Aller à…
RSS Feed

15 novembre 2019

DISCOURS HISTORIQUE DU GUIDE KADHAFI A L’OUVERTURE DU 20è SOMMET ARABE


  200px-Muammar al-Gaddafi at the AU summit

 DISCOURS HISTORIQUE DU GUIDE KADHAFI A L’OUVERTURE DU 20è SOMMET ARABE:                    Le Guide de la Révolution Libyenne explique ici sa vraie vision des Etats Unis d’Afrique, qui doivent être une compensation géopolitique pour le monde arabe.

 

 

Discours du Guide de la révolution à l’ouverture du 20ème sommet arabe tenu à Damas du 29 au 31 mars 2008.

29 mars 2008

Au nom du Dieu Tout Puissant !

Tout d’abord, je voudrais saluer mon fils Bashar Al-Assad et le peuple syrien pour l’accueil chaleureux et mes remerciements pour avoir convoqué ce sommet. Et je voudrais remercier mon frère Amr Moussa pour son effort et pour assumer la tâche difficile qui est la sienne.

Nous devrions au moins adhérer au niveau minimum de l’unité arabe ou annuellement convoquer ce sommet de cette manière et sur le sommet arabe et ses activités… ceci représente le niveau minimum de l’existence arabe.

Quand nous parlons des Turcs, on voit qu’il ont un état… quand nous parlons des Perses, ils ont l’état de l’Iran… quand nous parlons des Italiens, ils ont l’état italien… quand nous parlons des Chinois, ils ont l’état de la Chine… et quand nous parlons des Arabes, ils n’ont aucun état.

Les Arabes sont une nation sans état, toutes les autres nations ont un état et c’est pourquoi elles affirment leur existence. Les Arabes sont incapables de prouver leur existence, parce qu’ils n’ont pas un état ; c’est une affaire très dangereuse, particulièrement au jour d’aujourd’hui. La raison c’est que les Arabes n’avaient pas été capable d’établir leur état à l’époque de l’affirmation des nationalités. Lorsque le nationalisme, l’unité nationale, la langue, la culture, l’origine, le sang et la religion étaient répandus à l’époque, nous n’avions pas tiré de bénéfice et nous avions perdu le temps. Nous sommes entrés dans une ère où le nationalisme, la religion et la culture n’ont plus sa valeur d’exister, nous sommes plutôt à l’ère du matérialisme, de la démographie et de l’espace commun, indépendamment du nationalisme, de la religion, de la langue et de la culture.

Nous avons répandu la langue… le nationalisme quand cela prévalait ; maintenant, nous sommes entrés dans une autre ère, l’ère de la globalisation et des espaces puissants qui sont fondés sur la démographie et les intérêts matériels communs qui n’a aucune relation avec la race, la langue, la religion ou la culture.

Les Européens ont établi un Etat commun, les Africains ont une union qui pourrait devenir un Etat commun, et l’Amérique latine est en train de Etat commun (par a Grâce de Dieu). Dans le nord, les Américains ont formé les Etats-Unis d’Amérique, la Chine est un espace puissant, même les pays de l’Union Soviétique forment maintenant dans ce qui est connu comme nouveau Commonwealth ou états indépendants. L’Océan Indien se forme et un jour formera un Etat commun.

Et les arabes, où sont-ils ? Ils n`ont aucune place dans cette nouvelle carte du monde.

L’ASEAN est formée là de 10 états asiatiques + un ou + deux ou + trois. Les Arabes sont dans l’Océan Indien… ils ne sont pas à l’ASEAN… ils ne sont pas en Chine… ils ne sont pas dans le nouveau Commonwealth « les états indépendants »… ils ne sont pas dans l’union européenne… ils ne sont ni dans l’union africaine, en Amérique latine, le NAFTA ni en Amérique du Nord. Alors, où sont-ils ?

