Aller à…
RSS Feed

28 octobre 2020

Libye – Entretien avec un double rescapé par Salim Bouterfas pourAlgerieNetwork


Entretien avec un double rescapé

DIMANCHE, 20 NOVEMBRE 2011

SALIM BOUTERFAS

 

AlgerieNetwork a rencontré Kamel*, un double rescapé. Ressortissant algérien installé en Lybie depuis 2008 et « rentré » en Europe à bord d’une embarcation de fortune. Il nous raconte son périple et son témoignage sur ce pays.

Entretien réalisé par Salim Bouterfas pour AlgérieNetwork

Merci Kamel* de nous accorder cet entretien, nous avons appris que vous être rentré en France via l’Italie depuis mai 2010. Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Merci tout d’abord de votre intérêt. Je suis Kamel*, un algérien de la région oranaise. Je me suis installé en Libye en tant que travailleur, je suis célibataire et j’ai 38 ans.

J’ai vécu en Libye depuis l’année 2008 et jusqu’aux troubles qui y sont apparus. Je suis rentré en France via l’Italie car la situation de réfugié en Italie n’ouvre pas de perspective d’avenir. J’ai donc décidé de rentrer en France et cela depuis l’été 2011.

Pourquoi avoir quitté la Libye pour l’Europe, vous auriez pu rentrer au pays ?

Vous avez en partie raison. Je me suis installé en Libye car la situation économique en Algérie ne me permettait pas de vivre décemment. Je n’ai aucune qualification et suis issu d’une famille paysanne.

J’ai donc fais toutes sortes de métiers manuels ou qui ne requièrent aucun diplôme ou qualification. Après les évènements en Libye j’ai préféré tenté ma chance en Europe. Mon but n’était pas de rentrer spécialement en France, mais dans tout pays qui me permettrait de de gagner honnêtement ma vie.

Qu’en est-il de votre vie en Libye, que pouvez-vous nous dire sur ce pays ?

Je suis resté 3 ans en Libye, en tant que travailleur étranger. Car la situation dans ce pays est très confortable. Il y’avait du travail, le gîte et le couvert pour tout le monde, je pense qu’il y avait des opportunités de travail meilleures que celles existantes en Europe. C’était un pays prospère dont la monnaie a une bonne valeur. Il y’a beaucoup d’étranger en Libye, la population libyenne y est minoritaire.

Il était assez facile d’investir pour les libyens, contrairement à la France où l’on est obligé d’acheter la terre, de construire…Il leur suffisait de faire une demande et les fond étaient disponible pour investir. Pour acquérir une maison, un commerce ou même un véhicule c’était très facile ! Je n’ai pas vu de bus ou de trains en Libye ! Tout le monde ou presque avait son véhicule. Le carburant y était presque gratuit ! Les routes étaient très bonnes aussi.

Les enfants de la Libye ne travaillent presque pas, dans le sens où ils n’ont que l’armée ou des entreprises libyennes où ils pointent le matin et le soir.

Ceux qui travaillent le plus en Libye sont les étrangers, ils tiennent des entreprises, des hôtels…

En ce qui concerne l’armée libyenne, nous avons entendu parler des milices de Kadhafi. Qu’en est-il ?

Oui il y’avais des Katibate (compagnies) militaire, comme en Algérie. Ce sont des compagnies appartenant à l’armée libyenne et chacune d’elle portait un nom.

Comment Kadhafi était considéré en Libye par le peuple libyen ?

La Libye est constituée de tribus, c’est une chose importante à savoir pour comprendre la société libyenne. Certaines avaient plus d’affinité avec lui que d’autres. Et toute la population est armée en Libye ! En plus des armes distribuées par Kadhafi ! Comment expliquer que le peuple détestait Kadhafi alors qu’il les a tous armé ? Ce n’est pas logique.

Kadhafi a construit le pays, tout y était gratuit ou presque ! Comme je vous l’ai dit, chacun pouvait avoir son véhicule, il suffisait de faire un dossier et d’aller à la banque pour avoir l’argent. Le paiement se faisait par tranches.

Ceux qui ne travaillaient pas recevaient une allocation et le loyer y était presque gratuit ! Et je pense qu’ils vont souffrir actuellement.

Je peux vous dire qu’à Tripoli, le peuple aime Kadhafi, Sebha, Syrte aussi. Il était aimé dans toutes les grandes villes du pays sauf dans deux villes : Misrata et Benghazi ! Ces deux villes ne font pas partie de sa tribu.

