Aller à…
RSS Feed

18 octobre 2018

Les grosses orchades, les amples Thalamèges


chat clignotant
chats

19/09/2018
pas réouverture mais presque

Ceci aurait dû être notre

RÉOUVERTURE

Mais ce ne sera pas encore…

pour cette fois-ci.

 

 

Maudite révolution !

le 23 septembre à Paris

Olivier Tonneau – Mediapart – 2 septembre 2018

Pourquoi venir voir Maudite révolution ! ce mois de septembre au théâtre de Nesle ? Voici les réponses de personnes qui l’ont vue et dont l’opinion m’est chère : Françoise Vergès, Yannick Bosc et Amzat Boukari-Yabara, avec Daniel Mermet et Diane Scott en vedettes américaines.

[Olivier Tonneau est l’auteur de la pièce, et son blog s’appelle « Lettres d’un engagé à ses amis qu’il dérange »]

Je vous ai déjà parlé de Maudite révolution !, pièce qui sera représentée ce mois de septembre au théâtre de Nesle. Je donne aujourd’hui la parole à quelques personnes qui l’ont vue et dont l’opinion m’est chère.

Françoise Vergès, historienne, politologue, ancienne présidente du Comité pour la mémoire de l’esclavage, auteur de Le Ventre des femmes, présente au débat qui a suivi la précédente représentation, écrit :

Maudite révolution ! en retraçant à la fois les espoirs et les trahisons des principes de la Révolution française nous invite à réfléchir sur les combats émancipateurs à mener aujourd’hui.

Yannick Bosc, historien, spécialiste de Robespierre, auteur avec Marc Belissa de Robespierre, La Fabrication d’un mythe (signalons au passage leur ouvrage sur Le Directoire qui vient de sortir), a vu la pièce et écrit :

Maudite Révolution ! nous replace aux origines des principes républicains, constamment reniés aux XIXe et XXe siècles, alors que les peuples colonisés par la France en faisaient un étendard. Face aux errements de la mémoire nationale, cette pièce sensible articule le passé au présent et rappelle que la Révolution française n’est pas terminée.

Amzat Boukari-Yabara, docteur en histoire et civilisations de l’Afrique, auteur de Africa Unite !, qui a également participé au débat, a eu la gentillesse de mieux décrire la pièce que je n’aurais su le faire moi-même :

Pièce originale, Maudite Révolution ! dresse le tableau de différents moments et personnages historiques qui ont incarné des principes et porté des luttes d’émancipation à travers le monde, en contexte révolutionnaire et colonial. Le jeu des acteurs, marqué par un chevauchement des rôles, et la qualité du texte, servi par une très bonne mise en scène, installent le public dans une tension conviviale et fluide entre les idéaux et les réalités de l’histoire des révolutions. Maudite Révolution ! est une pièce didactique, forte et riche de sens qui permet de nourrir la réflexion sur les déterminants de nos luttes politiques et sociales contemporaines.

Daniel Mermet, le vieux lion de Là-bas si j’y suis, ne m’a pas écrit parce que nous avons parlé au téléphone mais il a bien voulu animer le prochain débat qui suivra la représentation du dimanche 23 septembre à 20h. J’y serai bien sûr, et vous y rencontrerez également Diane Scott, chercheuse, auteur, metteur en scène, dont vous avez peut-être lu les chroniques dans Regards, qui anime aujourd’hui la revue Incise.

Voilà, j’espère, quelques bonnes raisons de venir voir Maudite révolution ! Pour mémoire, en voici le synopsis :

Pourquoi Nedjma, 15 ans, se passionne-t-elle pour Robespierre ? Pourquoi la révolution est-elle, dans toute l’histoire de France, la seule chose qui la concerne ? Un homme cherche à comprendre. Il découvre comment la révolution est devenue le mythe fondateur de la république coloniale mais aussi comment elle a survécu dans les paroles et les actes de ceux-là mêmes que la France opprimait. À la recherche de Nedjma, il rencontre Robespierre, Saint-Just, Toussaint Louverture, Jules Vallès, Aimé Césaire, Yacine Kateb ou encore Thomas Sankara : le désir d’une rencontre ravive l’aspiration révolutionnaire.

Une pièce présentée par la Compagnie Tabasco, avec Yves Cornéliau, Sabrina Manach et Sophie Tonneau.

Lieu :               Théâtre de Nesle

                       8 Rue de Nesle, 75006 Paris

                          Métro Odéon

Réservation :  01 46 34 61 04

Dernière date :                   

Dimanche 23 septembre à 20 h, représentation suivie d’un débat.

     

Source : https://blogs.mediapart.fr/olivier-tonneau/blog/020918/maudite-revolution-quelques-avis

P.S. : Mme Françoise Vergès est, bien entendu, la nièce de Me Jacques Vergès d’illustre mémoire, c’est-à-dire la fille de son frère Paul, mort à son tour en 2016 [NdGO]

Olivier Tonneau

Enseignant-chercheur à l’Université de Cambridge et membre de la France Insoumise.

