Aller à…
RSS Feed

13 novembre 2019

Les espions de l’or noir par Gilles Munier


Les espions de l’or noir, par Gilles Munier – nouvelle édition

La seconde édition des Espions de l’or noir * aux Editions Encre d’Orient comprend une enquête sur « les manipulations secrètes occidentales dans les Printemps arabes ».
Aujourd’hui, écrit l’auteur, « La politique de la canonnière, abolie en 1907, a été remplacée par celle du porte-avion, les espions classiques par des journalistes complaisants et des militants d’organisations humanitaires pervertis.

Le temps est aux mercenaires des sociétés militaires ou d’espionnage privées. Internet, Facebook, Twitter, You Tube, et l’indispensable téléphone satellite Thuraya, sont les nouveaux outils de déstabilisation nécessaire à l’organisation de révolutions dites démocratiques. Le monde n’a pas changé. Pour les grandes et moyennes puissances, l’exploitation éhontée des pays du tiers-monde est toujours la règle, notamment lorsque des champs pétroliers et des positions géo-stratégiques sont en jeu ».

Critique des Espions de l’or noir par Paul Balta, écrivain et journaliste, spécialiste du monde arabe (Confluences Méditerranéenne – 2011) :
Journaliste indépendant, Gilles Munier est un bon spécialiste du Proche- Orient. Il a, entre autres, suivi sur place le conflit Irak-Iran (1980-1988) et les deux guerres du Golfe : l’invasion du Koweït par Saddam Hussein en 1990, puis sa libération par une coalition dirigée par les Etats-Unis en 1991. L’embargo international qui a ensuite frappé l’Irak a ruiné le pays et fait 500 000 morts. À partir de ce terrible constat, il explique pourquoi et comment le principal enjeu de ces affrontements a été l’or noir.

D’entrée de jeu, l’auteur donne la liste et l’identité de 51 personnages liées à la question pétrolière et qui ont joué un rôle important, mais qui sont moins connus que Guillaume II, Hitler, Winston Churchill, Franklin Roosevelt, Lawrence d’Arabie, des monarques britanniques et saoudiens et d’autres personnalités.

Il y a aussi les irréguliers du groupe Stern et du Shay, ancêtres du Mossad et de la CIA. Il rappelle que depuis la découverte des champs pétrolifères de Bakou, au XIXe siècle, puis de Perse et de Mésopotamie, au début du XXe, les luttes d’influence entre grandes puissances pour s’en emparer n’ont jamais cessé. Il explique aussi comment, depuis Napoléon Ier, des lignées d’agents secrets ont contribué au démantèlement de l’empire ottoman afin d’assurer aux Occidentaux la suprématie sur les principales ressources pétrolifères du monde. Ces dernières ont été à l’arrière-plan des deux guerres mondiales et de nombreux conflits régionaux jusqu’aux plus récents en Géorgie et en Irak

D’une impressionnante culture, Gilles Munier remonte dans le temps et nous rappelle que c’est en entrant en Mésopotamie au IVè siècle av. J-C. qu’Alexandre le Grand, fut le premier occidental à entendre parler du pétrole et de son utilisation. La saga se déroule jusqu’à nos jours au cours de dix-sept chapitres.

Citons quelques titres de quelques-uns parmi eux pour illustrer ce cheminement et éveiller votre curiosité. II – Les espions de Napoléon, précurseurs du Grand jeu. III – William Cohen-Palgrave, l’espion jésuite qui voulait évangéliser les Wahhabites. VII – Allemagne : la marche vers l’Orient pétrolier. X – Thomas Edward Laurence, l’espion trop médiatisé. XI – Gertrude Bell, l’espionne au coeur brisé. XV – Pétrole : la France à la remorque des Anglo-saxons. Une des trois cartes montre le célèbre tracé du chemin de fer Berlin-Bagdad puis, tout au long de l’ouvrage, nous découvrons les portraits des espions, espionnes et autres acteurs cités.
* 231 pages, avec cartes et index – 21 euros

Une réponse “Les espions de l’or noir par Gilles Munier”

  1. Francenaldo Amorim
    20 novembre 2011 à 4 h 15 min

    Le service sécrète de la France et des Etats Unis, ils savait de la présence du Co Kadafi et de son fils en Sirte e de Saif al Islam en ben walid, par les comunications voie satelite, entre eux, les autres commandants et sa famille en Atrgelie, ces derniers ont donné la certitude quil étaient la. Depuis lui ont surveillé par satélite, pour savoir le moment quíls allait sortir de la ville encerclé. Ils avit déja l´aviation prépare du porta-avions bassé dans la mediterrané pour cet effet, et faire le bombardement du copnvois. Les commando par helicoptère, était autour de la ville de Sirté pour encerclais les survivants du bonmardement qui allait suivre…..cá c´est la vérité…les commandos speciauz de l ÓTAN, ont tués plus de 30 a 50 guards, des soldads de a´armé libienne que protegait Kadafi et son fils, lui emprisioné, et en suite ont délivré pour la foule de vagabonds. drogués de Bengasi , qui ons linché lachement le Co. Kadafi.
    Les pires assassins sont l ÓTAN (Sarkosi et Obame), iols mérite un jour être jugé par crimes de guerre, et la mort aussi.

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,