jeff se pencher sur la vieille femme en agitant son passeport. Des soldats au deuxième étage d’un bâtiment voisin jetaient des assiettes, des bouteilles et des verres sur la vieille femme terrifiée. La guerre génère un comportement cruel. Nous devons travailler pour abolir la guerre.

Vous défendez aussi la cause du peuple yéménite qui subit une guerre complètement ignorée dont personne ne parle. Ne pensez-vous pas que les Occidentaux sont coupables d’avoir vendu des armes aux Saoudiens ? D’après vous, quelles sont les actions à mener sur les pouvoirs occidentaux qui soutiennent l’Arabie saoudite dans sa guerre criminelle contre le Yémen ?

Après des années de soutien américain au dictateur Ali Abdullah Saleh, la guerre civile a ravagé le Yémen depuis 2014. Son voisin, l’Arabie Saoudite, elle-même parmi les dictatures les plus cruelles de la région et un allié loyal des Etats-Unis, est devenue nerveuse en 2015 et a commencé à soumettre le pays à un barrage de frappes aériennes avec le soutien de neuf alliés régionaux, et a également imposé un blocus qui a mis fin à l’afflux de nourriture et de fournitures au Yémen à travers un port important. Cela a été accompli avec des envois massifs toujours en cours d’armes en provenance des États-Unis, qui ont également mené des frappes aériennes indépendantes qui ont tué des douzaines de civils, y compris des femmes et des enfants.

L’ONU devrait appeler à un cessez-le-feu permanent, nommer l’Arabie saoudite comme l’une des parties belligérantes et exiger que les États-Unis arrêtent de vendre des armes à la coalition saoudienne et arrêtent immédiatement le ravitaillement en carburant des bombardiers saoudiens et émiratis. L’ONU devrait également lancer une enquête approfondie sur le réseau des prisons clandestines du sud du Yémen où des groupes de défense des droits de l’homme, dont Human Rights Watch et Amnesty International, allèguent que des responsables des Émirats arabes unis maltraitent, torturent et font disparaître des prisonniers.

Vous avez un parcours remarquable de femme de conviction et de courage. J’ai trouvé dans votre parcours exceptionnel le souffle du grand leader Martin Luther King. Êtes-vous une continuatrice de l’œuvre de ce grand leader ?

Le Rév. Dr. Martin Luther King a appelé les gens à affronter les trois maux du racisme, du militarisme et de la pauvreté. Je pense qu’il est important d’embrasser son appel en s’efforçant de vivre simplement, de partager radicalement les ressources et de préférer le service à la domination. Je pense qu’il est important de retirer tout soutien au militarisme et de faire des plus démunis d’entre nous notre priorité numéro un. Nous devons essayer de ne jamais laisser les inconvénients interférer avec nos valeurs les plus profondes.

Vous ne payez pas vos impôts pour ne pas soutenir les guerres, vous organisez des sit-in dans les bureaux des sénateurs et dans des bases militaires, vous bravez les interdictions en envoyant des médicaments et des vivres dans les pays sous sanctions comme l’Irak, vous sensibilisez le public américain aux guerres menées par leur gouvernement, etc. Tout cela participe-t-il, selon vous, à éveiller les consciences du peuple américain ?

Je crois que les actions sont éducatives et que l’éducation peut mener à l’action. Nous ne pouvons jamais abandonner les efforts visant à éduquer les Américains sur les conséquences des guerres américaines.

Le public américain est-il conscient des guerres impérialistes que mènent les États-Unis et son complexe militaro-industriel ? Ou bien les médias de masse qui manipulent l’information les empêchent de voir la vérité ?

Le complexe militaro-industriel a le défaut d’empiéter sur l’éducation aux États-Unis. Le mouvement pour la paix est dépassé et déjoué par les entrepreneurs militaires qui courent vers les banques avec leurs portefeuilles garnis, profitant de la guerre et réussissant à détourner l’attention du public par des reportages sans fin de sport et de divertissement.

Votre organisation Voices for Creative Nonviolence est impliquée dans diverses actions allant du soutien au peuple palestinien à celui du peuple irakien en passant par le peuple afghan. Quels sont les principaux axes de travail de votre organisation ?

Voices for Creative Nonviolence croit que l’endroit où vous vous tenez détermine ce que vous voyez. Nous essayons de nous tenir aux côtés des personnes piégées dans les zones de guerre et d’aider à amplifier les voix des personnes qui sont menacées par les guerres militaires et économiques des États-Unis.

Avec toutes ces guerres de profit, ne pensez-vous pas que l’homme a perdu son humanité ?

Je trouve de l’espoir dans les jeunes générations.

Vous êtes une personnalité hors du commun. Comment en êtes-vous arrivée à défendre la cause des peuples opprimés ? Qu’est-ce qui vous a motivée et quel est votre message à ceux qui résistent à l’oppression ?

Gardez un pied fermement planté parmi ceux qui supportent le poids de l’oppression et un pied planté parmi les gens qui mènent une résistance non-violente. Ensuite, nous trouverons notre équilibre. Trouvez des esprits apparentés ! J’aime les vers de Barbara Deming: « Enfermé en hiver, mensonges d’été. Rassemble tes os, Lève-toi ! »

Interview réalisée par Mohsen Abdelmoumen

 

Qui est Kathy Kelly ?

