Aller à…
RSS Feed

22 octobre 2020

L’Otan accusée de négligence pour la mort en Méditerranée de réfugiés venant de Libye


  • MÉDITERRANÉE / MIGRATIONS / LIBYE  –
Article publié le : vendredi 30 mars 2012 – Dernière modification le : vendredi 30 mars 2012

L’Otan accusée de négligence pour la mort en Méditerranée de réfugiés venant de Libye

Une embarcation avec à son bord des migrants originaires d'Afrique du Nord entre dans le port italien de Lampedusa le 12 avril 2011.

Une embarcation avec à son bord des migrants originaires d’Afrique du Nord entre dans le port italien de Lampedusa le 12 avril 2011.

AFP / Filippo MONTEFORTE
Par RFI

Publié jeudi 29 mars 2012, un rapport de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe pointe la responsabilité de l’Alliance atlantique, ainsi que celle des autorités italiennes, dans la mort en Méditerranée de 63 réfugiés fuyant la Libye en guerre l’an passé à bord d’une embarcation de fortune.

Avec notre correspondante à Strasbourg, Anja Vogel

C’était il y a un an : l’embarcation était partie de Tripoli le 26 mars 2011, avec 72 passagers à bord, une semaine après le déclenchement des frappes aériennes sur la Libye. Après 15 jours d’un périple tragique, sans eau ni nourriture, les migrants s’échouaient à nouveau sur les côtes libyennes. Ils n’étaient plus que neuf survivants.

 

Carte reconstituant en Méditerranée le périple tragique des réfugiés sur lesquels enquête le Conseil de l’Europe

http://assembly.coe.int/

 

L’Otan n’a pas réagi aux signaux de détresse dans une zone militaire qu’elle contrôlait, souligne un rapport du Conseil de l’Europe, rendu public ce jeudi. Il semblerait que les appels au secours aient été ignorés par plusieurs navires de pêche, par un hélicoptère militaire et par un important bâtiment de la marine, selon l’auteure du rapport, la socialiste néerlandaise Tineke Strik.

Elle estime crédibles les témoignages des rescapés, selon lesquels l’hélicoptère leur aurait jeté de l’eau et des biscuits sans jamais revenir. Selon ces témoignages, l’équipage du vaisseau maritime était muni de jumelles. Tineke Strik pointe également les défaillances du Centre de coordination de sauvetage maritime italien, qui a diffusé l’alerte sans s’assurer que la prise en charge de l’embarcation était assurée.

La Néerlandaise accuse enfin l’Otan de n’avoir pas assumé toutes ses responsabilités, car les communications relatives au bateau en détresse n’ont pas été transmises par le quartier général de Naples aux vaisseaux placés sous son contrôle.

Le rapport doit être adopté fin avril par l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe. Il rappelle qu’au moins 1 500 personnes ont perdu la vie l’an dernier en tentant de traverser la Méditerranée.

TAGS: IMMIGRATION – LIBYE – OTAN – RÉFUGIÉS – UNION EUROPÉENNE

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,