Aller à…
RSS Feed

14 octobre 2019

Briser le « continuum entre deux «révolutions» par les Pacifistes de Tunis


Briser le « continuum entre deux «révolutions»

Adresse de ce document : https://docs.google.com/document/pub?id=1w8bFfOlQ6VceyXA3BtHlczjuoidTHKNY-9xJWRVkzA8

4 janvier 2011

 

L’article intitulé « G8 où es-tu ? » (copie plus bas) a le grand mérite de rappeler cette fameuse visite en France du président tunisien revenu avec la promesse de 25 milliards d’euros qui a fait certainement taire la révolte dans la rue comme nous l’avons constaté ici :

« Pour une fois on devait croire à un don providentiel qui viendrait récompenser les Tunisiens d’avoir chassé Zine El Abidine Ben Ali ».

En fait, c’était un leurre que nous avons dénoncé très tôt [1]. Ce « don » visait à exiger des Tunisiens qu’ils ne manifestent pas leur opposition à (ou, pour être plus exact, exiger de la police tunisienne qu’elle empêche toute manifestation contre) la guerre contre le pays voisin. En effet, les Tunisiens sont restés connus pour leur véhémente opposition à la l’agression contre l’Irak en 1991 et 2003.

« L’émir, qui vient de «démocratiser» la Libye, va tenter de réaliser un continuum entre deux «révolutions», en faisant sienne la tunisienne ».

Oui, c’est cela. La Libye se trouvait être le point de jonction entre l’Egypte révolutionnaire et la Tunisie révolutionnaire. Par ailleurs, cet Etat était révolutionnaire par sa nature jamahirienne. Gaddafi avait exhorté les Tunisiens et les Egyptiens à fonder des Jamahiriya locales et les impérialistes ont bien compris ce message. Dès lors, il fut décidé de frapper au milieu afin, comme vous diriez, de briser le « continuum entre deux «révolutions». Qui n’a pas compris cela n’a rien compris à la guerre contre la Libye.

 

Les Pacifistes de Tunis

http://tinyurl.com/5v9h9lr

 

___________________________________________

Tunisie : G8 où es-tu ?

La Tunisie a connu le bonheur d’être assurée d’une aide du G8, dans le cadre du plan en faveur des «printemps arabes». C’était en mai dernier. Qui se rappelle de cette euphorie qui a accompagné et suivi le voyage du Premier ministre provisoire tunisien au G8 ?

Il avait sous le bras un plan de développement de rien moins que 25 milliards de dollars. Des dizaines de milliards virtuels pleuvraient sur les arabes «printaniers».

Béji Caïd Essebsi ne sentait plus le sol sous ses pieds, il flottait. Il triomphait. La maison était sauve. Il avait de quoi calmer le peuple insurgé. Des promesses sonnaient au lointain et ne tarderaient pas à tomber. Il fallait juste «ne pas faire peur à l’argent», se calmer, rentrer à la maison.

Les Etats-Unis, l’Europe, la Banque mondiale, le FMI et beaucoup de bailleurs se sont mis d’accord pour mettre la main à la poche et aider la Tunisie, en particulier. A ce moment là, il n’était pas question de poser la question du comment. C’était comme si quelque chose avait modifié les règles d’or du capital. Pour une fois on devait croire à un don providentiel qui viendrait récompenser les Tunisiens d’avoir chassé Zine El Abidine Ben Ali.

Cet acte passait pour le commencement de l’Histoire. Un big-bang en quelque sorte, que certains n’ont pas hésité à vouloir transformer en «dette économique», dont serait redevable la «communauté internationale».

Quelques mois plus tard, les aides n’ont pas pointé le bout du nez. Ce n’était, en fait, qu’une fausse alerte. Les banquiers ne donnent rien pour rien. Encore moins à une économie exsangue, et à un pouvoir qui aura du mal à mener à la trique des citoyens qui ont appris à ne plus se laisser faire. Elles attendront aussi longtemps qu’il faudra, elles ont le temps, qu’on leur présente des projets juteux et pas de simples suppliques. On ne fait pas dans le sentiment dans ce monde bâti sur les froids calculs financiers. Les engagements des menteurs politiques n’y pourront rien.

Alors, le Qatar se présente. La victoire des islamistes aura, au moins, servi à cela.

L’émir, qui vient de «démocratiser» la Libye, va tenter de réaliser un continuum entre deux «révolutions», en faisant sienne la tunisienne. Des voix s’élèvent, déjà, contre cette incursion, jugée intéressée et dangereuse pour la «démocratie» et la «modernité». La nomination du footballeur Tarak Dhiab en tant que ministre provoque un tollé. Il est «imposé» par l’Emirat dit-on.

Il occupe le poste de consultant dans le bouquet sportif de la diabolique Al Jazeera. Son incompétence politique, son faible niveau d’instruction et son inculture manifeste constitue un CV qui aurait dû rejeter sa candidature. Il est quand même désigné dans le premier gouvernement, de l’après Ben Ali.

Mais il y a 800 000 chômeurs déclarés à caser et des demandes sociales incommensurables à satisfaire. L’argument est sans appel. Le choix entre les féodaux du Golfe «disponibles» et les Grandes «démocraties» cupides est vite fait. Reste à mesurer, dans les mois qui viennent, l’efficacité de ce partenariat.

Par Ahmed Halfaoui

http://www.lesdebats.com/editions/040112/les%20debats.htm

 

 

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,