Il faut dire qu’il les traita injustement, c’est peut-être cela qui explique leur animosité envers lui. Ces deux villes n’ont pas bénéficié des rentes de l’Etat comme les autres villes. Et cela depuis très longtemps, je pense depuis le coup d’Etat qui l’a propulsé au sommet de l’Etat.

On raconte qu’il avait exterminé la moitié d’un village…c’est ce que l’on dit…Dieu seul sait.

On parle de dizaines de milliers de morts en Libye…

Je tiens à dire que Kadhafi n’attaquait pas sa population, comme j’ai entendu après.

Je parlais des victimes des bombardements. Mais dites-nous, Celles qui n’avaient pas – disons – d’affinité avec Kadhafi, comment réagissaient-elles avec lui ?

Kadhafi était hors de portée, personne ne pouvait lui nuire.

La société libyenne est une société tribale constituée de grandes tribus et de Archs (familles) et tout le monde est armé en Libye.

Les gens de Benghazi sont tours noir, ils ressemblent aux Kabyle algériens, dans le sens où ils ne ressemblent pas aux autres libyens, leur langue est très différente, c’est un dialecte étranger à la Libye. Du côté de la Tunisie et de la frontière égyptienne, ils ne parlent pas l’arabe.

Kadhafi est originaire de Syrte. Il leur a laissé un testament, dans lequel il parle de l’armée libyenne et où il voulait être enterré.

Où étiez-vous quand les évènements ont commencé ?

J’étais dans la ville de Khoms (dans l’ouest) . Une ville se situant pas très loin de Zlitan. Les premiers évènements pas très graves ont débuté Benghazi mais le plus sérieux s’est passé à Misrata. C’est après que les européens sont rentré à Benghazi.

Quelle ont été les réactions des gens après le début des évènements ?

Personne ne veut que son pays sombre dans le chaos. Les gens n’étaient pas d’accord avec ce qui se passait !

Ici en France, les médias prétendent que Kadhafi avait martyrisé son peuple dans son entièreté et que celui-ci s’était rebellé contre lui…

Non, absolument pas. Les libyens avaient d’excellentes conditions de vie. Pourquoi feraient-ils cela ? Je vais vous dire quelque chose : En Libye, contrairement à tous les pays arabes comme l’Algérie, Tunisie ou Maroc, l’alcool n’était pas en vente libre. Rien que pour cette raison, peut être que cela le sauverait dans l’au-delà, car aucun pays musulman n’interdit ce genre de choses !

Autre chose, les enseignes commerciales et inscriptions dans les rues étaient toutes en arabe.

Je pense que si les libyens avaient été dans une mauvaise situation, ça aurait pu être le cas. Mais ils avaient d’excellentes conditions de vie et il faut savoir que le pétrole libyen va –dorénavant- servir à la reconstruction de la Libye. Donc, il faudra des années avant qu’elle ne redevienne juste comme avant !

La France et l’Italie vont aussi prendre le pétrole libyen et ça ne s’arrêtera jamais ! Donc, je pense que la situation ne sera jamais comme avant ! Et je pense qu’ils vont rester pour longtemps là-bas en Libye.

Je pense – aussi – que Kadhafi savait qu’il allait y laisser la vie dans ce conflit, il a combattu jusqu’à la fin.

Depuis combien de temps avez-vous quitté la Libye et dans quelles conditions ?

J’ai fuis la Libye depuis 8 mois maintenant (ndlr, mars 2011). Les combats ne me concernaient pas du tout, j’étais un étranger résidant en Libye. Je n’ai donc pas prit part aux combats. Pas plus que beaucoup de libyens.

Il y’avait des combats au sol en plus des bombardements venant des airs. Il y’avait des combats entre l’armée libyenne et les autres. C’était très violent et la destruction était partout ! C’était deux armées qui s’opposaient.

Il y’a eu beaucoup de morts à cause des bombardements aériens, j’ai vu de tout là-bas…les morts, les destructions. C’était devenu le chaos total !

Le peuple a-t-il prit part aux combats ?

Non, le peuple ne prenait pas part aux combats. Ils étaient occupés à chercher de quoi manger et s’abriter ! C’était un combat entre d’un côté l’armée libyenne avec ses Katibate (Compagnies militaires) et les autres.