Nous ne sommes pas ici des enthousiastes de M. Mélenchon, mais nous avons vu quelque part sur le blog de M. Tonneau qu’il était question d’« Europe Insoumise ». On aimerait en savoir plus.[NdGO].

 

Port-Saint-Louis inaugure « le plus beau collège du département »

Reconstruit et délocalisé, le collège Robespierre à Port-Saint-Louis fait figure d’établissement modèle dans le département. Flambant neuf et intégré au paysage, il dispose de tous les équipements modernes pour un coût de 28,5 millions d’euros.

Le département des Bouches-du-Rhône le présente comme le collège modèle de son Plan Charlemagne. Le collège Robespierre de Port-Saint-Louis-du-Rhône a été entièrement reconstruit et délocalisé. Il accueille depuis lundi les 500 collégiens de la ville. Le département a investi 28,5 millions d’euros pour édifier l’établissement. Innovant, sécurisé et durable, il est situé sur la plaine sportive à côté des arènes, du stade et de la future piscine éducative. Le collège occupe près de 18 000 m² avec gymnase et plateau sportif mais aussi un amphithéâtre, un jardin pédagogique, et une cuisine pour les élèves de Segpa (Section d’enseignement général et professionnel adapté).

Le maire de Port-Saint-Louis, Martial Alvarez n’a pas hésité à le qualifier de « plus beau collège du département ».

Le Plan Charlemagne lancé l’an dernier a pour ambition de doter tous les collégiens du département d’un établissement neuf ou rénové d’ici 2027.

 

Source : http://www.maritima.info/actualites/education/port-saint-louis/9869/port-saint-louis-inaugure-le-plus-beau-college-du-departement-.html

Site du collège

http://www.clg-robespierre.ac-aix-marseille.fr/spip/spip.php?rubrique122

Fonctionnel en tout cas. Cela manque un peu à notre avis de plantes vertes à soigner, de pigeons et de chats en liberté, mais dieu lui-même n’a pas fait le monde en un jour…

Et la bibliothèque, avec des fauteuils et des poufs, elle est où ?

(Un mauvais point : l’écriture inclusive. Consulter M. Brighelli et l’Académie Française !)

Grand H et inquisition tous azimuts

À propos d’un article d’Israel Shamir

Ron Unz, un kamikaze en Californie

Israël Adam Shamir – Entre la plume et l’enclume – 12/9/2018

Traduction : Maria Poumier

Bien sûr, il y a des défis encore plus risqués. Chevaucher un tigre, ôter un ourson à sa mère, marcher sur un câble à haute tension. Mais mettre en doute l’Holocauste est à peine moins périlleux. Les sceptiques se retrouvent invariablement au chômage, parfois en taule, et plus rarement, abattus. C’est le dhogme, la mère de tous les dogmes, et les juifs, la classe sacerdotale du nouveau monde, veillent à son inviolabilité première.

Aujourd’hui, vous pouvez douter de la Crucifixion et de la Résurrection, ou (peut-être) affronter les mythes fondateurs d’Israël. Mais le culte de l’Holocauste a droit à une prohibition unique, renforcée par les tribunaux, pour toute recherche qui pourrait faire planer un doute sur son dogme sacré. Les dogmes ont la vertu d’attirer les esprits critiques. Et les esprits critiques sont ceux qui font un pas en avant, malgré le danger inhérent.

 

Ron Unz, ce kamikaze californien de l’esprit critique, a marché sur le troisième rail en pleine conscience des conséquences. Il ne s’en est pas tenu aux doutes sur le mantra établi, il a aussi publié et rendu accessible aux lecteurs et autres utilisateurs d’internet quelques-uns des livres les plus importants sur le sujet.

Le dogme du grand H, a découvert Unz, n’est apparu que plusieurs années après la Seconde Guerre mondiale, lorsque les gens qui avaient eu une connaissance de première main des évènements étaient déjà morts ou à la retraite. Tant que la mémoire était encore fraîche et originelle, l’holocauste juif était inconnu, et le mot même d’holocauste était utilisé en référence à la mort féroce qui s’était abattue sur Dresde et Hiroshima, les deniers crimes anglo-américains.

Ron Unz offre un apport frais au groupe intrépide des négateurs du grand H. Oui, le déni d’holocauste avait pris naissance en France, sous l’influence d’un communiste  français et ancien déporté, le professeur Paul Rassinier.

Certains négateurs étaient des gens de droite, certains chérissaient les nazis, comme Ernst Zundel et son épouse Ingrid Zundel, le grand professeur Robert Faurisson était un sympathisant de Vichy, mais en dehors de ces cas, c’est la gauche qui avait bâti la négation du grand H.

