Aller à…
RSS Feed

21 septembre 2019

Bientôt une conférence à Alger « contre l’ingérence » par Louisa Hanoune


Meeting de Louisa Hanoune à Annaba

paru le 29 octobre dans LIberté

Bientôt une conférence à Alger “contre l’ingérence”

C’est au Théâtre régional Azzedine-Medjoubi que Louisa Hanoune a animé, hier, un meeting avec les militants de sa formation, en présence de nombreux observateurs et, notamment, de journalistes. Contre toute attente, elle a orienté l’essentiel de son intervention sur l’actualité politique et sur la situation qui prévaut dans le “Maghreb” et en Afrique, en général. La secrétaire générale du Parti des travailleurs a d’emblée signalé que l’appel de son parti à “la mobilisation des peuples face aux puissances impérialistes qui, du fait de la crise économique, multiplient leur ingérence dans les affaires internes de certains États” a été suivi d’effet.

Elle a ainsi annoncé son souhait de voir se tenir une conférence internationale d’urgence les 4, 5 et 6 décembre prochain à Alger. Selon ses propres dires, cette réunion, à laquelle sont invitées plusieurs personnalités, notamment des pays du Sahel, se veut une prise de position concrète contre les guerres d’occupation, un refus de l’ingérence de l’étranger dans les affaires internes des pays et surtout une réaction pour la défense et l’intégrité du pays.
Un appel à la mobilisation qui participe du “rejet de la présence militaire étrangère”, sous quelque forme que ce soit, dans le “Maghreb” et en Afrique, en général, dira-t-elle.

Et de rappeler que l’invitation pour la tenue de ce congrès a été signée conjointement par elle en sa qualité de représentante du PT et par le SG de la Centrale syndicale UGTA, Abdelmadjid Sidi-Saïd. Focalisant son discours sur la situation qui prévaut en Libye, elle l’a qualifiée de menace latente pour toutes les nations de la région. Mme Hanoune n’a pas mâché ses mots, comme à son habitude, pour dire qu’à ses yeux, ce qui s’est passé en Libye n’est rien d’autre qu’un acte d’envahissement par le néo-colonialisme, motivé par la crise économique qui frappe les pays capitalistes.

Elle soulignera que l’on assiste actuellement à une rude concurrence entre les gouvernements français, italien, britannique et américain pour s’arracher ce pays, surtout lorsqu’on sait qu’un immense gisement pétrolier, le plus important qui soit, a été découvert en Libye. Elle citera les compagnies pétrolières qui sont déjà en Libye, dont Total pour concrétiser le quota de 35% promis au Président français Sarkozy par le CNT. Ceci non sans évoquer la présence massive des entreprises, notamment celles françaises spécialisées dans le bâtiment, dont le marché est évalué à plus de 160 milliards d’euros.

“Près de 80 chefs d’entreprise sont actuellement à Tripoli pour participer à la reconstruction de la Libye”, affirmera Louisa Hanoune. Elle dénoncera la circulation massive des armes au Sahel, précisant qu’un million d’armes automatiques avait été distribué par la France et l’Angleterre aux citoyens libyens, ceci sans parler des 15 000 missiles qui sont entre les mains de n’importe qui, regrettera la leader du PT. Enchaînant, elle signalera le pillage d’armement lourd des casernes libyennes. “En distribuant des armes aux populations civiles, l’Otan veut la « somalisation » de la Libye pour mieux s’occuper du pillage des richesses de nos voisins”, s’insurgera une fois encore Mme Hanoune.
B. Badis/A. Allia

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,