Aller à…
RSS Feed

26 octobre 2020

HOMMAGE A KADHAFI – A LA SOUVERAINETE DE L’AFRIQUE


 

HOMMAGE A KADHAFI – A LA SOUVERAINETE DE L’AFRIQUE
LE VENDREDI 25 NOVEMBRE 2011

A 18H BOURSE DU TRAVAIL, 3 rue du Chateau d’eau

M° REPUBLIQUE

Hier du temps des déportations d’abord et de la colonisation ensuite, l’Afrique était bafouée,
humiliée, brimée et infantilisée. Aujourd’hui, à l’ère de la mondialisation, l’Afrique reste
toujours en proie aux difficultés les plus criantes. Cela pour des intérêts des forces
impérialistes contre les intérêts vitaux des Africains.

Pour arriver à leurs fins, les forces impérialistes se sont servies de certains Africains contre les
autres. Ce sont généralement quelques Africains, au coeur de dispositifs stratégiques contre les intérêts de la majorité des peuples. De dignes fils de l’Afrique – qui luttaient pour la
souveraineté des pays africains – quand ils n’ont pas été marginalisés et diabolisés ont
simplement été assassinés pour faire des exemples. Ce fut le cas de Kwame N’krumah ; de
Sékou Touré ; de Amilcar Cabral ; de Barthélémy Boganda ; Ruben Um Nyobé ; de Patrice
Eméry Lumumba et de Thomas Sankara pour ne citer que ceux-là. Car ils sont plus nombreux
à avoir connu ce sort.

Par ailleurs, nous observons que quand les forces impérialistes ne sont
pas arrivées à bout de Nelson Mandela qu’ils traitaient de terroristes, ils ont fini par lui
reconnaître toutes les vertus et lui dérouler le tapis rouge à travers le monde.
Devant ces éléments d’humiliation permanente, que faut-il de plus à l’Africain pour qu’il
arrive à une prise de conscience réelle ? « Je ne fais confiance à un colonialiste ou à un
impérialiste que lorsqu’il est mort ». Disait Kwamé N’Krumah à Lumumba.

Malgré tous ces signaux d’avertissement, certains responsables politiques africains ne sont
pas encore arrivés à identifier les intérêts des populations, afin de construire leur propre
modèle de développement.
« L’histoire se répète. Il ne suffit pas aux Américains et à leurs alliés d’envahir et de ruiner
un pays moderne, de trouver n’importe quel prétexte pour l’agresser, le bombarder et
renverser l’autorité légitime, il faut encore humilier aux yeux de tous l’ancien chef de l’Etat,
non seulement l’assassiner dans des conditions sordides mais encore exhiber son cadavre, le
faire piétiner par des adversaires politiques fanatisés et dépourvus de la moindre décence. »1
Kadhafi a été lâchement et froidement assassiné. Qu’est-ce qui permettrait à des forces –
même si elles sont qualifiées d’onusiennes – à intervenir sur un continent doté d’une
organisation régionale pour y faire ce qu’elles veulent ? Ils se trouvent malheureusement des
Africains pour estimer que ce qui est arrivé à Kadhafi l’a été pour des vertus démocratiques.
Chers Africains, Chers amis de l’Afrique, il n’y a pas de saint de ce monde. Kadhafi n’était
donc pas un saint. Ceux qui l’ont éliminé non plus ! Alors, au-delà des questions réelles qui se
posent en Afrique sur le mode de gouvernance, et qui doivent trouver leurs réponses dans des
approches africaines, nous devons pour le principe rendre hommage à Kadhafi.

Oui ! Kadhafi était un digne fils de l’Afrique qui a mené un combat pour que ce continent se tienne debout.
Les forces impérialistes nous adulent ; elles nous manipulent avec leurs médias mensonges. Et
nous nous prêtons à ce jeu. Sous nos yeux, deux résolutions ont été rédigées : la 1973 pour la
Lybie, la 1975 pour la Côte d’Ivoire. Ces deux résolutions rédigées et votées sur des bases
mensongères ont été outrepassées.
Nous constatons donc qu’alors que son principal but est de mener les nations à renoncer à la
force pour régler leurs conflits, l’ONU est aujourd’hui un réel instrument au service des forces
impérialistes. Ses filiales, le FMI crée en 1944 impose des contraintes économiques et
financières insupportables surtout aux pays africains. En 2002, un autre instrument
d’intimidation a été créé par les forces impérialistes. C’est la CPI, une juridiction qui n’agit
qu’à l’endroit des pays faibles.
Chers Africains, Chers amis anti-colonialistes, venons nombreux à l’hommage du Colonel
Kadhafi le vendredi 25 novembre 2011 de 18 à 22h à la bourse du Travail ; Métro
République.
Comme de nombreux opposants héroïques africains (Nasser, Lumumba, Sankara, …),
Mouammar Kadhafi a choisi de mourir dignement pour servir la devise d’un autre africain
résistant, déporté en Guadeloupe (Louis Delgresse) : « vivre libre ou mourir ! »

FETAF – COFFAD – La Voix de la Libye – Nord-Sud Patrimoine commun – Etats-Unis d’Afrique – Soleil d’Afrique – Coordination pour la Paix en Libye africaine – L’Appel Franco-Arabe – Allainjulesblog.com
tél 0632006303 mail : [email protected]
Contacts : [email protected] / 0033699180719
__._,_.___

Une réponse “HOMMAGE A KADHAFI – A LA SOUVERAINETE DE L’AFRIQUE”

  1. Francenaldo Amorim
    20 novembre 2011 à 3 h 26 min

    Je suis au Brésil, mais nous ici ferons notre hommage pour cet hero et guide du peuple libien.-Co.Moammar Kadafi
    La lute continue, les libiens doit être conscience, qui même qui l ´OTAN (sarkosi/Obama), et les traites du CNT assassine toute la famille Kadafi et même les generaux du peuple libien, il y aura encore des millions de libiens qui vont continuer la lute en son som, pour l´ideal socialiste arabe.et liberer la Libie de la domination étranère de l OTAN.
    Le socialisme arabe du pouvoir qui émane des basses populaires, ne sera mort jamais.

    Long vie pou Saif al Islam. Qui´ils respect sa vie en cas d´il avoir été arreté, parceque sa mort coutera de milliers de vies des traites et mercennaires qui lui suiveront.
    Ces politiciens qui son a Bengasi et Tripoli, ils sont déja coupable de la mort de Kadafi, et seront responsabele pour sa vie, qui´ils ne fasse pas autre crime de guerre avec Saif Al Islam.
    Long vie pour lui qui Jesus Crist et Alah lui protege.

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,