Aller à…
RSS Feed

19 octobre 2020

En Irak comme en Libye, ils sèment leurs saloperies partout


 

Ils ont testé leurs armes à l’uranium appauvri en Irak… Ils les ont finalisé en Libye

Et pourtant… Ils avaient vu les dégâts et ils continuent

Ginette

IRAK RADIOACTIVITE
UN FILM DE JEAN-MARIE BENJAMIN (36 MINUTES)

En 1998, au sud de l’Iraq, alors qu’il réalisait un film sur la Mésopotamie pour la
télévision italienne, Jean-Marie Benjamin découvre une tragique réalité : durant la
Guerre du Golfe (1990-1991), les forces anglo-américaines avaient utilisé des armes
nouvelles, armes à l’uranium appauvri.
Le territoire, l’environnement, les eaux, les terres cultivées, la population
étaient contaminés par la radioactivité provoquée par ces armes.
De retour en Europe il parle de sa découverte à des journalistes, experts
scientifiques, politiciens et hommes de culture. La plus part restent incrédules.
A Bagdad durant les bombardements américains de décembre 1998, il recueille
auprès du Ministère de la Santé une importante documentation sur les effets de la
radioactivité sur la population et les cultures agricoles. Pendant deux ans, Benjamin
poursuit ses recherches auprès des experts irakiens, des d’associations de vétérans
américains de la Guerre du Golfe, fondations en Europe et Etats Unis, instituts de
recherches et agences spécialisées des Nations Unies.

En 1999 il publie un livre « Irak: l’apocalypse » (Edition Favre, Lausanne). En
juillet de la même année, à Paris il présente son livre à la presse. Un journaliste
d’un grand quotidien parisien se lève et dit en sortant: « Mon père, si tout ça était
vrai, nous le saurions». Deux ans plus tard, en 2001, suite aux décès de 21
soldats italiens qui avaient été contaminés au Kosovo, dans un article, le même
journaliste reconnaissait la réalité de l’existence de ces armes et leurs effets sur la
population.
Les Médias réagissent. Washington fait publier un démenti officiel. Les autorités
politiques d’Europe gardent le silence. Benjamin rédige un rapport intitulé « Irak-
Kosovo, contamination radioactive des armes à l’uranium appauvri ». A
Rome, Il fait imprimer ce document en 750 copies et va les distribuer dans les
boites postales des parlementaires italiens. Il est convoqué par la
Commission des Affaires Etrangères de la Chambre des Députés. En
novembre 1999, cette même Commission promulgue une Résolution qui
sollicite le gouvernement italien à envoyer une équipe d’experts en Iraq. Le
gouvernement de l’époque annule. Rien ne sera fait.

En 2001, Benjamin intervient à la Cession annuelle du Haut Commissariat aux Droits
de l’homme à Genève. L’OMS refuse toujours d’envoyer des experts à Bagdad. Seul
l’UNEP (Organisation des Nations Unies pour l’Environnement) commence à bouger
et rédige plusieurs rapports sur les effets des armes à l’uranium appauvri.
« IRAK RADIOACTIVITE » est le résultat d’une enquête sur le terrain, réalisée entre
1998 et 2002 (premier film réalisé sur l’uranium appauvri) et mis à jour en 2007 à
l’occasion des Rencontres Internationales du Cinéma Vérité.

En 15 ans, plus de deux millions de projectiles à l’uranium appauvri ont été
utilisés dans les bombardements de l’Irak.
www.jmbenjamin.org [email protected]

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,