Malheureusement, la situation des Arabes est très difficile et effrayante ; Un point d’ point d’interrogation au-dessus de leur avenir. Un point d’interrogation apparaît indistinctement au-dessus de nous les Arabes, Un point d’interrogation au-dessus de notre futur… où allons-nous être ? Comment allons-nous avec ? Nous ne sommes pas ensemble maintenant.

Les Deux tiers des Arabes sont des Africains. Nous, dans l’Union africaine, serions une armée africaine commune… dans une zone commune de défense, dans l’espace africain… un gouvernement africain, ou probablement à l’avenir, les Etats-Unis d’Afrique. Un tiers des Arabes sont à l’extérieur de l’Afrique… et à l’extérieur de asiatique… en dehors de l’espace européen. Ils ne peuvent pas former un espace leur propre espace.

Les espaces ont des fondamentaux, à savoir une puissance économique forte, un marché de consommateurs et des possibilités formidables de la défense. À moins que vous ayez ceci autrement dit, vous ne pouvez pas vivre en dehors d’un espace qui a les possibilités à concurrencer. C’est une analyse de notre situation en ce moment. C’est pourquoi j’ai réclamé l’établissement d’une union arabe-africaine. Les un tiers d’Arabes qui vivent en dehors de l’Afrique peuvent rejoindre l’espace africain.  S’ils choisissent l’effet contraire ils finissent vers le haut comme secteurs d’influence, de protectorats marginalisés et de territoires isolés.

Quant à la question palestinienne, la question centrale de l’Arabe au sujet dont nous parlons beaucoup… malheureusement nous avons tout perdu, étape par étape, jusqu’à ce que nous sommes arrivés où nous y sommes… et l’ennemi a su que nous avons perdu l’action en conséquence… il a gagné pendant que nous avons perdu.

L’OLP n’est ni le Fatah ni le Hamas. Il est comme le sionisme, le parapluie de tous les extrémistes juifs de droite et de gauche. Cela les a menées jusqu’à ce qu’ils ont créé un état… il est comme l’ANC qui a mené le combat pour la libération de l’Afrique du Sud, aussi comme auparavant, le Front algérien pour la libération qui regroupait toutes les factions algériennes et qui a mené la lutte de libération.

L’OLP ne devrait pas être diminué au Fatah, et le Hamas perdra son identité palestinienne s’il quittait l’OLP que je ne pense pas qu’il se produira. Khalid Mishal et Ismail Haniya, soyez la bienvenue à OLP qui nous regroupe tous. Pourquoi ne nous servons-nous pas de ceci… ? Le Fatah et le Hamas ne peuvent pas être réconciliés parce qu’ils sont d’idéologies opposées… et parce qu’ils sont ainsi, ils devraient apprécier qu’il y a un parapluie qui les couvre… l’OLP. Ils devraient stopper la lutte.

Comme vous savez qu’il y a des extrémistes aussi bien que les juifs modérés, qui sont en désaccord mais ils se réunissent sous le parapluie du sionisme… leur but commun, c’est d’établir l’état juif.

Le but d’OLP est d’établir un état palestinien qu’ils ne peuvent pas contester, mais il est impossible de mettre le Fatah et le Hamas ensemble, ainsi laissez les Palestiniens partir dans les lignes parallèles qui peuvent ne jamais se réunir mais également peuvent ne jamais se heurter.

Donc, laissez que ce soit une recommandation de la conférence que l’OLP est le parapluie national de tous les Palestiniens Fatah, Hamas et d’autres. Ils peuvent être différents sur tous les autres aspects mais ils ont quelque chose en commun, tous étant des Palestiniens.

Nous parlons souvent du Conseil législatif palestinien et les élections palestiniennes et de toutes les agitations… Je dis s’il y a un congrès palestinien… il devrait représenter toutes les élections libres de Palestiniens partout dans le monde non seulement à l’intérieur de Gaza et de la Cisjordanie parce qu’ils font partie des Palestiniens. Il y a trois millions de Palestiniens en dehors même du territoire arabe… en Syrie ils sont d’un demi million… ils devraient être représentés dans le congrès palestinien, au Liban ils sont 300.000 Palestiniens, ils devraient également être représentés, en Libye ils sont 30.000 Palestiniens en Libye, aucun n’ait été représenté.

