Aller à…
RSS Feed

25 novembre 2020

La Libye, un arsenal pour Aqmi par Gilles Munier


par Gilles Munier*

Revue de presse : Dernières Nouvelles d’Alsace (23/6/11)*
L’interception le 12 avril dans le désert nigérien de trafiquants d’armes transportant 640 kg d’explosif, dont du Semtex tchèque, et de 435 détonateurs, a confirmé les pires craintes des services régionaux et occidentaux de renseignements, qui craignaient que la crise libyenne ne favorise le transfert vers les maquis d’Al Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) d’importants lots d’armes de guerre.

Selon les services de sécurité nigériens, plusieurs combattants d’Aqmi faisaient partie du convoi.

«Cela confirme que le rôle des islamistes radicaux libyens n’est pas seulement de lutter contre Kadhafi mais aussi de canaliser l’acheminement des missiles et des explosifs. Le but est de revitaliser les réseaux d’armements d’Aqmi», estime à Alger l’expert Mohamed Mokeddem, auteur notamment de La France et l’islamisme armé.

«Avec l’armement pillé dans les casernes libyennes, ils sont passés au stade supérieur : les terroristes d’Al Qaïda disposent désormais d’armes de guerre sophistiquées, et c’est très inquiétant», ajoute-t-il, joint au téléphone depuis Paris.

Depuis la prise par l’opposition libyenne de toutes les casernes dans l’Est du pays et la disparition entre des mains inconnues de milliers de tonnes d’armes, l’alerte a été donnée dans la région.

«Il y a un très grand danger de voir Aqmi devenir l’une des armées les plus fortes du Sahel. Beaucoup d’armes sont tombées entre les mains des terroristes, surtout des missiles sol-air», s’inquiétait la semaine dernière un responsable de la lutte antiterroriste dans la région.

Des missiles qui abattraient un avion au décollage

Le trafic d’armes légères a toujours existé dans les immensités du Sahara et du Sahel, à destination des tribus, des rébellions, des groupes mafieux et, depuis vingt ans, des maquis islamistes.

Mais la perspective de voir disséminés notamment des missiles anti-aériens de fabrication russe SAM-7, dont des centaines ont été subtilisés en Libye, change la donne et fait faire des cauchemars aux forces de sécurité de la région, et au-delà.

«Les services secrets internationaux sont très inquiets. Il s’agit d’une injection massive d’armes dans les réseaux de trafic internationaux», assure Eric Dénécé, directeur du Centre français de recherche sur le renseignement, co-auteur d’un rapport récent sur la rébellion en Libye.

«Les trafiquants vont d’abord tenter d’écouler la marchandise au plus près de leur zone, pour limiter les risques d’être interceptés par les polices et les services, mais rien ne nous dit que dans quelques mois on ne retrouve pas ce matériel en Ouzbékistan, en Corse ou ailleurs…», explique-t-il.

Le rapport, intitulé «Libye, un avenir incertain» et publié le 12 mai, précise : «Des membres d’Aqmi auraient acquis plusieurs exemplaires de missiles sol-air portables de type SAM-7 auprès de trafiquants libyens».

Quant aux SAM-7, «il n’y a plus beaucoup de doutes», précise Eric Dénécé. Or, selon Mohamed Mokeddem, cette certitude génère beaucoup d’inquiétudes et une délégation américaine s’est rendue la semaine dernière en Algérie «pour travailler à la traçabilité de ce type de missiles». Car ces SAM-7 pourraient permettre à un tireur placé en bout de piste d’un aéroport africain de détruire, presque à coup sûr, un avion de ligne.

* http://www.dna.fr/fr/monde/info/5303413-Terrorisme-Le-reseau-terroriste-profite-de-la-crise-pour-s-emparer-d-armes-de-guerre-La-Libye-un-arsenal-pour-Aqmi
______________
*
http://www.france-irak-actualite.com/

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,