Lire la suite…

Source : http://plumenclume.org/blog/380-ron-unz-un-kamikaze-en-californie

Source d’origine : https://www.unz.com/ishamir/kamikaze-from-california/

 

Un « renouveau chrétien » n’est pas exactement notre tasse de lait, mais comment saurait-on ce que les gens ont dans le crâne, dans le cœur et dans le ventre si on ne peut pas les lire ? Et ceux qui croient que leur liberté n’est pas la nôtre se fourrent le doigt dans l’œil jusqu’à l’épaule. Censurer, c’est tuer sans risques.

Sur la censure des livres de Michael Hoffman par Amazon

Le Saker – Vineyard of the Saker – 14/9/2018

Il y a environ deux mois, j’ai interviewé un des chercheurs les plus éminents en matière de judaïsme rabbinique, Michael Hoffman. C’était à l’occasion de la sortie de son dernier livre The Occult Renaissance Church of Rome. À l’époque, je ne m’attendais pas à devoir lui redemander de m’accorder une interview, mais quand j’ai appris qu’Amazon avait censuré ses livres (svp, voyez le compte-rendu d’Hoffman lui-même ici) –– à proprement parler, l’interdit porte sur trois de ses livres. Une censure complète (Kindle + livres imprimés) porte sur Judaism’s Strange Gods: Revised and Expanded [« Les étranges dieux du judaïsme, revu et complété »], ainsi que sur The Great Holocaust Trial: Revised and Expanded [« Le grand procès de l’Holocauste, revu et complété »], tandis que son manuel, Judaism Discovered [« Le judaïsme découvert »] a été supprimé sur Kindle –– j’ai senti que je devais reparler avec lui et il a bien voulu répondre à mes questions. Je vous soumets ici le texte complet de mes questions et de ses réponses, que je ferai suivre d’un bref commentaire.

Lire la suite…

URL de cet article :

Traduction : c.l. pour Les Grosses Orchades

Sur le front des guerres

Strategika 51

Vers l’asphyxie de l’Iran

 

Strategika51 – 5.9.2018

https://strategika51.blog/2018/08/05/vers-lasphyxie-de-liran/

 

 

Mésopotamie : La Révolte de l’eau devient armée

Strategika51 – 7/9/2018

La révolte de l’eau dans le sud de l’Irak tourne à l’émeute armée. Les manifestants qui protestaient sur le manque d’eau potable et l’absence de gouvernance s’attaquent désormais aux camps et bases paramilitaires et militaires pour se procurer des armes.

La colère des révoltés semble dirigée plus particulièrement vers l’Iran voisin, accusé de détourner les ressources hydriques du sud de l’Irak, puis vers le gouvernement irakien jugé incompétent et corrompu. Cependant, des manifestant armés auraient tenté d’attaquer des représentations consulaires dont celle des États-Unis et d’autres pays étrangers.

Les bases attaquées par les révoltés de l’eau semblent toutes appartenir à une milice soutenue par l’Iran et qui combat en Syrie dans le cadre de ce que l’on appelle l’Axe de la Résistance.

Pour le ministère iranien des renseignements, la sécheresse induite dans le sud de l’Irak et la révolte qui est en cours serait une énième tentative US de provoquer une sorte de révolution colorée dans les provinces occidentales de l’Iran dont la province d’Al-Ahwaz, par effet de contagion, en y favorisant un soulèvement « écologique » dans la province irakienne de Bassorah où la température a atteint au mois d’août des pics records avoisinant ou dépassant les 60° Celsius à l’ombre.

Des observateurs évoquent le nouveau concept d’arme écologique.

Les services de base assurés par le gouvernement irakien demeurent catastrophiques et ne répondent plus aux attentes d’une population abusant des ressources disponibles (usage intensif de la climatisation, gaspillage de l’eau et surconsommation de l’énergie électrique).

Le monde arabe dans son ensemble a connu en 2018 son été le chaud jamais enregistré avec des pics de température dépassant les 72° Celsius dans certaines régions désertiques. Des experts y voient le signe du réchauffement climatique tandis que d’autres évoquent l’expérimentation d’armes météorologiques.

Dans tous les cas de figure, la révolte en Irak méridional est déjà exploité à des fins géopolitiques contre l’Iran.

Source : https://strategika51.blog/2018/09/07/mesopotamie-la-revolte-de-leau-devient-armee/

Syrie : objectif Idleb !

Strategika51 – 8.9.2018

La rencontre entre les présidents iranien Hassan Rouhani, russe Vladimir Poutine et turc Tayep Recep Erdogan a Téhéran n’a pu aboutir à une solution négociée sur l’enclave rebelle d’Idleb en Syrie.

Fait remarquable, malgré leur détermination à achever la guerre en Syrie,  les russes et les iraniens ont écouté le plaidoyer d’Erdogan en faveur d’une solution politique afin d’éviter un afflux de réfugiés en Turquie ou vivent déjà plus de trois millions de réfugiés syriens.