Le Conseil législatif palestinien devrait représenter tous les Palestiniens partout pour que le monde entier sache qu’il y a les palestiniens qui sont déplacés et sont expulsés de leur terre.

S’il y aurait un gouvernement palestinien dans l’air sans le territoire… vous savez que les gens et le territoire sont les conditions fondamentales d’un état… l’état palestinien n’a aucun territoire… où est le territoire de l’état palestinien… ? La Bande Ouest de Cisjordanie n’est pas Palestinien et ainsi est Gaza… ils sont mélangés. Même le territoire de 1948 dans lequel il y a un million de Palestiniens est mélangé. Ainsi, où est le territoire palestinien sur lequel un état palestinien doit être établi ?

Quand nous abordons la question de la frontière de 1967, ceci est en fait très étonnant. Où était la cause avant 1967 ? Avions-nous menti à nous-mêmes ou avions-nous menti au monde ? De milliers de martyrs sont tombés avant 1967. Pour qui était-ce ? Comment pourrions-nous dire que la Palestine a été occupée en 1967 et que nous devons revenir aux frontières de 1967 ?

La Palestine est-elle la bande de Cisjordanie et de Gaza ? Donc, s’il était comme ceci, cela suppose qu’elle n’était pas occupée par les Israéliens en 1948. Ils l’ont laissé 20 ans pour vous. Pourquoi n’aviez-vous donc pas créé un état palestinien ? La bande de Gaza n’appartenait- elle à l’Egypte ? La Cisjordanie n’appartenait- elle à la Jordanie ? N’avons-nous pas eu 20 ans ? Nous l’avions abandonnée aux juifs de 1948 à 1967. Pourquoi n’avez-vous pas créé l’état de la Palestine alors ? Quelle justification y a-t-il pour les guerres, les sacrifices et les boycotts économiques avant 1967 contre les Israéliens ?

Donc, les Israéliens pourraient porter plainte contre les Arabes. Ils peuvent réclamer des compensations de l’ordre des milliards ou probablement des trillions pour les pertes connues entre 1948 et 1967. Vous les Arabes, vous avez reconnu que la cause a commencé après 1967. Ils demanderont alorspourquoi vous nous avez combattus avant 1967 ?Vous devez nous verser la compensation et les réparations. Et que diriez-vous du soi-disant boycott israélien et des pertes économiques infligés par boycott aux Israéliens. Alors les Arabes doivent aller et payer ce prix. Ils peuvent vous poursuivre et ils peuvent le procès. Ils peuvent dire que nous sommes injustement traitésEt vous nous avez dit que nous sommes venus comme des agneaux parmi des loups. Et que depuis 1948 nous avions l’habitude de dire ceci et l’évidence pour cela est que les Arabes eux-mêmes, reconnaissent cela. Ils reconnaissent que la Palestine a été occupée en 1967 et ils réclament le retour des  frontières de 1967 alors, le problème sera fini et nous reconnaîtrions l’Israël.

Où étaient les pertes de 1948, les pertes de 1956, les pertes de 1967 et les pertes de 1973 et ainsi de suite ? Si le cas avait lieu seulement après 1967, pourquoi n’avez-vous pas reconnu Israël avant 1967 tant que la Palestine a été seulement occupée en 1967 ?

C’est choquant et bizarre. C’est illogique et absurde. Qu’est-ce que c’est ? Au nom de Dieu ! Il est absolument inacceptable. Si vous dites 1967 et vous l’approuvez, reconnaissez Israël.

Il pourrait y avoir encore une nouvelle occupation pour les autres terres arabes en 2008 par exemple. Et alors quelques années après, vous demanderiez un retour aux frontières de 2008 frontières et Israël sera reconnu. C’est ce qui se produit de cette façon.

