Aller à…
RSS Feed

15 décembre 2017

Le rapporteur de l’ONU demande instamment des sanctions contre Israël pour avoir « renvoyé les Palestiniens à l’âge des ténèbres « .


Le-Blog-Sam-La-Touch.over-blog.com

Le rapporteur de l’ONU demande instamment des sanctions contre Israël pour avoir « renvoyé les Palestiniens à l’âge des ténèbres » (Mondoweiss)

par Philipp Weiss 2 Novembre 2017, 07:03 ONU Israël BDS Sanctions Rapport Colonialisme Palestiniens Apartheid Articles de Sam La Touch

Article : UN rapporteur urges sanctions on Israel for driving Palestinians ‘back to the dark ages’
Par Philipp Weiss
Mondoweiss, 31.10.17

Traduction SLT

[Vidéo] Le rapporteur de l'ONU demande instamment des sanctions contre Israël pour avoir "renvoyé les Palestiniens à l'âge des ténèbres" (Mondoweiss)

La semaine dernière, la réponse internationale à l’occupation israélienne a connu un développement significatif lorsque le rapporteur des Nations unies pour les droits de l’homme dans les territoires occupés a publié un rapport sévère déclarant que le monde était trop passif à propos de l’occupation.

La « durée de cette occupation est sans précédent ni parallèle dans le monde d’aujourd’hui », a déclaré le rapport. Israël a « ramené Gaza à l’âge des ténèbres » en raison de la privation d’eau, d’électricité et de liberté de mouvement. Il y a une « tache sombre » sur le cadre juridique mondial parce que d’autres pays ont traité l’occupation comme normale et n’ont rien fait pour résister à « l’ambition coloniale par excellence » d’Israël, qui comprend deux séries de lois pour les Israéliens et les Palestiniens.

 

Lors d’une conférence de presse sur son rapport, S. Michael Lynk, professeur canadien de droit et spécialiste des droits de la personne, a déclaré qu’il était temps que la communauté internationale mette en place ses mécanismes d’application de la loi, afin « d’élever les enjeux  » contre l’occupation et de changer l' »opinion » internationale sur Israël. Le pays s’est inquiété du rapport Goldstone en 2009 et s’inquiète aujourd’hui du Boycott, du désinvestissement et du mouvement de sanctions à l’encontre d’Israël (BDS), a déclaré M. Lynk. Si la communauté internationale prenait des « mesures unifiées sur une base croissante » pour déclarer l’occupation illégale et exiger le retrait d’Israël, Israël répondrait.

 

Cela signifie des sanctions.

    Israël est très dépendante des échanges commerciaux avec le monde extérieur, elle est très dépendante de son marché avec les Etats-Unis, elle est très dépendante de son marché avec l’Europe. S’il y avait un accord sur le fait que les Israéliens soudainement désireux de voyager à l’étranger avaient besoin de visas, si tout à coup Israël n’allait pas obtenir des accords commerciaux préférentiels avec l’UE. Si tout d’un coup, les nombreuses et multiples formes de coopération militaire, économique ou universitaire avec Israël venaient à prendre fin tant qu’Israël poursuivrait dans cette voie, je pense que vous commenceriez à voir un changement radical dans l’attitude des Israéliens ordinaires et dans l’attitude du gouvernement israélien…

« Je n’ai pas utilisé le mot boycott », a déclaré Lynk lors de la conférence de presse, bien qu’il ait appelé à un refus d’acheter des marchandises émanant des implantations.

Il a eu une réaction immédiate. L’ambassadeur étatsunien à l’ONU Nikki Haley a déclaré vendredi que les États-Unis étaient « profondément troublés » par le rapport de Lynk et par son soutien au « boycott économique et académique » d’Israël. Le Jerusalem Post a critiqué Lynk pour avoir cherché à faire d’Israël un  » État paria  » (ne vous inquiétez pas, cela se passe tout seul).

Le rapport de Lynk est la grande nouvelle. Sa caractérisation des actions israéliennes en Cisjordanie, à Jérusalem-Est et à Gaza comme des violations flagrantes du droit international qui causent d’énormes souffrances que le monde ignore, ainsi que son appui implicite au BDS, sont une intervention aussi importante que les efforts antérieurs de Richard Goldstone et Jimmy Carter.