Il est très peu probable que des dizaines de milliers de rebelles retranchés dans une sorte d’Émirat indépendant soutenu par l’Occident et Israël puissent envisager de déposer les armes face à ce qu’ils considèrent comme leur pire ennemi.

Sur le terrain, la province d’Idleb est survolée en permanence par un nombre record et croissant de drones de reconnaissance russes et l’armée syrienne et ses alliés comme le Hezbollah libanais, des milices iraniennes et irakiennes, des factions palestiniennes, des volontaires afghans et des unités de l’Armée Syrienne Libre (rebellion) ayant rejoint l’Armée gouvernementale après l’avoir combattue, renforcent leurs positions à la frontière entre Idleb et Alep, Hama, Lattaquié.

Plus discrètement des Spetsnaz russes ainsi que des mercenaires du Groupe Wagner balisent déjà le terrain à l’intérieur de la province rebelle.

Des « observateurs » militaires chinois, nombreux cette fois-ci, assistent aux préparatifs aussi bien du côté iranien que syrien.

La Russie a renforcé son dispositif naval en Méditerranée et a dépêché des renforts en Syrie ces deux dernières semaines pour faire face aux consequences de la chute de la province rebelle d’Idleb, que soutiennent l’OTAN, Israël et certains pays Arabes.

Source : https://strategika51.blog/2018/09/08/syrie-objectif-idleb/

Chaos libyen

Strategika51 – 9/9/2018

https://strategika51.blog/2018/09/09/chaos-libyen/

L’armée syrienne et ses alliés nettoient les collines d’al-Safa des résidus de Daech

Strategika519/9/2018

https://strategika51.blog/2018/09/09/larmee-syrienne-et-ses-allies-nettoient-les-collines-dal-safa-des-residus-de-daech/

+ Vidéo

Préparatifs de Vostok 2018

(dit aussi « Les plus grandes manœuvres militaires de l’histoire »…)

avec la participation des Armées chinoise et mongole

Strategika51 –  11/9/2018

Source : https://strategika51.blog/2018/09/11/preparatifs-de-vostok-2018-avec-la-participation-des-armees-chinoise-et-mongole/

 

Merdias et bataille d’Idlib

Vers la fin de la guerre en Syrie?

Karine Bechet Golovko – Russie Politics 5/9/2018

La guerre en Syrie semble toucher à sa fin, la bataille d’Idlib, malgré les exhortations américaines de ne pas blesser leurs terroristes, se met en place et sous l’égide de la Russie une conférence internationale sur les réfugiés est prévue. Si tout cela arrive à son terme, ce sera la plus grande défaite, politique et militaire, du clan atlantiste, pouvant sérieusement remettre en cause la croyance en un monde unipolaire, ce qui explique la réaction de Trump.

Alors que des groupes terroristes importants se reconstituent dans la région d’Idlib, qui risquent de déséquilibrer la situation en Syrie, le Président américain, soutenu par les dirigeants européens, appelle Assad, la Russie et l’Iran à ne surtout pas intervenir. Leur mission était pourtant, notamment, de veiller à séparer les terroristes « modérés » des « terroristes-terroristes » qu’il faut combattre.

Lire la suite…

Source : http://russiepolitics.blogspot.com/2018/09/vers-la-fin-de-la-guerre-en-syrie.html

Avion militaire russe abattu : « Une situation très tendue, où le moindre dérapage peut être fatal »

 

Arrêt sur Info – 18/9/2018

Israël veut la guerre. 

Entretien du 18/9/2018 avec Régis Chamagne, colonel en retraite de l’armée de l’air, ancien commandant en chef de la base de Mérignac. En direct sur le plateau de RT France, il donne son analyse de la situation militaire et politique en Syrie après l’annonce faite par la Russie de l’identification de la provenance de l’attaque contre un de ses avions.

Avion russe abattu en Syrie : « Une succession de circonstances tragiques », selon Poutine

Le président russe s’est entretenu ce 18 septembre avec le Premier ministre hongrois Viktor Orban à Moscou. Revenant sur le crash de l’Iliouchine 20 avec 15 soldats à son bord, le dirigeant a promis une enquête approfondie.

Recevant son homologue hongrois Viktor Orban à Moscou ce 18 septembre, le président russe Vladimir Poutine a répondu à une question de journaliste concernant le crash de l’avion de reconnaissance russe Iliouchine 20 (Il-20). « Cela ressemble à une succession de circonstances tragiques », a-t-il déclaré. « Quand il y a des gens qui meurent, c’est toujours un grand malheur », a poursuivi le chef d’État qui a présenté ses condoléances aux proches des 15 soldats russes qui étaient à bord de l’appareil au moment où il a disparu des radars au-dessus de la Méditerranée, au large de la Syrie.