Nous avons essayé avec des négociations et nous sommes allés loin dans les négociations. Les juifs ont l’habitude de dire, vous devez nous rencontrer une fois dans des négociations directes et le problème est résolu. Ils avaient l’habitude de le dire ceci dans les années 50 et 60. Ils avaient l’habitude de dire que nous vous invitons, vous les Arabes, à vous asseoir à la table avec nous juste une fois et le problème entre nous sera résolu.

Vous avez vu ce qui s’est produit. Nous les avons rencontrés près de mille fois en commençant par Camp David jusqu’à Annapolis. Tout ça n’a été que des négociations. Camp David, Oslo de notre frère Abou Mazin. Naturellement, il est le héros d’Oslo. Saddate est le héros du camp David et alors il y avait l’initiative arabe, que nous leur avons présentée et nous leur avons demandés de se retirer jusqu’à la frontière de 1967, comme ça, il y aura une totale reconnaissance et une totale normalisation. Qu’est-ce qui s’est produit ? Après ça,  est venue la feuille de route du président américain. Où est-il maintenant ? Où est Annapolis ? Et maintenant la Russie appelle aussi à une conférence de paix.

Il n’y a aucun acte. Chaque fois qu’il y a des négociations, les Palestiniens et les Arabes se dédoublent et les conflits montent. Et maintenant le monde joue à ce jeu. Il se dit, s’il y a des négociations, alors les Arabes se diviseront plus loin entre eux ainsi que les Palestiniens. Et les négociations sont devenues de l’essence pour causer plus de division entre les rands des arabes et des Palestiniens.

Et maintenant si vous entendez parler de n’importe quel besoin de relancer les négociations, ce ne sera pas pour résoudre le problème mais pour créer encore des divisions  dans les rangs des Palestinien et Arabes.

Je vous ai présenté la solution dans ce que j’ai appelé le Livre Blanc. Je l’ai présenté au monde entier. C’est une solution pour l’établissement d’un état ; les Palestiniens et les Israéliens doivent établir un état démocratique avec comme condition le retour de tous les réfugiés palestiniens. Je veux dire tous les palestiniens qui vivent à l’étranger, les trois millions et consort doivent retourner en Palestine. Nous devons démanteler des armes de destruction massive de cet état. Là il devrait y avoir des élections dirigées par les nations unies. Le président pourrait être israélien, suivi par un palestinien ou un Palestinien suivi par un Israélien. Peu s’en faut !

L’état doit être un et il y a des exemples de plusieurs états dans le monde avec différentes races et différentes appartenances ethniques formant un seul état. Ce qui importe est de trouver un territoire pour que chacun vive à l’intérieur.

Et fondamentalement ils sont intégrés. Nous voulons dire la Palestine qui a été occupée en 1948 et qui maintenant, a autour d’un million de Palestiniens. Mais ce n’est pas un état juif pur comme les juifs disent que c’est état hébreu. C’était un million de Palestiniens et ils pourraient devenir deux, trois ou quatre millions à l’avenir. Ils peuvent les expulser. Rien n’est pas écarté.

La Cisjordanie est un mélange entre les colonies israéliennes et les villes palestiniennes. Ils sont mélangés les uns avec les autres en Cisjordanie qui est un état et est là. Gaza a la même chose. Les ouvriers palestiniens étaient dans les usines israéliennes et dépendaient de l’un et l’autre dans les services, la production et des marchandises.

Toutefois qu’il y a une trêve entre les Palestiniens et les Israéliens, les rapports deviennent normaux et paisibles. Je ne crois pas que nous les Arabes, nous perdons si un état est établi entre le fleuve et la mer. Les Israéliens disent que ceci signifierait la fin de l’Israël.

Si la solution paisible signifie la fin de l’Israël, laissez-les tolérer alors la solution de guerre qui n’est pas paisible et nous verrons si ça conduira à la fin de l’Israël ou pas.

Si les Israéliens veulent la paix, laissez-les accepter un seul état. Les Palestiniens arrêteront leurs rackets et stopperont le combat et les Arabes eux-aussi stopperont le combat et nous aurons un état démocratique. S’ils rejettent cette solution, laissez-les supporter ce qui en résultera. Cà signifie la guerre. Il n’y en aura rien de plus sauf la guerre. Et dans ce cas, la porte de négociations sera fermée et nous commencerons à soutenir le mouvement de libération et l’OLP.