Comme Peter Belmont l’a écrit sur son blog, Lynk cherche à faire revivre la piste morte de la solution à deux États :

    Le professeur Lynk a peut-être trouvé une raison puissante pour que les nations agissent ensemble avec un programme de mesures minimales qu’elles pourraient prendre tout en se donnant le courage et la détermination de prendre des mesures vraiment efficaces – des sanctions contre Israël pour contraindre Israël à se conformer au[droit international]. De telles sanctions, suppose-t-on, pourraient aboutir à la cessation de l’occupation…. Voilà ! Une solution à deux états !

Israël a refusé à Lynk l’accès aux territoires occupés. Voici des extraits du rapport qui en soulignent le caractère catégorique.
L’occupation touche toute la vie palestinienne :

    Les violations des droits de l’homme et du droit humanitaire liées à l’occupation ont un impact sur tous les aspects de la vie des Palestiniens vivant en Cisjordanie, y compris Jérusalem-Est et Gaza.
Gaza est dans la misère:

    En outre, l’approvisionnement en eau est menacé, la plupart des foyers ne recevant de l’eau par le réseau de canalisations que pendant quelques heures tous les 3 à 5 jours, alors que les usines de dessalement ne fonctionnent qu’à 15 % de leur capacité. Plus de 108 millions de litres d’eaux usées non traitées seraient déversées chaque jour dans la Méditerranée…

    En août 2017, cinq patients atteints de cancer sont décédés en attendant les permis de voyager pour obtenir les soins nécessaires.
Les colonies ont étouffé la solution des deux États et menacé les droits de l’homme.

  La solution à deux états[est] en mode de survie, avec un engouement qui s’estompe…
Le monde considère Israël comme l’occupant légitime de la Cisjordanie et de Jérusalem-Est.  C’est un « échec lamentable » du droit international et une « tache qui s’assombrit ».

  C’est l’occupation militaire la plus ancienne du monde moderne. Malgré les appels insistants lancés par la communauté internationale, tout récemment en 2016, pour que l’occupation israélienne prenne fin, que nombre de ses caractéristiques constituent une violation grave du droit international et que sa perpétuation viole à la fois le droit fondamental du peuple palestinien à l’autodétermination et sape la possibilité d’une solution à deux États, elle est devenue plus que jamais plus forte et plus dure. En effet, l’occupation israélienne est devenue un oxymore légal et humanitaire : une occupation sans fin.

    Il y a trente-sept ans, en juin 1980, le Conseil de sécurité – suffisamment alarmé par la durée et la gravité de l’occupation et par le mépris d’Israël pour les résolutions antérieures – a adopté la résolution 476. À l’époque, l’occupation israélienne avait déjà treize ans. Dans sa résolution de 1980, le Conseil de sécurité a réaffirmé « … la nécessité impérieuse de mettre fin à l’occupation prolongée des territoires arabes par Israël » et « déplore vivement qu’Israël continue de refuser de se conformer aux résolutions pertinentes du Conseil de sécurité et de l’Assemblée générale ».

   L’incapacité de mettre fin à l’occupation israélienne a été un échec lamentable de la diplomatie internationale, une tache de plus en plus sombre sur l’efficacité du droit international et la source de multiples promesses non tenues au peuple palestinien. La prolongation de cette occupation ne sert pas non plus le peuple d’Israël, car elle mine sa société et ses institutions publiques en les empêchant d’apporter une solution viable et juste au demi-siècle d’occupation et au conflit qui l’a ébranlé tout au long du siècle, et en faisant d’eux les bénéficiaires – involontairement ou non – d’une relation profondément inégale et injuste.

   La communauté internationale a toujours eu pour principe de considérer Israël comme l’occupant légitime du territoire palestinien, bien qu’il s’agisse d’un occupant qui a commis un certain nombre de violations graves du droit international dans sa conduite de l’occupation, notamment la colonisation, la construction du mur, l’annexion de Jérusalem-Est et les violations systémiques des droits de l’homme palestiniens. De l’avis du Rapporteur spécial, si l’approche fondée sur la légalité de l’occupation en tant qu’occupant a pu être considérée comme la représentation diplomatique et juridique appropriée de l’occupation au cours des premières années, elle est devenue depuis lors tout à fait inadéquate, tant en ce qui concerne la définition juridique exacte de ce que l’occupation est devenue qu’en tant que catalyseur politique, diplomatique et juridique viable.

C’est un projet colonial, par excellence:

    La durée de cette occupation est sans précédent ni parallèle dans le monde d’aujourd’hui.

