Aller à…
RSS Feed

30 octobre 2020

Des funérailles grandioses et très politiques pour Chokri Belaïd


 

ASSAWRA   Site du Mouvement démocratique arabe

« Résister à l’occupation, c’est vivre libre »

ألثورة

 

Inscription à notre liste de diffusion: « Assawra »

[email protected]

Des funérailles grandioses et très politiques pour Chokri Belaïd

samedi 9 février 2013, par La Rédaction

Assassiné par balles mercredi matin, Chokri Belaïd, figure de proue de la gauche radicale tunisienne, a eu droit à des funérailles grandioses, émouvantes et extrêmement politiques. Pour une très rare fois, et à la demande expresse de la veuve du leader, les Tunisiennes ont pu se rendre au cimetière.
Des dizaines de milliers de Tunisiens (entre 40.000 et 100.000 selon les sources) ont accompagné ce chef charismatique à son dernier repos hier après-midi au cimetière du Jellaz, à Tunis.
Un peu partout au pays, des funérailles symboliques, parfois accompagnées de violences contre le siège du parti islamiste Ennahdha, ont été organisées par une population abasourdie.
Le meurtre politique retentissant d’un orateur hors pair (même ses adversaires politiques lui reconnaissaient ce talent) a choqué la population. Cette dernière avait appris à connaître Chokri Belaïd, 48 ans, par l’intermédiaire des plateaux télévisés depuis la révolution de 2010-2011.
« Plusieurs de ceux qui sont venus au cimetière sont des gens qui n’auraient jamais voté pour Chokri avant le 23 octobre 2011 (date des dernières élections, NDLR), s’est félicitée l’artiste engagée Amel Hamrouni. Et c’est ça l’espoir. »
L’autre motif de satisfaction pour Mme Hamrouni a trait au fait que les femmes ont imposé leur présence au cimetière, chose extrêmement rare, voire unique en terre d’Islam. « Ces vieilles coutumes m’ont empêché d’enterrer moi-même un bébé mort prématurément. Casser cette interdiction a plusieurs significations » , a-t-elle lâché, fort émue.
Basma Khalfaoui, veuve de Chokri Belaïd et militante féministe acharnée, a appelé ses concitoyennes à braver cet interdit culturo-religieux et à venir massivement pour honorer la mémoire de l’homme politique.
Digne dans la douleur, Basma Khalfaoui a suscité l’admiration de tout un peuple en prononçant des paroles qui resteront gravées dans la mémoire collective. « Pleurer, j’aurai le temps. Ce n’est pas grave. Maintenant, il faut lutter » , a-t-elle asséné, quelques heures après l’assassinat du père de ses deux fillettes.
Sous un ciel pluvieux, l’enterrement monstre de vendredi a souvent pris des allures de meeting politique avec pour cible principale les islamistes au pouvoir. « (Rached) Ghannouchi (chef d’Ennahdha), le rat. Tu finiras comme Ben Ali ! » , « Le peuple veut faire tomber le régime » , pouvait-on entendre sur les trois kilomètres du parcours.
Le parti Ennahdha a beau avoir rapidement condamné l’assassinat, rien ne pouvait y faire. Les islamistes, au pouvoir depuis 15 mois, étaient montrés du doigt par la plupart des marcheurs. « Je suis convaincu que ça vient d’eux. De toute façon, ils ont créé l’ambiance qui a abouti à l’assassinat. Maintenant, il faut s’attendre à une guerre civile et à d’autres assassinats politiques » , anticipe l’intellectuel Sadok Ben Mhenni.
Moins alarmiste, l’avocat Anouar Kousri dit ne pas croire à un scénario à l’algérienne. « Il y a de petits risques, mais la société civile tunisienne n’acceptera pas ça » , assure-t-il.
Même si l’enquête sur l’assassinat « progresse bien » , le ministère de l’Intérieur a prudemment évité de dire s’il privilégiait une piste quelconque.
En marge de l’enterrement, des pilleurs ont saccagé de nombreuses voitures stationnées aux alentours. Des vols à la sauvette de téléphones portables ont également été rapportés. La police a usé de bombes lacrymogènes, y compris en plein cimetière.
En début de soirée, des braquages à l’arme blanche étaient signalés au centre-ville. Une atmosphère lourde régnait à Tunis en cette journée de grève générale, fort suivie, décrétée par le principal syndicat du pays.
Politiquement, la crise perdurait. Ennahdha envoyait des signaux contradictoires à la suite de l’intention affichée du Premier ministre Hamadi Jebali (islamiste) de former un gouvernement de technocrates au lieu de son équipe actuelle. Après avoir affirmé que cette démarche était illégale, des pontes du parti islamiste laissent désormais entendre que l’alternative de gouvernement non partisan (réclamée au demeurant par la quasi-totalité de l’opposition) pouvait être envisagée.

(Taïeb Moalla, Le Soir (Belgique), samedi 9 février 2013)

 

Pétition
Non au terrorisme de l’Etat d’Israël

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,