Lire la suite…

Source : https://arretsurinfo.ch/avion-militaire-russe-abattu-une-situation-tres-tendue-ou-le-moindre-derapage-peut-etre-fatal/

La Russie comme un chat

Ma réponse à Paul Craig Roberts

Andrei MartyanovUnz Review4/9/2018

via Le Saker francophone

Avant d’aborder certaines questions soulevées par Paul Craig Roberts dans son article, qui s’adressait en partie à moi et en partie à Andrei Raevsky (alias The Saker), je tiens à exprimer ma profonde admiration pour le Dr Roberts et sa position civique courageuse et son patriotisme américain réel, qui n’est pas qu’une façade. C’est un honneur et un privilège d’avoir une conversation avec une personne aussi estimée, même lorsque je ne suis pas d’accord avec lui sur certains aspects de la réalité géopolitique en ce qui concerne la guerre froide 2.0 entre les États-Unis et la Russie, maintenant officielle, et la position de la Russie dans ce conflit.

Le Dr Roberts écrit :

« Comme je l’ai déjà dit, je ne peux qu’applaudir Martyanov et Le Saker. Ce qui peut différer dans nos analyses, c’est de reconnaître que le fait d’accepter sans cesse les insultes et les provocations encourage leur accroissement jusqu’à ce que la seule alternative soit la reddition ou la guerre. Donc, la question pour Andrei Martyanov, The Saker, et pour Poutine et le gouvernement russe est : combien de temps est-ce que le fait de tendre l’autre joue va fonctionner ? Tendrez-vous votre autre joue aussi longtemps que possible pour permettre à votre adversaire de neutraliser votre avantage dans une confrontation ? Tendrez-vous votre autre joue si longtemps que vous allez perdre le soutien de la population patriotique pour votre incapacité à défendre l’honneur de votre pays ? Tendrez-vous votre autre joue si longtemps que vous serez finalement forcé à la guerre ou à la soumission ? Tendrez-vous votre autre joue si longtemps que le résultat sera une guerre nucléaire ? »

C’est là que Paul Craig Roberts et moi-même avons des divergences dramatiques sur la question de la stratégie de la Russie. Oui, je suis d’accord avec le Dr Roberts que, citant William Fulbright, « Les mots sont des actes et le style est la substance dans la mesure où ils influencent l’esprit et le comportement des hommes. » Mais si les insultes et les provocations sont désagréables et si, dans certains cas, elles influencent l’esprit et le comportement de certains, avec la Russie moderne, c’est différent. J’ai déjà exposé les bases de la stratégie de la Russie ici dans  Unz Review, j’y reviendrai un peu

plus en répondant à la question indéniablement valable du Dr Roberts.

Lire la suite…

Source : http://lesakerfrancophone.fr/la-russie-comme-un-chat

Mais voilà qu’à son tour le Saker… 

Réponse à la question cruciale de Paul Craig Roberts

Le Saker – Vineyard of the Sakler – 7/9/2018

Traduit par Le Saker francophone

Dans un article récent, Paul Craig Roberts m’a posé directement une question très importante. Voici la partie essentielle de cet article (mais assurez-vous de lire l’article complet pour comprendre d’où vient Paul Craig Roberts et pourquoi il soulève ce problème absolument crucial) :

« Andrei Martyanov, qui vient d’écrire un livre dont j’ai parlé sur mon site, a récemment défendu Poutine, comme Le Saker et moi l’avons fait dans le passé, contre ceux qui disent que Poutine est trop passif face aux agressions. Comme je l’ai déjà dit, je ne peux qu’applaudir Martyanov et Le Saker. Là où nous différons peut-être, c’est sur l’idée qu’accepter sans cesse des insultes et des provocations encourage leur escalade jusqu’à ce que la seule alternative soit la reddition ou la guerre.

Donc, voilà les questions que je pose à Andrei Martyanov, au Saker, à Poutine et au gouvernement russe : combien de temps faut-il tendre l’autre joue ? Faut-il tendre l’autre joue jusqu’à ce que votre adversaire ait réduit à zéro votre avantage dans la confrontation ? Faut-il tendre l’autre joue jusqu’à perdre le soutien de la foule des patriotes qui pensent que vous ne défendez pas l’honneur du pays ? Faut-il tendre l’autre joue jusqu’à être finalement contraint de choisir entre la guerre ou la soumission ? Faut-il tendre l’autre joue jusqu’à qu’une guerre nucléaire soit inévitable ?

Je pense que Martyanov et Le Saker seront d’accord pour dire que ma question est légitime. »

Tout d’abord, permettez-moi immédiatement de dire que je trouve cette question valable, cruciale même, et que c’est une question avec laquelle je me suis colleté depuis plusieurs années et qui me tient encore éveillé la nuit. Je pense que cette question devrait être posée plus souvent, en particulier par ceux qui se soucient de la paix et s’opposent à l’impérialisme sous toutes ses formes ; et je suis reconnaissant à Paul Craig Roberts de l’avoir soulevée.

