Aller à…
RSS Feed

21 septembre 2019

Libye : Les manipulateurs de l’info par Genji


LIBYE : LES MANIPULATEURS DE L’INFO

par Genji

Qui sont donc ces menteurs ? Qui sont donc ces manipulateurs de l’image et de l’information ? Qui sont donc ces imposteurs qui font de la rétention d’information ? Qui sont donc ces cancres dont on se demande comment ils ont fait pour obtenir une carte de presse ?

Avec la Guerre du Golfe, nous pensions avoir tout entendu et tout vu, nous pensions qu’il était impossible pour des journalistes de descendre plus bas : bruits d’explosion depuis les chambres d’hôtel, information sans aucune information, une presse bêlante qui rumine la bêtise qu’un état major lui sert au compte gouttes…

L’invasion de l’Irak par G. Bush, nous offrit le spectacle encore plus décadent, d’une presse ivre de bêtise. Une presse qui a choqué par son manque de professionnalisme et la revendication nette et franche de se battre du côté des américains, en substituant sa liberté de penser à l’autorité de l’état major des sbires de Bush « les néo-conservateurs »….

Jamais des journalistes ne s’étaient autant donnés en spectacle, là où au Vietnam des journalistes mourraient sur le champ de bataille, là où un jeune journaliste français laissa sa vie en Bosnie sur le terrain des combats, avec horreur et colère nous vîmes mourir un journaliste lors d’entraînements de soldats américains apprenant la conduite des chars au Koweit…

Comment un journaliste, pourtant un professionnel qui a bravé les champs de bataille, a pu mourir bêtement au Koweït, sur une base américaine ? Là est le crime des rédactions françaises. Là est la bêtise de cette presse de gosses. Cette presse d’amateurs qui ne commandent plus l’ information mais qui est dirigé par les états majors, tantôt américain, tantôt de l’Otan et tantôt français…

Une question reste alors ouverte: peut-on faire confiance à des journalistes qui partagent une tente avec les états majors des armées ? Cette presse-là est-elle libre ? J’en doute. Non, bien entendu que cette presse-là n’est pas libre ! Elle est prisonnière de ses idées racistes, de ses préjugés et ne respecte aucunement les règles déontologiques de la Presse, elle ne respecte même pas les droits de l’Homme, allant jusqu’à interpréter la pensée du peuple bombardé, allant jusqu’à censurer la pensée du peuple, allant jusqu’à nier les blessés et les morts interdits d’écrans, interdits d’articles et interdits de Une. Allant jusqu’à trier les témoignages pour ne retenir que les témoignages hostiles au pouvoir en place.

Si ces journalistes avaient couvert la guerre du Vietnam, l’armée américaine aurait été victorieuse, le Napalm n’aurait jamais été utilisé, les massacres de Vietnamiens n’auraient jamais eu lieu et les boat people n’auraient jamais existé… Nous n’aurions eu aucune information.

L’invasion de l’lrak à laquelle les peuples du monde entier étaient opposés fut imposée par le pouvoir américain et son état major, on vit alors avec effroi, la presse française s’allonger devant le pouvoir américain et devenir sa 5ème colonne en France…

Nous n’avions plus de presse libre, nous n’avions que des commentateurs sans sève, des perroquets qui allaient mendier l’information à l’état major américain…

Nous n’avions plus de journalistes d’investigation, nous n’avions plus de presse libre : la presse s’était offerte au pouvoir américain, comme une vulgaire courtisane.

Les américains crièrent victoire trop tôt comme toujours. La presse en fit de même et nous la vîmes s’attaquer à Al Jazeera, faisant même assez de bruit pour que les responsables de la chaîne soient convoqués au CSA. Leur crime ? Avoir montré le visage de trois soldats américains morts…

C’est aussi dans ces moments là qu’il faut réaliser le racisme primaire de cette presse, et sa réalité anti-démocratique, car cette presse est celle de la propagande. Plus tard, quand ces mêmes journalistes se délectèrent devant cadavre des fils de S. Hussein, et plus tard, la scène de pendaison de S. Hussein et son cadavre, aucun CSA ne les mit en garde. Et cette presse indigne s’en donnât à cœur joie. Est-ce le rôle de la presse ?

Lors de l’invasion de l’Irak et de l’agression du peuple irakien, certaines villes résistèrent plus que d’autres , et nous vîmes les habitants de Falloujah s’acharner sur les dépouilles de mercenaires américains venus en Irak pour tuer et pour faire plier le peuple devant l’autorité américaine.

C’est avec honte que nous vîmes nos journalistes traiter de « barbares » ces irakiens, comme ils avaient traités de « barbares » des palestiniens qui avaient mis en pièces un soldat israélien.