Bien entendu, nous sommes dans une plus mauvaise situation beaucoup plus mauvaise que ce qui avait été dans le passé. Quand l’Algérie combattait, des dons pour l’Algérie arrivaient ouvertement de l’océan au Golfe. Il y avait des volontaires de la Syrie. Parmi nous ici présentement, il y avait Dr. Ibrahim Bakos et un groupe est allé avec lui combattre au côté du front algérien de libération. Ils n’étaient pas considérés des terroristes et aucune mesure n’avait été prise contre la Syrie.

Quand le combat faisait rage en Libye contre le l’occupation italienne, les Arabes avaient l’habitude de soutenir les moudjahiddines libyens. Tout le monde sait bien que Masri el Aziz était l’un de ceux qui ont combattu et qu’il n’a pas été considéré terroriste et il a continué à combattre au côté des Libyens.

Les dons ont été envoyés aux moudjahiddines libyens de tous les pays arabes jusqu’à ce qu’ils fussent forcés à ériger des barrières de barbelé pour arrêter ces dons et approvisionnements. Quand il y avait le combat au Yémen du sud il y avait des volontaires et les armes arrivaient au Yémen du sud et nous avons ici mon frère abdu Rabo Mansour que je connais depuis longtemps, puisqu’il était un militaire dans l’armée de l’union.

En 1948, tous Arabes ont pris part au combat.

Mais maintenant nous ne pouvons pas combattre en Irak, en Palestine néanmoins nous sommes considérés terroristes et nous ne pouvons pas leur donner un centime ni vous ne pouvez leur venir en aide en volontaires. Ceci signifie que si les Palestiniens combattent maintenant, je crois que les Arabes ne pourraient pas risquer une telle responsabilité de les épauler. C’est pourquoi la rébellion et le terrorisme sont répandus de nos jours en raison de l’absence de la ligne légale. Il y a une cause et les gens doivent combattre pour cette cause.

Les citoyens ordinaires en Afghanistan, en Irak, en Algérie, en Libye, en Egypte ou en Palestine ont repoussé le système officiel et ils combattent. Ceux qui appartiennent à Al Qaïda et ceux qui appartiennent à n’importe quel groupe de combat. Ceux qui détonent et ceux qui se rebellent et ceux qui tiennent des alliances avec Satan contre le régime. C’est une expression de l’échec du système arabe officiel parce qu’il est incapable de défendre la présence arabe.

Nous les Arabes, nous n’avons jamais rien occupé. Et bien évidemment, nous avons injustement occupé l’Andalousie et nous avons été expulsés et ensuite nous n’avons plus jamais occupé un autre pays. C’est nos pays qui sont toujours occupés. La Palestine est occupée. L’Irak est occupé. Et au lieu de parler des occupations, vous parlez des îles. Il n’est pas dans l’intérêt des Arabes d’avoir l’hostilité et l’animosité avec l’Iran, ni avec la Turquie, ou avec n’importe quel autre pays. Ce n’est pas de nos intérêts de provoquer l’Iran et de créer un antagonisme avec nous.

S’il y avait un problème, laissez cette conférence décider de transférer ce cas à la Cour internationale de Justice qui est l’endroit approprié pour résoudre de tels problèmes. Nous devons décider de transférer le cas des îles contestées d’Emirat à la Cour internationale de Justice et quelle que soit la décision de la cour, elle sera acceptée.

Une fois de plus, nous disons que ce sont des pays et des terres arabes qui sont occupés. Cette confusion est toujours manipulée et exploitée. Quatre-vingts pour cent des populations du Golfe sont Iraniens. Les familles régnantes sont arabes et les autres sont iraniennes. Toute la population est iranienne.