Ensuite, considérant la méchanceté généralisée d’une grande partie de la blogosphère pro-russe et des soi-disant « médias alternatifs », je tiens à dire publiquement que j’ai le plus grand respect pour Paul Craig Roberts, en particulier pour son courage remarquable et sa probité intellectuelle. Il m’arrive de ne pas être d’accord avec tout ce qu’écrit Paul Craig Roberts, mais je n’oublie jamais qu’il est indubitablement un vrai patriote américain et un véritable ami de la Russie. Je le considère comme un allié précieux dans mes propres combats.

Ce point clarifié, permettez-moi de revenir à la question de Paul Craig Roberts.

Lire la suite…

Source : http://lesakerfrancophone.fr/reponse-a-la-question-cruciale-de-paul-craig-roberts

Exceptionnellement :

Petit Grain de sel des Grosses Orchades

On ne voudrait pas la ramener, mais même des nuls comme nous ont compris depuis un moment comment fonctionne Vladimir Poutine et en quoi son comportement – stratégie, tactique, logistique et plus si affinités – diffère de celui de ses ennemis.

Ce qui est étonnant, c’est à quel point ce comportement échappe aussi à la compréhension de ceux qui l’admirent le plus et attendent de lui qu’il accomplisse des miracles en claquant des doigts.

Pourtant, les priorités du président russe sont criantes d’évidence. Il lui faut :

1/ éviter toute guerre qui compromettrait l’entreprise de multilatéralisme/multipolarité en cours (qu’on peut comparer à une Grande Révolution).

2/ l’éviter non en bombardant à tout va mais en mettant les assaillants potentiels dans l’impossibilité de passer aux actes ;

3/ les forcer à se paralyser eux-mêmes sans y mettre les mains ;

4/ se faire suffisamment comprendre du peuple russe pour que celui-ci ne risque pas de compromettre l’œuvre en cours en exerçant à mauvais escient son pouvoir démocratique (il suffirait d’une majorité obtuse,  d’une panique générale ou d’un ras-le-bol incoercible).

Bref, Vladimir Poutine affronte l’empire le plus puissant qui ait jamais existé depuis que les humains marchent sur la terre en tablant sur la maturité politique du peuple russe sans laquelle il ne peut rien, c’est-à-dire en gouvernant par la persuasion (chose qui ne s’était pas vue depuis Robespierre).

Ceux qui ne comprennent pas que M. Poutine ne réagit jamais à ce qu’on lui fait, parce qu’il a toujours plusieurs trains d’avance, perdent de vue une remarque bien oubliée du général de Gaulle : « Une bataille n’est pas la guerre ».

Ajoutons qu’à notre avis, M. Xi Jinping affronte exactement les mêmes problèmes et semble le faire d’une façon équivalente (ce qu’il raconte aux Chinois ne nous est pas connu…) et que sur le chapitre des nerfs d’acier, le président Bachar al-Assad n’est pas mal non plus.

Le problème, c’est nous, nous qui sommes spectateurs alors qu’il faudrait être acteurs (voir ce que dit le Saker sur la fin). Faut-il demander à M. Poutine de nous chatouiller sous les pieds pour nous faire bouger ?… de compter que nous allons nous reprendre et devenir tout à coup des adultes déterminés, capables de lui donner un coup de main … Euh…

 

Sous, blé, braise, fric, oseille, grisbi, pécule, aubert, pépètes, ronds, pognon, avoir, écus, flouze, pèze, espèces, numéraire, pécune, picaillons… viatique.

Terrible aveu. Le Financial Times confesse ses mensonges !

Charles Sannat – Insolentiæ – 13/9/2018

 

Mes chères impertinentes, mes chers impertinents,

Mensonge.

Le nuage s’est arrêté à la frontière, dormez tranquillement. Mensonge.

Les banques sont solides. Dormez braves gens. Mensonge.

Les exemples sont multiples. Les « fake news » les plus dangereuses sont en réalité les mensonges d’État, et ils sont nombreux. Trop nombreux.

Le coup de tonnerre vient du Financial Times, qui nous explique qu’ils ont délibérément menti sur la gravité de la situation.

Pendant qu’ils écrivaient que tout se passerait bien, les mêmes journalistes faisaient la queue dans leurs banques pour récupérer leur pognon avant que vous ne perdiez le vôtre…

Mais ce mensonge n’est pas grave, car comme le dit ce journaliste du Financial Times, « Le droit à la liberté d’expression ne nous donne pas le droit de crier au feu dans un cinéma bondé ; il y avait le risque d’un incendie, et nous aurions pu allumer l’étincelle en criant à ce sujet ».