Cependant, quand en Octobre 2011, des libyens pro Otan et pro CNT lynchèrent le Colonel Kadhafi, la presse trouva cela logique et normal . Aucun CSA pour intervenir devant ces images. Aucun CSA pour intervenir devant l’exhibition du corps du Guide, de ses fils et de ses soldats ? Voilà où en est la presse française. Triste constat…

La question reste ouverte aux réponses du CSA et de la presse française : pourquoi peut-on profaner les dépouilles d’arabes et de musulmans, d’africains mais jamais de français, d’américains et d’israéliens ?

La réponse nous la connaissons : haine et racisme, échelle de valeur appliquée différemment selon la race, la religion et la position politique des victimes… L’Humanité à géométrie variable, ou de façon plus populaire « à la gueule du client »… Ariel Sharon, accusé d’avoir ouvert les camps de Sabra et Chatila aux phalangistes chrétiens qui massacrèrent 5000 réfugiés (femmes, enfants et vieillards en majorité) a été nommé « colombe de la paix » par cette presse, quand le Guide africain a été baptisé « dictateur sanguinaire »…

Cette presse est-elle bête ou est-elle un aiglon à tête bicéphale ?

La bêtise et l’incapacité à gérer l’information de ces journalistes français, en particulier, a atteint son paroxysme avec le coup d’état assisté par l’Otan en Libye, contre le Colonel Kadhafi.

A aucun moment, la Presse française n’a fait son travail. La Presse française n’a fait que de la propagande en faveur du CNT islamiste. La Presse n’a jamais été capable de filmer les pro Kadhafi, soldats et peuple.

A aucun moment, sur le front, la Presse française n’a été en capacité de s’infiltrer dans les lignes Kadhafistes car pas du tout professionnelle et surtout vécue comme « la 5ème colonne de l’Otan ».

Ca c’est la pire chose que l’on puisse reprocher à la Presse et la Presse française a échoué partout : pendant la guerre du Golfe, lors de l’invasion de l’Irak où elle parle de « fin de guerre » alors que la guerre n’est pas terminée à ce jour, et la guerre en Libye vient de démontrer que cette presse n’est ni fiable ni digne d’intérêts : elle n’informe pas, elle désinforme, pire « elle parle pour ne rien dire »…

Certains me diront : « mais les autres presses occidentales ne valent pas mieux », et je rétorquerai « certes, mais si la Presse américaine a publié les photos d’Abu Graïb, les photos de Guantanamo, je suis sûre à 100% que jamais la Presse française n’aurait publié ces photos…

Il y a le cas de Syrte : la presse américaine n’ayant pas couvert le conflit libyen, la tragédie de Syrte, du massacre de ses habitants d’une balle dans la tête, à l’arme blanche, d’une large partie de personnes disparues, des pillages, des tortures reste tue par la presse française, si demain il y a le « scandale de Syrte » ce sera du fait d’une rédaction anglo-saxonne ou africaine mais certainement pas française.

En France, la presse a une tradition anti-démocratique en temps de guerre : pas d’images des blessés, ne jamais évoquer les morts, pas de fuite de la souffrance des peuples agressés… C’est très facile à vérifier : guerre d’Indochine où sont les images et les films tournés par la Presse française ? guerre d’Algérie où sont les images et les films tournés par la Presse française ? révoltes dans les départements français d’Outre Mer : où sont les images et les films ? deux leaders indépendantistes Kanak sont morts assassinés l’un après l’autre en Nouvelle Calédonie, tout le monde dit « les services secrets français » et la Presse française ne dit rien… « ils ont été assassinés »…

S’ils étaient algériens ou libyens, la presse française n’aurait pas hésité « on montre du doigt le pouvoir »… Mais le pouvoir français « on y touche jamais », c’est une tradition française…

Le Colonel Kadhafi a été tué sur commande d’Obama, et c’est Sarkosy qui a fait exécuté cet ordre (réf. : Canard Enchaîné), mais le reste de la presse française a peur ne serait-ce que d’évoquer cet article… Voilà comment un peuple qui paie une redevance télé est privé d’une information sérieuse, juste et loyale.

Continuons sur l’agression de la Libye avec à la clef, l’assassinat du Guide : le pouvoir américain qui a veillé à ne pas signer d’accord avec la CPI ose demander à ce qu’on y juge des hommes et des femmes, pire des juges américains y travaillent ?

A partir du moment où les occidentaux ne peuvent être jugés au CPI, ils n’ont pas le droit de porter plainte au CPI et d’y travailler. C’est trop facile et malhonnête. Si pour des soldats américains la cour martiale prévaut sur le CPI, les américains devraient être interdits de poser un pied au CPI.