Kathy Kelly est une activiste pacifiste américaine et un auteur. Elle a été nominée pour le Prix Nobel de la Paix à trois reprises depuis 2000. Elle est co-coordinatrice de Voices for Creative Nonviolence et cofondatrice de Voices in the Wilderness, qui a envoyé plus de 70 délégations en Irak de 1996 à 2003, en défiant ouvertement les sanctions économiques meurtrières des États-Unis et de l’ONU. Kathy Kelly est restée à Bagdad pendant le bombardement et l’invasion des États-Unis de 2003 et a partagé les risques avec plusieurs communautés ciblées par la guerre dans le cadre d’un engagement à faire rapport sur la guerre du point de vue de ceux qui sont les plus menacés. Elle a vécu 22 jours à Gaza en 2009 avec une famille palestinienne pendant les bombardements de l’Opération Plomb durci menée par Israël. Elle s’est également impliquée en Afghanistan où elle a accompli un travail considérable avec des organisateurs communautaires. En juillet 2011, elle a fait partie de la Flottille de la Liberté II pour forcer le blocus de Gaza. En 2012, Kathy Kelly a travaillé pour lancer le «Duvet Project» des Volontaires de la paix afghans, en utilisant des dons étrangers pour produire des édredons de duvet pour une distribution gratuite aux Afghans durant les mois d’hiver. Depuis 2012, les couturières de Kaboul sont employées pour produire des milliers de couettes à distribuer. Kelly continue ses visites régulières à Kaboul. L’activisme non-violent de Kelly lui a valu des arrestations fréquentes, y compris plusieurs longues incarcérations dans les prisons américaines contre lesquelles elle fait aussi campagne. En tant que contestatrice de l’impôt de guerre, elle a refusé toutes les formes d’impôt fédéral sur le revenu depuis 1981.

Pour sa participation à la plantation de maïs dans le sol au-dessus des silos de missiles nucléaires, un acte symbolique destiné à démontrer l’utilisation pacifique des terres, elle a été condamnée à neuf mois de prison fédérale. Pour avoir refusé de payer l’impôt fédéral, son salaire d’enseignante a été saisi; En raison des visites répétées en Irak pour distribuer des jouets et des médicaments aux enfants, elle et ses associés ont encouru des milliers de dollars d’amendes, ainsi que des menaces d’emprisonnement. Lorsqu’elle a pénétré à Fort Benning en Géorgie pour protester contre les activités de l’Institut des Amériques/Institut de coopération pour la sécurité de l’hémisphère occidental en 2003, elle a été arrêtée, agressée physiquement et verbalement et condamnée à trois mois de prison fédérale. En avril 2014, Kelly a été arrêté protestant contre le pilotage de drones à la base de Beale Air Force en Californie. En juin 2016, Kelly s’est rendu dans cinq villes de la Fédération de Russie pour tenter de tisser des liens avec les militants opposés à une guerre froide revitalisée, et pour présenter les perspectives russes sur l’augmentation de l’accroissement militaire de l’OTAN le long des frontières du pays. En avril 2017, Kelly a participé à un jeûne de six jours en face du siège des Nations Unies à New York, appelé «Un jeûne pour le Yémen parce que le Yémen meurt de faim». Cette interview a été réalisée pendant que Madame Kelly réalisait sa dernière action ce début janvier 2018 devant la Maison Blanche à Washington pour un jeûne d’une semaine visant à fermer la prison de Guantanamo et à abolir la torture pour toujours.

Kathy Kelly a reçu plus d’une quarantaine de prix et récompenses dont, entre autres : le Elliott Black Award en 2006 accordé par the American Ethical Union, De Paul Center for Church/State Studies 2007 John Courtney Murray Award, en avril 2007, Bradford-O’Neill Medallion for Social Justice Recipient, Dominican University, en septembre 2007, l’Oscar Romero Award présenté par Pax Christi Maine, en octobre 2007, The War Resisters League (WRL) 2010 Peace Award, présenté by WRL le 2 mai 2010, le Chomsky Award of the Justice Studies Association en 2011, et le Evanston Friends Meeting Peace Award en 2013

Kathy Kelly est l’auteur de Other Lands Have Dreams: Letters From Pekin Prison(Counterpunch 2005), co-auteur de Prisoners on Purpose: A Peacemakers Guide to Jails and Prisons (Progressive Foundation 1989), et co-éditrice de War and Peace in the Gulf: Testimonies of the Gulf Peace Team (Spokesman 2001).

Published in American Herald Tribune, January 26, 2018: https://ahtribune.com/human-rights/american-human-rights/2111-kathy-kelly.html

 

 

Le sommaire de Mohsen Abdelmoumen
Le dossier Monde
Les dernières mises à jour

Source : Mohsen Abdelmoumen
https://mohsenabdelmoumen.wordpress.com/…

Plus d’histoires deAfghanistan

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,