Lire la suite…

Source : https://insolentiae.com/terrible-aveux-le-financial-times-confesse-ses-mensonges-ledito-de-charles-sannat/

Source de Charles Sannat :  Financial Times via Silverdoctors ici

Une pyramide est en cours d’écroulement

Badia BENJELLOUN – Le Grand Soir – 12/2018

Trump s’était engagé à rapatrier des emplois industriels d’où sa pratique d’un protectionnisme agressif et à réduire sinon cesser l’interventionnisme militaire tout azimut des USA. Bien sûr, il ne réussira ni l’un ni l’autre. L’opposition et l’hostilité qu’il continue de susciter, exaltées les profondeurs de l’État, la presse-système et la machinerie du renseignement et de l’armement, sont justement alimentées par ce programme électoral. L’entité née sur les décombres des empires anglais et français, devenue hégémonique depuis l’implosion du bloc soviétique, assure son hégémonie grâce au dollar, un système d’échange et de réserve imprimable à volonté, que sécurise un appareil militaire en constante prolifération.

Le projet d’un retour au fordisme et à l’ère industrielle du début du siècle dernier est irréalisable. Il ne serait rentable qu’en cas de réduction du Reste du Monde à un trou noir comme l’Irak mais le niveau de défense actuellement acquis par la Russie et la Chine l’interdisent. Le Toyotisme, production des pièces en flux tendus et sollicitation des ouvriers dans les processus d’amélioration de la qualité, a contribué à faire de Detroit une ville-fantôme avant même que ne se soit affirmée la concurrence des émergents.

Les trois dettes et le nécessaire déficit commercial

Le Ponzi presque parfait.

Lire la suite…

Source : https://www.legrandsoir.info/une-pyramide-est-en-cours-d-ecroulement.html

Source d’origine :  http://www.dedefensa.org/article/une-pyramide-est-en-cours-decroulement

Quand vous ne comprenez pas quelque chose dans la finance internationale  – ce qui est notre cas – demandez des explications à Aline de Diéguez…

« Le long article sur la pyramide de Ponzi qu’est l’économie américaine est un peu touffu, mais très complet. Le principe est simple : il s’agit de faire de nouvelles dettes pour rémunérer les États et les particuliers qui achètent des bons du trésor US, c’est-à-dire de la dette, mais  camouflée en avoir grâce à sa nouvelle dénomination. La Russie a vendu tous ses « bons » tant qu’ils sont cotés, pour acheter de l’or. Le plus gros détenteur est la Chine. Dilemme pour XI : s’il vend sa part, le système s’écroule et il perd la totalité de la valeur nominale qu’ils représentent – c’est assez douloureux pour le faire hésiter. Mais si les USA lui marchent gravement sur les pieds et la tête, il se peut qu’il fasse le sacrifice financier. Mais, en même temps, l’écroulement du système peut avoir de graves conséquences économiques pour la Chine elle-même, un boomerang. Les USA sont son plus gros client et il s’agit d’occuper et de nourrir 1,5 milliards de Chinois. L’hésitation de la Chine est donc compréhensible. C’est pourquoi l’écroulement de la pyramide attendra encore un peu. La Chine ne veut pas en être la cause directe, mais cet écroulement se produira inévitablement et probablement au moment où on s’y attend le moins. »

Merci, Madame !

Et autres bricoles d’histoire plus ou moins européenne

Daniel Cohn-Bendit : cinquante ans d’imposture

Régis de Castelnau –Vu du droit – 12/9/ 2018

Toute de grandiloquence et de fausse surprise, la démission de Nicolas Hulot, ministre inconsistant, a été suivie d’un petit ballet de chaises musicales assez significatif de l’amateurisme politique d’Emmanuel Macron. Après un drôle de ballon d’essai avec Cohn-Bendit, ce fut Rugy – l’homme qui n’a qu’une parole et c’est pour ça qu’il la reprend – qui a donc quitté le perchoir et le poste de quatrième personnage de l’État pour un maroquin inutile où il finira de se ridiculiser.

Pour lui succéder, on nous inflige un opportuniste arrogant doté d’un sens de la famille particulièrement aiguisé. Non sans avoir fait faire un calamiteux tour de piste à la présidente de la Commission des lois ! N’en jetez plus, chacun de ces épisodes a suscité le commentaire qu’il méritait :

« Était-il possible de faire pire ? », alors qu’en fait la vraie question était : « Était-il possible de faire mieux ? »

L’anarchiste du centre

 

La tentative de remplacer Nicolas Hulot par Daniel Cohn-Bendit démontre que non. Emmanuel Macron n’est même plus en capacité de recycler les imposteurs. Ce qu’est Daniel Cohn-Bendit depuis 50 ans. La petite opération, dont il est difficile de ne pas croire qu’elle avait été concoctée à l’Élysée, a consisté à faire lancer l’hypothèse d’une nomination de celui-ci à l’Ecologie par Christophe Castaner et Benjamin Griveaux. Notre jovial rouquin a fait savoir qu’il acceptait, avant de faire machine arrière après une prétendue longue discussion avec le président lui-même. À mon sens, probablement au spectacle de la levée de boucliers rageuse contre lui, accusé qu’il était d’avoir trahi ses idéaux de jeunesse pour aller à la soupe et de n’être en fait qu’un sinistre pédophile… Deux reproches à mon avis infondés.

