Aller à…
RSS Feed

3 décembre 2020

La grande erreur de Mouammar Kadhafi


J’en avais souvent discuté avec les dirigeants de la Jamarihiya et nous avons été plusieurs à leur proposer des cours sur la société française et la manière d’approcher les pouvoirs européens. Ils approuvaient, mais il n’y a jamais eu de suite. Lorsque je participais aux congrès ou conférences, je suis souvent intervenue sur la mauvaise réputation qui avait été collée par la presse sioniste européenne à Mouammar Kadhafi. Tous ceux et celles qui essayaient de  le défendre en vantant les acquis de la société libyenne sous Kadhafi ont également été rejeté et insulté dans les médias.

Je ne sais si c’était une erreur d’avoir refusé  de se plier aux simagrées de ces larbins ? Il avait trop d’estime de son peuple, de l’Afrique et du monde arabe pour lécher les bottes des impérialos-sionistes

Ginette

LA GRANDE ERREUR de Mouammar Al-Gaddafi

La grande erreur qu’a commise Mouammar Al-Gaddafi est de ne pas se soucier de son image à l’extérieur ; celle-là même qu’ont déformée de la manière la plus ignoble qui soit les médias du Système pendant des décennies.

Par comparaison, à l’époque de la guerre (phase 1) contre  l’Irak, en France, on pouvait voir les couvertures truquées de la Bande des Quatre (l’Express, Le Point, Le Nouvel Observateur, L’Evénement du Jeudi) en fonçant exagérément le teint de Saddam Hussein.

Mais Gaddafi avait ses raisons, assuré du soutien de son peuple dans son propre pays, de celui de tout le continent africain, d’une grande partie de l’Asie et de la moitié du continent américain, etc.

William Engdahl, un expert des questions pétrolières, est l’un des rares à avoir relevé ce point très important sur lequel a joué l’OTAN:

« Gaddafi ne fait pas appel à une agence de Relations Publiques comme Saatchi & Saatchi de Hill & Knowlton pour diffuser par touches soignées ses messages, contrairement à Barack Obama, David Cameron ou Nicolas Sarkozy »

 

> William Engdahl. Creative Destruction Part II: Libya in Washington’s Greater Middle East Project. March 26, 2011

http://www.engdahl.oilgeopolitics.net/

« Why is the United States so opposed to Gadaffi? Clearly because he is simply « not with the program. » Gaddafi has shown repeatedly and not without grounds that he deeply distrusts Washington. He has constantly tried to forge an independent voice for an Africa that is increasingly being usurped by the Pentagon’s AFRICOM. In 1999 he initiated creation of the African Union, based in Addis Abbaba, to strengthen the international voice of Africa’s former colonial states. At a pan-African summit in 2009 he appealed for creation of a United States of Africa to combine the economic strengths of what is perhaps the world’s richest continent in terms of unexploited mineral and agricultural potentials. »

« Granted Gaddafi doesn’t have the best Western PR agencies like Saatchi & Saatchi of Hill & Knowlton to give his message the pretty touches that politicians like Barack Obama or David Cameron or Nikolas Sarkozy have. Nor is he photogenic like his Washington counterpart, making his grisly face easy to demonize in the media as a kind of new Hitler. Gaddafi is a thorn in Washington’s side for other reasons though. »

 

 

_______________

Les Pacifistes de Tunis

http://www.mathaba.net/authors/pacifistes/

 

Une réponse “La grande erreur de Mouammar Kadhafi”

  1. 21 février 2013 à 16 h 30 min

    Négationnisme, justification et criminalisation : l’exemple de la Libye

    En effet, plutôt qu’une erreur, disons que c’est le “point faible” sur lequel ils ont attaqué Gaddafi. Apparemment ce dernier a toujours considéré qu’il n’avait pas à « SE JUSTIFIER », compte-tenu de ses réalisations immenses pour l’humanité ; concrètement sur le terrain par la mise en pratique de la démocratie directe à large échelle dans le temps et dans l’espace (Jamahiriya de 1977 à 2011 sans compter la préparation de la Révolution de 1969 à l’avènement officiel de la Jamahiriya) et comme modèle de société pour les futures générations.
    Attention, le mot « SE JUSTIFIER » est très important, particulièrement dans le contexte géopolitique actuel très tendu. Le poète palestinien Mahmoud DARWISH disait que l’Arabe doit « SE JUSTIFIER » en permanence. Que voulait-il dire par là ?
    Par exemple, aujourd’hui encore, les Occidentaux ne reconnaissent toujours pas l’apport fondamental des Arabes et Musulmans à la science et à la technologie. Ce négationnisme réel se traduit (dans les programmes scolaires et les médias) par un refus pathologique d’admettre cette immense contribution dans pratiquement dans tous les domaines et ce, même si le vocabulaire (qu’ils essaient parfois de cacher) est toujours présent: de l’ « algèbre » à l’ « algorithmique », du « zénith » aux « alcaloïdes » de l’(al-)chimie » à la médecine psycho-somatique d’Avicenne sans parler de la méthodologie scientifique (présentation des faits, des méthodes, discussion des résultats à la lumière des corpus existants, conclusion) et de la collaboration inter-disciplinaire, la traduction scientifique (de l’arithmétique, géométrie, astronomie grecques), leur enrichissement et leur diffusion à l’Europe plongée dans l’obscurantisme pendant des siècles. Le moment même où les Arabes cédèrent la Torche du Progrès et des Lumières correspond exactement à la Renaissance en Europe.
    Dans les périodes de guerres impérialistes, comme aujourd’hui, ce négationnisme et cette sommation de « JUSTIFICATION » est toujours dirigée contre les plus faibles, militairement en l’occurrence. La conséquence directe est la criminalisation de ces derniers et de leur résistance.
    Ainsi, Gaddafi, conscient de la cause juste qu’il défendait, refusa de devoir « SE JUSTIFIER » jusqu’à la fin. Dans l’un de ses derniers discours radiodiffusés et peu connus (à l’exception de celles et ceux qui suivaient ARRAI, la chaîne qui s’est illustré de manière unique au monde durant la longue agression de l’OTAN), a dit : «Que l’OTAN continue à bombarder si bon lui semble. Sa « légalité ne tient qu’à sa position dans les cieux».

    _______________
    Les Pacifistes de Tunis
    http://www.mathaba.net/authors/pacifistes/

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,