Comment un juge américain a pu juger des hommes accusés de crimes en Bosnie, alors que les criminels américains coupables de tortures et d’assassinats de civils n’ont jamais pu être déférés devant la CPI ? Les journalistes étant incapables d’analyser ce qui se passe autour d’eux, et d’être réellement un contre pouvoir ont toujours laissé faire, et surtout, ils ignorent tout ce qui peut représenter un « problème conflictuel »…

Quand Sarkosy a décidé que la guerre était terminée en Libye, il a claqué des doigts et nous avons vu avec consternation des journalistes qui osent parler de « liberté de la presse » se coucher comme des caniches obéissants et aboyer « fini la guerre en Libye, le CNT va déclarer la Libye libérée »…

Bien entendu, à des imbéciles pareils, parce qu’il n’y a pas d’autre terme(*), on a envie de répondre « idiots, elle était occupée par qui la Libye ? »
Au lendemain, de cette « libération », comme tout le monde s’y attendait, le CNT que la France fut la première à reconnaître, alors que le Peuple libyen le subi sans jamais l’avoir choisi, nous éclaira sur « la liberté libyenne retrouvée» en proclamant « la Charia, la polygamie et pas de divorce »…

Voici une presse qui traîne dans la boue, toutes les jeunes filles voilées de France, une presse qui harcèle les musulmans en invitant des pseudo-spécialistes de l’Islam sur les plateaux depuis 2001, et qui soudain boit et mange dans les mains des islamistes, islamistes dont les mains sont rouges du sang de leur victimes…

Une presse qui nous parle de laïcité sans en connaître ni la définition ni l’histoire –visiblement ?-, et cette même presse qui a fréquenté les membres du CNT et les islamistes qu’elle nomme encore « rebelles », n’a pas été capable de voir qu’elle avait affaire à des islamistes ?

Cette presse que nous avons été beaucoup à mettre en garde contre la nature même du CNT, a été bête au point d’avoir soutenu la Charia de Février à fin Octobre 2011 ?

Quelle est donc cette presse qui a jeté dans les bras du fondamentalisme le plus obscurantiste, les femmes libyennes ?

Est-ce que la presse française réalise bien que depuis la chute de Kadhafi et la mise en place du gouvernement de la terreur, le célibat est interdit à la femme libyenne ? le veuvage aussi ? Est-ce que la presse française a bien intégré qu’une femme arabe qui refuse de se marier risque la mort en Libye ?

L’âge du mariage va être abaissé et des mineures vont se marier dès 16 ans, peut-être encore plus tôt, les études ne seront plus obligatoires pour les femmes, et les noirs libyens vont de nouveau subir le racisme et être rejetés de la société…

A ce jour, les exactions contre les noirs, en particulier les noirs libyens qui n’ont pas de pays de substitution, continuent. Des noirs sont battus, lynchés et traînés nus dans les rues…

Des équipes de télévision, dont une française on assisté au lynchage d’un jeune libyen, dont on a exposé le corps nu, dont on fouillait les fesses avec le canon d’une mitraillette… Le jeune homme a fini pendu sous les sifflets et les applaudissements de la foule qui hurlait « Libye pure »…

La purification ethnique continue. Le prophète Mohammed avait choisi un ancien esclave sauvé de la mort et affranchi par un marchand converti à l’Islam comme premier muezzin, son nom était « Bilal » et il était noir de peau…

Quant on voit comment les barbares que Sarkosy a imposé aux femmes libyennes et que la presse française a appelé « les démocrates », sont racistes et massacrent les noirs ont est en phase de se demander à quel Islam ils se réfèrent ? Je ne connais pas d’Islam où l’on accable un homme parce qu’il est noir ?
Syrte a été rasé par Rasmussen et ses hommes. Du travail de fasciste. A croire qu’Hitler s’est réincarné à Syrte. Les rues jonchées de cadavres mais ces morts là ne touchent pas la presse française : ils sont de la tribu de Kadhafi, donc normal qu’ils aient été exécuté de façon sommaire, souvent les mains liées dans le dos… Les serbes n’ont pas le droit de le faire, mais c’est permis quand il s’agit du CNT…

Quand j’allume la télévision et que j’écoute parler les journalistes, j’éteins… Cette affaire de Charlie Hebdo par exemple : crânement, un journaliste, « à côté de la plaque » se plaint du fait que les bureaux de son hebdomadaire aient été la cible d’un incendie criminel du fait d’une Une « Charia hebdo » où le prophète Mohammed serait le rédacteur…

Mais à aucun moment ce type ne réfléchit ? A aucun moment, il ne se souvient que c’est lui et toute la presse française qui ont laissé Sarkosy placer et reconnaître le CNT ?

