Aller à…
RSS Feed

18 septembre 2019

Maux et mots d’un indigné par Bamba Gueye Lindor


Maux et mots d’un indigné
A mon frère Marc, appelé affectueusement le vieux
Mon grand, ménageons notre monture, nous n’avons
plus 18 ans. Ainsi, nous pourrons accompagner encore
plus loin ce mouvement
Déterminés, nous le sommes. Pacifiques, non-violents, c’est notre devise. Debout pour mettre fin à l’arbitraire, l’injustice et l’incompréhension. Fermes, nous ne voulons plus de ce système de fauves. Nous sommes majoritaires et nous allons le démontrer !
Indigne, l’attitude de nos dirigeants, quelle cruauté, une violence unidimensionnelle face à un mouvement pacifique. Depuis cinq jours et quatre nuits, des hommes et des femmes de tous âges se regroupent avec allégresse sous l’arche de la défense, sans défense ni protection au regard des forces de l’ordre qui les brutalisent sans répit, les empêchant d’avoir le stricte minimum pour se protéger du froid : tentes arrachées, cartons déchirés, duvets et même couvertures de survie ne sont pas tolérés.

Que faire face à cette barbarie du pouvoir ? Un pouvoir qui montre le mépris total qu’il porte à ses citoyens, non-assistance à personnes en danger et de surcroit provocation de mort lente. Engager un bras de fer avec plus faible que soit relève de la lâcheté, pousser des humains vers leur destruction lente relève qu’un esprit fasciste.

Aujourd’hui les indignés touchés au plus profond d’eux sont déterminés à continuer la lutte comme ils savent le faire, d’une manière pacifique, sous le vent, la pluie et le froid.
Aux miens : Je suis profondément triste et meurtri par cette situation. Que puis-je faire pour empêcher que mes proches se retrouvent un à un à l’hôpital ? Malheureusement rien face à un Etat qui n’a plus rien de beau à offrir! Me voilà triste, courbé mais pas à genoux, les bras croisés dans le dos, les yeux à demi éteints mais le cerveau bien alerte, pensant comment venir à bout de ce monstre. Oui, j’y pense et je continuerai à y penser, surtout dans les conditions actuelles ! Vous pouvez m’enlever mes tentes, mes couvertures, même ma nourriture, mais jamais vous ne pourrez m’empêcher de penser!

Des indignés se rassemblent partout dans le monde pour mettre fin à un système destructeur dont le bilan est effroyable : guerres, génocides, déportations et aujourd’hui programmation de la mort lente des plus faibles. De Dakar à Madrid, de New York à Athènes, de Paris à Tunis, les peuples se lèvent pour dire non ! Non à l’injustice, non au racket organisé par une bande minoritaire qui nous impose sa voie, voie de la division : musulmans face aux juifs, chrétiens aussi, les blancs avec les blancs, les noirs avec les noirs et les gros, les grands, les petits, les homos, plein de petits groupes pour mieux les gérer, diviser pour mieux régner.

Nous les indignés nous sommes tout cela et voilà pourquoi nous faisons peur : nous sommes indivisibles. Cette méthode a atteint ses limites. Les indignés sont de partout et de nulle part, sans drapeau ou plutôt un seul drapeau celui du ciel ! Nous sommes sans frontière, c’est pourquoi nous dénonçons le fait qu’il existe des papiers jusqu’à ce qu’une bonne partie des nôtres en manque.

Nous exigeons un toit pour tous, à manger, des soins pour tous, des moyens adéquats pour l’éducation de nos enfants. Oui, un tel monde est possible et sa mise en place est déclenchée.
Vous avez étouffé les marches des peuples tunisiens, égyptiens et vous nous avez imposés de choisir entre la peste et le choléra en Côte d’Ivoire. Là où nous nous trouvons à la défense, nous sommes entourés des tours d’Elf, Total et d’Aréva, signature de l’impérialisme français en Afrique, ces tours sont debout couchant à jamais des milliers des nôtres se trouvant en Afrique, du Niger au Congo, en passant par le Gabon.
Mais ce n’est que partie remise, attendez notre revanche, rien ne pourra arrêter notre projet d’en finir avec ce système capitaliste. Fanon disait : « Chaque génération doit, dans une relative opacité, découvrir sa mission, l’accomplir ou la trahir« . Nous avons choisit d’accomplir notre mission !

Nous ferons table-rase du passé pour établir un monde meilleur dans lequel chaque être, où qu’il se trouve, soit heureux de vivre.
Je ne terminerai pas sans saluer le soutien des commerçants et riverains de la défense. Vos croissants chauds du matin, vos thermos de soupe le soir nous redonnent de la force sur tous les plans humains du geste et de l’attention. Par ces gestes, vous nous montrez la sympathie et surtout l’affection que vous avez vis à vis du mouvement.
Je me nomme ambassadeur des indignés pour vous remercier et vous transmettre le remerciement de l’ensemble des indignés.

Tous ensembles nous réussirons à changer ce monde. Plus de divisions, partageons ce que la vie nous offre avec amour. Nous voulons un monde équitable!
Ne déshabillez plus Mamadou ou Mohamed soi-disant pour habiller Pierre mais en réalité pour s’en met plein les poches.

A vous Sarkozy, Obama, Wattara, Wade, la liste est longue… vos bandes minoritaires empestent la planète. Nicolas, tes RSA, APL et CMU, ne font que reculer l’échéance de notre déchéance, et encore même ça, tu ne le donnes pas facilement.

Les indignés veulent un changement et le vent de renaissance commence à souffler des quatre coins de la planète.
Salut les artistes, vous êtes dans le vrai. Ce que nous avons vécu depuis le 4 novembre montre que rien ni personne ne pourra stopper notre marche, nous sommes debout et nous le resterons jusqu’à ce que ce monstre soit anéanti.

Vivons l’union des peuples pour la justice et le progrès
Bamba GUEYE LINDOR
__._,_.___

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,