Lire la suite…

Source : http://www.vududroit.com/2018/09/daniel-cohn-bendit-cinquante-ans-dimposture/

Macron, le verbe désenchanté

Vu du droit  – 1/9/2018

« Quand ça veut pas ça veut pas ! » Anne-Sophie Chazaud fait élégamment le constat que désormais le petit roi cochonne tout ce qu’il touche. Elle est assez pessimiste pour la suite de son règne.

Ce fut un quinquennat d’un an.

Anne-Sophie Chazaud

 

Nous avions clairement identifié que le symptôme Benalla était grave et marquait une rupture probablement irréversible dans le quinquennat jupitérien, non pas tellement pour tout ce que ce piteux épisode contenait au plan factuel, mais en raison de tout ce qu’il dévoilait, -et n’oublions jamais que le « dévoilement » est l’autre nom de l’Apocalypse. Les petits soldats En Marche et les soutiers de la communication macronienne ne s’y trompèrent du reste pas non plus, qui nous enjoignirent constamment de regarder le doigt (ou le poing) Benalla, afin que nous n’apercevions pas, consternés, l’état de la lune, en l’occurrence de ce que toute cette tragi-comédie multidélictuelle et pathétique,  à peine rafistolée par toute une tripotée de mensonges et de faux-fuyants aussi ridicules qu’inefficaces, révélait quant au mode de fonctionnement de cette nouvelle gouvernance et dont on voit désormais nettement se dessiner au grand jour les faiblesses, les contradictions inhérentes, profondes et irréconciliables.

Nous n’imaginions pas, en revanche, à quel point le château de cartes de cette gouvernance dont on nous promettait monts et merveilles, qui serait exemplaire et où l’Histoire et ses vaines dialectiques pour vieux politicards disparaîtraient sous la lumière d’un Soleil rédempteur, chimère entièrement et exclusivement bâtie sur une communication constamment paradoxale et prétendument disruptive (au point de se disrputer elle-même), tomberait si vite ni aussi facilement.

Lire la suite…

Source : http://www.vududroit.com/2018/09/macron-verbe-desenchante/

Ça, en revanche, nous, ici – ce n’est pas pour se vanter – on l’avait prévu.

M. de Rugy, considérez-vous toujours Parouby comme un démocrate après sa glorification de Hitler ?

Karine Bechet Golovko – Russie Politics – 5/9/2018

En juin de cette année, le président du Parlement ukrainien, A. Parouby affilié aux mouvements néonazis ukrainiens, était reçu avec les honneurs de la République par De Rugy, qui estimait normal de recevoir un homologue démocratiquement élu, estimant qu’il faut parler avec tout le monde, mais ne se demandant ni comment recevoir, ni comment parler. M. De Rugy et la presse française, qui minimisait le scandale d’une telle réception, seront certainement heureux de savoir que ce grand démocrate ukrainien vient, devant les caméras de télévision ukrainienne, de déclarer que Hitler était le plus grand démocrate. Une réaction, chers amis ?

Lire la suite…

Source : http://russiepolitics.blogspot.com/2018/09/billet-dhumeur-m-de-rugy-considerez.html

Et, bon, pour annoncer la célébration, on est à la bourre – notre coulpe etcétéra – mais ça fait 25 ans que Léo est mort… Foutredieu ! Déjà… Dire qu’il nous manque de plus en plus est la litote de l’année.

Anniversaire de Léo Ferré à Liège

Pour info : le Liégeois Hubert Grooteclaes (1927-1994) a été le photographe attitré et l’ami de Léo Ferré, depuis 1959 jusqu’à sa mort en 1993. La famille Grooteclaes a souvent rendu visite à Ferré dans sa propriété de Toscane. Il est normal qu’aujourd’hui elle soutienne, y compris financièrement, la célébration en cours.

Ni dieu ni maître

Le bateau ivre

 

T’as payé

 

 

Dernière minute :

La Russie impose une « no fly » zone à l’aviation militaire israélienne autour de la Syrie

Voir ici :

 

Hal Turner Radio Show

World News

RUSSIA IMPOSES « NO-FLY » ZONE FOR ISRAELI MILITARY AIRCRAFT AROUND SYRIA

 

Source d’origine :

https://sukhoiflanker.blogspot.com/2018/09/la-russie-impose-une-zone-sans-vol-pour.html

Mis en ligne le 19 septembre 2018

 

 

 

Plus d’histoires deArts

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,