Aller à…
RSS Feed

20 août 2018

Une base militaire israélienne bientôt en Arabie saoudite?


Actualité

P.A.S.

Lundi 30 juillet 2018

Ce n’était pas pour ramener Mansour Hadi à Sanaa ou à en chasser les « Houthis » que l’Arabie de Ben Salmane a décidé de déclencher en mars 2015 une guerre sans merci contre le Yémen. Pour le ministre saoudien de la Défense de l’époque, il s’agissait surtout d’aplanir le terrain à un transfert du gaz israélien via la mer Rouge.

Plus de trois ans après et alors que tous les indices témoignent d’une défaite stratégique colossale de l’agresseur, Ben Salmane s’obstine et poursuit sa guerre. D’ailleurs, il fait en ayant les yeux tournés du côté de Tel-Aviv.

Une vaste zone dans la région de Tabouk en Arabie saoudite, près de la mer Rouge, aurait ainsi été mise à la disposition du régime israélien pour qu’il s’en serve comme un dépôt d’armes et de munitions, ont révélé des sources d’information.Le dégel officieux entre Israël et l’Arabie saoudite n’est pas nouveau, mais cette fois-ci, les gestes de rapprochements ont pris une « tournure dangereuse », disent ces mêmes sources qui n’écartent pas désormais une implication directe de l’armée israélienne dans la guerre saoudo-émiratie contre le Yémen.

Mais où la base israélienne en Arabie saoudite?

Une vaste zone qui s’étend sur une superficie de  16.000 kilomètres carrés dans la région de Tabouk en Arabie saoudite sera utilisée par Israël comme un dépôt d’armes et de munition. Selon des informations, la zone est la propriété privée d’un haut responsable saoudien.

S’intéressant au sujet, le quotidien turc, Yeni Şafak, écrit que cette région riche en pétrole et en or sera également un vivier pour les soldats israéliens qui y mèneront des exercices militaires terrestres et aériens conjoints avec leurs homologues saoudiens.

L’Arabie saoudite a déjà commencé à évacuer les villes avoisinantes de la zone déclarée « interdite ». À cette fin, le gouvernement saoudien a commencé à évacuer les villes et les zones résidentielles qui entourent cette zone déclarée interdite.

Les deux îles non peuplées et inhabitées de Tiran et de Sanafir que Riyad a réussi à se faire rétrocéder par l’Egypte, entrent également en ligne de compte et devront s’ajouter au terrain où devra ériger la base militaire israélienne. Cela tombe bien puisque le port d’Eilat en Palestine occupée (Israël), port situé sur le golfe d’Aqaba en mer Rouge, abrite la plus grande base navale du régime de Tel-Aviv.

Riyad a ouvert, pour la première fois en 2018, son espace aérien aux vols commerciaux à destination d’Israël. Le régime israélien participe activement à l’offensive contre le port de Hudaydah toujours dans l’objectif d’avoir une plus grande emprise sur le détroit de Bab el-Mandeb et la mer Rouge.

Mais pourquoi? Dans un récent analyse, le site israélien Walla expliquait les enjeux:

« Le détroit de Bab el-Mandeb représente aux yeux d’Israël un passage vital vers l’Asie, passage qui pourrait devenir incontournable en cas de tensions commerciales avec l’Europe », affirme le site israélien Walla, avant d’ajouter : « Mais il y a aussi le canal de Suez. Entouré de pays arabes, Israël a toujours les yeux rivés sur les passages maritimes de la région, car il en a cruellement besoin dans ses liens commerciaux avec le reste du monde. C’est pourquoi il faudrait à Tel-Aviv un allié, fût-ce un allié dans l’ombre, comme Riyad, allié qui lui permettrait de poursuivre ses efforts de guerre au Yémen. Certes, Israël se tient pour le moment au-dessus de la mêlée et ne prend pas part directement à la guerre, mais il se peut que Tel-Aviv décide de s’impliquer directement dans les combats contre Ansarallah et dans ce cas, la voie la plus sûre serait des frappes aériennes. »

Une base militaire israélienne en Arabie permettra à Tel-Aviv d’avoir un pied en mer Rouge.

 

Source: Presstv

 

Le sommaire du P.A.S.
Le dossier Arabie Saoudite
Les dernières mises à jour

Source : Parti Anti Sioniste
http://www.partiantisioniste.com/…

Plus d’histoires deArabie Saoudite

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,