Aller à…
RSS Feed

24 mai 2018

Les avions de la compagnie israélienne voleront au-dessus de La Mecque ?


mars 2, 2018 – 

El Al sioniste

Vers le survol des territoires saoudiens par Israël ? D. R.

Par R. Mahmoudi La compromission du régime saoudien dans la normalisation de ses relations avec l’entité sioniste vient de franchir un nouveau pas. La compagnie aérienne israélienne El Al a officiellement sollicité l’arbitrage de l’Association du transport aérien international (IATA) pour l’aider à obtenir un permis de vol au-dessus du territoire saoudien. L’objectif est de raccourcir le vol entre Tel-Aviv et New Delhi, qui était jusque-là exploité exclusivement par Air India.

Dans sa démarche, la compagnie israélienne s’appuie sur le principe d’égalité en droits pour tous les vols au-dessus de l’Arabie Saoudite, en disant s’opposer à toute forme de discrimination.

Début février, la compagnie aérienne indienne avait annoncé qu’elle était désormais autorisée à voler trois fois par semaine sur la liaison Tel-Aviv-New Delhi. C’est la première compagnie autorisée par les Saoudiens à utiliser leur espace aérien pour des vols vers Israël. La durée du vol devrait être réduite à sept heures, et Israël espère, de ce fait, que le tourisme en provenance de l’Inde va pouvoir s’envoler.

Cette annonce est de nature à accélérer le processus de normalisation entre la monarchie wahhabite et l’Etat sioniste, alors que les dirigeants saoudiens continuent officiellement à nier l’existence de relations secrètes avec Tel-Aviv. Depuis les révélations faites par la presse israélienne sur les visites successives effectuées par de hauts responsables des services de renseignements saoudiens en Israël, les Al-Saoud deviennent de plus en plus insensibles aux accusations qui sont portées contre eux, au sujet notamment de la cause palestinienne. Ils sont notamment accusés d’être de connivence avec le président américain, Donald Trump, dans sa décision de transférer l’ambassade de son pays à El-Qods. En amont, les Al-Saoud avaient tenté de persuader les Palestiniens d’accepter une petite banlieue de la ville sainte comme future capitale, en échange d’une aide financière substantielle.

Autre signe de compromission : la presse pro-saoudienne donne sans complexe la parole à des personnalités israéliennes de premier rang. Ainsi, après le site Elaph qui a interviewé à deux reprises le chef de renseignements israélien, c’est autour d’un autre organe détenu par les Al-Saoud, Sabaq, d’accorder il y a une semaine sa première interview au grand rabbin d’Israël.

R. M.

Plus d’histoires deArabie Saoudite

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,