Les combats ont commencé du côté de Misrata, et Lanouf (ndlr, Ras Lanouf) là où il y’a les puits de pétrole. J’y étais à l’époque, quand ç’a commencé à l’est je me suis déplacé vers l’ouest, à Khoms, à côté de Zlitan.

Comment s’est passé le déplacement vers l’Ouest ?

Nous n’avons pas eu de problème, il n’y avait rien sur la route, aucun barrage routier.

Comment s’est passé votre voyage depuis la Libye et dans quelles circonstances ?

J’ai fuis la Libye depuis l’extrême est du pays suite aux évènements dramatiques qui s’y sont passés. Nous avons embarqué à la frontière avec la Tunisie. Nous étions à peu près 165 personnes à bord et s étions très serrés ! Moi et trois autres personnes étions les quatre blancs de l’embarcation, les autres étaient des noirs libyens (moi, le chauffeur et son « graisseur» et un autre).

Pour nous nourrir nous avons pris avec nous du pain, des dattes et du lait afin de tenir jusqu’en Italie. C’était un voyage très épuisant !

Le voyage a été très dur et a duré 5 jours. Un voyage qui devait normalement durer pas plus de 19 heures ! Car notre deuxième moteur est tombé en panne, sans parler des infiltrations d’eau que nous devions éponger tout au long du voyage (le moteur rejetait l’eau de mer qui devait servir de refroidisseur à l’intérieur de l’embarcation). J’ai cru que j’allais me noyer tout au long de cet épuisant voyage.

Mes craintes ont été d’autant plus grandes que nous avons croisé sur notre route des dizaines de cadavres qui flottaient sur l’eau. On aurait dit des fourmis sur l’eau…C’était abominable !

Comment s’est passé l’entrée en Europe ?

Nous avons été accostés par un navire italien près de Lampedusa (ndlr, Ile de Lampedusa), et les italiens nous ont transféré vers le continent à bord d’un bateau. Nous avons été hébergés dans un hôtel. Je suis resté presque 3 mois en Italie, muni d’un « récipicé ».

Comment furent vos conditions d’accueil en Italie ?

Nous avons été très bien traités, nourris et hébergé gratuitement. Ils nous offraient des cigarettes, pour ceux qui fument. Le seul problème qu’il y a eu était avec le maitre d’hôtel qui ne nous servait que des pattes pendant les 3 mois où j’étais resté.

Je dois dire que l’Etat italien nous a très bien pris en charge. Je me suis ensuite dirigé vers la France muni de mon « récipicé », qui me permet de circuler dans toute l’Italie ainsi que les pays européens.

Pour conclure, que diriez-vous de votre expérience en Libye ?

La Libye est un très bon pays. C’est un pays où il y a du travail pour tous et qui prend soin du pauvre. Celui qui voulait travailler en Libye pouvait le faire librement.

La suite ? Je pense que ça va aller de mal en pire pour la Libye, elle ne redeviendra jamais comme avant ! Il faut peut-être de longues années pour que tout redevienne comme avant !

Pour que ses enfants (ndlr, Libyens) redeviennent comme avant, il faudra un très long moment.

Je pense que la France s’est engagée dans cette guerre en Libye pour se refaire une santé financière. Car la France va mal, et la situation de la Libye était très bonne, sans compter les ressources pétrolières dont elle disposait ! Mais je n’arrive toujours pas à comprendre qui sont réellement les pays impliqués dans ce qui s’est passé en Libye, si c’est la France ou d’autres pays…C’est assez confus !

Merci Kamel* d’avoir répondu aux questions de AlgerieNetwork, nous vous souhaitons bon courage !

*Kamel est un pseudonyme car l’interviewé n’a pas souhaité que l’on connaisse son identité.

Source : Entretien avec un double rescapé

Une réponse “Libye – Entretien avec un double rescapé par Salim Bouterfas pourAlgerieNetwork”

  1. Francenaldo Amorim
    27 novembre 2011 à 7 h 21 min

    L OTAN a détruit la Libie comme nation. La libie formé de tribus, vas jamais accepter que les separatistes de Bengasi, prenne le pouvoir aidé par les étrangers de l ´OTAN. La lute continuera, et beaucoup de traites seront morts, et la libie continuera souffrant.
    Les maudits de l`OTAN-Satkosy, OBAMA , devront payer pour les crimes de guerre contre le peuple libien.;

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,