C’est un dilemme. Nous ne pouvons pas éviter l’Iran. C’est un voisin, c’est un frère et musulman et nous n’avons aucun intérêt de transformer l’Iran en notre ennemi. Nous devons résoudre ce dossier par des moyens pacifiques.

Ces îles sont-elles allées pour toujours ? L’honneur arabe, est-elle allée pour toujours? Où est parti, le passé Arabe et que diriez-vous du futur arabe ?

Il y a d’autres dossiers que vous êtes incapable de résoudre. Nous sommes incapables de résoudre le problème somalien et la solution du dossier Comorien n’a été possible que grâce aux états arabo-africains. Ceci peut être seulement le Soudan, la Libye et l’Algérie. Ce sont les pays que je connais en plus des Etats africains et de l’union africaine. Ce sont les pays qui ont contribué à la libération d’Anjouan.

La Somalie est traitée comme pays africain pas comme pays arabe. L’Ethiopie par exemple lutte contre le gouvernement somalien. La Somalie et les Comores sont des membres de la ligue arabe.

En ce qui concerne l’Irak, bien sur nous n’avons aucun pouvoir dans ce dossier. Nous nous interrogeons seulement et nous disons pourquoi, est-ce l’Irak ? Pourquoi avez-vous détruit l’Irak ? Laissons nos amis américains répondre à cette question.

Ben Laden est-il irakien ? Il n’est pas irakien. Ceux qui m’ont frappé étaient-ils des Irakiens ? Non ils n’étaient pas des Irakiens !? Ceux qui ont frappé le Pentagone, étaient-ils  Irakiens ? Y avait-il des armes de destruction massive en Irak ? Aucun il n’y en avait pas. Même s’il y avait des armes de destruction massive en Irak, nous avons le Pakistan avec une bombe atomique, la Chine, la Grande-Bretagne, la Russie, la France et l’Amérique… tous ont des bombes atomiques. Vont-elles être détruites ? En effet, détruisons tous ces pays avec des armes de destruction massive.

Une puissance étrangère vient occuper un état arabe, elle pend son président et nous observons juste et ricanons. Yasser Arafat est resté en prison pendant plusieurs années et nous observions juste et tenions nos sommets sans Arafat. Pourquoi n’avions-nous pas dit qu’il n’y aura plus aucun sommet arabe jusqu’à ce qu’Arafat soit libéré ? Enfin ils l’ont empoisonné et l’ont tué. Pourquoi ne sommes-nous pas allés au Conseil de sécurité ? Pourquoi n’avons-nous pas mené des investigations sur l’assassinat d’Arafat ? Pourquoi n’avons-nous pas mené des investigations sur la pendaison de Saddam Hussein ? Nous ne parlons pas au sujet de la politique de Saddam Hussein et nos dissensions avec lui. Nous pouvons avoir nos différences politiques et avoir même des conflits entre-nous. Il n’y a plus rien qui nous lie dans cette salle. Pourquoi n’avons-nous pas mené une investigation sur la mort de Saddam Hussein ? L’élite arabe entière est en train d’être tuée et pendue et nous continuons d’observer.

Et ça pourrait être votre tour après.

L’Amérique a combattu avec Saddam contre Khomeiny. Il était l’ami de l’Amérique. Dick Cheney était un ami de Saddam Hussein et Rumsfeld, quand il était ministre de la défense, pendant que l’Irak était en train d’être détruit, c’était un proche ami de Saddam Hussein. Mais finalement ils l’ont vendu et l’ont pendu.

Même vous, les amis de l’Amérique, ne disons pas que vous, nous ! Nous sommes tous les amis de l’Amérique et l’Amérique pourrait consentir de nous pendre un jour.

Amr Musa a des idées et il est très animé par cela. Et il a un programme qu’il a fait mention dans son rapport. Les Arabes ont le droit de disposer de l’atome à des fins pacifiques. Le programme doit être le nucléaire arabe. Ca c’est de leur droit. Et ils ont le droit à beaucoup de choses… Dis donc ! Où sont ces Arabes qui disent qu’ils pourraient lancer un programme nucléaire ? Où sont ces Arabes ?

