Aller à…
RSS Feed

20 octobre 2020

Libye: pour le ramadan, les autorités ont du mal à réguler les prix


Les Libyens devraient demander aux anciens de la Jamarihiya, dont Saïf Al Islam, à leur aider à gérer le pays. C’est bien beau d’avoir volé  le pays avec l’aide de l’OTAN et des USA/ISRAEL/FRANCE/GB/QATAR mais encore faudrait-il savoir le gérer… ce qui me semble un peu plus compliqué de la part de ces renégats.
Ginette
LIBYE –
Article publié le : samedi 21 juillet 2012 – Dernière modification le : samedi 21 juillet 2012

Libye: pour le ramadan, les autorités ont du mal à réguler les prix

En ce premier jour de ramadan, les hommes font le marché au souk de Tripoli.

En ce premier jour de ramadan, les hommes font le marché au souk de Tripoli.

REUTERS/Ismail Zitouny
Par RFI

Le mois de ramadan, mois sacré pour les musulmans, consacré au jeûne et à la prière, a commencé vendredi 20 juillet en Libye aussi. Dans l’ensemble du monde musulman, il voit en général une augmentation sensible de la consommation et des prix. La Libye n’échappe pas à la règle mais là-bas, les autorités encore fragiles n’ont pas pu prendre les mesures qui s’imposaient pour y faire face.

Dans le vieux souk de Tripoli, en ce premier jour de ramadan, les femmes sont quasi absentes. Restées à la maison pour préparer la table de la rupture du jeûne, ce sont les hommes qui font les courses.

Pour Mohamed, jeune père de famille de 30 ans, la hausse des prix de l’alimentaire est flagrante : « Ce qu’il y a de plus cher, franchement, ce sont les légumes. On utilise beaucoup le persil pendant le ramadan. Tout à l’heure, j’ai trouvé un marchand qui vendait la botte trois fois son prix habituel ! ».

Les troubles politiques qu’a connue la région l’année dernière ont eu une répercussion directe sur le coût de la vie. Ce qui fait dire à Nuri, 33 ans, que la solution aussi est politique : « Tout augmente pendant le ramadan, surtout l’alimentaire. Le gouvernement voit bien le problème. S’il y a quelqu’un pour faire quelque chose, c’est bien lui ! ».

Sous le règne de Mouammar Kadhafi, un système de régulation des prix permettait aux Libyens d’être à l’abri de la crise alimentaire mondiale. Il a été suspendu au début de l’offensive de l’Otan l’année dernière. Entre-temps, tous les prix se sont dérégulés. En proie à d’autres difficultés, le gouvernement de Tripoli déjà affaibli n’a pu déployer de solution de fond.

Pour cette fois, il s’est contenté de faire appel aux imams des mosquées. Pour que dans leurs prêches, ils demandent aux marchands de ne pas trop monter les prix. Un remède dérisoire qui n’aura pas même été relayé dans les lieux de prière.

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,