A aucun moment chez Charlie Hebdo on ne se pose la question à savoir : est-ce que le peuple libyen, les femmes libyennes sont d’accord avec le CNT qu’ils n’ont pas reconnu mais que les occidentaux ont tous reconnu ?

Qui a permis l’arrivée de la Charia en Libye : ce n’est pas Kadhafi qui n’a jamais accepté le niqab chez lui… Ce n’est pas Kadhafi qui a fait de la femme l’égale de l’homme… Il est là le problème : la presse française a laissé Sarkosy enfermer les femmes libyennes dans le carcan de la Charia, et s’est enfui…

Mais la presse a une lourde responsabilité… Elle doit le savoir… Cette presse qui est toujours à côté de la plaque… Ce n’était pas le Prophète qu’il fallait inviter comme rédacteur en chef mais toute la presse française qui soutient des salafistes depuis le début, parmi ces salafistes certains furent lieutenants de Ben Laden. C’est Sarkosy qu’il fallait comme rédacteur en chef de « Charia Hebdo »… …
Ce soir encore (14/11/11), une journaliste parle à la place des manifestants pro-baasistes en Syrie et interprète « ces gens ne disent pas ce qu’ils pensent, c’est une mise en scène, ils ont peur de l’état »…

Faux : non seulement ils pensent ce qu’ils disent mais en plus, ce n’est pas une mise en scène. Je connais bien la Syrie, les syriens sont nationalistes et coléreux. C’est idem, quand on explique aux français « la minorité chrétienne »…

Non, les minorités sont les chrétiens, les chiites, les druzes, les laïcs et les kurdes ; ils sont pour le pouvoir baasiste car une république islamiste les contraindrait à devenir « sunnites ». La presse nous passe toujours des cortèges de manifestations en Syrie où les gens tiennent des drapeaux syriens et elle nous dit « c’est une manif anti El Assad », sauf que certains ont des portraits du leader baasiste ?

Sauf que certains ne hurlent pas de slogans hostiles au pouvoir… Les manifestations avec des drapeaux syriens sont souvent le fait de pro El Assad… Par contre les manifestants hostiles à El Assad ont des drapeaux noirs ou pas de drapeaux du tout…

Ce sont les salafistes qui réclament un pouvoir islamiste avec la Charia comme en Libye… Voilà pourquoi est-ce qu’ils étaient contents de la mort de Kadhafi et de son lynchage… Et je rappelle à la presse aussi qu’en Syrie ce ne sont pas les « Alaouites » qui détiennent le pouvoir mais le parti Baas…
Mais il faut se souvenir d’une chose : depuis un an, on accuse le Qatar et l’Arabie saoudite de vouloir installer des dictatures salafistes au Maghreb et en Afrique mais aussi dans le Golfe… Des armes sont rentrées en Syrie comme ce fut le cas à Benghazi ; à Damas comme à Benghazi il y a des jihadistes venus d’Irak pour lutter contre les pouvoirs socialistes et laïcs arabes. Voilà pourquoi les ambassades du Qatar et d’Arabie saoudite ont été attaquées à Damas…
Quant à la presse française, analysons sa version des faits « le consulat de France a été attaqué suite à la décision de la Ligue arabe de suspendre la Syrie de la Ligue arabe» ? Parce que sans doute la France est membre de la Ligue arabe ? Sans doute Sarkosy a fait partie des votants ? Comment peut-on servir une bêtise pareil aux français ? Il y a une autre question à soulever : l’Europe a dit appuyer la décision de la Ligue arabe mais la France n’a pas ouvert la bouche, donc pourquoi attaquer Paris et pas tous les pays d’Europe ? Pourquoi la France ? Il faut remonter plus haut dans ce texte pour le comprendre : la France est accusée de soutenir le Qatar et l’arabie saoudite dans l’installation de dictatures salafistes…

Pour les africains et les arabes, la France est « la petite main » des arabes du Golfe et Kadhafi a été tué sur commande des américains mais du fait de la demande des saoudiens, suivis des qataris… Voilà pourquoi les consulats et ambassades attaqués sont saoudiens, français et qataris.
Concernant la Turquie,ce sont les kurdes qui règlent leurs comptes…

Une réponse “Libye : Les manipulateurs de l’info par Genji”

  1. Francenaldo Amorim
    15 novembre 2011 à 4 h 31 min

    La press occidentale, qui survie de les patrocinateurs capitalistes est aussi obligé a suivre les idisaux de ces proprietaires, jamais vont être libre de leurs influêncies, parceque sont eux qui paie ses salaires dans la fin du mois, C´est por ces raisons, que est dificili pour les journalistes a écrire des verités cruels, sur ces patrons….

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,