Malheureusement nous sommes nos propres ennemis. Nous tous, nous nous haïssons. Et nous nous sommes engagés dans des hostilités et des conspirations et nous trouvons plaisir du malheur des autres. Nos organes d’intelligence et de sécurité conspirent entre-eux. Ils ne nous défendent pas de l’ennemi parce que nous sommes nos propres ennemis et l’ennemi d’un Arabe pourrait être l’ami d’un autre.

Nous aurions souhaité que cette finesse et cette sévérité qui sont utilisées contre les uns et les autres, soient menées contre l’ennemi.

Où est l’entité arabe qui utilisera le programme nucléaire à des fins pacifiques? Où est ça, mon frère Amr Musa ? Il n’y en a pas. Quelle est l’entité arabe qui pourrait fournir cela ? Avec qui allez-vous faire ce programme du nucléaire arabe ?

Nous, les Arabes n’avons unique monnaie commune. Nous n’avons aucun état commun. Nous n’avons pas une banque centrale et nous n’avons aucun marché commun, aucune position commune de négociation, d’exportation, d’importation, d’économie.

Il n’y a rien qui nous lie en dehors du terme Arabes. Peut-être que notre sang en est un et que notre langue est identique. Bien évidemment, on sait que la langue arabe est menacée. Au delà de tout ça, il n’y a rien qui nous unit.

Nous nous réunissons en Syrie qui est un pays arabe. La relation entre la Syrie et la Russie ou la Syrie avec l’Iran ou la Turquie est mille fois meilleure que la relation qui existe entre la Syrie et ses voisins arabes. La relation entre la Libye et l’Italie est bien meilleure que celle qu’entretiennent la Libye et l’Egypte ou avec la Tunisie, nos voisins. C’est la situation arabe.

Si vous voulez être sincères et sérieux quant à l’avenir des ressortissants arabes, quant à l’avenir arabe et quant aux futures générations, nous devons être sincères quant à la conscience arabe. Nous devons analyser la situation actuelle. Nous devons penser sérieusement à tous nos problèmes. Nous devons penser au futur de ce groupe à l’ère des plus espaces. Où sera sa place ?

Vous pouvez décider d’une union Arabe-Africaine. Le tiers des Arabes qui sont à l’extérieur de l’Afrique peut rejoindre l’Afrique comme cela nous a été suggéré par le professeur Omar Konaré qui a bien clarifié cet aspect.

Que pourra perdre le tiers des Arabes de l’extérieur de Afrique s’il venait à joindre l’Afrique? Nous avons la Sinaï qui nous lie avec l’Asie. Je veux dire que nous pourrions relier ce pays où nous sommes maintenant avec l’Afrique. Nous pourrions relier les détroits d’Éden, qui lie la péninsule arabe par la corne d’Afrique et nous pouvons également établir des chemins de fer comme ceux qui lient la Grande-Bretagne à la France par la mer. Cela signifie que nous pourrions relier toutes les parties arabes dans le Croissant Fertile, la péninsule arabe, par la Sinaï et par les détroits d’Éden c-à-d avec le continent africain…

Vous n’aurez aucun futur si vous n’établissez aucun espace ni aucun bloc. Il n’y a pas un seul état nation qui pourrait vivre seul dorénavant, même si c’est l’Allemagne. Il doit joindre un plus grand espace ou un plus grand bloc pour protéger son économie, sa sécurité, ses militaires et tous les aspects.

L’époque de l’état-nation est révolue L’état-nation cède place aux plus grands blocs. N’ayez aucune ambition de vivre comme un état-nation  national à moins que ce soit un protégé américain, un protégé chinois ou un protégé européen. Aucun protégé n’a de futur. Mais protégé ne signifie pas être indépendant. Sinon si vous voulez demeurer des protégés, alors c’est à vos dépens, restez protégés!

Traduit du texte en arabe par Gilbert Rocheteau sur JANA.  www.mcrlibye. org

 NOTE DE MAAT-KA-RE

 

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,