Aller à…
RSS Feed

24 novembre 2020

Tunisie : Hamadi Jebali l’islamiste d’Ennahda qui ternit l’image de la Tunisie.


Où sont nos ONG droit dd l’hommistes, ou de défense du droit d’sile ? On ne les entend pas. Al Baghdadi al Mahmoudi devait être protégé car il avait déposé une demande de droit d’asile. Surtout que la nouvelle Libye est un pays où les tortures, les massacres les plus barbares sont monnaie courante, surout envers tous ceux qui de prêt ou de loin avait soutenu la Jamarihiya. Nous devons craindre pour sa vie

Ginette

 

———————————-

Tunisie : Hamadi Jebali l’islamiste d’Ennahda qui ternit l’image de la Tunisie.

Publié le25 juin 2012

par Allain Jules

 

Hamadi JebaliHamadi Jebali

Pour ceux qui douteraient encore un seul instant de la coalition morbide et mortifère des islamistes et de l’Occident, il faudrait visiblement les soigner. Le cas de l’extradition complètement illégale et surtout zélée de l’ancien premier-ministre libyen Al-Baghdadi Al-Mahmoudi en est l’illustration. Cette décision du chef du gouvernement tunisien Hamadi Jebali, membre du parti islamiste Ennahda montre que ce dernier veut couvrir l’Occident, en livrant un homme qui en savait trop. Ambiance.

Nous avons appris, tard dans la nuit de dimanche à lundi que la décision du fou à lier et inhumain Hamadi Jebali d’extrader dimanche vers la Libye l’ex-Premier ministre libyen Al-Baghdadi Al-Mahmoudi a déclenché une crise sans précédent avec le président de la République Moncef Marzouki, furieux de ne pas avoir été consulté. Oui, quand on dîne avec le diable, mieux vaut se munir d’une longue cuillère comme dit le dicton chinois mais, les Occidentaux doivent savoir que, le combat final de ces gens se livrera contre eux. la colère de Marzouki est un leurre. Il ne peut rien sans le parti islamiste Ennahda et, le monstre Hamadi Jebali le sait très bien.

Le CNLT (Conseil National pour les Libertés en Tunisie) a condamné dans un communiqué, cette désinvolture du Gouvernement tunisien qui déshonore leur pays: “Le CNLT considère que l’Etat tunisien a contrevenu par cet acte à ses obligations internationales relatives au droit d’asile. En vertu des traités internationaux auxquels la Tunisie est partie – et notamment la Convention de Genève de 1951- il lui est interdit de renvoyer une personne dans un pays où sa vie serait en danger, et où elle risque d’être soumise à la torture et de ne pas bénéficier d’un procès équitable.”

Vous n’entendrez pas les ONG qui s’arrogent le droit de donner des leçons aux autres s’insurger contre cette extradition illégitime.  Puisqu’elles sont occidentales et ça arrange bien leurs petites affaires. Avec ce acte inhumain voire criminel, vu la situation qui prévaut en Libye, la nouvelle démoncratie qui bénéficie d’une impunité à nulle autre pareille se permettant même de mettre aux arrêts ses sauveurs (membres des la CPI), Al-Baghdadi Al-Mahmoudi n’a aucune chance de ressortir vivant.

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,