Aller à…
RSS Feed

15 novembre 2019

14 juillet: Si j’interviewais François Hollande, il allait en baver.


14 juillet: Si j’interviewais François Hollande, il allait en baver.

Publié le15 juillet 2012

par Allain Jules

 

François HollandeFrançois Hollande

En France, on l’a encore vu, hier à midi, lors de l’entretien qu’a donné le président François Hollande sur France2 et TF1, que, le politiquement incorrect n’existe plus. Laurent Delahousse et Claire Chazal n’ont pas démérité, loin s’en faut, mais sont complètement passés à côté de la déontologie. Dans les écoles de journalisme, on ne demande pas d’agresser, certes, mais de voir la désinvolture et le satisfécit avec lesquelles ils ont bu les paroles de François Hollande m’a laissé pantois. Contrairement à certaines affirmations lu ici et là, il n’a rien esquivé, ce sont les journalistes qui n’étaient pas assez incisifs.

Comme on peut le voir à la télévision, le vrai journalisme cède progressivement sa place à une information et des programmes calibrés sur mesure. Moi qui suis formé à l’école française, je ne me retrouve plus. Où est passée l’impertinence d’antant ? Où sont les vrais polémistes ? Il suffit de comparer les unes de la presse française et celles de la presse internationale pour s’en convaincre, le journalisme français traverse une vraie crise.

L’exercice de l’interview demande de l’audace quand on est face à une personnalité. Interviewer de petits escrocs, ou tomber par hasard sur la confession d’un criminologue n’a rien de jouissif. Quand on parle à un président de la République, si, il y a de l’adrenaline. Quand j’entends Xavier Bertrand dire qu’on a rien entendu, faisant ainsi un reproche au chef de l’Etat, j’ai envie de lui retorquer que, non, ce sont les journalistes qui ont été incompétents sur ce coup-là.  Sur PSA, que dit Hollande ? Que l’Etat ne laissera pas faire. “Qu’est-ce à dire ?” aurait été ma question, en insistant, bien sûr, sur ce que lui et le Gouvernement Eyrault comptaient faire. Passons.

Mais, ce qui m’a le plus choqué, ce sont les déclarations de François Hollande sur le Mali. Comme vous le savez tous, c’est son prédécesseur, avec la guerre en Libye, qui est à l’origine de ce qui se passe aujourd’hui au nord Mali. Aucun de deux journalistes n’a eu le courage ou la décence de rappeler ces faits. Tenez, revisitons à l’aide de ce petit track back, les déclarations de François Hollande sur la situation malienne:

 «C’est aux Africains de décider»

 Les pays africains «doivent déterminer quand et comment intervenir militairement dans le nord du Mali»

 La France «serait en soutien mais pas en première ligne».

C’est dit. Comprenne qui pourra. Et pourtant, ce même François Hollande veut par tous les moyens intervenir en Syrie. Pourquoi ? La France est intervenue en Libye, alors que les Africains qui sont sollicités aujourd’hui pour le Mali, voulaient régler le problème libyen…pacifiquement.  Refus et menaces de Nicolas Sarkozy, qui ne rêvait que de voir le frère Guide Mouammar Kadhafi mort. Cherchez l’erreur ! Ce n’est que la réalité qui saute aux yeux.

Alors, si les Etats-Unis disent qu’ils iront au Mali, la France suivra illico-presto ? La France est-elle devenue le pays des idiots utiles de l’extrémisme musulman ? N’y a-t-il aucun intérêt au Mali pour bouter hors du Nord ces extrémistes qui lisent le Coran les yeux bandés ? Ce qui est sûr, il n’allait pas répondre à ces questions où, simplement user de pirouettes en guise de réponse. La prudence de la France et de l’Occident se résume en un seul point: les otages…Français retenus par Al Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). Le reste, la vie des Maliens, la préservation des sites repertoriés au patrimoine mondial de l’UNESCO, rien à cirer pour ces gens dont l’égoïsme abyssal est patent. Finalement, il n’y a que les Africains à se bouffer entre eux et en évoluant perpétuellement la tête dans le guidon.

 

 Pour ceux qui doutent encore de la malhonnêteté intellectuelle de ces gens, tant pis pour eux parce que, ils resteront dans l’ignorance.  Chaque fois que j’essaye de montrer les limites de cette gouvernance qui estime qu’elle est la meilleure, que me rétorque-t-on habituellement ? “Vous n’aimez pas l’Occident !”. Ce qui n’est nullement une réponse mais une fuite en avant. Qui aime bien châtie bien, non ? Ainsi, quand ces gens veulent aller intervenir quelque part, ils passent leur temps à déformer tout, à mentir comme des arracheurs de dents. C’est le cas en Syrie où, ils sont les alliés des extrémistes musulmans au détriment d’un pouvoir laïc…

Il y a plus qu’une urgence au nord Mali où, Ansar Dine est entrain de faire une jonction avec ses amis de l’Algérie, du Niger ou de Mauritanie. Mais, François Holande et les autres ne semblent pas voir.

Au secours, ils sont devenus fous !


Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,