Aller à…
RSS Feed

23 novembre 2020

Mali du Sud et Mali du Nord, les derniers protectorats français,



Mali du Sud et Mali du Nord, les derniers protectorats français, M. Frindéthié

FÉVRIER 2, 2013 UN COMMENTAIRE

MaliLa France vient d’entamer la deuxième phase de son intervention militaire au Mali ; la première phase consistant à assainir le Mouvement National de Libération de l’Azawad (le MNLA), à l’expurger de toute inclination ultra-islamiste, à le lessiver, à le rendre présentable aux yeux de l’Occident, afin que ses revendications indépendantistes, à leur tour, apparaissent légitimes et admissibles. Le MNLA, l’ami de la France, avait commis l’erreur de s’acoquiner avec les très peu recommandables djihadistes d’AQMI, souillant, par là même, une réclamation de souveraineté qui gagnait progressivement en légitimité dans les chancelleries occidentales. Il fallait que la France intervînt pour redonner de la brillance à l’étendard terni du MNLA pour que se joue en harmonie la phase 2 du projet français.

La deuxième phase de l’intervention française est la subdivision effective du Mali en deux protectorats français : le protectorat français du Sud-Mali et le protectorat français du Nord-Mali ; chaque secteur ayant à sa tête un officier de l’Armée française, agissant comme Ministre Résident. Les traités du passage du Mali du Sud et du Mali du Nord du statut de zones « autonomes » à celui de protectorats ayant été tacitement approuvés – Bamako et Kidal ouvrant de grands bras accueillants à l’armée française – il ne reste plus qu’à les certifier : d’où la visite de François Hollande au Mali ce weekend.

Le 31 mars 2011, Sarkozy avait réussi à ajouter à l’Empire français la très géologiquement nantie île de Mayotte, faisant de l’Hexagone un futur grand producteur d’or noir. Cette année, le « président normal » donnera sa réplique au « président agité » en amarrant à l’Empire français un Mali du Sud nanti d’une force ouvrière mais moins prospère en richesses géologiques et le géologiquement béni Mali du Nord, faisant à son tour de l’Hexagone un futur grand producteur d’uranium, de zinc, de phosphate, et d’or.

En période électorale, la France peut donner au reste du monde l’impression d’un pays idéologiquement divisé sur sa politique africaine. En fait, il n’en est absolument rien. De de Gaulle à Hollande, plus ça change, plus ça reste le même.

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,