Aller à…
RSS Feed

5 décembre 2020

FIANCAILLES FRANCE/MALI : QUI PAYE LA NOTE ?


Ma vision de la Société et du Monde                     Jean-Paul Pougala  
   
08/02/2013

FIANCAILLES FRANCE/MALI : QUI PAYE LA NOTE ?
Croire que des petits drapeaux français brandis ça et là au passage des caméras de télévisions françaises vont suffir pour payer la facture de l’intervention française au Mali est le record de tous les temps de la naïveté africaine.

Aujourd’hui, la France a présenté au Mali la facture de son intervention : 2,7 millions d’Euros par jour, c’est-à-dire 1,8 milliards de Francs CFA par jour. Comment le Mali qui a fait appel à la France compte-t-il payer cette facture qui continue d’enfler ?? La France avait-t-elle fait un devis aux autorités du Mali avant l’intervention?

Pire, qui décidera de quand la facture doit arrêter de gonfler ? le fournisseur (la France). Quelle aubaine pour le créditeur !!!

Seulement aujourd’hui on comprend pourquoi le président de la CEDEAO, le putschiste Ouattara a tout fait pour empêcher l’Union Africaine de se saisir du dossier malien, repoussant une hypothétique intervention pour 1 an après, en septembre 2013. On savait la Cote d’Ivoire en mal de payer la facture de l’intervention de Sarkozy pour installer le nouveau pouvoir à Abidjan. Aujourd’hui on comprend que le Mali s’est porté garant. A-t-on besoin d’être magicien pour deviner la suite pour la perte de la souveraineté malienne ? L’Éthiopie est intervenue seule depuis des années pour combattre les islamistes et djihadistes en Somalie et n’a jamais présenté la moindre facture à ce pays africain, solidarité africaine oblige. La CEDEAO qui tire l’essentiel de ses ressource de l’Union Européenne de doit-elle pas tout simplement être dissoute ?
JPP08/02/2013

———————————

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,