  La seule explication crédible de la poursuite de l’occupation israélienne et du renforcement du régime de colonisation par Israël est la consécration de sa souveraineté sur tout ou partie du territoire palestinien, ambition coloniale par excellence. Chaque gouvernement israélien, depuis 1967, a poursuivi la croissance continue des colonies de peuplement, et les importantes ressources financières, militaires et politiques consacrées à l’entreprise démentant toute intention de sa part de rendre l’occupation temporaire…

 

C’est l’apartheid, bien que Lynk n’utilise pas ce mot.

    Selon des rapports récents de la Banque mondiale et de l’Organisation des Nations Unies, l’expansion de la colonie de peuplement israélienne et l’appareil d’occupation qui l’accompagne ont aggravé les conditions civiles et économiques nettement inférieures et distinctes imposées aux Palestiniens de Cisjordanie. Là-bas, les Palestiniens sont soumis à un système juridique dur et arbitraire, assez inégal comparativement à celui des colons israéliens.
Et le nettoyage ethnique, bien qu’il n’utilise pas ce mot non plus :

    Israël utilise des pratiques qui, dans certains cas, peuvent équivaloir à un transfert forcé de Palestiniens, principalement de ceux qui vivent dans les zones rurales, comme moyen de confisquer des terres pour y établir des colonies de peuplement…

    En ce qui concerne Jérusalem-Est, l’occupation l’a de plus en plus détachée de ses liens traditionnels avec la Cisjordanie sur les plans national, économique, culturel et familial en raison du mur, de l’anneau grandissant des colonies et des postes de contrôle connexes, et du régime discriminatoire des permis…

Une période renvoyant à l’âge des ténèbres. Gaza est unique au monde pour avoir souffert d’une baisse du PIB au cours des 11 dernières années :

  Israël a maintenu un blocus économique et de déplacement étouffant qui a ramené Gaza à l’âge des ténèbres. Plus de 60 % de la population de Gaza dépend de l’aide humanitaire, elle n’est pas en mesure de se procurer plus du tiers de l’électricité dont elle a besoin, elle va bientôt épuiser ses sources d’eau potable et, ce qui est pratiquement unique au monde, son produit intérieur brut est en fait inférieur à ce qu’il était en 2006…
La communauté internationale a refusé d’imposer les « outils juridiques robustes » pour lutter contre ces violations des droits de l’homme :

   la communauté internationale s’est empêchée de répondre à l’éclatement du territoire palestinien par Israël et à la défiguration des lois d’occupation avec lds outils robustes que le droit international et la diplomatie fournissent. Le droit international, ainsi que les peuples de Palestine et d’Israël, ont tous souffert dans ce processus.

 

Nous avons besoin de la pression internationale :

    Le monde doit concevoir et appliquer les mesures diplomatiques et juridiques appropriées qui, mettraient fin à l’occupation. Comme l’a écrit Amos Schocken, éditeur de Ha’aretz, au sujet du leadership de son propre pays : »… la pression internationale est précisément la force qui les poussera à faire ce qu’il faut. »

Lynk compare l’occupation à l’occupation sud-africaine de la Namibie, qui a été jugée illégale, et demande une opinion de la Cour internationale de Justice affirmant que chaque parcelle de l’occupation, et pas seulement les colonies, est illégale. Cela conduirait à un vaste programme de sanctions :

    La détermination de l’illégalité du rôle d’Israël en tant qu’occupant servirait à plusieurs fins importantes. Premièrement, elle encouragerait les États membres à prendre toutes les mesures raisonnables pour empêcher ou décourager les institutions, organisations et sociétés nationales relevant de leur juridiction de se livrer à des activités qui permettraient d’investir dans l’occupation ou de la maintenir. Deuxièmement, elle encouragerait les tribunaux nationaux et internationaux à appliquer dans leur juridiction les lois appropriées qui empêcheraient ou décourageraient la coopération avec les entités qui investissent dans l’occupation ou la maintiennent. Troisièmement, cela inviterait la communauté internationale à revoir ses diverses formes de coopération avec la puissance occupante tant qu’elle continuera d’administrer illégalement l’occupation. Quatrièmement, elle constituerait un précédent solide pour la communauté internationale lorsqu’il s’agirait de juger d’autres occupations de longue durée. Surtout, une telle détermination confirmerait l’importance morale du respect de l’état de droit international pour aider les assiégés et les personnes vulnérables.

 

Lynk approuve en large partie le mouvement du BDS. L’histoire n’a pas encore été relatée dans le New York Times ni dans d’autres grands journaux étatsuniens (ni français, NdT).

Plus d’histoires deApartheid

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,